Navigation – Plan du site

Sarah HalpernMeekin, Kathryn Edin, Laura Tach, Jennifer Sykes, It’s not like I’m poor. How working families make ends meet in a PostWelfare World (University of California Press, 2015)

François Bonnet
Référence(s) :

Sarah HalpernMeekin, Kathryn Edin, Laura Tach, Jennifer Sykes (2015), It’s not like I’m poor. How working families make ends meet in a PostWelfare World, Oakland, CA, University of California Press, 304 p.

Texte intégral

1It’s not like I’m poor porte sur un crédit d’impôt que reçoivent les travailleurs pauvres aux États‑Unis, l’EITC (Earned Income Tax Credit). C’est un objet délaissé dans la sociologie américaine de la pauvreté et des politiques sociales. L’EITC existe depuis les années 1970 et a été grandement étendu lors de la présidence Clinton au milieu des années 1990. Concrètement, au début de l’année civile, les travailleurs pauvres américains remplissent leur déclaration d’impôts, souvent avec l’aide de professionnels et, quelques semaines plus tard, reçoivent plusieurs milliers de dollars. Que signifie cet argent pour eux ? Comment le dépensent‑ils ? Fondé sur une enquête empirique très fouillée auprès de 115 familles de Boston, It’s not like I’m poor examine à la fois les budgets des familles des travailleurs pauvres qui touchent l’EITC, et la façon dont ces familles vivent subjectivement leur rapport au travail, au crédit d’impôt et leurs aspirations à la mobilité sociale.

2L’EITC représente aujourd’hui 55 milliards de dollars par an, contre seulement 10 milliards pour le programme d’aide directe TANF (Temporary Assistance for Needy Families). L’EITC est l’autre versant de la welfare reform de 1996 qui a drastiquement réduit le périmètre de l’État social américain. Pour simplifier, l’aide sociale peut parvenir aux pauvres en monétaire ou en nature. Depuis la welfare reform, les pauvres reçoivent principalement des aides en nature : aides au logement (« Section 8 »), couverture médicale (Medicaid), et bons pour de la nourriture ou des produits pour bébés (food stamps, WIC). En revanche, les pauvres qui travaillent – mais dont le salaire les maintient en dessous du seuil de pauvreté – ont le droit, en plus des aides en nature, à un crédit d’impôt qui représente environ trois mois de salaires. Il s’agit donc d’une aide très significative, qui est calculée pour amener les foyers au-dessus du seuil de pauvreté.

3On sait que les États‑Unis calculent le seuil de pauvreté de manière absolue, avec un seuil en numéraire, tandis que les pays européens utilisent une définition relative, avec un pourcentage du revenu médian. Cela introduit des questionnements sur qui est « vraiment » pauvre, et qui n’est que « conventionnellement » pauvre. Les auteures, qui ont une approche résolument empirique, montrent comment les trois‑quarts des familles échantillonnées sont abonnées à la télévision câblée – plutôt un signe de confort relatif –, tout en éprouvant les pires difficultés à finir les fins de mois, à remplir le réfrigérateur et à faire face à toutes les dépenses imprévues liées aux problèmes de santé.

4Dans ce contexte, l’EITC représente un grand soulagement pour toutes les familles ; quand elles reçoivent leur crédit d’impôt (leur « bonus »), elles peuvent payer des dettes en retard, réparer la voiture, régler des factures pressantes – elles peuvent sortir la tête de l’eau et respirer un peu financièrement. Les dettes qui se sont accumulées, les prêts étudiants, les factures de l’hôpital et tout simplement la carte de crédit qui est devenue le filet de sécurité (safety net) des Américains, représentent un obstacle perpétuel à la résolution des problèmes d’argent avec lesquels cette population de travailleurs pauvres compose tous les jours. Un point clé de l’argumentation de It’s not like I’m poor est que l’EITC, parce qu’il provient du travail et de la déclaration d’impôt, n’est pas vécu comme une « aide sociale » : ce n’est pas de la charité d’État pour paresseux. Le chèque n’est pas soumis au bon vouloir d’un bureaucrate capricieux qui juge de la bonne moralité des récipiendaires. Parmi les familles interviewées, même celles qui sont passées par l’assistance traditionnelle parlent avec mépris du welfare ; au contraire, le crédit d’impôt ne stigmatise pas ses bénéficiaires.

