Navigation – Plan du site

Les mobilités sociales et géographiques des gays et des lesbiennes

Une approche à partir des femmes et des hommes en couple
The social and geographical mobility of gays and lesbians in France. An approach based on men and women in couples
Wilfried Rault

Résumés

Les mobilités sociales et géographiques des populations gaies et lesbiennes ont souvent été observées dans le cadre de travaux issus d’études qualitatives ou d’enquêtes quantitatives fondées sur des échantillons de volontaires. En dépit d’un essor notable des études gaies et lesbiennes depuis les années 1980 et plus encore des années 1990 et 2000 en lien avec une reconnaissance juridique et sociale du couple de même sexe, il est resté impossible d’explorer ces mobilités à la lumière de grandes enquêtes représentatives réalisées en population générale. Après avoir mis en évidence les raisons de cette impossibilité, cet article utilise l’enquête Famille et logements, réalisée en 2011 par l’Insee avec la collaboration de l’Ined et qui pour la première fois en France, permet de mettre en œuvre cette démarche à partir de l’étude des personnes en couple. Elle présente l’intérêt de pouvoir étudier à la fois les hommes et les femmes alors que les enquêtes de convenance ne se sont adressées pour la plupart qu’aux hommes. Un fort investissement dans les études et une mobilité sociale ascendante apparaissent nettement plus caractéristiques des personnes en couple de même sexe que de celles en couple de sexe différent, tant pour les femmes que pour les hommes. Les situations individuelles observées rendent également compte d’une mobilité géographique forte. Elle se caractérise par une prise de distance marquée vis‑à‑vis des lieux de vie de la parenté et est souvent orientée vers les grandes entités urbaines et ce, davantage pour les hommes que pour les femmes. Les deux formes de mobilités se combinent différemment selon les origines sociales des individus. Les mobilités sociales sont particulièrement caractéristiques des femmes et des hommes issus des classes moyennes et populaires et vont de pair avec une mobilité géographique. Les gays issus des classes supérieures ne se distinguent pas des autres hommes issus des classes supérieures en termes de trajectoires scolaires, mais présentent plus fréquemment des mobilités géographiques orientées vers l’Île‑de‑France et plus encore vers la ville de Paris.

The social and geographical mobility of gays and lesbians in France. An approach based on men and women in couples

The social and geographical mobility of gay and lesbian populations has often been observed via qualitative studies or quantitative surveys of samples of volunteers. Despite the notable increase in gay and lesbian studies since the 1980s, and especially since the 1990s and 2000s in parallel with the growing legal and social recognition of same‑sex couples, it has never been possible to explore this mobility within the framework of large‑scale representative surveys of the general population. After explaining why such studies were impossible until now, this article uses data from the Family and Housing (Famille et logements) survey conducted in2011 by INSEE in collaboration with INED and which, for the first time in France, allows us to address the question by looking at people living with a partner. Unlike earlier convenience surveys, which generally interviewed men only, both men and women can be studied. Compared to people in heterosexual couples, those in same‑sex couples –both men and women– are much more strongly characterized by a strong investment in education and upward social mobility. The individual situations observed also reveal strong geographical mobility characterized by a pronounced distancing from family origins and a frequent attraction to large towns and cities, among men more than women. These two forms of mobility combine differently, depending on the individuals’ social origins. Social mobility is especially characteristic of men and women from the middle and working classes, and goes hand in hand with geographical mobility. Gay men from the upper classes are no different from other men from the upper classes in terms of educational trajectories, but are more frequently attracted to the Paris region, and even more so to Paris itself.

Haut de page

Texte intégral

1Les recherches sociologiques sur les homosexualités en France sont récentes. Mais dès leur essor dans les années 1980, elles se sont intéressées aux mobilités sociales et géographiques. Les approches novatrices entreprises par Michael Pollak et consistant à rompre avec des perspectives en termes de déviance pour considérer les homosexualités – masculines – comme des « modes de vie » (Pollak, 1989) ont en effet permis d’aborder ce thème. À partir des premières enquêtes quantitatives fondées sur des échantillons de volontaires, diffusées dans la presse spécialisée (enquêtes Gai Pied Hebdo réalisées en 1985, 1986 et 1987) et d’entretiens approfondis, M. Pollak a cherché à rendre compte de la manière dont les parcours de vie étaient structurés par une orientation homosexuelle minoritaire et fortement stigmatisée, dans un contexte de développement du sida qui a touché particulièrement les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes. Il notait plusieurs spécificités dans ces trajectoires, parmi lesquels un fort investissement dans les études et une mobilité sociale ascendante, des formes de prises de distances relationnelles et géographiques vis‑à‑vis de la parenté au profit de migrations vers des espaces sociaux a priori plus favorables au vécu de l’homosexualité, en particulier les grandes villes. Les versions ultérieures de ces enquêtes ont conforté ces constats, Marie‑Ange Schiltz (1997) désignant ces processus comme participant de la « conquête de modes de vie » par les jeunes gays. Toutefois, ces auteurs invitaient à la prudence en raison des limites importantes de ces enquêtes : celles‑ci reposaient sur des échantillons composés de participants volontaires étroitement connectés aux canaux de diffusion des questionnaires et sur une passation auto‑administrée susceptible de favoriser la participation des personnes fortement dotées en capital scolaire et culturel. Enfin, limite majeure pour l’étude des homosexualités, elles ne reposaient que sur des échantillons constitués d’hommes. Ainsi, ces trajectoires de mobilités sociales et géographiques étaient aussi l’expression d’effets de sélection des répondants.

2Les grandes enquêtes sur la sexualité réalisées en population générale, Analyse des comportements sexuels des Français (ACSF, 1992) et Contexte de la sexualité en France (CSF, 2005) ont certes permis de constater des convergences entre les profils des répondants aux enquêtes Presse Gay et ceux des hommes (Messiah & Mouret‑Fourme, 1993 ; Bajos & Beltzer, 2008) – mais aussi des femmes – ayant eu des rapports sexuels avec des personnes de même sexe, sans pouvoir mettre à l’épreuve toutes les observations de M. Pollak et M.‑A. Schiltz, faute d’effectifs suffisants. Plus récemment, d’autres travaux, fondés sur des démarches qualitatives, ont abordé ces spécificités à partir d’enquêtes par entretiens. Les contributions à l’ouvrage collectif Homosexualité et parenté (Courduriès & Fine, 2014) mentionnent justement des formes de distances géographiques et relationnelles des gays et des lesbiennes vis‑à‑vis de leurs proches, en particulier à certains moments de leur vie tels que l’annonce de l’homosexualité. Dans Quartiers Gays, Colin Giraud (2014) rend compte de trajectoires caractérisées par des formes d’ascensions sociales et des migrations infra nationales orientées vers la capitale étroitement liées à l’homosexualité des enquêtés. Les spécificités de parcours analysés dès les années 1980 par M. Pollak semblent toujours d’actualité, malgré un contexte plus favorable à l’homosexualité. Pour autant, la représentation d’une migration massive des gays et des lesbiennes est questionnée. S’appuyant sur une enquête par questionnaire spécifiquement consacrée à la question des mobilités, Marianne Blidon met en évidence une diversité importante des parcours migratoires des gays et des lesbiennes qui invite à nuancer le « modèle archétypique de la fuite vers la ville » (Blidon & Guérin‑Pace, 2013). De même, dans son enquête réalisée dans la Drôme en 2013‑2014, C. Giraud (2016) rend compte de trajectoires d’hommes qui, bien que marquées par des formes de mobilités sociales, se distinguent du modèle de la mobilité vers la grande ville, tout en impliquant des formes de sociabilités locales et des réseaux qui sont étroitement liés à l’homosexualité. Ces recherches, par leurs approches, rendent compte d’une hétérogénéité qui rompt avec un schéma hégémonique. Elles ont aussi davantage reposé sur l’étude des hommes gays, les recherches sociologiques sur l’homosexualité féminine étant plus rares. Il demeure difficile de mettre en évidence statistiquement l’ampleur des phénomènes de mobilités sociales et géographiques.

3Dans un contexte renouvelé et caractérisé par une plus grande visibilité et reconnaissance sociale de l’homosexualité et un essor des recherches en sciences sociales sur le sujet, on dispose de données quantitatives nouvelles et plus détaillées qui permettent d’étudier les mobilités sociales et géographiques de gays et de lesbiennes. Cet article examine dans un premier temps les sources disponibles au milieu des années 2010. Il montre que la démarche visant à caractériser socialement gays et lesbiennes et à étudier leurs mobilités se heurte à plusieurs obstacles qui ont trait à la représentativité des enquêtes, à la qualité des indicateurs mobilisés ou encore à la faiblesse des effectifs qui peuvent être étudiés. À partir de cet état des lieux, il propose ensuite une approche qui, grâce à l’enquête Famille et logements réalisée en 2011 par l’ Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) avec la collaboration de l’Institut national d’études démographiques (Ined), permet pour la première fois d’explorer l’hypothèse de positions sociales distinctes en fonction de l’orientation sexuelle à partir d’une enquête réalisée en population générale et sur la base d’un échantillon probabiliste. Inédite par le niveau de détail qu’elle permet d’atteindre et la taille de son échantillon, elle est construite sur l’analyse des personnes qui déclarent être en couple au moment de l’enquête (cohabitant ou non). On examine ainsi dans quelle mesure femmes et hommes qui se déclarent en couple de même sexe sont caractérisés par un haut niveau de diplôme et une forte mobilité sociale. Plusieurs mécanismes – non exclusifs – sont susceptibles d’expliciter ces caractéristiques : une homosexualité structurante de parcours individuels différents ou bien des positions sociales qui favorisent la conjugalité homosexuelle et sa déclaration dans une enquête en population générale via la mention d’un conjoint de même sexe. L’enquête mobilisée ne permet pas de cerner l’importance de chacun de ces deux aspects. Dans le prolongement des travaux de M. Pollak et M.‑A. Schiltz, on étudie ensuite dans quelle mesure, les trajectoires individuelles des personnes en couple de même sexe sont davantage traversées par des formes de mobilités géographiques et si la mythologie de la grande ville comme cadre propice au vécu de l’homosexualité (Eribon, 1999 ; Chauncey, 2004) rencontre un écho dans la concentration géographique dans les grandes agglomérations des gays et des lesbiennes en couple. Des travaux sur le sujet invitent à faire l’hypothèse de différences marquées selon le sexe. Aux États‑Unis, les hommes en couple de même sexe sont plus concentrés dans les agglomérations que les femmes (Black, 2001).

4Cet article étudie ainsi les différents visages des mobilités sociales et géographiques, sans perdre de vue leur articulation avec les origines sociales des individus qui leurs sont toujours étroitement liées (Blum et al., 1985). Si l’exploitation de l’enquête Famille et logements ne permet pas de conclure à un modèle unique de trajectoires, elle fait apparaître très nettement des formes de mobilités plus fréquentes chez les personnes en couple de même sexe – tant sociales que géographiques.

