Navigation – Plan du site

Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identité (Presses universitaires de Rennes, 2015)

Solène Brun
Référence(s) :

Anne Unterreiner (2015), Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 312 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Anne Unterreiner s’attèle à un objet de la sociologie des migrations encore sous-exploré en France : les identités des personnes issues d’unions dites « mixtes », entre nationaux et étrangers. Jusqu’ici, la mixité étudiée par la sociologie française a ainsi majoritairement été celle des conjoints (Varro, 1995, 2003). Dans la littérature anglo-saxonne, si la mixité des enfants a été largement explorée, c’est bien plus sous l’angle racial (notamment par le biais des mixed race studies) que sous l’angle de l’appartenance nationale à proprement parler. Par son ouvrage, A. Unterreiner fournit ainsi une enquête originale d’envergure qui présente pour la première fois des données systématiques sur le cas des personnes issues d’unions mixtes – au sens national du terme – non seulement en France, mais également en Allemagne et au Royaume-Uni. Son enquête de terrain est en effet fondée sur une centaine d’entretiens ethnographiques avec des personnes issues d’unions binationales, menés à Paris, Londres et Francfort-sur-le-Main.

2Inspirée de la théorie des liens sociaux élaborée par Serge Paugam (2008), A. Unterreiner s’est alors interrogée sur les processus de socialisation et de construction identitaire dans le cas d’individus a priori soumis à des influences multiples, voire possiblement contradictoires. Sa problématique de départ se fonde donc sur un premier étonnement : comment l’identité nationale (et quelle identité nationale) se construit-elle pour des personnes soumises à l’influence de liens sociaux multiples, tissés dans des pays différents ? En d’autres mots, qu’est-ce que la mixité fait à l’identité nationale des individus ?

3Après avoir présenté le cadre théorique qui fonde sa recherche, et passé en revue la littérature qui traite de la mixité en France et dans les pays anglo-saxons, l’auteure amorce son ouvrage par un exposé détaillé des contextes nationaux relatifs à la conception de la nationalité, de la citoyenneté et de la mixité dans chacun des trois pays de son terrain d’enquête. La comparaison n’est en effet possible qu’au prix d’une analyse minutieuse des particularités culturelles nationales quant à la conception des « communautés nationales imaginées » et à leur définition.

4C’est alors à partir de cette mise en contexte et de l’attention portée aux déterminants nationaux qu’A. Unterreiner expose les différents registres d’identification mobilisés – et mobilisables – par les enfants de couples mixtes. Ces registres sont en effet directement influencés par les conceptions nationales relatives à la citoyenneté et à la mixité : en cela, les personnes issues de couples mixtes se trouvent nécessairement tributaires, dans le processus de leur construction identitaire, du contexte socio-politique dans lequel elles évoluent. L’attention accordée aux discours contemporains relatifs à l’intégration des migrants et de leurs descendants dans chaque pays est particulièrement intéressante. Le répertoire d’identification, concept qu’A. Unterreiner développe à partir de celui de « registre culturel » de Michèle Lamont et Laurent Thévenot (2000), permet de penser de manière dynamique l’étendue du « champ des possibles » identitaires auquel les enquêtés peuvent possiblement se référer. En cela, raisonner en termes de « registre » et de « répertoire » permet d’éviter l’écueil groupiste, qui tendrait à postuler a priori l’existence de groupes constitués, et de comprendre au contraire la manière dont ces groupes sont précisément constitués dans les usages qui sont fait des registres d’identification selon les contextes – notamment nationaux. C’est donc grâce à une mise en dialogue étroite entre le niveau micro-sociologique et le niveau macro-sociologique que l’auteure met en lumière les différentes façons identitaires de vivre sa mixité. Pour cela, et c’est le cœur même de l’ouvrage, A. Unterreiner procède par une démarche idéale-typique, qui lui permet de mettre au jour une typologie quadripartite des « pôles identitaires » auxquels les enfants de couples mixtes sont susceptibles de s’identifier ou qu’ils sont susceptibles de revendiquer.

5Les manières de s’identifier nationalement, pour les enquêtés, sont ainsi réparties en quatre pôles selon l’auteure, pôles entre lesquels les individus naviguent souvent au cours de leur vie. L’identité d’héritier est caractéristique des enfants de couples mixtes qui placent les référents identitaires de leurs deux parents sur un pied d’égalité. Une telle identité peut être le produit d’une double transmission culturelle de la part des parents, d’une alternance identitaire intervenant au cours de la vie qui réorienterait l’enfant vers ses origines migrantes, ou bien d’une stratégie de réponse au regard d’autrui sur soi – par refus de choisir entre ses différentes identités, ou par la mise en avant d’une identité non reconnue par autrui, comme c’est le cas, par exemple, des individus qui « passent » comme appartenant à la population majoritaire. L’identité d’enraciné correspond à une identité orientée vers le pays de résidence : elle peut résulter d’une absence de transmission de la part du parent migrant, d’un processus d’assimilation au sein du pays de résidence entrainant l’affaiblissement de l’une des identités héritées, ou bien d’une stratégie de réponse au regard d’autrui sur soi, particulièrement quand son appartenance nationale se voit mise en doute. À l’opposé, l’identité d’étranger caractérise l’identification à une identité renvoyant à un pays autre que le pays de résidence. Une transmission parentale fortement orientée sur le pays du parent migrant, une migration récente, une identification de type symbolique ou une exposition aux discriminations dans le pays de résidence peuvent expliquer une telle identification. Enfin, le quatrième type d’identification mis en lumière par A. Unterreiner est l’identité « au-delà du national », c’est-à-dire un mode d’identification qui est marqué par une remise en cause de la nation, ou qui échappe au cadre national, comme c’est le cas par exemple de l’identification à une communauté ethno-raciale.

