Navigation – Plan du site
Les « Églises de maison » chinoises : la construction de familles religieuses

Annexe 3 : Extraits de l’entretien avec JF, femme, la cinquantaine passée, dirigeante de l’Église Hosanna

Pierre Vendassi

Texte intégral

1L’histoire de JF, pasteure de Hosanna illustre la centralité du thème et du modèle de la famille dans le processus par lequel les acteurs décident de s’affilier à une Église chrétienne. L’histoire de sa conversion est l’histoire d’un retour à une forme d’apaisement dans ses relations familiales réelles, qui se prolonge dans la fondation une Église destinée à devenir une famille. Elle y aborde l’importance de l’engagement et de la réciprocité d’investissement nécessaire au bon fonctionnement de la relation avec Dieu et de l’Église. Elle y aborde aussi la relation de maître à disciple qu’elle entretien avec le pasteur de son Église d’origine, et la transmission qu’elle perpétue en soutenant et enseignant un autre pasteur issu de sa propre Église.

2Peux-tu me dire comment tu es devenue chrétienne ?

3Mes parents sont nés sur le continent. Mais ensuite ils sont partis à Taiwan quand le Kuomintang a été chassé. On a vécu longtemps à Taiwan. J’y suis née. Mais plus tard, ils ont voulu revenir pour s’installer. Et je suis aussi revenue. Ma grand-mère était toujours en Chine. À cette époque, il y avait un missionnaire américain qui a ouvert un hôpital à Nanjing. C’était aussi un pasteur. Et ma grand-mère était sa gouvernante. À cette époque, elle a eu mon père. Et elle l’emmenait à l’église. Donc mon père quand il était petit, c’était un chrétien et il allait à l’église. Mais ensuite à Taiwan, il n’est plus allé à l’église et il ne priait plus. Il avait quitté Dieu. Donc il ne nous a jamais emmenés à l’église. Il ne nous a jamais enseigné l’évangile. Il aimait jouer au majong et danser. Ma mère ne croyait pas non plus. Donc notre vie était vide, nous n’avions pas de relation avec Jésus.

4Pourquoi je suis devenue chrétienne alors ? Mes conditions n’étaient pas mauvaises, mais j’ai épousé un homme et ça a été très frustrant. Dans mon mariage j’ai été très déçue. J’ai beaucoup souffert. Et quelqu’un m’a présenté l’évangile et j’ai accepté. À cette époque, je ne priais pas, mais j’allais à l’église et je pleurais, Je ne savais pas pourquoi. Mais j’avais envie de connaître Dieu. Une fois, je m’en souviens très bien, j’ai demandé à un frère comment faire pour prier. Il m’a dit d’utiliser les paroles du livre de Job : « Avant je te connaissais mais mes yeux ne t’avaient pas vu. » Après j’ai parlé avec le seigneur Jésus. Mais je n’arrivais pas à pardonner mon ex-mari. Et j’ai divorcé. Je voulais me suicider. Je voulais le tuer en fait, mais comme je ne pouvais pas, je voulais me tuer moi-même. Je souffrais beaucoup. Je suis allée voir un Bouddha et un devin. J’étudiais des choses sur la psychologie. Ça me faisait du bien mais c’était toujours très douloureux. Je n’étais pas heureuse […] Comme mon mari ne m’aimait pas, je ne pensais qu’à mourir. Et j’ai prié : « Seigneur, tu vis. Tout le monde a besoin de toi, mais moi, je ne t’ai pas encore rencontré. Je veux croire en toi mais je ne t’ai pas vu. Si tu veux que je croie en toi, je veux avoir mon propre témoignage. Ce que les gens disent je m’en fiche. Je veux croire en toi, mais je n’ai pas encore eu de témoignage. »

