Navigation – Plan du site

Alice Goffman, On the run: Fugitive life in an American City (University of Chicago Press, 2014)

Clément Théry
Référence(s) :

Alice Goffman (2014), On the Run: Fugitive Life in an American City, Chicago, University of Chicago Press, 288 p.

Texte intégral

1Traitant sous un jour nouveau de l’incarcération de masse des jeunes hommes Noirs aux États‑Unis, On the Run est le premier livre de la jeune sociologue Alice Goffman. Fondé sur six années d’immersion ethnographique dans un quartier Noir et pauvre de Philadelphie (6th street, le quartier de la sixième rue), avec un focus sur la vie d’une dizaine de jeunes hommes Noirs, d’âge et d’implications dans le crime variables (the 6th street boys, le gang de la sixième rue), le livre a reçu d’abord un extraordinaire accueil dans les cercles universitaires et la presse américaine pour ensuite être sévèrement critiqué. Si On the Run a suscité un tel intérêt, où se mêlent louanges et critiques virulentes, c’est que l’ouvrage touche à deux obsessions américaines fondamentales ; d’un coté, la crainte que la création depuis trente ans d’un état à la force policière et pénale inédite ait considérablement réduit la liberté individuelle ; de l’autre, la possibilité toujours problématique aux États‑Unis de traverser la barrière raciale, c’est‑à‑dire, ici, pour une auteure Blanche de connaître et de décrire avec justesse la vie intime d’une communauté Noire. Sur ces sujets sensibles, Alice Goffman déploie un propos original qui fait de On the Run un ouvrage important.

Une communauté de fugitifs

2Tout d’abord, on savait que l’emprisonnement de masse des jeunes Noirs et la surveillance policière constante des quartiers Noirs et pauvres ont transformé les dynamiques des grandes villes américaines, le marché du travail des individus peu qualifiés et le fonctionnement de la démocratie états‑unienne. Ce qu’on savait moins, c’est l’impact de cet appareil policier et pénal sur la vie quotidienne dans les quartiers Noirs et pauvres, et plus fondamentalement sur la nature du lien social de ces quartiers. Selon l’auteure, ce serait créée dans certains espaces urbains ce qu’Alice Goffman nomme a fugitive community, une expression au sens volontairement ambigu, signifiant à la fois « communauté de fugitifs », au sens d’individus recherchés par la police, et « communauté fugitive » c’est‑à‑dire, une communauté fugace, fragile et menacée. Le titre du livre, On the Run, qui signifie « en fuite » ou « en cavale », ne s’applique donc pas seulement aux criminels poursuivis et arrêtés par la police ; l’expression qualifie une dynamique sociale d’ensemble, une communauté qui inclut criminels et non‑criminels de ce quartier.

3Comment se caractérise cette fugitive community ? Les sept chapitres substantifs du livre sont consacrés à l’illustration de cette notion. La multitude et la précision des faits et des processus mis en lumière par Alice Goffman sont extraordinaires. Ils ne peuvent donc pas être évoqués en totalité ici, mais leur nombre et leur complexité doivent être notées car c’est une des grandes forces du livre. Quatre mécaniques caractérisent la vie collective du quartier de la sixième rue. Premièrement, les jeunes criminels, après avoir purgé leur peine, sont constamment sous la menace d’être arrêtés à nouveau. Les infractions les plus mineures (non-paiement des frais de comparution devant la cour, non-respect du couvre‑feu, consommation d’alcool, etc.) sont sanctionnées avec la plus grande sévérité et peuvent renvoyer ces jeunes hommes pour plusieurs mois derrière les barreaux. Souvent, les jeunes Noirs ne savent pas, ou ne sont pas certains de savoir, s’ils sont recherchés par la police. Ils doivent alors à tout prix éviter d’être en contact, non seulement avec des policiers, mais avec toutes les institutions formelles essentielles à la poursuite d’une vie normale en société, comme l’hôpital, l’école, le lieu de travail ou les églises. Les policiers surveillent constamment ces lieux, utilisent bases de données et logiciels et arrêtent qui ils peuvent, c’est‑à‑dire qui est listé sur leurs fichiers. C’est le premier résultat empirique fort de l’enquête : la vie des jeunes hommes Noirs est marquée par une défiance et une désaffiliation quasi complète avec toutes les institutions formelles de la société. Une enquête statistique menée par Sarah Brayne (2014) a confirmé les observations d’Alice Goffman.