L’enquête Famille et logements associée au recensement de la population (2011) : une possibilité inédite d’étudier les mobilités sociales et géographiques

Les limites des sources existantes

5La connaissance statistique des populations gaies et lesbiennes se heurte à plusieurs obstacles. Les enquêtes disponibles comportent souvent des caractéristiques qui permettent d’étudier l’homosexualité, mais elles présentent systématiquement des limites fortes qui compromettent la mise en œuvre de raisonnements aboutis. La démarche suppose trois prérequis qui dans les faits ne sont jamais véritablement réunis dans une même enquête : l’existence d’indicateurs satisfaisants – tant pour aborder l’homosexualité que les mobilités sociales et géographiques –, la représentativité de l’échantillon analysé et l’importance des effectifs. Un tour d’horizon des sources disponibles permet d’identifier les différents obstacles auxquels se heurte la démarche et de mettre en évidence les apports de l’enquête Famille et logements.

  • 1 . En l’abordant de trois manières complémentaires : le fait d’avoir eu un partenaire sexuel de même (...)
  • 2 . On compte en effet 37 femmes et 77 hommes qui se définissent comme homosexuel.le.s. Les personnes (...)

6Les enquêtes destinées à étudier les comportements sexuels en population générale (ACSF, CSF) fournissent des indicateurs multiples et permettent de cerner les contours de l’homosexualité1. Mais leurs effectifs ne permettent pas une analyse détaillée des mobilités sociales2. Les indicateurs de localisations et de migrations sont trop peu nombreux. Seule l’entité urbaine du lieu de résidence des répondants est connue.

  • 3 . Par exemple dans la version de 2011, on trouve la question : Quel est votre lieu de résidence ? M (...)
  • 4 . L’enquête Mobgay repose sur une mise en ligne du questionnaire sur le site du magazine mensuel ga (...)
  • 5 . Voir également les nombreuses annexes de présentation de l’enquête sur le site de la revue Sociol (...)

7Les enquêtes spécifiquement destinées à l’étude des pratiques et/ou des personnes homosexuelles sont de ce point de vue intéressantes car elles sont fondées sur des corpus conséquents (n = 6184 répondants pour l’enquête Presse Gay 2004 réalisée par l’InVS, 3662 femmes et 11 281 hommes pour la version de 2011). Mais les indicateurs relatifs aux localisations et mobilités géographiques sont particulièrement limités3 dans ces enquêtes qui ont été conçues au début des années 1980 pour étudier les comportements sexuels des hommes ayant des rapports avec d’autres hommes. On ne dispose d’aucune information précise concernant le lieu de naissance, ni les lieux de vie antérieurs des femmes et des hommes enquêté.e.s. De ce point de vue, l’enquête Mobgay (université Paris‑I, 2007) construite et analysée par Marianne Blidon dépasse ces limites importantes des enquêtes Presse Gay grâce à un questionnaire spécifiquement élaboré pour étudier les phénomènes de migrations infra‑nationales des gays et des lesbiennes en France. Reposant sur 3587 questionnaires (2907 hommes et 386 femmes), elle recueille l’ensemble des lieux de résidence des individus dès lors qu’ils y ont séjourné plus d’un an, lieux également situés dans une nomenclature des unités urbaines. Elle constitue une source unique pour cerner la diversité des trajectoires à l’œuvre et la succession des lieux de vie des répondants. Mais comme les enquêtes de convenance de l’InVS dépourvues de base de sondage représentative, elle repose sur la participation active des enquêté.e.s qui sont en contact avec une information concernant l’enquête, voire directement son questionnaire diffusé via des canaux identitaires (sites de rencontre, lieux d’informations gays et lesbiens, presse spécialisée4, espaces associatifs, lieux de sociabilités, etc.). L’effet de sélection est renforcé par le mode de passation qui privilégie les personnes à l’aise avec internet, ce qui apparait très clairement dans les profils des répondants analysés par les responsables de ces enquêtes (Velter, 2007 ; Blidon & Guérin‑Pace, 20135).

8Importance des effectifs et qualité de l’échantillon sont deux prérequis difficiles à rassembler. Certaines enquêtes les combinent, à l’image du recensement annuel de la population. Mais les possibilités d’étudier les mobilités sociales et géographiques sont limitées : on ne dispose d’aucune d’information sur les origines sociales des individus. Peu d’éléments relatifs aux localisations sont disponibles (lieu de naissance, lieu de résidence au moment de l’enquête et un an avant l’enquête annuelle de recensement). Si le recoupement des informations issues dans les bulletins de recensement peuvent théoriquement permettre d’identifier les couples de même sexe – cohabitants uniquement – les modalités de saisie (une question ouverte sur le lien qui unit la personne qui remplit la « feuille logement » et les habitants du ménage) compromet la qualité de l’information recueillie. La démarche est enfin d’autant plus périlleuse que les erreurs de saisies sur le sexe sont suffisamment nombreuses et difficiles à corriger (voir sur tous ces points Festy, 2007 ; Festy & Cortina, 2014 ; Toulemon et al., 2005 ; Banens & Le Penven, 2016).

Les apports de l’enquête Famille et logements

9L’enquête Famille et logements (dite EFL, Insee, 2011) associée au recensement et réalisée en 2011 permet de pallier certaines de ces limites grâce à un bulletin complémentaire qui questionne les individus sur leur situation de couple au moment de l’enquête : « Êtes‑vous actuellement en couple ? : oui, avec une personne qui vit dans le logement/ oui, avec une personne qui vit dans un autre logement / non, mais vous avez déjà été en couple par le passé / non, vous n’avez jamais été en couple ». Elle est complétée par une question sur le sexe d’un.e conjoint.e introduite par la mention : « la personne avec qui vous êtes en couple (conjoint(e), ami(e)), votre conjoint(e), ami(e) est : une femme/ un homme ».

10Du fait de son appariement au recensement, cette enquête comprend des indicateurs de positions sociales nombreux et détaillés (diplôme, PCS) et un indicateur de localisation qui indique la taille de l’entité urbaine des habitants du ménage. Cette association au recensement, enquête obligatoire (contrairement à l’enquête Famille et logements) apporte un autre avantage : la limitation probable de la sous‑déclaration. Elle permet également de limiter les erreurs sur le sexe dans le recensement car les questionnaires sont sexués, ce qui permet de contrôler la cohérence du sexe indiqué sur le bulletin individuel de recensement et éventuellement de le recoder. Le bulletin EFL, dont l’ergonomie et les modalités de passation sont strictement calqués sur le recensement, est moins enclin à faire l’objet de refus ou de non remplissage que d’autres types de questionnaires. De plus, la configuration de vie en couple de même sexe est prévue par le questionnaire, ce qui crée une forme de reconnaissance officielle pouvant favoriser sa déclaration. On ne se heurte pas à des problèmes de représentativité : les personnes enquêtées sont tirées au sort sur la base du recensement. Ni à la faiblesse des effectifs : réalisée auprès de 359 770 personnes de plus de 18 ans, l’enquête comprend des effectifs relativement élevés d’enquêtés se déclarant en couple de même sexe (730 femmes et 660 hommes). Elle fournit également des indicateurs permettant d’analyser les origines sociales des personnes enquêtées (approchées par la profession des parents) et aussi de tenir compte des situations familiales, en particulier du fait d’avoir eu des enfants. Les mobilités géographiques et les distances sont analysables grâce au recueil du lieu de vie actuel des personnes enquêtées, de leur lieu de naissance et du lieu de vie de leurs parents. Les localisations sont codées sur la base des vingt-deux régions en vigueur avant la réforme de fin 2015. Le fichier de l’enquête comprend également des indicateurs synthétiques de distance qui permettent de mettre en relation entre elles ces localisations (de résidence, de naissance et de vie des parents), suivant un codage en trois configurations : même commune ou département, autre département même région, autre région ou pays.

  • 6 . Configuration particulièrement fréquente chez les femmes et hommes qui se déclarent en couple de (...)

11On se propose ainsi d’examiner les mobilités sociales et géographiques des gays et des lesbiennes à partir des personnes en couple. On se gardera d’étendre ces résultats à l’ensemble de la population gaie et lesbienne. Aucune enquête ne permet par ailleurs de comparer de manière satisfaisante les profils des personnes gaies et lesbiennes en couple de celles qui ne le sont pas, pour les raisons d’effectifs et d’indicateurs déjà explicitées. L’enquête Famille et logements présente toutefois l’avantage d’avoir une acceptation large de la conjugalité puisque la formule étudiée renvoie au fait d’être en couple et non de vivre en couple, ce qui permet d’élargir le spectre d’analyse et ce d’autant plus qu’un item permet de déclarer une situation de couple non cohabitant6. L’enquête permet ainsi d’étudier si les trajectoires des femmes et des hommes qui vivent en couple de même sexe présentent des spécificités ou si elles traduisent une certaine banalisation des parcours.

Femmes et hommes en couple de même sexe : des positions sociales distinctes

  • 7 . Cette disparité est liée à la présence du nombre d’enfants dans le foyer. Toutefois, on observe q (...)

12Les quatre groupes étudiés présentent des caractéristiques distinctes (Tableau 1). Un contraste apparait clairement entre les deux types de couples indépendamment du sexe. En effet, les personnes en couple de même sexe sont différemment réparties suivant les classes d’âges. Pour les femmes comme pour les hommes, la part des personnes en couple de même sexe est plus élevée dans la classe d’âge la plus jeune et dans la classe intermédiaire (35‑44 ans). Elle est relativement faible dans la classe la plus âgée. On formulera plus loin quelques hypothèses sur ces disparités. Un deuxième contraste tient au niveau d’études : femmes et hommes en couple de même sexe sont plus diplômés que les femmes et les hommes en couple de sexe différent. Ceci résulte en partie de la structure différente par âge des groupes, mais subsiste après un contrôle par l’âge (voir infra). De même, en partie du fait de la structure par âge, les personnes en couple de même sexe sont plus souvent en emploi ou en études et moins souvent à la retraite. Toutefois, un écart attire l’attention sur l’activité des femmes : il est nettement moins fréquent pour les femmes en couple de même sexe d’être « au foyer7 ».

Tableau 1. Femmes et hommes en couple de même sexe et en couple de sexe différent. Structure par âge, diplôme, CS et situation vis-à-vis de l’emploi des quatre groupes

  • 8 L’enquête Famille et logements repose en sur un échantillon composé de deux tiers de femmes et un t (...)

