Navigation – Plan du site

Alban Jacquemart, Les Hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable (Presses universitaires de Rennes, 2014)

Alice Olivier
Référence(s) :

Alban Jacquemart (2014), Les Hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 326 p.

Texte intégral

  • 1 Merckle Pierre (2005), « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ? », Idées, (...)

1« Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ?1 » C’est en tout cas le pari pris par Alban Jacquemart dans son ouvrage portant sur les hommes engagés dans les mouvements féministes, en France, de 1870 à nos jours. Posant l’hypothèse que l’étude de cette minorité statistique peut apporter un éclairage nouveau sur le militantisme féministe, il s’attache à comprendre les ressorts d’un engagement qu’il qualifie d’« improbable ».

2L’auteur n’est pas le premier à se pencher sur le militantisme féministe d’hommes. Cependant, la littérature existante à ce sujet est très limitée : largement anglo-saxonne, souvent exclusivement théorique, elle tend à survaloriser la place des hommes dans les mouvements en les considérant comme des héros oubliés, ou à se caractériser par une visée normative sur les bonnes modalités de leur engagement. Par ailleurs, la question des hommes militants féministes soulève de façon récurrente un paradoxe apparent : comment peut-on être un homme – et donc appartenir à la catégorie des dominants dans les rapports sociaux de sexe – et s’engager dans des groupes qui luttent explicitement pour les droits des femmes et/ou qui remettent en question tout ou partie du système de genre ? Alban Jacquemart propose de se positionner au-delà de ce questionnement : plutôt que de déterminer la nature paradoxale – ou non – d’un tel engagement, il tâche d’en saisir les conditions de possibilité – historiques, sociales, politiques ou encore individuelles – et les moyens d’expression. S’appuyant sur les outils des études de genre et de la sociologie des mouvements sociaux, il analyse ainsi les parcours d’hommes à travers deux idéaux-types : les engagements qui relèvent d’un registre « humaniste » – le militantisme est construit au nom d’un individu universel abstrait –, et ceux qui mobilisent plutôt un registre « identitaire » – l’engagement est pensé comme un rejet du système de genre. Adoptant une approche résolument empirique, il combine deux méthodes principales : d’une part, il mobilise diverses archives grâce auxquelles il reconstitue 82 trajectoires militantes d’hommes pour la période allant de 1870 à 1940 ; d’autre part, il s’appuie sur 36 entretiens biographiques menés auprès d’hommes engagés – ou ayant été engagés – dans des mouvements féministes variés.

3L’ouvrage s’organise en deux parties, articulant de façon extrêmement claire deux niveaux d’analyse. Dans un premier temps, l’auteur propose une socio-histoire de l’engagement des hommes de la fin de la Troisième République au début des années 2000 : étudiant les discours et configurations de différents mouvements féministes dans des contextes historiques donnés, il cherche à comprendre à un niveau macrosocial quels éléments autorisent – ou au contraire ne permettent pas – l’engagement des hommes dans chacun de ces mouvements et quelles en sont alors les modalités valorisées. Dans un second temps, il adopte une approche plus microsociale pour comprendre les logiques individuelles de l’engagement féministe des hommes, mais aussi de leur maintien dans les mouvements et, dans certains cas, de leur désengagement.

4Dans une première partie, Alban Jacquemart cherche donc à comprendre comment l’engagement des hommes est envisagé au sein de plusieurs mouvements féministes depuis 1870, date de l’émergence des premiers groupes en France.

5Au cours d’une première période, alors que les mouvements féministes de la « première vague » peinent encore à s’organiser, l’engagement des hommes apparait comme incontournable pour l’acquisition de droits par les femmes. Encore placées sous l’autorité de leur père ou de leur mari, ces dernières ne semblent en effet pas bénéficier d’une parole suffisamment légitime dans l’espace public pour porter seules leurs revendications. Alban Jacquemart retrace ainsi le parcours de Léon Richer, « père du féminisme français », qui participe activement aux combats féministes dans la seconde partie du xixe siècle, notamment à travers la fondation du journal Le Droit des femmes et de l’association du même nom. Certaines femmes, telle Hubertine Auclert, considèrent cependant que le combat pour l’émancipation des femmes doit avant tout être porté par des femmes et créent une association radicale, Le Suffrage des femmes. La fin du xixe siècle est caractérisée par une tendance à la féminisation des effectifs militants, et ce chez les réformistes comme chez les radicales : si cela ne signifie pas la fin de l’appel aux soutiens des hommes, ces derniers sont désormais considérés comme de « généreux auxiliaires », et les femmes encouragées à diriger les mouvements. Cependant, la Première Guerre mondiale fragilise les différents groupes, contraints de nouveau à faire appel de façon plus systématique aux hommes ; mais ces derniers paraissent désormais plus réticents à s’engager, et leur nombre dans les mouvements féministes diminue jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