4La notion de fugitive community se fonde sur un deuxième processus de désaffiliation sociale, mais cette fois vis‑à‑vis des réseaux informels de support local, réseaux composés de la famille, des amis, des compagnes et des voisins. La police de Philadelphie a mis en place un système incitatif pervers : lors d’une première arrestation, plus une personne donne d’informations précises sur sa vie privée (noms, numéro de téléphone et adresse d’amis, de petites amies, de membres de la famille étendue, etc.), plus les charges retenues sont allégées. La police a ainsi en mains un profil social complet pour chaque personne arrêtée. Dans le futur, si cette personne est de nouveau recherchée, la police intimidera tous les membres de son réseau informel afin de collecter l’information nécessaire à son arrestation. Se met en place une dynamique complexe dans les réseaux locaux, faite de vengeances, de luttes intestines, de pressions, de rétributions et de dénonciations. Pour éviter d’être pris au piège de ces dynamiques, les jeunes hommes changent constamment de lieu de vie, limitent les contacts avec leur réseau et cachent à leurs proches leurs routines quotidiennes. Vu le nombre de jeunes hommes avec un casier judiciaire dans le quartier de la sixième rue (la quasi-totalité des jeunes hommes habitant le pâté de maison où vit l’auteure, et près de 60 % de l’ensemble des jeunes Noirs sans diplôme aux États‑Unis), c’est bien l’ensemble du tissu social local de ces quartiers, le fameux capital social, qui est rongé par la méfiance du fait de l’action de la police.

5En réaction à ces processus de désaffiliation vis‑à‑vis des institutions formelles et informelles, Alice Goffman note la difficile reconstitution d’une organisation locale, une vie communautaire, autour de trois axes. L’économie informelle, tout d’abord, exploite et soutient les jeunes hommes Noirs en cavale. Ces analyses prolongent celles de Sudhir A. Venkatesh (2006) dans Off the Books. Ensuite, la création d’un code moral est au cœur d’une résistance aux actions de la police. Les analyses des rôles du snitch (la « balance ») et du rider (la compagne fidèle de l’homme en cavale), et leur poids moral sur la vie quotidienne, sont remarquables de subtilité et d’originalité. Ainsi, prenant appui sur une ethnographie de longue durée attentive aux pratiques, l’auteure montre les situations dans lesquelles les catégories morales de snitch et de rider pèsent réellement sur les comportements et quand elles n’ont aucune efficacité, évitant de donner un poids exagéré aux catégories morales sur les pratiques. Enfin, les rythmes sociaux des jeunes adolescents et adolescentes Noirs intègrent les systèmes policer et pénal. Les arrestations et les comparutions devant la cour sont des équivalents fonctionnels du bal du lycée de fin d’année, durant lesquels les couples se forment, s’affirment et se défont en public dans de mini‑drames adolescents.

6Mais ici encore, l’auteure fait preuve d’originalité : la réappropriation des institutions policières et pénales dans les rythmes de vie adolescents, dans les rites de passage à l’âge adulte, offre des opportunités abâtardies à l’affirmation de soi aux jeunes Noirs. Une comparution devant la cour, une entrevue au parloir de la prison et une arrestation publique restent des cérémonies de dégradation durant lesquelles une identité négative est imposée. Ce ne sont pas des rites de passage durant lesquelles une identité positive est affirmée et sanctionnée par une institution. La réappropriation par la communauté de fugitifs des institutions d’oppression policière a donc ses limites. Derrière la multiplication des réseaux locaux d’entraide qui constituent l’économie informelle du quartier, derrière les anathèmes lancés contre les snitch et les louanges faites aux rider, et derrière les formes de réappropriation du système policier et pénal dans la vie adolescente, ce que souligne l’auteur c’est la précarité de la cohésion sociale ainsi créée. Une fugitive community est une communauté faite de liens fugaces et fragiles.