Femmes en couple de même sexe

Hommes en couple de même sexe

Femmes en couple de sexe différent

Hommes en couple de sexe différent

Effectifs8

708

637

137242

72953

Classes d’âges (%)

18-24

12,6

9,6

6,8

3,9

25-34

22,4

22,3

20,4

17,8

35-44

30,9

36,2

23,5

24

45-54

21,2

20

22,5

23,6

55-69

12,9

11,9

26,8

30,7

Total

100

100

100

100

Diplôme (%)

Moins du bac

29,9

28,3

48,1

54,3

Bac

23,1

20,4

18,9

16,8

Premier cycle universitaire

20,9

20,8

17,2

12,4

Deuxième/troisième cycle

26,1

30,5

15,9

16,5

Total

100

100

100

100

Situation vis-à-vis de l’emploi

En emploi

71,5

74,8

59,1

68,7

Apprentissage, stage rémunéré

2

1,2

0,6

0,5

Etudes, stage non rémunéré

5,1

3,5

2,4

1

Chômage

10,6

9,3

6,8

5,9

Retraite ou préretraite

6,9

7,6

15,1

19,8

Au foyer

0,5

0,8

11,6

0,3

Autre situation

3,4

2,8

4,4

3,8

Total

100

100

100

100

CS en 7 postes

Agriculteur exploitant

0,6

0,2

1,3

2,6

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

4,7

8,3

3,3

9,2

Cadres, professions intellectuelles supérieures

20,9

26,4

10,1

18,8

Professions intermédiaires

32,2

24,6

23,2

22,1

Employés

25,4

21,5

38,5

11,4

Ouvriers

10,8

14,7

8,1

32,5

Jamais travaillé

5,4

4,3

15,5

3,4

Total

100

100

100

100

CS de la mère en 7 postes

Agricultrices exploitantes

3,5

3,2

7,3

7,8

Artisanes, commerçantes, cheffes d’entreprise

7,5

5,8

6,4

6,1

Cadres, professions intellectuelles supérieures

3,7

4,6

2,5

2,3

Professions intermédiaires

22,6

17,7

11,3

10,4

Employées

35,9

30,1

32,3

30,7

Ouvrières

8,1

13,4

11,7

11,5

Jamais travaillé

18,7

25,3

28,5

31,3

Total

100

100

100

100

CS du père en 7 postes

Agriculteurs exploitants

5,1

5,2

9,4

10,1

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

12,8

15,4

12,4

12,4

Cadres, professions intellectuelles supérieures

18,1

12,5

10,6

10,3

Professions intermédiaires

21,9

20,9

13,4

13,2

Employés

14,1

11,2

11

10,9

Ouvriers

27,8

34,1

42,1

42,1

Jamais travaillé

0,2

0,7

1,1

1

Total

100

100

100

100

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 18 à 69 ans

Lecture : 23,1% des femmes en couple avec une femme ont un diplôme de niveau bac

Note : pour les personnes retraitées, c’est la CS de la dernière profession exercée qui est prise en compte. Les effectifs sont légèrement plus faibles, la CS de 2% des personnes enquêtées étant indéterminée.

NB : Les résultats présentés ici et dans les autres tris-croisés s’appuient sur les effectifs pondérés

13De manière attendue, on observe dans le prolongement de ces scolarités distinctes des répartitions différentes dans les PCS : femmes et hommes en couple de même sexe sont un peu plus fréquemment dans la catégorie « cadres, professions intellectuelles supérieures ». Les autres contrastes varient selon le sexe : les hommes en couple de même sexe sont plus souvent employés (21 % vs 11 %) et moins souvent ouvriers (15 % vs 32 %). Chez les femmes, les différences se situent au niveau des professions intermédiaires, plus fréquentes chez les femmes en couple de même sexe (32 % vs 23 %), la part des employées étant plus faible (25 % vs 38 %). Ces différences dissimulent d’autres contrastes : indépendamment de leur niveau de diplôme, femmes et hommes en couple de même sexe exercent plus fréquemment des activités dans des PCS mixtes ou dominées numériquement par l’autre sexe. De ce point de vue, elles/ils franchissent davantage les normes de genre qui conduisent à de fortes ségrégations des occupations professionnelles suivant le sexe, observation qui consolide l’hypothèse de trajectoires individuelles marquées par certaines spécificités.

14Les origines sociales abordées ici par la profession des parents sont également contrastées, mais de manière moins marquée que ne le sont la CS et le niveau de diplôme des répondants. Les personnes en couple de même sexe et se déclarant comme telles dans l’EFL sont moins souvent issues des classes populaires et plus souvent des classes moyennes et supérieures. Les différences sont un peu plus nettes pour les femmes. Toutes ces observations justifient le recours à des régressions logistiques permettant de tenir compte des différences de structure des groupes étudiés.

Un niveau de diplôme élevé et de fortes mobilités sociales

15Ces disparités doivent toutefois attirer l’attention en tant que telles. Dans la lignée de ce qu’observaient M. Pollak et M.‑A. Schiltz dans les années 1980 et 1990 à partir d’échantillons de convenance et d’enquêtes qualitatives, on peut faire l’hypothèse qu’un niveau de diplôme élevé constitue une ressource qui favorise le fait de vivre en couple de même sexe et de le déclarer dans un questionnaire d’enquête. On peut suivre davantage encore ces auteurs et voir dans ces différences l’expression de trajectoires individuelles marquées par des formes d’autonomisation par les études étroitement liées à l’homosexualité. Investir dans les études, c’est créer les conditions d’une autonomie sociale, en particulier matérielle. Pour aller plus loin sur la piste d’un tel investissement stratégique des études, il serait utile de pouvoir distinguer les personnes dont la prise de conscience de l’homosexualité est antérieure ou concomitante des scolarités de celles pour qui elle est ultérieure. La démarche permettrait de conforter ou de nuancer une telle hypothèse. Un niveau de diplôme supérieur pour les premières consoliderait l’idée de parcours structurés par l’homosexualité. Une absence de disparités entre les deux groupes inviterait davantage à considérer qu’un capital scolaire élevé est une condition sociale du fait même de vivre en couple de même sexe et de sa déclaration. Faute d’indicateur adéquat dans l’enquête, il n’est pas possible d’aller plus loin.

16Une approche complémentaire par classes d’âges (Tableau 2) permet de constater que cette spécificité du niveau de diplôme est particulièrement caractéristique des plus âgé.e.s, comme si l’accumulation d’un certain capital scolaire avait constitué, pour les générations les plus anciennes, un facteur permettant de vivre en couple de même sexe.

Tableau 2. Diplôme supérieur au bac en fonction du type de couple, par classe d’âges et odds ratios

Femmes en couple…

de même sexe

de sexe différent

or

25-34

29,3

26,2

1,18

35-44

34,9

18,9

2,3

45-54

21,7

11

2,24

55-69

24,9

8,6

3,52

Hommes en couple…

de même sexe

de sexe différent

or

25-34

31,6

21,7

1,67

35-44

36,2

21

2,13

45-54

28

14,4

2,31

55-69

26,4

14

2,2

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 25 à 69 ans

Lecture : 24 ,9% des femmes de 55 à 69 ans et qui sont en couple avec une femme ont un niveau de diplôme supérieur au bac.

OR : Odds ratio permettant de comparer la part relative d’obtention d’un niveau de diplôme supérieur au bac dans le groupe « en couple avec un conjoint de même sexe » vs « en couple avec un conjoint de sexe différent ». Les disparités de diplôme entre les femmes (et les hommes) se déclarant en couple de même sexe et celles (et ceux) se déclarant en couple de sexe différent ont diminué au fil des générations.

  • 9 . En 1968, la France a adopté une classification de l’organisation médicale de la santé sur les mal (...)
  • 10 . Article 132‑77 du Code pénal retenant l’homophobie comme facteur aggravant d’une infraction, adop (...)

17Au‑delà de l’allongement des études qui est une évolution majeure des dernières décennies, ce rapprochement relatif du niveau de diplôme est aussi probablement la résultante d’un contexte plus favorable à l’homosexualité. La génération la plus ancienne (1951‑1965) a en effet connu la discrimination de l’homosexualité dans le droit, exprimée par une série de mesures dont les dernières ont été abolies en 1981 (Mossuz‑Lavau, 2002), un contexte marqué par des discours politiques particulièrement hostiles, à l’image du sous‑amendement du député Mirguet qui invitait en 1960 à lutter contre le « fléau social » de l’homosexualité au même titre que l’alcoolisme ou encore la tuberculose, ou encore une pathologisation renvoyant l’homosexualité à un trouble psychiatrique9. Ce contexte très défavorable transparait nettement lorsque l’on examine les attitudes vis‑à‑vis de l’homosexualité par génération dans l’ensemble de la population : les personnes nées avant les années 1960 sont beaucoup plus réservées voire hostiles à l’homosexualité que les plus jeunes (Bajos & Beltzer, 2008 ; Rault, 2016). Les générations suivantes ont été, à l’échelle de leur vie, exposées davantage à des discours plus ouverts à la défense de l’égalité des sexualités. C’est plus encore le cas de la génération la plus jeune analysée ici qui comprend des femmes et des hommes nés entre 1976 et 1985. Depuis le début des années 1980, le contexte est marqué par une visibilité accrue de l’homosexualité (notamment en raison du sida qui a particulièrement touché les gays dès les années 1980) et par une plus grande reconnaissance qui est passée par la création du pacte civil de solidarité en 1999, l’adoption de mesures pénalisant les propos homophobes dans les années 200010, la réflexion sur la création du statut d’un tiers permettant de reconnaître certaines configurations homoparentales et plus récemment – après l’enquête EFL – l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en mai 2013. Ainsi, pour les générations les plus anciennes, socialisées dans un contexte très hostile, ce niveau d’études particulièrement élevé montre que l’accumulation d’un capital scolaire était probablement une ressource nécessaire pour pouvoir vivre en couple de même sexe, mode de vie rendant l’homosexualité particulièrement visible (Courduriès, 2011). Ce phénomène pourrait être moins marqué aujourd’hui, car si le couple de même sexe continue de créer une visibilité pouvant exposer à des formes de discrimination et de stigmatisation, il est aussi le vecteur d’acceptation de l’homosexualité via la forme dominante d’organisation de la vie privée qu’est le couple. D’après Philippe Adam (1999) celle‑ci fait d’ailleurs l’objet d’une aspiration croissante parmi les gays.

18Ces niveaux de diplômes plus élevés proviennent également d’origines sociales distinctes (Tableau 1). Les personnes en couple de même sexe se caractérisent par le fait d’avoir un peu moins souvent des pères ouvriers et agriculteurs, plus souvent exerçant une profession intermédiaires ou cadres pour les femmes ; et par des mères plus souvent en activité et plus souvent professions intermédiaires. Ces contrastes sont susceptibles d’être liés à la structure par âges des groupes étudiés, les plus jeunes étant plus nombreux parmi les personnes en couple de même sexe, et à l’évolution générale de la population active – caractérisée par l’essor des cadres, des professions intermédiaires et de l’activité salariée des femmes en général et le recul des ouvriers et plus encore des agriculteurs. Ils ne le sont qu’en partie : ces différences demeurent après un contrôle par l’âge (Tableau 3).

Tableau 3. Facteurs associés à la probabilité d’avoir un haut niveau de diplôme (2e ou 3e cycle vs 1er cycle et inférieur à 1er cycle).