6Après 1945, les principales causes réformistes aboutissent : droit de vote et éligibilité des femmes, abolition de la prostitution réglementée ou encore inscription de l’égalité entre femmes et hommes dans la Constitution. Les revendications se transforment : les féministes de la « deuxième vague » qui émerge dans les années 1970 entendent désormais renverser le patriarcat et passer ainsi d’une égalité « de droit » à une égalité « de fait ». Dans ce contexte, les modalités de l’engagement des hommes sont modifiées. Le Mouvement de libération des femmes (MLF), fondé en 1970, estime ainsi que la non-mixité est nécessaire à « la prise de conscience de l’oppression des femmes », et n’accepte l’engagement de quelques hommes que lorsque ces derniers acceptent sans discuter les conditions imposées par les militantes. Les militants gays, en dépit de leur combat contre la phallocratie, sont maintenus à distance car considérés comme non féministes. Certains hommes créent des groupes exclusivement masculins pour participer à la lutte des femmes, mais ce type d’initiative reste marginal. C’est finalement le combat pour la légalisation de l’avortement, à partir de 1973, qui marque un renouveau pour la possibilité d’un engagement plus important d’hommes – très souvent médecins ou étudiants en médecine – dans les luttes féministes, et ce jusqu’à la fin des années 1970.

7Une fois la loi Veil votée, les mouvements féministes perdent progressivement de leur importance. De nombreux hommes se désengagent, et les militantes tentent de fédérer de nouveau autour de la non-mixité comme norme militante. Dans les années 1990, cependant, dans un champ féministe de plus en plus éclaté, de nouvelles associations, souvent étudiantes, sont créées et font le choix de la mixité pour renouveler le féminisme. L’engagement des hommes reste cependant variable, et demande toujours un certain nombre d’ajustements, notamment pour concilier mixité et contrôle politique des groupes par les femmes.

8Alban Jacquemart revient ensuite sur cette socio-histoire en essayant de comprendre comment, au-delà des discours et souhaits des différents mouvements, des hommes ont pu se reconnaître dans le féminisme au cours de ces périodes : comment envisager un féminisme « sans sujet femme » ? Adoptant une approche configurationnelle, il distingue deux principaux registres d’engagement pour les hommes. Pour un premier groupe, la revendication des droits des femmes se justifie par le fait que ces dernières appartiennent à l’humanité, et c’est donc au nom d’un individu universel abstrait que les hommes s’engagent. Les combats féministes font alors écho à d’autres luttes politiques et n’ont pas d’approche genrée : ils relèvent d’un registre « humaniste ». Les hommes d’un second groupe fondent davantage leur engagement sur le refus du système de genre : ils relèvent de ce qu’Alban Jacquemart définit comme un registre « identitaire ». L’auteur montre alors que les dynamiques historiques ont instauré des contextes favorisant le déploiement d’un registre ou de l’autre, permettant ainsi à certains hommes de se reconnaître dans le féminisme à des périodes données. Ainsi, la première vague ne s’est pas constituée autour du sujet « femme », et c’est le registre humaniste qui a caractérisé la quasi-totalité des militant.e.s. Dans la seconde vague, les militantes affirment les femmes comme sujet politique du féminisme : la remise en question du patriarcat et, plus largement, du système de genre, permet une ouverture sur le registre identitaire. Celui-ci reste toutefois marginal jusqu’aux années 1990, où il s’affirme alors dans une dynamique de renouvellement du féminisme.

9Si dans l’ensemble de ces périodes, l’engagement féministe d’hommes est donc rendu possible par une certaine ouverture des mouvements à leur égard – dans des proportions et selon des modalités variables –, comment comprendre à un niveau individuel que tel ou tel homme choisisse de militer ? C’est le questionnement qui guide Alban Jacquemart dans la seconde partie de l’ouvrage, particulièrement stimulante. Il mobilise alors le concept de carrière militante pour appréhender l’engagement de ces hommes dans l’ensemble de leur trajectoire. Tout d’abord, l’auteur souligne l’importance de dispositions sociales particulières chez les militants qu’il a étudiés. Relativement « disponibles » biographiquement, ils occupent souvent des positions sociales dominantes, et sont nombreux à connaître, dans leur entourage proche, une ou plusieurs femmes féministes. Ils ont aussi souvent connu une socialisation primaire atypique pour des hommes : particulièrement proches des femmes de leur famille, ils ont eu, pour beaucoup, un père « défaillant » et/ou ont fait figure de « fille manquante » au sein de leur fratrie. Dans la plupart des cas, ce sont des réseaux politiques de gauche qui les ont fait passer à l’engagement.