5Ensuite, j’ai vécu avec ma famille et il s’est passé quelque chose avec mon frère. Il s’est séparé de sa copine et il avait beaucoup de pression au travail. C’était en 2000. À Noël. Son entreprise l’a envoyé visiter une usine. Mais Quand il est arrivé à l’usine, les portes étaient fermées, scellées. Et il a regardé par la fenêtre d’une des usines. Et il s’est passé quelque chose. À partir de ce moment-là, il avait l’impression que quelqu’un le regardait. Quand il est rentré, il avait changé. Il est devenu très bizarre et très différent. C’est comme si il y avait quelque chose dans sa tête qui le contrôlait. Un soir, vers 4 heures du matin… ç’aurait pu être la pression et la rupture amoureuse, mais il semblait que quelqu’un l’avait hypnotisé ou qu’il était possédé par de mauvais esprits. Un jour il a agressé mère, elle a crié et il a poussé mon père. À ce moment-là, j’ai reçu un peu plus Jésus-Christ. Je me suis souvenu qu’il y avait eu un cas à l’église d’un homme qui avait été possédé. Le diable agitait son corps. J’en ai parlé au pasteur et il m’a dit : « ton frère pourra guérir. Mais il a besoin du Christ. Il ne faut pas que tu ailles te prosterner devant le bouddha. » J’ai emmené mon frère à l’église. Il ne connaissait rien à l’église, il ne savait que dire amen. Mais là, il ne pouvait même pas dire amen. Il faisait des bruits [elle imite des râles gutturaux]. Il n’arrivait pas à parler. Et puis, il a eu des symptômes physiques aussi. Son corps devenait rouge. Mais comme c’était la période du Nouvel an chinois, il n’y avait personne pour prier avec moi pour lui. Ensuite, parce que dans notre Église, il n’y a pas assez de gens, je suis allé dans une autre Église. Le pasteur de cette deuxième Église avait un don : celui de chasser les démons. C’était l’hiver, il faisait noir. Et l’Église était située en dessous du niveau du sol. Il faisait assez noir, mais mon frère voyait une lumière aveuglante. Pourtant il faisait noir. Et il s’est mis à crier et faire du bruit et à marcher dans tous les sens dans la salle, on ne pouvait pas s’entendre. Et le pasteur a dit : « XW, au nom de Jésus, tu vas aller mieux. » Et mon frère s’est arrêté. J’étais très étonnée ! Au nom de Jésus Christ, il avait réussi à l’arrêter. Quel pouvoir et quelle autorité ! Après, j’utilisais la même méthode. Je disais « au nom de Jésus Christ » et mon frère s’arrêtait.

6Dans cette église, il y avait une grande croix, grande comme mon frère. Et mon frère s’est arrêté devant la croix et a souri d’un sourire vraiment démoniaque. Et le pasteur a réprimandé le démon. Et puis il m’a dit : « ce problème doit venir de ce qui s’est passé avant dans votre famille. Il faut le résoudre en famille avec le père et la mère. » Parce que mon frère avait vécu aux États-Unis toute son adolescence. Mes parents l’avaient envoyé là-bas pour qu’il vive tout seul. De treize à seize ans, j’étais là-bas avec lui, mais de seize à vingt-neuf ans, il était resté là-bas tout seul. Donc il était très seul. Il pensait qu’il avait été abandonné par son père et sa mère. Mes parents lui donnaient de l’argent, mais il n’était pas satisfait. Alors il faisait des choses qui n’étaient pas justes : boire, jouer, je ne sais quoi d’autre… il souffrait beaucoup. Donc le pasteur a dit : « il faut que toute votre famille vienne. » Mais mes parents ne croyaient pas. Et ils ne pensaient pas que c’était leur problème. Ils disaient : « c’est lui qui est malade, ce n’est pas un problème de famille ! » Bon, alors on est allé ailleurs voir un autre pasteur. C’était dans une montagne. Il y avait un centre de désintoxication. C’était loin sur la montagne. Je l’ai aidé à louer une chambre là-bas. Mais je ne voulais pas que mes parents le sachent. Mais ma mère l’a appris et elle a envoyé l’un de ses amis pour faire des incantations bouddhistes : il fallait qu’il garde avec lui une amulette avec des signes bouddhistes gravés dessus. Mais mon pasteur avait dit : « tu ne dois pas utiliser d’autres méthodes que le Christ. » Mais ma mère n’avait pas la foi et elle n’avait pas entendu ces paroles. Alors son ami est allé le voir. Un soir je dormais avec mon frère et j’ai vu qu’il avait cette amulette. Je lui ai demandé ce que c’était et il m’a dit que c’était peut-être maman qui lui avait porté en secret ! Et puis mon frère ce soir-là, m’a dit qu’il avait vu quelque chose : il s’était senti tomber, tomber très profondément et des anges étaient venus le rattraper. Je me suis dit qu’il faisait des progrès. Mais il faisait aussi des choses très étranges. Par exemple, il ne supportait pas les habits. Il passait son temps a enlever tous ses habits et à se mettre nu. C’était gênant ! Parce qu’il y avait des sœurs aussi… Et le pasteur a dit qu’il ne pourrait pas rester là parce que c’était perturbant pour les sœurs.