Femmes

Hommes

En couple…

de même sexe

1,48***

1,42***

2,23***

2,23***

de sexe différent

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Classe d’âges

25-34

1,2***

1,32***

1,14***

1,21***

35-44

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

45-54

0,5***

0,47***

0,79***

0,75***

55-69

0,44***

0,4***

0,87***

0,81***

Profession du parent

Mère

Père

Mère

Père

Agriculteurs exploitants

0,64***

0,68***

0,44***

0,44***

Artisans commerçants et chefs entreprise

1,37***

1,3***

1,37***

1,22*

Cadres et professions intellectuelles supérieures

6,36***

4,43***

6,32***

4,67***

Professions intermédiaires

3,59***

1,95***

3,62***

1,8***

Employés

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Ouvriers

0,5***

0,43***

0,55***

0,38***

Jamais travaillé

0,82***

0,35***

1,03

0,35***

Effectifs (diplôme supérieur au bac/ total)

19205/119965

10867/64872

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes de 25-69 ans en couple de même sexe ou de sexe différent

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Par exemple, le fait pour une femme d’avoir une mère « cadre (ou) profession intellectuelle supérieure » augmente très considérablement la probabilité d’avoir un niveau de diplôme d’enseignement supérieur de 2e ou 3e cycle.

Légende : *** si p<0,001 ; ** si p<0,01; * : p<0,05 - si non significatif

Nb: modèle qui exclut les 18-24 ans susceptibles d’être toujours en études.

19Si la catégorie socioprofessionnelle des parents exerce un effet sur leur niveau de diplôme, il existe un effet propre au fait d’être en couple de même sexe, pour les femmes comme pour les hommes. L’effet est plus notable encore pour les hommes.

20Ce niveau de diplôme plus élevé, s’il n’est pas indépendant des origines sociales, résulte également de mobilités sociales plus fréquentes. À origines sociales identiques, les personnes en couple de même sexe ont en effet un niveau de diplôme supérieur. Le phénomène est particulièrement marqué chez les enfants d’employé.e.s, d’ouvrier.e.s ou dont les parents relèvent de la catégorie « artisan‑commerçant‑chef d’entreprise » (voir le niveau de diplôme des personnes en couple de même sexe par PCS des parents les plus fréquentes, Figures 1 à 4).

  • 11 . Tests du chi2 réalisés pour tous les tris croisés présentés dans cet article.

21Parmi les filles d’ouvriers, les femmes en couple de même sexe sont nettement plus diplômées que celles en couple de sexe différent : 53 % ont un niveau d’études équivalent ou supérieur au bac contre 37 % des femmes en couple de sexe différent. Pour les fils d’ouvriers, les disparités sont importantes également : 57 % des hommes en couple de même sexe ont tel niveau de diplôme vs 31 % des hommes en couple de sexe différent. Les écarts sont un peu plus faibles pour les enfants d’employé.e.s et de « professions intermédiaires ». Ils sont moindres pour les cadres et professions intellectuelles supérieures dont le niveau d’études est nettement plus élevé que dans les autres catégories en raison d’un effet de reproduction sociale : 89 % des femmes et 90 % des hommes en couple de même sexe et enfants d’un père relevant de la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » ont un niveau de diplôme supérieur ou égal au bac, contre 84 % et 81 % des femmes et des hommes en couple de sexe différents. Ces différences sont peu significatives (p < 0,111) pour les hommes, pas du tout pour les femmes contrairement à celles qui sont représentées graphiquement.

22Ces observations convergent avec les résultats issus d’enquêtes fondées sur des échantillons de volontaires (Schiltz, 1998) : une mobilité sociale ascendante semble souvent caractéristique des parcours de vie gays et lesbiens. Elle se retrouve lorsque l’on met en relation la classe sociale (en sept postes) des enquêté.e.s avec celle de leurs parents. Les femmes en couple de même sexe et de sexe différent et dont le père exerce(ait) une profession intermédiaire sont respectivement 29 % et 17 % à être cadres. Les filles d’ouvriers en couple homosexuel n’ont jamais travaillé pour 4 % d’entre elles contre 17 % des femmes en couple hétérosexuel. Des disparités marquées s’observent aussi pour les hommes : les fils d’ouvriers en couple homosexuel sont 28 % à être ouvriers contre 46 % de ceux qui sont en couple hétérosexuel. Ceux dont le père exerce(ait) une profession intermédiaire sont respectivement 39 % et 28 % à être cadres.

Figures 1 à 4. Niveau de diplôme par la PCS des parents pour les femmes et les hommes

Figures 1 à 4. Niveau de diplôme par la PCS des parents pour les femmes et les hommes

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.

Champ : Femmes et hommes en couple de 25‑69 ans.

Lecture : Exemple dans la figure 1, 47 % des femmes en couple de même sexe dont le père est/était ouvrier ont un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat vs 63 % pour les femmes en couple de sexe différent.

Des prises de distances géographiques

  • 12 . Elle est abordée uniquement via le lieu de résidence de la mère et celui du père.

23Si les trajectoires des personnes en couple de même sexe donnent à voir un fort investissement dans les études et des formes de mobilités sociales ascendantes, elles sont également caractérisées par des mobilités géographiques fortes par rapport à la parentèle12. L’idée selon laquelle l’éloignement de la parenté et des lieux de l’enfance est fréquent pour les gays et les lesbiennes est ancienne. Cet éloignement est souvent présenté comme une condition nécessaire pour mieux vivre une orientation sexuelle stigmatisée et parfois difficilement acceptée par les proches, mais aussi comme une manière de nouer des sociabilités gaies ou lesbiennes dans des contextes plus éloignés et plus anonymes (Eribon, 1999, 2006). Les enquêtes françaises reposant sur des échantillons de volontaires mettent également en évidence ce double mouvement de prise de distance par rapport au réseau de parenté et de migration fréquente vers des entités urbaines. Les jeunes gays de l’enquête Presse Gay entament des mobilités géographiques plus précocement que les autres, en quittant le domicile parental plus tôt (Schiltz, 1997). D’après la version de 2004 de cette enquête, 16 % des hommes entre 22‑25 ans indiquent vivre chez leurs parents contre 45 % des jeunes hommes de 22‑25 ans d’après l’enquête SILC‑SRCV 2005 réalisée en population générale (Rault, 2011). Le protocole de constitution de l’échantillon de l’enquête Presse Gay (présence d’un questionnaire dans la presse spécialisée, version papier ou en ligne pour la version de 2004) et la présence massive d’étudiants sont toutefois largement susceptibles de conduire à ces résultats. Dans son enquête réalisée auprès des lecteurs du magazine Têtu, Marianne Blidon s’intéresse plus en détail à cette première décohabitation. Si elle observe qu’elle est souvent plus précoce dans son échantillon, elle revêt des formes très diversifiées entre décohabitation à proximité du domicile parental et prise de distance géographique plus marquée vers des entités diversifiées et pas seulement vers la grande ville.

  • 13 . L’enquête ne permet pas d’établir des distances précises entre ces différents lieux, notamment pa (...)

24L’enquête Famille et logements ne comporte pas de question sur l’âge au départ du foyer parental ni d’éléments sur le lieu de la première décohabitation. La mobilité géographique et la prise de distance vis‑à‑vis de la parenté peuvent toutefois être étudiées par l’analyse des proximités entre, d’une part, le lieu de résidence et le lieu de naissance13 (Tableau 4) et, d’autre part, le lieu de résidence des individus et celui de leurs parents (Tableau 5). Indicateur classique de la mobilité géographique, l’écart entre le lieu de naissance et le lieu de résidence est imparfait dans la mesure où il ne renseigne pas sur les étapes des trajectoires individuelles. Toutefois, si les mobilités des gays et des lesbiennes en couple sont fortes et si les parcours ont été marqués par des formes de désaffiliation (Gotman, 1999) plus ou moins durables et structurantes de trajectoires individuelles, on peut s’attendre à une prise de distance plus fréquente par rapport au lieu de naissance.

  • 14 . Sur la base des 22 régions administratives en vigueur jusqu’à la fin de l’année 2015.

25L’éloignement est plus fort pour les gays et les lesbiennes en couple qui sont plus enclin.e.s à vivre dans « un autre département » que les femmes et hommes en couple de sexe différent. En effet, 26 % des hommes en couple de même sexe vivent dans leur département de naissance contre 45 % des hommes en couple de sexe différent. Le contraste est moins marqué pour les femmes (36 % vs 43 %). Inversement, le fait de vivre dans une autre région14 administrative que sa région de naissance est nettement plus fréquent pour les femmes et plus encore les hommes en couple de même sexe. Cette spécificité demeure après un contrôle par l’âge et par le diplôme via une modélisation par sexe qui oppose le fait de vivre dans sa région de naissance au fait de vivre ailleurs (voir Tableau 6 infra). Des modèles de régressions logistiques (non présentés) prenant en considération les origines sociales vont dans le même sens.

Tableau 4. Lieu de résidence et lieu de naissance, par sexe et par type de couple

 

type de couple

Femmes en couple de même sexe

Hommes en couple de même sexe

Femmes en couple de sexe différent

Hommes en couple de sexe différent

lieu de résidence comparé au lieu de naissance

Même département

35,7

26

43,1

44,7

Autre département même région

17

12,9

13,4

13,2

Autre région ou étranger

47,3

61,1

43,5

42,1

Total (effectifs)

100 (708)

100 (637)

100 (137242)

100 (72953)

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 18 à 69 ans

Lecture : 35,7% des femmes en couple avec une femme vivent dans leur département de naissance

26Parmi les femmes et les hommes en couple dont les parents sont toujours en vie, il est nettement moins fréquent pour les femmes et les hommes en couple de même sexe de vivre à proximité des lieux de vie de leurs parents. Le phénomène concerne à la fois les deux sexes, mais il est plus important pour les hommes : 23 % des hommes en couple de même sexe vivent dans la même commune ou le même département que leur mère vs 46 % pour les hommes en couple de sexe différent.

27Le même type d’écart est observable au sujet du lieu de résidence du père : les hommes en couple de même sexe sont moitié moins nombreux que les hommes en couple de sexe différent à vivre dans le même département que leur père. Ils vivent beaucoup plus souvent dans une autre région que leurs parents : c’est le cas de la moitié d’entre eux contre un peu plus du tiers des hommes en couple de sexe différent. Chez les femmes, cet écart existe également mais il est plus faible : 38 % des femmes en couple de même sexe vivent dans le même département que leur mère contre 46 % des femmes en couple de sexe différent.

Tableau 5. Lieu de vie des parents, lieu de naissance en fonction du lieu de résidence actuel, par sexe et par type de couple

 

type de couple

Femmes en couple de même sexe

Hommes en couple de même sexe

Femmes en couple de sexe différent

Hommes en couple de sexe différent

lieu de vie de la mère et lieu de résidence

Même commune ou départ.

38

23

46,1

46,1

Autre département même région

13,9

12

10,3

9,9

Autre région, étranger

35,5

51,1

35

35,3

Ne sait pas

12,6

13,9

8,6

8,7

Total (effectifs)

100 (590)

100 (531)

100 (101835)

100 (52396)

lieu de vie du père et lieu de résidence

Même commune ou départ.