10Alban Jacquemart s’interroge ensuite sur les conditions du maintien de cet engagement, et montre que celui-ci relève de deux ressorts principaux : d’une part, la capacité des hommes à incarner un rôle militant, à travers un travail d’appropriation du discours de l’organisation et la mise en place d’une justification de leur place dans les mouvements ; d’autre part, les rétributions qu’ils retirent de l’activité militante, parfois matérielles mais très largement symboliques, telles que l’acquisition d’une reconnaissance sociale, la revalorisation de leur identité de genre ou encore le développement de savoir-faire mobilisables dans d’autres sphères sociales.

11L’auteur s’intéresse enfin aux hommes qui se sont désengagés des mouvements féministes, montrant que ce choix ne va pas forcément de pair avec la transformation de leurs convictions. Il analyse ainsi comment la fin d’un groupement féministe dans lequel on est engagé, la réduction des disponibilités biographiques ou encore un amoindrissement des rétributions symboliques peuvent constituer autant de raisons de sortir du militantisme. De nombreux hommes dans cette situation considèrent toutefois être restés féministes et appliquer leurs convictions au quotidien dans d’autres espaces sociaux, notamment au sein de leur famille.

12Alban Jacquemart termine l’ouvrage en proposant des récits fictionnels de parcours humanistes et identitaires, composés d’éléments récurrents et considérés comme représentatifs des carrières militantes des hommes sur lesquels il a enquêtés.

  • 2 Baudelot Christian (1999), « Préface. L’improbable est toujours possible », in Ferrand Michèle, Imb (...)

13Ce livre propose donc une analyse particulièrement riche de l’engagement féministe des hommes. Articulant de façon habile différents niveaux de lecture de cet objet, il se place tour à tour du côté des mouvements féministes (pourquoi, comment et quand s’ouvrent-ils aux hommes ?) et des hommes qui s’y engagent (qu’est-ce qui les dispose à s’y engager, à s’y maintenir, à se désengager ?), le tout dans une approche socio-historique ambitieuse. L’écriture, claire et agréable, rend la lecture de cet ouvrage particulièrement stimulante. La variété des matériaux et la précision dont fait preuve l’auteur en les mobilisant soulignent la rigueur avec laquelle celui-ci a mené son enquête et confortent la pertinence de ses raisonnements. On pourra regretter qu’il n’ait pas poussé plus loin encore sa collecte de données : des entretiens auprès de femmes engagées dans des mouvements féministes, par exemple, auraient peut-être permis, d’une part, de comprendre plus finement encore ce que celles-ci peuvent attendre de l’engagement d’hommes et, d’autre part, d’éclairer les carrières militantes des hommes à la lumière de celle des femmes ; des observations au sein des mouvements étudiés auraient par ailleurs pu conduire à étoffer plus encore l’étude des rôles qu’occupent les hommes engagés au sein des groupes. On demeure toutefois tout à fait convaincu.e par les analyses proposées par Alban Jacquemart, qui réussit pleinement son pari : démontrant que « l’insignifiant statistique est sociologiquement significatif2 », il contribue avec cet ouvrage au développement d’une sociologie plus large des engagements militants, soulignant notamment l’importance de la prise en compte du rôle du sujet politique dans l’analyse des carrières militantes.

Haut de page

Notes

1 Merckle Pierre (2005), « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ? », Idées, la revue des sciences économiques et sociales, no 142, décembre, pp. 22-29.

2 Baudelot Christian (1999), « Préface. L’improbable est toujours possible », in Ferrand Michèle, Imbert Françoise & Marry Catherine, L’Excellence scolaire : une affaire de famille ?, Paris, L’Harmattan, pp. 7-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Olivier, « Alban Jacquemart, Les Hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable (Presses universitaires de Rennes, 2014) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 septembre 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2925

Haut de page

Auteur

Alice Olivier

alice.olivier@sciencespo.fr
Doctorante en sociologie, OSC, Sciences Po, Institut national d’études démographiques, Labex iPOPs - Observatoire sociologique du changement, Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume, 75337 Paris cedex 07, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page