Navigation – Plan du site

Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers (La Découverte, 2014)

Audrey Boulin
Référence(s) :

Nicolas Jounin (2014), Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, Paris, La Découverte, 248 p.

Texte intégral

1À l’heure où les conséquences de la massification scolaire continuent de constituer des préoccupations majeures pour les acteurs du système éducatif – et un objet d’étude sociologique toujours aussi pertinent – Nicolas Jounin propose de nous livrer sa propre expérience en tant qu’enseignant-chercheur à l’Université Paris-8 Saint-Denis. Plus précisément, son ouvrage Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, constitué de cinq chapitres, permet de suivre l’accompagnement dans leur initiation à la recherche de trois promotions, de 2010 à 2012, de « nouveaux étudiants » – majoritairement issus des catégories populaires, résidant en banlieue et rarement blancs – inscrits en première année de sociologie.

2Ne pas laisser les étudiants passifs face au savoir ; c’est le projet pédagogique que Nicolas Jounin s’est fixé en amenant des étudiants dans le huitième arrondissement, un des quartiers les plus favorisés de Paris (Triangle d’or au sud des Champs-Élysées, Monceau et Élysées-Madeleine au nord). Ainsi, l’enseignant leur fait expérimenter la position du chercheur dominé, peu développée dans les ouvrages de méthodologie, et les accompagne dans une démarche d’introspection sociologique. Suivant le modèle des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot – qui ont probablement inspiré le titre du présent ouvrage avec leur livre Voyage en grande bourgeoisie  les étudiants, tout comme l’auteur, effectuent un « grand écart social » et découvrent alors le monde de la haute bourgeoisie, trop peu sujet à des enquêtes, en combinant les trois principales méthodologies d’enquête sociologiques : l’observation, le questionnaire et l’entretien.

3Dans un premier temps, les étudiants expérimentent l’observation, sous une forme flottante lors de l’arrivée sur le terrain (chapitre 1), puis en s’immergeant dans un lieu particulier pour leur seconde visite (chapitre 2). Ces derniers explorent alors un autre univers social, à travers des espaces tels que les boutiques et hôtels de luxe, les cafés ou encore les parcs du quartier. Les sentiments et les stratégies qui accompagnent ce voyage varient selon les apprentis-sociologues – les étudiants n’ayant pas jouer le jeu étant absents de l’ouvrage – : alors que certains surmontent difficilement leur malaise, d’autres choisissent de ne pas subir l’humiliation en optant pour le jeu de rôle avec des observations participantes incognito, comme deux étudiantes qui se font passer pour de potentielles clientes d’un magasin vestimentaire de luxe. Nicolas Jounin, plus expérimenté et plus diplômé, avoue le plus souvent se situer dans une position intermédiaire entre la révolte et la timidité. À plusieurs reprises et avec finesse, le chercheur décrit notamment son malaise, comme c’est le cas avec son costume – ce « corps étranger qui pique » – porté lors de son rendez-vous avec le maire du quartier. Une fois à leur domicile et en classe, les étudiants sont ensuite amenés à retranscrire par écrit leurs notes d’observation et leurs impressions dans un journal de terrain pour leur permettre ainsi de prendre de la distance et objectiver la domination symbolique. Lors des séances de travail collectif dans l’enceinte de l’université, tout l’enjeu de l’enseignant est de leur faire prendre conscience du caractère ethnocentrique de leur interprétation – biais fréquent de l’enquête par dépaysement – et du risque de généralisation. C’est d’ailleurs pour limiter ce dernier écueil et conduire les étudiants à percevoir les clivages sociaux au sein du milieu étudié que l’enseignant organise un cours présentant des analyses statistiques du quartier, en les comparant à celles de la commune de Saint-Denis et celles portant sur la France.