29,5

21

41,2

42

Autre département même région

11,5

11,2

10,3

9,8

Autre région, étranger

41,9

49

37,1

36,3

Ne sait pas

17,1

18,8

11,5

11,9

Total (effectifs)

100 (515)

100 (438)

100 (78065)

100 (39081)

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 18 à 69 ans dont la mère/le père sont en vie

Lecture : 38% des femmes en couple avec une femme vivent dans la même commune ou le même département que leur mère

  • 15 . Cette démarche est complétée par une autre approche consistant en un appariement exact des deux g (...)

28On peut penser que cette distance plus fréquente pour les personnes en couple gay ou lesbien est étroitement liée aux trajectoires scolaires et qu’elle est la résultante mécanique d’un niveau de diplôme plus élevé, mobilité géographique et haut niveau de diplôme étant corrélés. Mais des régressions modélisant la probabilité de vivre à distance de son lieu de naissance et de celui de leur parents (Tableaux 6 et 7) montrent que le fait d’être en couple de même sexe est associé à cette distance, tant pour les femmes que pour les hommes. Le fait d’être en couple de même sexe joue toutefois plus massivement pour les hommes15.

Tableau 6. Facteurs associés au fait de résider dans un autre département que celui de sa naissance

modèle

âge, diplôme, type de couple

 

F

H

Classe d’âges

 

 

18-24

0,74***

0,76***

25-34

0,89***

0,90***

35-44

Réf.

Réf.

45-54

0,99

0,97

55-69

1,00

1,00

diplôme

< bac

0,74***

0,69***

bac- bac + 2

Réf.

Réf.

> bac +2

1,98***

2,29***

étudiant.e

2,15***

3,15***

En couple…

De sexe différent

Réf.

Réf.

De même sexe

1,35***

2,15***

Effectifs ailleurs/ensemble

73543/137950

38976/73590

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes de 25-69 ans en couple

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Par rapport au fait d’être en couple de sexe différent, le fait d’être en couple de même sexe augmente la probabilité de résider dans un département que le département de naissance.

Légende : *** si p<0,001 ; ** si p<0,01; * : p<0,05, - si non significatif

29De manière également révélatrice de cette distance, il est un peu plus fréquent d’indiquer que le lieu de résidence de ses parents est inconnu. Tandis que 11 % des femmes en couple de sexe différent disent ne pas savoir où vit leur père (9 % leur mère), 17 % des femmes en couple de même sexe ignorent le lieu de vie de leur père (13 % leur mère). Les contrastes sont du même ordre pour les hommes. Cette différence peut être le signe d’une rupture relationnelle avec la parenté plus fréquente pour les gays et les lesbiennes. Des modèles de régressions logistiques qui permettent de tenir compte de la structure des groupes étudiés montrent que cette méconnaissance du lieu du domicile des parents est davantage associée au fait d’être en couple de même sexe (tableau en Annexe 1).

Tableau 7. Facteurs associés à la distance entre le lieu de résidence des enquêté.e.s et celui de leurs parents (régression logistique multinomiale, Odds-ratio et seuils de significativité. valeur de référence : fait de vivre dans le département de résidence de sa mère (à gauche), de son père (à droite)

Lieu de résidence de la mère

(réf. Même département)

Lieu de résidence du père

(réf. Même département)

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

 

Autre département même région

Autre région

Autre département même région

Autre région

Autre département même région

Autre région

Autre département même région

Autre région

Classe d’âges

18-24

1,16**

0,79***

1,16*

0,72***

1,11*

0,87***

1,29***

0,90*

25-34

1,05

0,93

1,04

0 ,58

1,03

0,95*

1,01

0,99

35-44

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

45-54

1,04

1,02

0,98

0,97

1,02

1,00

0,91

0,99

55-69

1,07

0,98

0,98

1 ,00

0,96

0,95

0,93

0,98

diplôme

 

 

 

 

 

 

 

 

< bac

0.65***

0,88***

0,60***

0,80***

0,66***

0,95**

0,59***

0,89***

bac- bac + 2

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

> bac +2

2,01***

2,18***

2,29***

2,56***

2,06***

2,17***

2,40***

2,66***

étudiant.e

3,20***

3,18***

5,76***

5,87***

3,06***

2,85***

5,11***

5,09***

couple…

 

 

 

 

 

 

 

 

de sexe différent

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

de même sexe

1,57***

1,38***

2,12***

2,87***

1,53**

1,72***

1,95***

2,56***

effectifs

10034

33889

4989

18250

7725

27721

3651

14100

effectifs : vivre dans le même département que ses parents / total

50305/102245

25198/52927

34594/78580

17121/39519

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes de 18-69 ans en couple de même sexe ou de sexe différent dont la mère et le père sont en vie

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Ainsi, à partir de l’exemple « résider en IdF » : un OR supérieur à 1 indique et statistiquement significatif indique que l’on est en présence d’un facteur qui augmente la probabilité d’avoir, par rapport au département de naissance, migré pour résider en Ile-de-France au moment de l’enquête. Plus la valeur d’un paramètre est élevée, plus l’impact de ce facteur est important. Par exemple, chez les hommes, le fait d’être en couple de même sexe augmente considérablement la probabilité de vivre en Ile-de-France para rapport au fait de résider dans la région de naissance (sur la base des 22 régions antérieures à la réforme de 2015).

Légende : *** si p<0,001 ; ** si p<0,01; * : p<0,05, - si non significatif

Nb : la modalité “ne sait pas” n’est pas représentée et est modélisée séparément afin d’identifier les facteurs associés au fait de ne pas connaître le lieu de résidence des parents vs le fait de le connaître (voir tableau A1 en annexe)

  • 16 . Des contrôles différents sur les hommes ont été réalisés sur les indicateurs de distance. Lorsque (...)

30Si les lieux de vie des personnes en couple de même sexe sont marqués par une plus grande distance vis‑à‑vis de ceux des parents, on peut s’interroger sur l’écart observable entre les femmes et les hommes. Plusieurs hypothèses peuvent être soulevées en particulier du fait de normes familiales qui concernent différemment les individus selon leur sexe. De manière générale, une plus grande proximité des femmes de leur réseau de parenté est observable (Bonvalet et al., 1999 ; Jonas & Le Pape, 2008 ; Bonvalet & Lelièvre, 2014), l’écart observé entre les sexes pourrait être la reproduction, au sein des personnes en couple de même sexe de cette différence. Celle‑ci est aussi plus marquée en présence d’enfants. Si la source mobilisée ici ne fournit aucun indicateur de fréquence des rencontres, ni de proximité relationnelle et encore moins d’appréciation subjective des relations familiales, elle permet toutefois d’étudier si la proximité du réseau de parenté est corrélée au fait d’avoir des enfants dans le ménage. Les premiers travaux sur l’homoparentalité ont montré que pour les femmes lesbiennes, l’engagement dans la parentalité contribuait parfois à resserrer une proximité avec ses propres parents, voire à atténuer un stigmate de l’homosexualité que pouvaient avoir ressenti certaines d’entre‑elles (Descoutures, 2010). De fait, avoir un enfant va de pair avec le fait de vivre à proximité de ses parents. Une régression logistique examinant les facteurs associés au fait de vivre dans le même département que ses parents chez les femmes en couple de même sexe, intégrant l’âge, le niveau de diplôme des enquêtées et le fait d’avoir ou non au moins un de ses enfants dans le ménage met en évidence un effet significatif de ce dernier facteur (Tableau 8 pour la proximité de la mère). Comme pour les femmes en couple de sexe différent, la parentalité contribue à la proximité géographique des femmes en couple de même sexe avec leurs parents16. Une régression équivalente sur les hommes est impossible faute d’effectifs : moins de 5 % des hommes en couple de même sexe déclare avoir eu des enfants ou vivre avec des enfants dans le logement.

Tableau 8. Facteurs associés au fait de vivre à distance de sa mère chez les femmes en couples de même sexe

Probabilité estimée de vivre dans un autre département que sa mère

OR et significativité

Age

25-34

0,83

35-44

Réf.

45-54

1,03

Niveau de diplôme

Inférieur au bac

0,88

Bac – Premier cycle

Réf.

Supérieur à premier cycle

1,93***

Toujours en études

1,51

A au moins un de ses enfants dans le ménage

Oui

0,55*

Pas d’enfant du tout ou pas d’enfant dans le ménage

Réf.

Effectifs autre département / ensemble

300/464

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes de 25-54 ans en couple de même sexe

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Avoir au moins un enfant dans le ménage diminue la probabilité de vivre à distance de chez sa mère par rapport au fait de ne pas en avoir.

Légende : *** si p<0,001 ; ** si p<0,01; * : p<0,05 pas de symbole si non significatif

NB1 : le champ est limité aux classes d’âges dans lesquelles les femmes déclarent avoir un enfant dans le ménage

NB2 : Deux autres modèles ont été construits. Le premier à partir du fait d’avoir des enfants, indépendamment de leur présence dans le ménage et le second en tenant compte de la présence dans le ménage des enfants de la conjointe. Les résultats sont similaires.

31L’interprétation de ces distances plus grandes des personnes en couples de même sexe à des « lieux de référence » que sont les lieux de résidence des parents et le lieu de naissance n’est pas aisée : elle peut certes signifier des formes de prises de distances, des affaiblissements relationnels éventuellement des ruptures. Mais il faut se garder d’interpréter cette distance de manière univoque. D’une part, parce qu’elle peut aller de pair avec une forte proximité relationnelle passant par d’autres formes de contacts. D’autre part, parce qu’elle peut plus largement traduire des normes familiales parfois distinctes pour les personnes en couple gay ou lesbiens. Vivre une conjugalité et une sexualité minoritaires peut aussi favoriser la construction d’arrangements relationnels qui octroient aux individus une plus grande liberté dans la gestion de leurs relations familiales. Cette prise de distance peut ainsi traduire une moindre emprise de rôles familiaux caractérisés par des injonctions et des obligations relationnelles vis‑à‑vis de la parenté.

Peut‑on parler d’une « fuite vers la ville » ?

  • 17 . Tendance qui se retrouve au Canada où les agglomérations de Montréal, Toronto et Vancouver concen (...)

32Quelles formes prennent ces prises de distance ? Tant dans des œuvres littéraires et cinématographiques que dans des recherches en sciences sociales, la ville – plus précisément la grande ville – est investie d’une certaine mythologie car perçue comme une condition nécessaire de l’épanouissement en tant que gay ou lesbienne (Tamagne, 2001 ; Leroy, 2009 ; Chauncey, 2003). Il ne s’agit pas seulement d’une représentation : les rares travaux statistiques rendant compte du rapport à l’espace des gays et des lesbiennes mettent en évidence une présence plus marquée dans les zones urbaines. Dans la version de 1995 de l’enquête Presse Gay analysée par M.‑A. Schiltz, 45 % des 2291 répondants se disant homosexuels résidaient en région parisienne, pourcentage que l’on retrouvait dans l’enquête ACSF réalisée en population générale (46 % des 52 hommes homosexuels de l’enquête) contre 17 % des hommes dont la polarité sexuelle est « hétérosexuelle ». Aux États‑Unis, l’examen de la répartition géographique des couples de même sexe à partir de données plus solides – les recensements de 1990 et de 2000 – montre que dans les grandes agglomérations (en particulier : New York, Los Angeles, San Francisco, Washington, Chicago…) les couples de même sexe sont largement surreprésentés17 (Black etal., 2000 ; Baumle etal., 2009). Le phénomène est par ailleurs plus marqué pour les hommes que pour les femmes.