6La force de la typologie développée par l’auteure tient à l’attention toujours portée au comparatisme et à l’inscription dans un cadre structurel plus large, et à la manière dont les contextes nationaux viennent influencer, mais pas surdéterminer, les dynamiques d’identification nationale individuelle. La typologie proposée permet dès lors de révéler certaines régularités nationales. Si l’identité d’héritier est plus fréquemment rencontrée en Allemagne, l’identité d’étranger est commune à l’Allemagne et au Royaume-Uni, tandis que le terrain français est largement marquée par des références à l’identité d’enraciné. L’identité « au-delà du national », enfin, est caractéristique du contexte britannique. La typologie des types d’identité permet ainsi à A. Unterreiner de venir complexifier la description qu’elle faisait en introduction des contextes nationaux et de leurs particularités quant à la conception de l’« identité nationale ». En cela, la sociologie qualitative mise en œuvre dans l’ouvrage est particulièrement fertile, en ce qu’elle permet d’examiner, au niveau de l’individu, la manière dont sont incarnées, négociées, jouées et déjouées les structures générales de la société quant à la définition et à l’imposition des frontières entre les groupes et, en retour, d’examiner la manière dont les stratégies individuelles nous informent sur les contextes structurels. L’identité est donc comprise dans un cadre interactionniste comme fondamentalement relationnelle, dans l’interaction renouvelée avec autrui et dans la tension toujours présente entre identité assignée et identité choisie. Si l’identité se révèle dans cette étude dans son caractère fluide et changeant, produit de l’interaction en soi et autrui, entre l’individu et le groupe, c’est dans les stratégies d’ajustement mises en œuvre que se révèlent le plus explicitement les particularités nationales.

7Contre le trope courant de l’individu mixte nécessairement « désorienté », tiraillé entre ses appartenances et influences multiples, la conclusion de l’ouvrage d’A. Unterreiner est dès lors sans appel : ce sont les tensions entre les groupes et la rigidité des frontières entre eux qui créent la crise identitaire, non la multi-appartenance en tant que telle. Ce sont dans les sommations de justifications, les injonctions à choisir l’une ou l’autre des identités possibles, les demandes de loyauté exclusive, que les identités entrent potentiellement en crise. Dans l’espace des contraintes identitaires imposées par l’existence des groupes et la délimitation de leurs frontières, il reste néanmoins un espace d’agency individuelle, espace de négociation identitaire qui est d’autant plus large que les frontières sont fluides. L’« identité positive » des enfants de couples mixtes dépend donc étroitement de la force d’imposition des groupes d’appartenance. Anne Unterreiner parvient ainsi à mettre en lumière de manière très convaincante la tension entre la possibilité de négociation individuelle dans les choix identitaires et le niveau de contrainte des déterminations socio-culturelles. Les individus font des choix identitaires parmi des registres qui sont plus ou moins limités selon les contextes : en cela, si la présente étude est d’abord une étude des choix et constructions identitaires des enfants de couples mixtes, elle apprend également beaucoup sur les structures des sociétés dans lesquelles ces choix sont opérés et sur leurs imaginaires nationaux respectifs.