Un régime policier dans les quartiers noirs et pauvres

7Dans un pays obsédé par les droits et la liberté individuelle face à l’État, le message d’Alice Goffman à l’Amérique est clair : aujourd’hui existe dans certains villes des États‑Unis une configuration sociale qui rappellerait les régimes totalitaires où s’opposent, d’un côté, une police extrêmement violente et punitive et, de l’autre, une communauté qui se disloque et se réorganise avec difficultés en une communauté de fugitifs. Il y a ici l’esquisse d’une logique formaliste et comparative chez Alice Goffman. Dans la conclusion de l’ouvrage, le ghetto noir américain est mis en relation avec d’autres configurations de domination socio‑spatiales, particulièrement avec le ghetto juif sous domination nazie et la politique contemporaine de déportation d’immigrés aux États‑Unis. Une telle approche n’est pas nouvelle, Loïc Wacquant en est le porteur le plus connu aujourd’hui. La notion de communauté de fugitifs, cependant, synthétise un matériau empirique qui fait avancer de manière décisive la portée descriptive de cette approche.

8Ayant à l’esprit l’argument selon lequel il y a un État policier dans certaines zones géographiques du territoire américain, le lecteur doit être attentif à la manière dont le texte est écrit. Tout d’abord, le portrait de la police fait par l’auteure joue un rôle déterminant dans l’argument, alors qu’Alice Goffman semble avoir eu un accès limité à l’institution policière. L’auteure nous apprend qu’un policier lui a affirmé que le logiciel de surveillance de la Police de Philadelphie est inspiré de la Stasi est‑allemande. Cette information est indiquée en passant, sans vérification ni véritable analyse de l’auteur. Ailleurs dans le livre, un garde d’un centre pénal ouvert de jour (halfway house) dit à Alice Goffman se faire payer par les prisonniers pour fermer les yeux sur les nuits qu’ils passent dehors en complète violation de leur statut. Le gardien justifie ses actions en affirmant que c’est une pratique répandue, et qu’il n’y voit aucun mal : le système est si punitif qu’il en est devenu illégitime à ses yeux. Il est évident que ce sont là des arguments forts pour la comparaison que l’auteure esquisse entre la réalité qu’elle observe dans le quartier Noir qu’elle étudie et les régimes totalitaires et policiers. Mais le lecteur ne sait que faire de ces informations sur l’institution policière et pénale de Philadelphie : il n’a pas le recul et l’information nécessaire pour apprécier leur validité.

9Plus subtil et difficile à discerner est la stratégie de représentation que déploie Alice Goffman à propos des jeunes Noirs du gang de la sixième rue. Leur activité criminelle et les charges qui pèsent sur eux sont mentionnées mais très peu analysées ou commentées, surtout en comparaison de la richesse des détails qui nous sont fournis sur leur vie quotidienne. À l’opposé des récits ethnographiques du ghetto de Philippe Bourgois (1996), Terry M. Williams (1990) et Sudhir A. Venkatesh (2000, 2006), on voit peu l’économie criminelle en action dans On the Run. D’une certaine manière, ce qui est construit ici c’est la figure de criminels sans crime, la violence répressive de la police apparaissant ainsi injustifiée, disproportionnée et arbitraire, nourrissant la thèse de l’auteure.

Transgression de la barrière raciale et autorité du texte

10Une seconde raison explique le retentissement du livre d’Alice Goffman auprès des universitaires et du grand public américain. Le livre décrit et repose sur la transgression extrêmement poussée et méthodique de la barrière raciale qui sépare les Blancs des minorités aux États‑Unis. Le degré d’immersion d’Alice Goffman dans le quartier Noir qu’elle étudie, la confiance et l’intensité émotionnelle des liens qu’elle noue avec des familles locales, avec des jeunes criminels et non‑criminels, à la fois hommes et femmes, sont stupéfiants. L’auteure a vécu plusieurs années dans le quartier de la sixième rue, a partagé un appartement avec les sujets de sa recherche et s’est coupée de son milieu d’origine. Cette intensité du travail de terrain fait que l’ouvrage d’Alice Goffman n’a que peu d’équivalents dans l’histoire de la sociologie.