33Ces résultats valent pour la situation française. Les femmes et les hommes en couple de même sexe vivent nettement plus fréquemment en région parisienne ou dans les agglomérations de plus 100 000 habitants que les femmes et hommes en couple de sexe différent (Tableau 9).

Tableau 9. Lieu de résidence (entités urbaines au sens de l’Insee) par type de couple (%)

type d'agglomération

Femmes en couple de même sexe

Hommes en couple de même sexe

Femmes en couple de sexe différent

Hommes en couple de sexe différent

Effectifs

708

637

137242

72953

< 5000 habitants

19,1

20,5

35,2

32,2

5000 à 49 999 habitants

6,7

4,1

9,6

9,7

50 000 à 99 999 habitants

10,4

11,3

10,7

15,6

100 000 hab. et plus (hors région parisienne)

39,8

32,6

28,9

27,1

Région parisienne (unité urbaine)

24

31,5

15,6

15,4

% Paris sur l’ensemble de l’unité urbaine

38,9

69,3

20,2

20,1

Total

100 (708)

100 (637)

100 (137242)

100 (72953)

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 18 à 69 ans

Lecture : 19,1% des femmes en couple avec une femme vivent dans une commune rurale ou une entité urbaine de moins de 5000 habitants

Note : l’unité urbaine de Paris ne recouvre pas l’intégralité de l’Ile-de-France

34Le pourcentage des hommes en couple de même sexe à vivre en région parisienne est même deux fois plus élevé que celui des hommes en couple de sexe différent. Le contraste est un peu moins marqué pour les femmes, ce qui confirme les résultats mis en évidence pour les États‑Unis ou la distribution géographique des hommes est relativement concentrée, alors que celle des femmes est plus réticulaire (Baumle et al., 2006). Ces spécificités demeurent après un contrôle par l’âge et le niveau de diplôme (Tableau 10), ce dernier étant susceptible de susciter plus volontiers des migrations vers les grandes unités urbaines qui correspondent souvent à des villes universitaires.

Tableau 10. Facteurs associés au fait de vivre en région parisienne

 

Femmes

Hommes

Classe d’âges

 

 

18-24

1,03

0,68***

25-34

1,21***

1,07*

35-44

Réf.

Réf.

45-54

0,96

0,97

55-69

0,88***

0,85***

diplôme

< bac

0,83***

0,7***

bac- bac + 2

Réf.

Réf.

> bac +2

2,67***

3,22***

étudiant.e

2,05***

3,65***

En couple…

De sexe différent

Réf.

Réf.

De même sexe

1,54***

3,32***

Effectifs même sexe/ sexe différent

14010/123340

9374/73590

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes de 18-69 ans en couple

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Ainsi, le fait d’être en couple de même sexe augmente nettement la probabilité de vivre en région parisienne par rapport au fait d’être en couple de sexe différent. Et ce, de façon plus marquée pour les hommes que pour les femmes.

Légende : *** si p<0,001 ; ** si p<0,01; * : p<0,05, - si non significatif

35Les différences selon le sexe proviennent probablement de multiples facteurs. Cette spécificité est susceptible d’être l’expression d’un rapport sexué aux expaces publics et à l’espace urbain plus favorable aux hommes (Lieber, 2008). La présence importante de lieux de sociabilités gays dans la capitale, alors que les lieux lesbiens sont moins nombreux et plus diffus (Cattan & Clerval, 2011) pourrait également être un facteur expliquant en partie ces disparités. Cette spécificité parisienne peut avoir constitué, dans les trajectoires individuelles, un facteur de rapprochement des jeunes gays de la capitale qui a par la suite façonné un ancrage parisien (voir Giraud, 2012). Les femmes en couple de même sexe sont aussi plus nombreuses que les femmes en couple de sexe différent à vivre en région parisienne, mais moins que les hommes gays. Dans son enquête par entretiens réalisée auprès de femmes vivant en couple lesbien, Raphaële Ferzli suggère que les sociabilités des femmes pourraient s’appuyer un peu plus « sur l’intérieur et sur le domestique » (Ferzli, 2001, p.158) allant de pair avec une moindre sensibilité aux espaces identitaires, tandis que celles des hommes passeraient davantage par des sociabilités extérieures. À partir de l’étude des espaces lesbiens à Montréal, Julie Podmore (2006) souligne également que comparées aux sociabilités gaies, les sociabilités lesbiennes se construisent davantage sur des logiques relationnelles privées que dans le cadre d’espaces publics urbains reposant sur des lieux à vocation commerciale. Enfin, cette différence pourrait être liée au phénomène déjà observé dans la section précédente : le fait de vivre avec des enfants dans le ménage, plus fréquent pour les femmes en couple de même sexe que pour les hommes pourrait non seulement expliquer une relative proximité des lieux de résidence des parents, mais aussi expliquer une concentration moins marquée en région parisienne et surtout à Paris. Le pourcentage de femmes de 25‑54 ans en couple de même sexe qui déclarent vivre avec au moins un enfant est de fait un peu plus faible à Paris (10,5 %) qu’ailleurs (18,9 %, p < 0,05). Pour autant, ce n’est pas dans les grandes agglomérations où elles sont plus nombreuses que les hommes qu’elles ont le plus souvent des enfants. Ce sont dans les entités urbaines moyennes (50 000 à 99 999 habitants) que le pourcentage de femmes qui déclarent vivre avec des enfants est le plus marqué (26 %).

36Cette concentration distincte des personnes en couple de même sexe résulte elle‑même de migrations plus fréquentes. Les mobilités des individus à partir de leur lieu de naissance se déclinent différemment pour les personnes en couple de même sexe et celles en couple de sexe différent. Parmi les personnes nées en dehors de la région parisienne, les parcours des hommes en couple de même sexe aboutissent plus souvent en Île‑de‑France que ceux des hommes en couple de sexe différent et que ceux des femmes en général (Tableau 11). Seulement 34 % vivent aujourd’hui dans leur région de naissance (hors Île‑de‑France) contre 58 % des hommes en couple hétérosexuel. Les deux types de mobilités distinguées sont beaucoup plus fréquentes : vers la région parisienne, d’une part (27 % vs 11 %), et vers d’autres régions que la région de naissance, d’autre part (39 % vs 31 %). Ces écarts sont plus nuancés chez les femmes : les femmes en couple de même sexe ont plus fréquemment migré vers l’Île‑de‑France, tandis que la mobilité de région à région est du même ordre que pour les femmes en couples de sexe différent.

Tableau 11. Types de migration à partir de la région de naissance (hors Ile-de-France) en fonction du type de couple – sur la base des 22 régions administratives antérieures à la réforme de 2015

Femmes en couple de même sexe

Hommes en couple de même sexe

Femmes en couple de sexe différent

Hommes en couple de sexe différent

Vers l’Ile-de-France

17,3

26,8

12,1

11,4

D’une région à l’autre (hors Ile-de-France)

31,8

39

31,6

30,9

Au sein d’une même région

50,9

34,2

56,3

57,7

Total

100 (596)

100 (537)

100 (122645)

100 (64167)

% personnes nées hors Ile-de-France sur le total

83,6%

84,2%

89,5%

88,2%

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011

Champ : Femmes et hommes en couple de 18 à 75 ans et né.e.s hors de l’Ile-de-France

Lecture : 17,3% des femmes en couple avec une femme nées en dehors de l’Ile-de-France vivent en 2011 en Ile-de-France

37Ces écarts demeurent significatifs après un contrôle par l’âge et le niveau de diplôme (voir modèles de régressions multinomiales en Annexe 2). Ils sont également étroitement liés aux origines sociales. Dans toutes les catégories ou presque, les personnes en couple de même sexe ont plus souvent été mobiles vers la région parisienne et parfois dans une autre région que la région de naissance (voir graphiques A1 à A4 en Annexe 3). On observe en particulier que les hommes en couple de même sexe fils de cadre ont souvent connu une mobilité vers la région parisienne. Près de la moitié d’entre eux (46 %) vivent en Île‑de‑France contre 22 % des fils de cadres qui sont en couple de sexe différent. Pour les femmes, cet écart est nettement plus faible mais observable pour les filles de cadres et d’employés. Dans d’autres catégories, c’est la mobilité de la région de naissance vers une autre région hors de l’Île‑de‑France qui est particulièrement caractéristique des personnes en couple de même sexe : les fils d’artisans commerçants chefs d’entreprise, de professions intermédiaires et d’ouvriers ont plus souvent connu cette trajectoire quand ils sont en couple de même sexe.

38Ces mobilités sont également plus contrastées chez les personnes en couple de même sexe en fonction de la génération. À niveau de diplôme équivalent, les classes d’âges les plus jeunes vivent relativement moins souvent hors de leur région de naissance que les classes plus âgées, en particulier les hommes qui ont très souvent quitté cette même région. Ce contraste ne se retrouve pas dans des termes équivalents chez les personnes en couple de sexe différent. On peut faire sur ce point à nouveau l’hypothèse qu’un contexte plus favorable à l’acception de l’homosexualité pourrait avoir rendu moins nécessaires des formes de prises de distance par rapports aux lieux d’origine. Même si globalement, celles‑ci demeurent de manière très nette.

39Cette propension à la mobilité intra régionale liée à l’orientation sexuelle ne concerne pas les personnes nées en Île‑de‑France dans les mêmes termes. Il n’y a pas de disparités majeures sur les parcours qu’ont connues les personnes qui sont en couple de même sexe et celles qui sont de sexe différent. Sur l’ensemble des personnes en couple, un peu plus de la moitié de celles qui sont nées en Île‑de‑France y résident au moment de la collecte d’EFL (55 %). Toutefois, la part des hommes en couple de même sexe dans cette situation est un peu plus élevée (66 %). Parmi les personnes en couple de même sexe qui sont nées en région parisienne, celles et ceux qui y résident au moment de l’enquête sont beaucoup plus souvent des cadres et professions intellectuelles supérieures. Chez les femmes nées en Île‑de‑France, 32 % de celles qui y résident sont des cadres, contre 15 % chez celles qui ont quitté la région. Chez les hommes, les disparités sont plus grandes encore : 49 % de ceux qui y sont nés et y vivent toujours relèvent de cette catégorie contre 15 % de ceux qui vivent dans une autre région.

40Plus globalement, le fait que la mobilité géographique constatée pour les personnes nées en dehors de la région parisienne ne se retrouve pas chez celles qui y sont nées montre que les trajectoires des gays et lesbiennes en couple sont à la fois la résultante d’une distanciation des lieux d’origine et d’une attraction spécifique de l’Île‑de‑France, plus encore pour les hommes que pour les femmes.