8Mais, si la focalisation sur la dimension nationale de l’identité par le biais des registres d’identification permet d’éviter la tentation groupiste, la dimension ethno-raciale de l’identité est toutefois évacuée rapidement. Si la question nationale ne saurait en aucun cas être soluble dans la question raciale, on regrette toutefois la rapidité avec laquelle l’auteure en conclut que la question ethno-raciale n’est pas pertinente pour son objet. Celle-ci demeure dès lors uniquement posée en filigrane, au travers notamment de la question de la visibilité de la mixité qui, on le comprend, est fondamentale dans la construction identitaire, en ce qu’elle détermine fortement le degré d’assignation auquel sont soumis les enfants de couples mixtes. Mais si A. Unterreiner évoque la question de la visibilité à plusieurs reprises, elle ne dit jamais ce qui détermine une telle visibilité. La facilité avec laquelle elle refuse le recours au concept de blanchité dans le chapitre sur les répertoires d’identification pose ainsi question. Alors qu’elle met en lumière l’existence d’un répertoire d’identification raciale chez certains enquêtés, elle souligne également qu’un tel répertoire n’est jamais mobilisé par ceux qui « ne perçoivent pas leur apparence physique comme étant similaire à celle de la majorité » (p. 105). Une telle précision fait inévitablement penser à la manière dont certains auteurs ont défini la blanchité, précisément comme « absence » ou comme invisible « normalité » (Frankenberg, 1994 ; Phoenix, 1996). Pourtant, dans une rapide note de bas de page, l’auteure précise que faire appel au concept de blanchité, qu’elle semble considérer comme une réalité anhistorique, serait une « simplification excessive », dans la mesure où elle remarque qu’en Allemagne, des enquêtés originaires d’Europe du Sud « étaient parfois considérés comme étrangers ». Cette précision lui permet alors d’évacuer largement le recours à la dimension ethno-raciale de l’identité dans les processus d’identification nationale. Pourtant, le recours au concept de blanchité, s’il est historicisé, nous paraît au contraire fertile dans l’approche de la mixité. En effet, l’enquête court ici sur plusieurs générations – les plus âgés des enquêtés ont grandi dans les années 1960, tandis que les plus jeunes passent leur adolescence dans les années 2010. En cela, une approche par le concept de blanchité permettrait de s’interroger sur les contours de celle-ci, et sur leurs éventuelles modifications historiques en Europe. On pourrait ainsi s’interroger sur la possible modification des contours de la blanchité entre 1960 et aujourd’hui et, partant, sur la possible modification, voire la dilution, de la stigmatisation à laquelle ont pu être soumis les migrants originaires d’Europe du Sud, au prix de la stigmatisation d’autres identités, encore moins assimilables dans la blanchité. En cela, le recours à un tel concept permettrait de donner un contour plus net à la question de la visibilité dans la mixité et de l’inscrire dans une réflexion plus claire sur les discriminations, en introduisant la question du pouvoir, qui reste largement absente du présent ouvrage. La question de la discrimination affleure en effet à plusieurs reprises dans l’ouvrage, mais n’est pas véritablement traitée en tant que telle. Si A. Unterreiner reconnaît qu’elle est un facteur essentiel dans la construction identitaire, les développements manquent toutefois à ce sujet. Ainsi, l’étude des constructions identitaires des enfants de couples mixtes dans les trois pays de l’enquête aurait pu permettre d’entamer une réflexion sur les identités discriminées et/ou stigmatisées selon les pays, dont on peut supposer qu’elles varient selon les nationalités et origines en présence. Partant, cela permettrait d’interroger la typologisation, non tant des types de constructions identitaires, mais des types de mixité eux-mêmes : est-il en effet possible de comparer les expériences d’enfants issus d’un couple binational américain-anglais et d’un couple franco-algérien par exemple, et si oui, à quelles conditions ? Dans le dialogue nécessaire avec le niveau structurel évoqué plus haut, cette question est également essentielle en ce que sa réponse fournirait des éléments fondamentaux à la compréhension des identités nationales et de la définition de leurs frontières (symboliques) en France, au Royaume-Uni et en Allemagne – notamment de leur dimension ethnicisée et/ou racialisée. L’auteure introduit elle-même cette question, mais sans la développer plus avant, lorsqu’elle évoque le contexte politique français du débat sur l’identité nationale mené pendant sa campagne d’entretiens, et dont elle reconnaît les implicites ethnicisants. À nos yeux, une intégration plus explicite des enjeux ethno-raciaux dans l’analyse aurait ainsi permis d’approfondir plus encore la question de la construction identitaire, en enrichissant la question de l’identité nationale de sa dimension ethno-raciale, sans limiter cette dernière au seul niveau « au-delà du national ».

Haut de page

Bibliographie

Frankenberg R. (1993), White Women, Race Matter. The Social Construction of Whiteness, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Lamont M. & Thévenot L. (2000), « Introduction: Toward a Renewed Comparative Cultural Sociology », in Lamont M. & Thévenot L. (dir.), Rethinking Comparative Cultural Sociology: Repertoires of Evaluation in France and the United States, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 1-22.

Paugam S. (2008), Le Lien social, Paris, Puf.

Phoenix A. (1997), « I’m White! So What?: The Construction of Whiteness for Young Londoners », in Fine M. et al. (dir.), Off White: Readings on Race, Power, and Society, New-York, Routledge, pp. 186-197.

Varro G. (1995), Les Couples mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, Paris, Armand Colin.

Varro G. (2003), Sociologie de la mixité, Paris, Belin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Brun, « Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identité (Presses universitaires de Rennes, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 septembre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2916

Haut de page

Auteur

Solène Brun

solene.brun@sciencespo.fr
Doctorante, OSC, Sciences Po/CNRS - Observatoire sociologique du changement, Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume, 75337 Paris cedex 07, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page