Navigation – Plan du site

Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970

La fabrique de la puissance d’agir féministe
“Common” women’s trajectories during the seventies: the making of a feminist agency
Catherine Achin et Delphine Naudier

Résumés

À partir d’une enquête par entretiens réalisée en 2006 et 2007 dans une ville moyenne de province auprès de femmes « ordinaires » ayant participé, de près ou de loin, à des groupes de femmes dans les années 1970, nous nous proposons d’étudier les modalités et les ressorts de la « révolution subjective » que constitue la deuxième vague des féminismes en France. Les femmes rencontrées ont subverti les normes de genre qui les entravaient dans les années 1970, et cet article se propose de mettre au jour les modalités de la fabrique singulière d’une « puissance d’agir » féministe. La reconstruction détaillée de trois trajectoires contrastées de femmes « ordinaires » permet d’analyser le processus de remise en question et de dénaturalisation des normes de genre, la manière dont cette conscience de genre s’articule à la conscience de classe et se matérialise dans un discours et des pratiques libératrices. Il s’agit d’explorer ce qui « se joue » alors du point de vue des rapports de genre dans diverses institutions de proximité (famille, mariage, école, etc.) encore marquées du sceau du patriarcat, au moment de la médiatisation d’un Mouvement de libération des femmes offensif et subversif et du vote de lois cardinales pour l’émancipation du « deuxième sexe ». Ce décentrement, du mouvement parisien à la diversité des expériences individuelles, autorise ainsi à repérer « par le bas » les événements clés jalonnant la socialisation primaire et la trajectoire sociale, mais également les « passeurs », leurs tactiques, et les ressorts de la diffusion par capillarité des idées féministes.

“Common” women’s trajectories during the seventies: the making of a feminist agency

This research examines the modes and forces of the “subjective revolution” which constitutes second-wave feminisms in France. Our results are based on an investigation carried out in 2006 and 2007 in a mid-sized provincial town, using interviews with “common” women having participated, closely or from a distance, in women’s groups in the 1970s. These women have broken the gendered norms which hindered them in the 1970s, and this article attempts to bring to light the modes of the peculiar making of a feminist “agency”. The detailed reconstruction of three contrasted trajectories of “common” women allows us to analyze how gendered norms have been questioned and de-naturalized, how this gender consciousness has been connected to class consciousness and translated into liberating discourses and practices. We investigate what “takes place” from the point of view of gender relations in community institutions (families, marriage, school, etc.), which are still marked with patriarchy, at the time of the mediatization of an offensive and subversive women’s liberation movement and of the vote of key laws for the emancipation of the “second sex”. This shift, from the Parisian movement to the variety of individual experiences, enables us to spot “from the bottom” the key events marking out primary socialization and social trajectories, but also those who spread these ideas locally, their tactics, and the forces of the circulation of feminist ideas by close networks.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Terrain, cadrage de l’enquête et sélection de trajectoires
Simone Melvil : La reproduction subversive
Le langage de la « bonne élève » contre les poings du père
Une jeunesse rebelle et la confrontation des mondes sociaux
L’accident sexuel et l’écrasement du soi rebelle
Rébellion clandestine et découverte d’un entre-soi féminin
Ma rébellion
Geneviève Liset : De la sublimation libératrice à la domination libératrice
Un exil précoce
Découverte éphémère du milieu universitaire et frustration
Le « cadrage » de 68
Martine Rivage ou la conscience de genre à l’épreuve du militantisme d’extrême gauche
Une socialisation syndicale, militante et universitaire mixte
Le groupe « femmes » comme matrice de la prise de conscience de genre
La gestion de l’engagement féministe au niveau local
Le féminisme en pratique, les usages de l’engagement militant : le repositionnement de soi
La redéfinition de la politique conjugale
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Alors que l’on dispose de témoignages et de rares travaux relatifs au mouvement des femmes des années 1970 en France, décrivant ses formes (non-mixité, absence d’organisations conventionnelles hiérarchiques, répertoires d’action radicaux, appropriation collective du vécu dans les groupes de conscience…) et ses revendications (libération de l’oppression, réappropriation du corps, politisation du privé..), on connaît mal ses contours, ses déclinaisons locales et ses effets directs ou indirects sur ses contemporaines. C’est cette dimension de l’agir individuel qui nous intéresse ici, c’est-à-dire la manière dont des femmes, « anonymes » au regard des figures nationales, ont fait leur révolution avec ou dans le sillage de celle tracée par les collectifs des « années mouvement » (Picq, 1993), la manière dont elles ont, à leur échelle, déplacé et redéfini les normes de genre qui les entravaient et constituaient dans le même temps le cœur de leur identité sociale.

À rebours des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Achin et Delphine Naudier, « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970 », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/282

Haut de page

Auteurs

Catherine Achin

Maîtresse de conférences en science politique, Université Paris VIII – CRESPPA-CSU — 59-61, rue Pouchet, 75017 Paris — achincat@yahoo.com

Delphine Naudier

Chargée de recherche en sociologie, CRESPPA-CSU 59-61, rue Pouchet, 75017 Paris — delphine.naudier@csu.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page