Conclusion

41Les mobilités sociales et géographiques des femmes et des hommes qui se déclarent en couple de même sexe dans une enquête en population générale donnent à voir plusieurs spécificités. Un fort investissement dans les études et une mobilité sociale ascendante apparaissent nettement plus caractéristiques des personnes en couple gay ou lesbien que celles en couple de sexe différent, tant pour les femmes que pour les hommes. Les situations individuelles observées rendent également compte d’une mobilité géographique forte. Elle se caractérise par une prise de distance marquée vis‑à‑vis des lieux de vie de la parenté et est souvent orientée vers les grandes entités urbaines et ce, davantage pour les hommes que pour les femmes. Si la mobilité vers les grandes villes – en particulier vers la région parisienne – comme condition d’un mode de vie gay et lesbien n’apparait pas comme une nécessité, il s’agit d’une configuration nettement dominante.

42Les deux formes de mobilités étudiées se combinent différemment selon les origines sociales des individus. Les mobilités sociales sont fortes chez les femmes et les hommes issus des classes moyennes et populaires et vont de pair avec une mobilité géographique plus fréquente que pour celles et ceux qui sont en couple différent. Les gays issus des classes supérieures ne se distinguent pas des autres hommes issus des classes supérieures en termes de trajectoires scolaires, mais présentent plus fréquemment des mobilités géographiques orientées vers l’Île‑de‑France et plus encore vers la ville de Paris. Ces combinaisons se déclinent également distinctement selon le sexe des individus : l’analyse montre l’importance de certaines normes de genre qui traversent les trajectoires des femmes en couple de même sexe, même si certaines logiques d’éloignement semblent liées à l’homosexualité. C’est le cas en particulier du rapport sexué à l’espace et de l’emprise des relations de parenté qui s’exprime dans le fait que les femmes sont plus proches de leur réseau familial et que la présence d’enfant dans le ménage va de pair avec une proximité du lieu de vie des parents.

43Ces observations s’inscrivent dans la lignée des travaux pionniers qui invitaient à examiner l’hypothèse de parcours individuels influencés par l’orientation homosexuelle, mais qui reposaient sur des sources trop fragiles pour établir des tendances statistiques fiables (enquêtes qualitatives ou quantitatives issues d’échantillons de convenance, la plupart réalisées uniquement sur des corpus d’hommes). De ce point de vue, des spécificités demeurent dans les trajectoires des femmes et des hommes en couple de même sexe, en particulier concernant l’attractivité spécifique des milieux urbains et de la région parisienne. Qu’elles traduisent la nécessité de disposer d’un certain capital socioéconomique et de mobilité géographique pour pouvoir vivre en couple de même sexe ou qu’elles soient la résultante de parcours gays et lesbiens au sens où l’expérience d’une orientation sexuelle minoritaire et stigmatisable susciterait un fort investissement scolaire, des mobilités sociales et des migrations marquées, ces trajectoires invitent à rester prudent devant l’hypothèse d’une banalisation des expériences homosexuelles qui irait de pair avec l’évolution des droits telle qu’elle a eu lieu depuis les années 1980 et plus encore les années 1990.

  • 18 . Elle pourrait combiner des éléments de l’enquête EFL dont le recueil du sexe du conjoint et une d (...)

44L’enquête Famille et logements apporte ainsi des éléments inédits sur les homosexualités en France à partir de l’étude des personnes en couple de même sexe. Toutefois, les opportunités qu’elle offre pour étudier l’articulation entre l’orientation sexuelle et les trajectoires individuelles demeurent limitées, en particulier du fait de son approche transversale des situations individuelles. Elle ne permet pas d’étudier des trajectoires sociales et géographiques en prenant en compte différentes étapes et d’éventuelles ruptures biographiques. Ces résultats invitent ainsi à construire un dispositif d’enquête qui permettrait de mieux prendre en considération la diversité des homosexualités, via par exemple une enquête associée au recensement accompagnée d’un questionnaire rétrospectif permettant de ne pas réduire l’analyse aux situations de couple au moment de l’enquête18. Un tel dispositif pourrait également apporter des éléments complémentaires à l’étude de la distance géographique via des questions sur la caractérisation des relations entretenues entre les personnes enquêtées et leurs proches (fréquence et modalités des contacts, indicateurs d’appréciation des relations, éléments sur les échanges économiques et matériels). Proches qui ne seraient pas limités aux seuls parents mais qui intégrerait la famille élargie et surtout les réseaux amicaux et professionnels. Reposant sur un sondage aléatoire, une telle enquête contiendrait des éléments rétrospectifs détaillés permettant de faire des analyses de parcours complexes en mettant en relation mobilités sociales, trajectoires familiales, mobilités géographiques et biographies sexuelles. Elle contribuerait ainsi à réduire le retard criant des approches quantitatives des homosexualités en France.

Annexes

Annexe 1. Facteurs associés au fait de ne pas connaître le lieu de vie de ses parents [modèle logit, odds‑ratio et seuils de significativité ; valeur de référence : connaître le lieu de résidence de sa mère (à gauche) de son père (à droite)]

Modèle

Ne pas connaître le lieu de résidence de sa mère

Ne pas connaître le lieu de résidence de son père

F

H

F

H

Classe d’âges

18‑24

2,17***

2,20***

1,56***

1,60***

25‑34

0,97

1,00

0,90**

0,91

35‑44

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

45‑54

1,21***

1,22***

1,41***

1,40***

55‑69

2,30***

2,23***

4,87***

4,67***

diplôme

< bac

1,91***

1,52***

2,15***

1,75***

bac‑ bac + 2

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

> bac +2

0,79***

0,64***

0,74***

0,61***

étudiant.e

2,12***

1,52***

1,88***

1,36***

En couple…

De sexe différent

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

De même sexe

1,76***

1,87***

1,90***

2,00***

Effectifs inconnu/ensemble

8197/102425

4490/52927

8540/78580

4647/39519

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.

Champ : Femmes et hommes de 18‑69 ans en couple et dont la mère et le père sont en vie.

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante.

Notes : *** si p < 0,001 ; ** si p < 0,01 ; * : p < 0,05 ; ‑ si non significatif.

Annexe 2. Facteurs associés aux mobilités géographiques entre le lieu de naissance et le lieu de résidence actuel [régression multinomiale, odds‑ratio et seuils de significativité ; valeur de référence : fait de vivre dans sa région de naissance (hors Île‑de‑France)]

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

résider en Île‑de‑France

résider dans une autre région

résider en Île‑de‑France

résider dans une autre région

résider en Île‑de‑France

résider dans une autre région

résider en Île‑de‑France

résider dans une autre région

Classe d’âges

18‑24

0,67***

0,74***

0,4***

0,74***

0,81***

0,82***

0,6***

0,83***

25‑34

1,03

0,9

0,92*

0,89***

1,14***

0,95**

1,03

0,94*

35‑44

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

45‑54

1,01

1,01

1

0,99

0,84***

0,93***

0,85***

0,93**

55‑69

0,9**

1,06**

0,94

1,1***

0,71***

0,94***

0,79***

1,01

Diplôme

< bac

0,86***

0,83***

0,67***

0,76***

bac‑ bac + 2

réf.

réf.

réf.

réf.

> bac +2

3,61***

1,74***

4,72***

1,97***

étudiant.e

3,32***

1,77***

7,52***

1,93***

Couple…

de même sexe

1,69***

1,18

5,45***

1,93***

1,91***

1,26*

6,74***

2,14***

de sexe différent

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

réf.

effectifs

9132/123241

39506/123241

5863/64704

19960/64704

9132/123241

39506/123241

5863/64704

19960/64704

Effectifs : vivre dans sa région de naissance

74603

38881

74603

38881

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.

Champ : Femmes et hommes de 18‑69 ans en couple de même sexe ou de sexe différent et né.e.s en dehors de la région Île‑de‑France. Deux modèles ont été élaborés, dont l’un sans la variable de diplôme. Celle‑ci, parce qu’elle comprend ici l’item « en études » est en effet très correlée à l’âge.

Lecture : Une valeur d’odds ratio statistiquement significative et supérieure à 1 indique que, pour la modalité étudiée, par rapport à la modalité de référence de la variable considérée, le facteur accroît les chances d’appartenir au groupe modélisé. Plus l’odds ratio est éloigné de 1, plus l’influence du facteur auquel il est associé est importante. Ainsi, à partir de l’exemple « résider en IdF » : un OR supérieur à 1 statistiquement significatif indique que l’on est en présence d’un facteur qui augmente la probabilité d’avoir, par rapport au département de naissance, migré pour résider en Île‑de‑France au moment de l’enquête. Plus la valeur d’un paramètre est élevée, plus l’impact de ce facteur est important. Par exemple, chez les hommes, le fait d’être en couple de même sexe augmente considérablement la probabilité de vivre en Île‑de‑France par rapport au fait de résider dans la région de naissance et sur la base des 22 régions antérieures à la réforme de 2015.

Notes : *** si p < 0,001 ; ** si p < 0,01 ; * : p < 0,05 ; ‑ si non significatif.

Annexe 3. Type de mobilité géographique des femmes et des hommes en couple de même sexe et de sexe différent en fonction des professions exercées par leurs parents

Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.

Champ : Femmes en couple de 18‑69 ans né.e.s en dehors de l’Île‑de‑France.

Lecture : Exemple en figure A1, 28,7 % des femmes en couple de même sexe dont le père est/était employé sont nées en dehors de l’Île‑de‑France et vivent aujourd’hui dans cette région. Cette configuration concerne 12,9 % des femmes en couple de sexe différent et dont l’activité du père relève (relevait) de cette catégorie.

Haut de page

Bibliographie

Adam P. (1999), « Bonheur dans le ghetto ou bonheur domestique ? Enquête sur l’évolution des expériences homosexuelles », Actes de la recherche en sciences sociales, no 128, pp. 58‑67.

Bajos N. & Beltzer N. (2008), « Les sexualités homo‑bisexuelles : d’une acceptation de principe aux vulnérabilités sociales et préventives », in Bajos N. & Bozon M., Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, pp. 243‑272.

Banens M. & Le Penven E. (2016), « Les erreurs de sexe dans le recensement et leurs effets sur l’estimation des couples de même sexe », Population, vol. 71, no 1, pp. 135‑148.

Baumle A. K., Compton D. & Poston D. L. Jr. (2009), Same‑Sex Partners: The Social Demography of Sexual Orientation. Albany, NY, State University of New York Press.

Black D., Gates G., Sanders S. & Taylor L. (2000), « Demographics of the Gay and Lesbian Population in the United States. Evidence from Available Systematic Sources », Demography, no 37, pp. 139‑154.

Blidon M. & Guérin‑Pace F. (2013), « Un rêve urbain ? La diversité des parcours migratoires des gays », Sociologie, vol. 4, no 2, pp. 119‑138.