4Puis, après avoir été confrontés aux difficultés de la recension systémique par observation – par exemple, en se rendant compte de l’impossibilité de compter toutes les caméras de sécurité du quartier – et à la question de la catégorisation – de la race notamment –, les étudiants expérimentent la méthodologie du questionnaire, en s’investissant dans sa conception et sa passation (chapitre 3). Plus qu’une constante mobilisation des troupes, l’enseignant-chercheur cherche à amener les étudiants à adopter une posture réflexive en interprétant les causes des nombreux refus des passants, telles que l’annonce choisie par les étudiants ou encore leurs caractéristiques socio-démographiques. Même s’il manque de représentativité – cinq cent personnes sondées sur trois ans –, les résultats issus des questionnaires rejoignent ceux émanant des observations, en montrant que les usages du quartiers sont différentiés selon le sexe et le milieu social d’origine et que les enquêtés ont une vision positive du quartier, ce qui n’est d’ailleurs pas sans contrarier les étudiants.

5Enfin, dans un troisième temps (chapitres 4 et 5), les étudiants reçoivent pour consigne de réaliser des entretiens par groupe de deux. Se réservant la phase ardue de la prise de contact avec les enquêtés, Nicolas Jounin familiarise ensuite les chercheurs novices à la démarche de l’entretien – et à des questions centrales de déontologie telles que l’anonymisation ou le « mensonge circonstancié » – et les laisse ressentir l’asymétrie de la relation d’enquête prenant principalement la forme, dans leurs cas, d’exotisme et d’humiliation. En effet, ces derniers sont confrontés à des enquêtés (des commerçants, des membres du conseil du quartier, des propriétaires d’hôtel particulier...) qui manquent d’indulgence, n’acceptent pas toujours de répondre aux questions posées, ou même les humilient indirectement ou directement. Plusieurs pages sont spécifiquement consacrées à une étudiante qui se voit reprocher le port de son voile par un enquêté, sans que celui-ci ne lui laisse la possibilité de s’expliquer. Mis à part ce cas, un peu extrême, qui entraînera d’ailleurs l’intervention de l’enseignant, ce dernier invitera les étudiants à utiliser l’écriture comme outil de mise à distance. Bien que les résultats de recherche émanant des entretiens soient peu présents – le projet de l’auteur étant de se focaliser sur la relation d’enquête – certaines informations ponctuelles sur la catégorie sociale de la haute bourgeoisie abordant des thématiques diverses, comme les règles de hiérarchie sociale et sexuée, les réseaux de sociabilité, la mixité sociale dans les écoles ou encore les points de vue sur l’immigration, nous permettent de découvrir ce monde social à travers le regard des étudiants et du chercheur.

6Grâce à de nombreuses anecdotes pleines d’humour et à l’explicitation des notions abordées – telles que « l’ethnocentrisme », « l’indigène » ou « la banlieue » –, l’auteur rend la lecture de son ouvrage aisée et s’adresse ainsi à un large public. Néanmoins, les enseignants qui chercheraient des ficelles pour s’inspirer de cette expérience pourraient ressentir une certaine frustration. En effet, Nicolas Jounin laisse davantage voir son identité de chercheur au détriment parfois de sa facette d’enseignant. Quelques précisions supplémentaires, concernant les consignes données aux étudiants ou encore les stratégies pour les mobiliser, auraient été appréciées. De plus, la question de l’écriture de l’ouvrage est peu abordée. Dans quelle mesure les étudiants y ont-ils participé ? Est-ce leurs notes – et leurs propres mots – ou celles du chercheur qui constituent le matériau central de cet ouvrage ? Comment l’auteur les a-t-il travaillés ? À la lecture du livre, ces interrogations restent sans réponse.

7Plus que des résultats d’enquête sur la haute bourgeoisie parisienne, cet ouvrage est à considérer comme une expérience méthodologique et pédagogique innovante. Avec perspicacité, Nicolas Jounin montre qu’il est possible de faire participer les étudiants, et plus spécifiquement ceux des catégories populaires, à la production de connaissances et d’ouvrir la voie vers une démocratisation qualitative de l’enseignement supérieur. Dans un contexte de restriction budgétaire à l’université et d’augmentation exacerbée des inégalités socio-économiques, cet ouvrage se veut être un voyage engagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Boulin, « Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers (La Découverte, 2014) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 septembre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2928

Haut de page

Auteur

Audrey Boulin

audrey.boulin@hotmail.fr
Docteure, université Paris Descartes, Centre de recherche sur les liens sociaux - CERLIS, université Paris Descartes, 12 rue de l’Ecole de médecine, 75270 Paris cedex 06, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page