11Cependant, la dynamique raciale au cœur de l’ouvrage peut aussi saper l’autorité du texte et le propos de l’auteure. Le livre décrit les pratiques quotidiennes de familles Noires, rapportées au lecteur par une jeune fille Blanche. Le livre est dans une position d’autorité précaire ; comment le rapport entre ethnographe et sujets de la recherche est‑il influencé par la dynamique raciale de la société américaine ? Et comment cette dynamique a‑t‑elle influencé les résultats de l’enquête ? Alice Goffman fournit d’abord des réponses classiquement réflexives dans un long appendice méthodologique au livre. Elle décrit comment sa couleur de peau et son milieu bourgeois et intellectuel ne lui conféraient pas de white privilege, le privilège d’être Blanc, durant son travail de terrain. Au contraire, elle était un faire‑valoir pour ses sujets de recherche qui n’hésitaient pas à se moquer d’elle, à l’utiliser dans leurs relations sociales et à soupçonner les motifs véritables. Elle décrit sa méthode ethnographique selon l’expression convenue de fly on the wall, une mouche discrète sur un mur, c’est à dire un désir d’effacement et de non‑obstruction des interactions sociales.

Des réponses originales aux défis de l’enquête ethnographique inter‑raciale

  • 1 . Les critiques auxquelles il est fait référence ici ont été formulées dans les articles suivants : (...)

12De manière plus originale, c’est dans le mode d’écriture de son ethnographie que l’auteure fournit les réponses les plus audacieuses aux défis de l’enquête ethnographique entre individus de races différentes aux États‑Unis. Pris dans leur ensemble, les articles critiques à On the Run développent trois types d’arguments à ce sujet : un manque de représentativité, un penchant pour le sensationnalisme et des choix éthiques de l’auteure contestable1.

13La première critique est un classique en ethnographie : comment sait‑on que l’auteure n’a pas étudié un groupe exceptionnel de jeunes gens par rapport au reste du quartier et, plus généralement, par rapport au reste des jeunes Noirs américains vivant dans des quartiers défavorisés ? Cette question de la représentativité définit le domaine de validité de l’étude et la montée en généralité des résultats de la recherche ethnographique.

14Alice Goffman développe plusieurs stratégies complémentaires pour répondre à cette question. Tout d’abord, la sociologue compte sans cesse les occurrences d’événements similaires dont elle est le témoin dans le quartier, par exemple le nombre de raids de la police chez des particuliers. Ainsi, les raids que subissent les familles de Mike et Chuck, les deux leaders du gang de la sixième rue, sont replacés dans une série de faits locaux équivalents qui montrent qu’ils ne sont pas des exceptions locales. Une autre technique consiste à utiliser les personnes qui sont à la lisière de son champ d’investigation ethnographique. Prenant appui sur le trombinoscope du lycée, l’auteure demande à un adolescent de lui montrer les photographies des jeunes gens qui sont ou ont été en prison. Il s’agit d’élargir la focale de l’enquête. Une troisième approche est de remonter au niveau des organisations à l’origine des forces sociales que l’auteure observe – ici la Police de Philadelphie. Alice Goffman explique le changement d’organisation du travail policier qui permet une surveillance accrue des quartiers Noirs depuis le milieu des années 1990. L’auteure essaie également de repérer des traces visibles des trends sociaux sous‑jacents qu’elle cherche à mettre en lumière. Elle analyse ainsi la place de termes policiers dans les jeux des enfants du quartier de la sixième rue. Enfin, l’auteure échantillonne des populations différentes au sein du quartier en maximisant les variations. Tout le chapitre 7 est ainsi consacré aux techniques des jeunes gens et des familles du quartier qui, sans ennui judiciaire, cherchent à limiter les contacts avec les criminels afin de maintenir un mode de vie paisible, sans interférence avec la police ou le crime. Par ces techniques, Alice Goffman nous montre que ce qu’elle étudie à travers l’expérience du gang de la sixième rue a une signification pour la compréhension globale de la vie collective du quartier.