5Plus encore, l’EITC favorise un sentiment de citoyenneté, un sentiment d’appartenance au rêve américain, d’où le titre du livre : It’s not like I’m poor. Le crédit d’impôt permet de se projeter dans l’avenir, d’imaginer acheter une maison et, dans l’immédiat, il permet des dépenses « somptuaires » qui rattachent le bénéficiaire à la société de consommation. Les auteures décrivent notamment comment une mère de famille a pu emmener sa fille au restaurant Red Lobster, comment une autre a pu organiser un anniversaire « digne de ce nom ». Ces dépenses de luxe ne représentent jamais plus de 10 % du total du crédit d’impôt, mais sont cruciales pour que les parents se perçoivent comme des « vrais Américains ».

6Les auteures de It’s not like I’m poor portent un regard essentiellement bienveillant sur ce crédit d’impôt, dont le mérite essentiel est, à leurs yeux, d’être une politique publique d’aide sociale pérenne. Le fait que le crédit d’impôt récompense le travail correspond à ce que les auteures identifient comme des « valeurs américaines ». Il y aurait sûrement beaucoup à dire sur cet aspect du livre, où l’américanité de ces valeurs est plus présupposée que démontrée, mais on comprend bien que là n’est pas le propos du livre. Les auteures évoquent très (trop) rapidement les critiques que le programme soulève. En premier lieu, le crédit d’impôt est fondamentalement une subvention du contribuable américain envers les employeurs qui paient leurs salariés en dessous du seuil de pauvreté ; en d’autres termes, l’EITC permet de payer les travailleurs pauvres en dessous de la loi d’airain des salaires. Dans la mesure où une part substantielle de l’EITC sert à payer ses dettes, l’EITC est aussi une subvention du contribuable aux banques et autres organismes de crédit.

7Enfin, le crédit d’impôt ne concerne que les travailleurs ; toutes les familles exclues du marché du travail sont exclues du crédit d’impôt. Perdre son travail, c’est perdre son « bonus » également. Quand le taux de chômage augmente – il a atteint 10 % en 2009 –, les effets sont dramatiques. L’EITC ne résout en rien le développement de la misère. En 2011, environ 1,65 million de foyers (3,55 millions d’enfants) ont passé au moins un mois avec moins de deux dollars par personne et par jour, soit le seuil de pauvreté des pays du tiers monde. D’ailleurs, dans le dernier chapitre du livre, les auteurs reviennent voir cinq familles quatre ans après le recueil des données, et la plupart d’entre elles, malgré leurs rêves et leur optimisme entretenu par l’EITC, vont plutôt plus mal.

8It’s not like I’m poor est une impressionnante réussite sociologique. Sans le moindre effet de manche conceptuel ou méthodologique, les auteures rentrent de front dans une question centrale et l’éclairent de plusieurs façons et d’une manière extrêmement convaincante. On peut avoir des réserves sur l’aspect « célébration d’une politique publique », sur le manque de distance critique, sur l’absence de mise en perspective comparative ; mais on aurait bien tort de se priver de la lecture d’un livre qui, avec une simplicité redoutable, a autant de choses à apprendre sur la pauvreté, les politiques sociales, la société américaine – et la formulation d’arguments rigoureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bonnet, « Sarah HalpernMeekin, Kathryn Edin, Laura Tach, Jennifer Sykes, It’s not like I’m poor. How working families make ends meet in a PostWelfare World (University of California Press, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2835

Haut de page

Auteur

François Bonnet

francois.bonnet@umrpacte.fr
Chargé de recherche (CNRS, Pacte) - UMR Pacte, Institut d’études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page