Navigation – Plan du site

Randol Contreras, The Stickup Kids: Race, Drugs, Violence, and the American Dream (University of California Press, 2012)

Clément Théry
Référence(s) :

Randol Contreras (2012), The Stickup Kids: Race, Drugs, Violence, and the American Dream, Oakland, CA, University of California Press, 296 p.

Texte intégral

1Comment analyser la violence du marché de la drogue ? C’est la question qui travaille The Stickup Kids, une ethnographie de Randol Contreras sur un groupe de jeunes hommes dominicains du quartier du South Bronx à New York dont l’activité est de « braquer des dealers de drogue ». Le braquage de dealers requiert l’accomplissement de plusieurs taches successives : repérer un dealer important, c’est‑à‑dire un dealer qui achète et vend en grandes quantités ; pénétrer chez lui par ruse afin de le surprendre avant qu’il ne comprenne qu’il est victime d’un braquage ; enfin, le torturer pendant plusieurs heures, jusqu’à ce qu’il confesse où se cachent son argent liquide et ses stocks de drogue. Un braquage réussi peut rapporter des dizaines de milliers de dollars à ses auteurs.

2La violence n’est pas un thème nouveau dans les études sur les économies criminelles – on se souvient du personnage de Primo dans In Search of Respect de Philippe Bourgois (1996) ou bien de JT chez Sudhir A. Venkatesh (2008). Dans ces études, la violence est considérée comme un moyen menant à une fin, ou comme un mode de régulation des relations économiques en l’absence d’institution juridique garantissant les contrats. L’approche de la violence dans ces récents classiques de la sociologie urbaine est ainsi toujours identique. Le sociologue pose, dans un premier temps, que la violence de ces économies peut apparaître comme le signe d’un désordre social – social disorganization dans le vocabulaire de l’École de Chicago – pour, ensuite, montrer que la violence est une activité régulée et régulatrice des relations sociales de ce milieu.

3Cette approche, bien que puissante, apparaît datée face à l’émergence d’une nouvelle sociologie interactionniste de la violence qui trouve ses racines dans l’œuvre de Jack Katz (Seductions of Crime, 1988), de Roger V. Gould (Collision of Wills, 2003) et plus récemment de Randall Collins (Violence, 2009). Randol Contreras s’inspire de cette nouvelle sociologie pour construire un argumentaire inédit sur la place de la violence dans l’économie de la drogue aux États‑Unis. Ce qui intéresse l’auteur, ce n’est pas de décrire un monde social dans lequel la violence a un rôle et une légitimité locale, mais d’explorer la question suivante : comment certains acteurs du marché de la drogue en viennent‑ils à de tels degrés de violence ? Ce qui est problématisé ce n’est pas la fonction de la violence, mais sa genèse, son irruption dans les relations sociales, faisant ainsi l’hypothèse que l’acte violent lui‑même n’est pas aisément accompli.

4Ce questionnement se scinde en deux. D’un coté, il y a chez R. Contreras une interrogation classiquement interactionniste autour de la carrière et de la trajectoire des individus : comment apprend‑on les savoir‑faire nécessaires pour devenir un braqueur de dealers ? L’auteur mêle ici de manière attendue les changements macro‑sociaux (transformation de l’économie des quartiers pauvres, du marché de la drogue et du complexe policier et pénal américain), les trajectoires individuelles au sein d’institutions (la famille, l’école, le marché de la drogue et la prison) et la redéfinition de soi (déceptions en série, puis réaffirmation de soi, d’une masculinité, à travers un usage immodéré de la violence). Cette approche, irréprochable par son classicisme, est cependant mécanique et sans grande originalité ni subtilité dans l’ouvrage de R. Contreras. Elle ne fait que confirmer et valider des théories existantes. L’auteur met ainsi en échec l’apport spécifique de l’ethnographie à la théorisation sociologique : souligner les limites d’un stock d’explications scientifiques en montrant une réalité décrite en détails qui ne « colle » pas aux théories existantes. Dans une ethnographie, le réel doit déborder le modèle – à l’analyste de suggérer des processus et des configurations sociales inédites au cœur même de la description ethnographique.

5D’un autre coté, l’auteur développe une approche phénoménologique de la violence, puisant chez J. Katz et R. Collins. Des récits de torture sont reproduits en détail dans le livre (l’auteur n’assiste cependant pas à ces sessions). Mais là encore, les appareillages théoriques de Seductions of Crime et de Violence sont appliqués de manière mécanique. L’auteur ne retient de ces ouvrages que l’idée de la dynamique émotionnelle propre aux actes de violence, entre incapacité de passer à l’acte et soudain déchaînement cumulatif. La dimension interactionniste, voire communicationnelle, qui est au cœur de la nouvelle sociologie de la violence, est très secondaire dans les analyses de R. Contreras – et cela ne peut être mis qu’au débit du livre. Au final, le lecteur retient essentiellement une chose des analyses phénoménologiques de la violence : il y a un rush émotionnel dans les actes de torture qui « explique » pourquoi les drug robbers peuvent devenir si exceptionnellement violents.

6Randol Contreras bénéficie d’un accès et d’un terrain exceptionnel. L’auteur produit également un récit souvent bien écrit. Cependant, les analyses de l’auteur manquent d’originalité, laissant le lecteur songeur à deux niveaux : quel est le véritable apport pour la sociologie d’une étude sur des braqueurs de dealers ? Cela suggère un manque de problématisation de l’objet étudié. Ensuite, la peur de R. Contreras de dépeindre des populations marginalisées sous les traits de barbares d’une extrême violence ne s’est‑elle pas réalisée, malgré les précautions de l’auteur ? En lisant les descriptions d’actes de torture, le lecteur aura tendance à les déconnecter de leur contexte social et ce malgré les tentatives répétées de l’auteur de ramener les contraintes qui pèsent sur les acteurs. La mayonnaise macro‑micro‑émotions, qui devrait être l’ingrédient principal de l’ouvrage, ne prend pas.

7Malgré ces limites, Stick Up Kids est à recommander. C’est d’abord un bon ouvrage pour un cours d’introduction à la sociologie ; le sujet est naturellement intéressant pour une jeune audience qui découvre la sociologie ; les thématiques abordées sont nombreuses ; et le jargon sociologique est présent sans entraver la lecture, offrant une multiplicité de niveaux de lecture. Au‑delà de cet intérêt pédagogique, le livre de R. Contreras est utile car il essaie de renouveler un genre sans y parvenir pleinement. Pour cette ambition, pour l’effort systématique déployé par l’auteur, et pour avoir montré les difficultés d’une approche interactionniste, phénoménologique et ethnographique de la violence, le travail de Randol Conteras doit être lu.

Haut de page

Bibliographie

Bourgois P. (1996), In search of Respect: Selling Crack in El Barrio, Cambridge, Cambridge University Press.

Collins R. (2009), Violence: A Micro‑sociological Theory, Santa Barbara, Greenwood Publishing Group.

Gould R. V. (2003), Collision of Wills: How Ambiguity about Social Rank Breeds Conflict, Chicago, University of Chicago Press.

Katz J. (1988), Seductions of Crime: The Sensual and Moral Attractions of Doing Evil, New York, Basic Books.

Venkatesh S. A. (2008), Gang Leader for a Day: A Rogue Sociologist Takes to the Streets, New York, Penguin Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Théry, « Randol Contreras, The Stickup Kids: Race, Drugs, Violence, and the American Dream (University of California Press, 2012) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2846

Haut de page

Auteur

Clément Théry

clement.thery@gmail.com
Docteur en sociologie de Columbia University (New York)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page