15Un second reproche fait à On the Run, est le sensationnalisme des descriptions, couplée à une sous‑théorisation de l’objet du livre. L’ouvrage est riche en descriptions détaillées et libre de tout jargon universitaire. Il a alors été suggéré que ce qui motive les longs portraits et récits du livre est la volonté de rendre exotique le mode de vie de ces familles Noires, et de coller au schéma héritée d’une anthropologie coloniale dans laquelle la valeur d’un texte dépendait de la distance culturelle parcourue par l’auteur, et non de l’analyse scientifique des faits. Les descriptions du livre privilégieraient ce qui est choquant et inhabituel dans le mode de vie des habitants de ce quartier. De surcroît, des portraits aussi rapprochés et des récits aussi détaillés seraient le cheval de Troie d’une compréhension de la pauvreté et de la domination centrée sur les acteurs, une compréhension agentique, alors même qu’une telle sociologie se devrait d’être, d’un point de vue théorique et ontologique, structurale. Le résultat serait la réintroduction du trope de la désorganisation sociale dans les analyses de la pauvreté des familles Noires, un sujet extrêmement sensible depuis la controverse suscitée par le rapport de D. P. Moynihan et al. (1965). De telles critiques sont‑elles justifiées au regard du texte ?

16De manière générale, aucun détail dans le livre n’est là pour créer une couleur locale et exotique. Chaque élément descriptif est pris dans une économie du texte globale, extrêmement minutieuse et architecturée : chaque détail trouve un écho ailleurs dans la situation décrite ou ailleurs dans le livre, qui le motive et génère de la signification. Percevoir de la gratuité dans les descriptions et les récits, et donc du sensationnalisme, c’est lire On the Run trop rapidement. Ensuite, l’impression de sensationnalisme vient de l’entrelacement d’un récit de vie quotidienne avec des évènements d’une violence inouïe. L’enjeu pour l’auteur n’est pas de faire choc, mais de montrer qu’existe une vie collective qualitativement différente à l’intérieur du quartier de la sixième rue – et cette distance avec la société blanche des classes moyennes est mise en perspective et synthétisée dans la notion de fugitive community. De plus, l’accusation d’un oubli des structures dans les descriptions détaillées fait l’impasse sur la manière dont certains ethnographes, dont Mitchell Duneier, directeur de thèse d’Alice Goffman à Princeton, conçoivent la prise en compte des contraintes macro‑sociales dans la recherche ethnographique. Ce que chercherait l’ethnographe ce n’est pas la structure abstraite et agissante, appréhendée dans une statistique, mais la contrainte visible et exercée par une organisation précisément identifiable, comme la police ou le tribunal – voir l’appendice méthodologique de Sidewalk, l’ouvrage‑clé de M. Duneier (1999), qui sert à bien des égards de modèle pour On the Run.

17Enfin, l’idée que le livre d’Alice Goffman réintroduit la notion de désorganisation sociale est délicate à traiter. L’auteure fait preuve de subtilité, particulièrement lorsqu’elle traite du monde des femmes, ces riders loyales aussi longtemps qu’elles le peuvent envers les hommes en cavale. La description des riders fait bien appel à l’idée de désorganisation sociale. Le monde de ces femmes est selon l’auteure en proie au chaos (morrass), entre les raids de la police et les allers et venues impromptus des hommes qui cherchent à ne pas être identifiés. Ces femmes riders n’ont que très peu de contrôle sur leur vie. Cependant, cette vie chaotique est le produit d’une stratégie de manipulation de la police : créer un chaos terrorisant pour mieux convertir les riders en snitch (en « balance ») en offrant apaisement et retour au calme si les femmes collaborent avec la police et dénoncent les jeunes hommes qu’elles protègent. Le thème de la désorganisation sociale n’est donc pas ici à lire en référence à l’École de Chicago ou aux débats sur la culture de la pauvreté, mais à la sociologie phénoménologique de Jack Katz (1989, 1999) dans laquelle les acteurs cherchent, souvent difficilement, la forme symbolique dans laquelle intégrer leur expérience et leur identité publique.

18La troisième série de critiques faite au livre est d’ordre éthique. On the Run dévoilerait l’existence d’une communauté de fugitifs, qui serait alors mis en danger par l’existence même du livre – reprenant ainsi la critique de Frederik Douglass contre la publicité faite à l’underground railroad avant l’abolition de l’esclavage. Il y aurait là une forme de trahison de la confiance des sujets de la recherche. Un autre critique à dominante éthique s’interroge sur la manipulation dont aurait usé Alice Goffman pour s’immiscer dans la vie privée de ces familles, parfois à des moments extrêmement dramatiques de leur existence. Enfin, est mise en cause l’attitude d’Alice Goffman suite au meurtre de Chuck, un des membres du gang de la sixième rue. Alice Goffman fait plusieurs fois le tour en voiture du quartier de la bande rivale avec Mike à ses côtés afin de trouver et exécuter le meurtrier de Chuck. Durant cet épisode qui conclut l’ouvrage, le lecteur est une nouvelle fois sidéré, mais pour la première fois avec un malaise.