Blum A., de la Gorce G. & Thélot C. (1985), « Mobilité sociale et migration géographique », Population, vol. 40, no 3, pp. 397‑434.

Bonvalet C., Gotman A. & Grafmeyer Y. (dir.), (1999), La Famille et ses proches. L’Aménagement des territoires, Paris, Éditions de l’Ined, « Travaux et documents ».

Bonvalet C. & Lelièvre E. (dir.), (2012), De la Famille à l’Entourage. L’Enquête Biographies et entourage, Paris, Éditions de l’Ined, « Grandes enquêtes ».

Cattan N. & Clerval A. (2011), « Un droit à la ville ? Réseaux virtuels et centralités éphémères des lesbiennes à Paris », Justice spatiale, no 3, mars 2011.

Chauncey G. (2003), Gay New York (1890‑1940), Paris, Fayard.

Cortina C. & Festy P. (2014), « Identification of Same‑sex Couples and Families in Censuses, Registers and Surveys », Families and Societies, Working paper series 8.

Courduriès J. (2011), Être en couple (gay), Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Courduriès J. & Fine A. (dir.) (2014), Homosexualité et parenté, Paris, Armand Colin.

Descoutures V. (2010), Les Mères lesbiennes, Paris, Puf.

Desplanques G. (2005), « Pour une histoire des enquêtes Famille », in Lefèvre C. & Filhon A. (dir.), Histoires de Familles, Histoires familiales, Paris, éditions de l’Ined, pp. 15‑28.

Eribon D. (1999), Réflexion sur la question gay, Paris, Seuil.

Eribon D. (2006), Retour à Reims, Paris, Seuil.

Ferzli R. (2001), « Couples au féminin. Aspects du quotidien », Les Cahiers du genre, no 30, pp. 147‑178.

Festy P. (2007), « Enumerating Same‑sex Couples in Censuses and Population Registers », Demographic Research, no 17, article no 12, pp. no 339‑368.

Giraud C. (2011), « Enquête sur les lieux de résidence des homosexuels masculins à Paris », Sociétés contemporaines, no 81, pp. no 151‑176.

Giraud C. (2014), Quartiers gays, Paris, Puf.

Giraud C. (2016), « La vie homosexuelle à l’écart de la visibilité urbaine. Ethnographie d’une minorité sexuelle dans la Drôme », Tracés, no 30, pp. 79‑102.

Gotman A. (1999), « Géographies familiales, migrations et générations », in Bonvalet C., Gotman A. & Grafmeyer Y. (dir.), La Famille et ses proches. L’Aménagement des territoires, Paris, Éditions de l’Ined, « Travaux et documents », pp. 69‑133.

Jonas N. & Le Pape M.‑C. (2008), « L’équilibre dans les lignées ? Les aides données à la famille et à la belle‑famille », Population, vol. 63, no 2, pp. 299‑316.

Lefèvre C. & Filhon A. (dir.) (2005), Histoires de familles, histoires familiales. Les Résultats de l’enquête Famille de 1999, Paris, Ined.

Leroy S. (2009), « La possibilité d’une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu urbain », Espaces et Sociétés, no 139, pp. 159‑174.

Martel L. (2015), « Les couples de même sexe et l’orientation sexuelle en chiffres », Statistique Canada, http://www.statcan.gc.ca/fra/quo/smr08/2015/smr08_203_2015.

Messiah A. & Mouret‑Fourme E. (1993), « Homosexualité, bisexualité : éléments de socio‑biographie sexuelle », Population, vol. 48, no 5, pp. 1353‑1379.

Podmore J. (2006), « Gone Underground? Lesbian Visibility and the Consolidation of Queer Space in Montreal », Social & Cultural Geography, vol. 7, no 4, pp. 595‑625.

Pollak M. (1988), Les Homosexuels et le Sida. Sociologie d’une épidémie, Paris Métailié.

Pollak M. & Schiltz M.‑A. (1994), Six ans d’enquête sur les homo‑ et bisexuels masculins face au sida : livre des données, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Rault W. (2011), « Parcours de jeunes gays dans un contexte de reconnaissance. Banalisation des expériences ou maintien des singularités ? », Agora Débats/jeunesses, no 57, pp. 7‑22.

Rault W. (2016), « Les attitudes gayfriendly en France. Entre appartenances sociales, trajectoires familiales et biographies sexuelles », Actes de la recherche en sciences sociales, no 213, pp. 38‑65.

Schiltz M.‑A. (1997), « Parcours de jeunes homosexuels dans le contexte du VIH : la conquête de modes de vie », Population, vol. 52, no 6, pp. 1485‑1537.

Tamagne F. (2000), Histoire de l’homosexualité en Europe (Berlin, Londres, Paris, 1919‑1939), Paris, Seuil.

Toulemon L., Vitrac J. & Cassan F. (2005), « Le difficile comptage des couples homosexuels d’après l’enquête EHF », in Lefèvre C. & Fillon A. (dir.), Histoires de familles, histoires familiales. Les Résultats de l’enquête Famille de 1999, Les Cahiers de l’Ined, no 156, pp. 589‑602.

Velter A. (dir) (2007), Rapport Enquête Presse Gay 2004, Saint‑Maurice, InVS.

Haut de page

Notes

1 . En l’abordant de trois manières complémentaires : le fait d’avoir eu un partenaire sexuel de même sexe, de se définir comme homosexuel ou bisexuel ou encore d’avoir déjà éprouvé une attirance envers une ou des personnes de même sexe.

2 . On compte en effet 37 femmes et 77 hommes qui se définissent comme homosexuel.le.s. Les personnes déclarant une attirance ou des pratiques avec une personne de même sexe au cours de la vie sont certes plus nombreuses (274 femmes et 235 hommes), mais l’indicateur ne renvoie pas nécessairement à une polarité homosexuelle exclusive ou dominante.

3 . Par exemple dans la version de 2011, on trouve la question : Quel est votre lieu de résidence ? Milieu rural/ Commune de 20 000 habitants ou moins (exemple : Manosque, Verdun, Marmande, Douarnenez)/ Ville de 20 000 à 100 000 habitants (exemple : Montreuil, Poitiers, Valence, Calais…)/ Ville de 100 000 à 500 000 habitants (exemple : Grenoble, Toulouse, Lille, Strasbourg…)/ Ville de plus de 500 000 habitants (exemple : Lyon, Marseille, Paris…). Ainsi, un habitant de la commune du Pré‑Saint‑Gervais (93), commune limitrophe à Paris qui compte moins de 30 000 habitants entre dans la catégorie des villes de 20 000 à 100 000 habitants et non dans une catégorie correspondant à la région parisienne ou à l’unité urbaine de Paris.

4 . L’enquête Mobgay repose sur une mise en ligne du questionnaire sur le site du magazine mensuel gay Têtu.

5 . Voir également les nombreuses annexes de présentation de l’enquête sur le site de la revue Sociologie : https://sociologie.revues.org/1775.

6 . Configuration particulièrement fréquente chez les femmes et hommes qui se déclarent en couple de même sexe. Parmi les 18‑69 ans étudiés dans la suite de cet article (voir infra), 15,3 % des femmes et 16,3 % des hommes en couple de même sexe disent être en couple « avec une personne qui ne vit pas dans le logement » contre 4,8 % des femmes et 4,1 % des hommes en couple avec une personne de sexe différent, les 18‑24 ans étant les plus nombreux à être dans cette situation.

7 . Cette disparité est liée à la présence du nombre d’enfants dans le foyer. Toutefois, on observe que parmi celles qui n’en déclarent aucun, les femmes en couple de même sexe sont plus rarement au foyer que celles qui sont en couple de sexe différent.

8 L’enquête Famille et logements repose en sur un échantillon composé de deux tiers de femmes et un tiers d’hommes. La disparité d’effectifs entre les femmes et les hommes est délibérée et liée à l’histoire des « enquêtes Famille » qui existent depuis 1954 et dont EFL est la version la plus récente. A l’origine, ces enquêtes avaient pour objectif d’apporter des éléments de mesure de la fécondité des femmes. La version de 1999 a inclus des hommes pour la première fois (Desplanques, 2005).

9 . En 1968, la France a adopté une classification de l’organisation médicale de la santé sur les maladies mentales incluant l’homosexualité.

10 . Article 132‑77 du Code pénal retenant l’homophobie comme facteur aggravant d’une infraction, adopté en 2003.

11 . Tests du chi2 réalisés pour tous les tris croisés présentés dans cet article.

12 . Elle est abordée uniquement via le lieu de résidence de la mère et celui du père.

13 . L’enquête ne permet pas d’établir des distances précises entre ces différents lieux, notamment parce que les variables de localisation en clair n’ont pas été diffusées par l’Insee dans le fichier de production et de recherche destiné à la communauté scientifique, ces informations étant considérées comme indirectement nominatives.

14 . Sur la base des 22 régions administratives en vigueur jusqu’à la fin de l’année 2015.

15 . Cette démarche est complétée par une autre approche consistant en un appariement exact des deux groupes analysés (femmes et hommes en couple de même sexe) avec les deux groupes « témoins » (femmes et hommes en couple de sexe différent). Présentée dans les annexes en ligne, cette méthode permet de comparer des groupes aux caractéristiques socio‑démographiques similaires (âge, niveau de diplôme, PCS des parents, fait d’avoir ou non des enfants), sans isoler chacune de ces caractéristiques comme peut le faire une régression. La démarche permet de mieux prendre en considération les caractéristiques spécifiques aux groupes des femmes et des hommes en couple de même sexe, notamment le fait d’être plus diplômé.e.s et d’avoir moins fréquemment des enfants. Voir : https://sociologie.revues.org/2900.

16 . Des contrôles différents sur les hommes ont été réalisés sur les indicateurs de distance. Lorsque la comparaison est filtrée sur le fait de ne pas avoir d’enfant, on observe que les hommes en couple de même sexe sont plus souvent éloignés de leur lieu de naissance et de leurs parents que les hommes en couple de sexe différent.

17 . Tendance qui se retrouve au Canada où les agglomérations de Montréal, Toronto et Vancouver concentrent près de la moitié des couples de même sexe (46,5 %, voir Martel, 2015).

18 . Elle pourrait combiner des éléments de l’enquête EFL dont le recueil du sexe du conjoint et une définition extensive du couple et des aspects de la version de 1999 de l’enquête Famille (Étude de l’histoire familiale dite EHF) qui comprenait davantage d’éléments relatifs à la trajectoire conjugale des individus (voir Lefèvre & Filhon, 2005).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 à 4. Niveau de diplôme par la PCS des parents pour les femmes et les hommes
Légende Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2894/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Légende Source : Enquête Famille et logements, Insee 2011.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2894/img-2.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfried Rault, « Les mobilités sociales et géographiques des gays et des lesbiennes », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2894

Haut de page

Auteur

Wilfried Rault

Wilfried.rault@ined.fr
Chargé de Recherche, Sociologie, Institut national d’études démographiques, 133 boulevard Davout, 75020 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page