19Commun à ces mises en cause morales de l’enquête est un questionnement sur le degré d’identification de l’ethnographe au groupe étudié : sa nécessité, sa possibilité, ses limites éthiques et les devoirs associés à l’enquête ethnographique au‑delà des demandes des enquêtés eux‑mêmes. C’est la force du livre d’Alice Goffman, et de l’ethnographie contemporaine en sociologie, que de témoigner de la précarité de la position de l’ethnographe, de la difficulté à cerner et à stabiliser le lien chercheur‑enquêtés, tout en préservant la capacité heuristique de la méthode ethnographique. L’appendice méthodologique de On the Run est traversée par l’angoisse de l’auteure de ne pas être à sa place. Et pourtant, peu de livres offrent autant d’informations que celui‑ci sur les modes de vie de la population étudiée. Comme l’avait déjà souligné M. Duneier dans Sidewalk, l’identification entre chercheur et sujets, la confiance mutuelle, n’est pas pleinement nécessaire à la découverte : malgré les apparences, une bonne ethnographie ne requiert pas de devenir « un des leurs ».

20Cependant, la réaction de l’auteure à l’assassinat de Chuck indique une dynamique chercheur‑enquêtés plus complexe encore que celle‑ci. L’épisode de la mort de Chuck, la nuit à l’hôpital et les jours qui suivent jusqu’à la pulsion meurtrière de Mike et Alice Goffman sont écrits avec une intensité émotionnelle qui varie en fonction du sentiment d’inclusion de l’auteure. Malgré les dénégations de l’auteure, il est difficile de ne pas lire cette pulsion meurtrière comme l’aboutissement, grotesque mais authentique, du désir de l’ethnographe de faire partie du groupe étudié. Après une série de maladresses et de mauvais ajustements entre Alice Goffman et les sujets de l’enquête, depuis la nuit à l’hôpital jusqu’au service funéraire de Chuck, l’auteure ne sachant jamais si elle est à sa place ou non, l’acte de vengeance, qui ne se réalisera pas, autorise enfin l’auteur à dire un « nous » plein de confiance et de sentiment d’appartenance et à sortir de l’ambigüité, de la position de « fly on the wall ». Sans surprise, cet épisode conclusif est probablement le moins informatif du livre, alors que c’est le plus intense à lire.

Hommes et femmes : des analyses inégalement poussées

21L’honnêteté de l’auteure sur cet ultime épisode est à louer. Mais se fait jour ici une des limites du livre : la différence de traitement entre hommes et femmes. La distance et la perspective avec laquelle Alice Goffman comprend la vie des femmes du ghetto Noir fait légèrement défaut aux analyses du mode de vie des jeunes hommes Noirs du gang de la sixième rue. Les arguments de l’auteure sont plus subtils, dans une filiation au croisement de M. Duneier et J. Katz, pour les premières que pour ces derniers, alors que son degré d’intégration dans le groupe des jeunes hommes Noirs est bien plus grand. Il y a là une ironie : Alice Goffman affirme qu’elle a choisi de se concentrer sur les jeunes hommes Noirs après plusieurs années de terrain avec des femmes parce qu’elle pensait n’avoir rien à dire de nouveau sur elles. Mais la relative distance avec les femmes semble avoir permis des analyses fines, tandis que la proximité avec les jeunes hommes a donné lieu à des propos moins concis et convaincants, plus fascinés.

  • 2 . Voir les quelques pages sur les gangs dans le chapitre 4 de J. Katz (1989).

22Que manque‑t‑il alors à l’étude des jeunes hommes du gang de la sixième rue pour qu’elle soit au niveau de celle des femmes ? Une lecture approfondie des récits ethnographiques faits dans le livre révèlerait que la dimension qu’Alice Goffman semble avoir négligé dans la vie des jeunes Noirs du gang est celle du jeu, du jeu aux conséquences parfois dramatiques. À plusieurs reprises, l’auteure est qualifiée de chroniqueur du groupe par les membres du gang, c’est‑à‑dire celle qui relate les aventures du groupe au groupe, les réfracte et les donne à voir aux membres du gang. Ainsi, lorsqu’un des membres du gang tue par accident un membre d’un autre gang, les jeunes hommes se réunissent dans un sous‑sol et appellent Alice Goffman. Durant la réunion, l’auteur du coup de feu fatal se fait gronder comme s’il avait fait une bêtise (« You was wrong », « tu as fait une grosse connerie »). Dans la nuit, le gang rival qui vient de perdre un des leurs envoie un message sms à la tonalité puérile au gang de la sixième rue (« It’s on », « La guerre est déclarée »). Cet épisode dramatique, qui va déboucher sur l’exécution de Chuck, mêle infantilisme et drame sans que l’auteure donne les moyens au lecteur d’y voir clair. S’il y a un élément sous‑théorisé dans le livre, c’est, je crois, cette dimension de « jeu », mais de jeu violent, dans la vie de ces jeunes hommes2.

23Si l’on met de coté les critiques éthiques du livre, qui peuvent être justifiées, mais qui renvoient à un domaine d’appréciation autre que scientifique ; si l’ont met également de côté les critiques méthodologiques qui peuvent être faites à la plupart des enquêtes ethnographiques (représentativité notamment) et auxquelles le livre essaient souvent de répondre de manière originale ; et si le lecteur est perpétuellement conscient des techniques de mise en récit du texte ethnographique, qui ont un effet de distorsion sur le matériau collecté, On the Run reste un livre d’une très grande richesse et d’une simplicité trompeuse. Au final, c’est une ethnographie qui donne les moyens de sa propre critique au lecteur attentif : le texte donne suffisamment de matériau pour que les données soient réassemblées contre les idées de l’auteur. C’est là l’enjeu méthodologique fondamental de l’ethnographie et on ne peut qu’être admiratif du travail accompli dans ce sens par l’auteure. De ce fait, nous recommandons le livre à tous les publics en sociologie, pour une lecture qui doit comprendre non seulement le livre mais encore tout l’appareil critique qui s’est formé depuis la sortie de On the Run.

Haut de page

Bibliographie

Bourgois, P. (1996), In search of respect: Selling crack in El Barrio, Cambridge, Cambridge University Press.

Brayne, S. (2014), « Surveillance and system avoidance criminal justice contact and institutional attachment », American Sociological Review, vol. 79, no 3, pp. 367‑391.

Duneier, M. (1999), Sidewalk, New York, Macmillan.

Katz, J. (1989), Seductions of crime: Moral and sensual attractions in doing evil, New York, Basic Books.

Katz, J. (1999), How Emotions Work, Chicago, University of Chicago Press.

Moynihan, D. P., Rainwater, L. & Yancey, W. L. (1967), The Negro Family: The Case for National Action, Cambridge, MA, MIT Press.

Venkatesh, S. A. (2000). American Project: The Rise and Fall of a Modern Ghetto, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Venkatesh, S. A. (2006), Off the Books: The Underground Economy of the Urban Poor, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Williams, T. (2013 [1990]), The Cocaine Kids: The Inside Story of a Teenage Drug Ring, Boston, Da Capo Press.

Haut de page

Notes

1 . Les critiques auxquelles il est fait référence ici ont été formulées dans les articles suivants : D. Betts, « The stoop isn’t the Jungle », Slate, July 10 2014 ; C. Sharpe, « Black life annotated » New Inquiry, August 8 2014 ; A. Kotlowicz, « Deep cover: Alice Goffman’s “On the Run” », New York Times, June 26 2014 ; J. W. Wilson, « The Travails of Urban Field Research », Contemporary Sociology, vol. 43, no 6, 2014, pp. 824‑828 ; Philipp N. Cohen, sur son blog https://familyinequality.wordpress.com/2015/05/28/on‑the‑ropes‑goffman‑review/ (article publié le 28 mai 2015, à paraitre dans Social Forces).

2 . Voir les quelques pages sur les gangs dans le chapitre 4 de J. Katz (1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Théry, « Alice Goffman, On the run: Fugitive life in an American City (University of Chicago Press, 2014) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 avril 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2843

Haut de page

Auteur

Clément Théry

clement.thery@gmail.com
Docteur en sociologie de Columbia University (New York)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page