7Il avait aussi un ami là-bas qui était bouddhiste. Cet ami était comme un moine, mais un moine avec des cheveux ; Et il récitait des formules bouddhistes à mon frère. Mais moi je ne le savais pas. Et il s’enlevait souvent ses habits. J’ai vu dans son dos une marque, la trace d’une main, rouge, dans son dos. C’était incroyable. Et cette marque venait des incantations bouddhistes. C’était incroyable… Ma famille n’a pas de dieu, on est très rationnels et on croyait en la science. Donc pour moi, voir ces choses avec mes yeux c’était incroyable. Puis je l’ai emmené voir quelqu’un d’autre. Un prêcheur qui avait un don pour parler avec les esprits. Mais mon frère ne parlait pas. Il ne disait rien. Et le prêcheur a commandé aux esprits de se retirer, et il les a chassé dans le lac de feu et de souffre… Mon frère a expiré, et ça sentait vraiment le souffre ! Après, il m’a dit : on en a chassé quelques-uns, mais il en reste. Alors j’ai prié. Mais je n’arrivais pas à prier. À la place, j’ai utilisé le don des langues. Je parlais en langue dans ma prière. Je ne pouvais pas dire une phrase alors j’ai demandé au Seigneur de me donner le don des langues  [elle fait une démonstration du don des langues en prononçant ce qui semble pour l’observateur extérieur un charabia]. C’était incroyable ! Il s’est passé beaucoup de miracles. Mais ma prière n’a pas suffi. Alors on est retourné à l’Église et on a chanté des cantiques. Sur le sang de Jésus. La tête de mon frère est devenue très rouge, quand on chantait ce chant qui s’appelait « Le sang de Jésus ». Et moi je riais et on priait. Et à un moment donné le prêtre a dit: « ok. Le démon est parti. » Mais je regardais la tête de mon frère et il était toujours malheureux. Il n’avait pas changé. Mais quand on lisait la Bible, il pouvait lire la Bible. Il pouvait dire amen. C’était un progrès. Mais il n’avait pas reçu Jésus. Il y a un verset dans la bible qui dit que si tu chasses les démons et que tu laisses la maison vide, ils reviennent avec plus de force. Après avoir nettoyé, il faut mettre l’amour de Jésus. Et il n’avait pas reçu l’amour encore. À la fin, mon frère est allé dans la cuisine et il attrapé le frère et il l’a battu ! On a appelé la police et la police l’a mis à l’hôpital et lui a fait une injection. Et il a pris des médicaments. Comme il a pris des médicaments il allait mieux en apparence : il était comme un zombie. Plus tard, il y a un pasteur américain qui est venu et a enseigné un séminaire sur trois jours. Il a enseigné le pardon. La première fois, j’ai emmené ma mère et mon frère écouter cette leçon. Et le pasteur l’a aidé à ouvrir son cœur et recevoir le Christ. Il a parlé une demi-heure avec lui et il lui a permis de se livrer, ouvrir son cœur et pardonner mes parents. À partir de là, il a été mieux. Il n’avait plus besoins de médicaments. Et il a repris les relations avec mes parents. Avant il avait de la haine pour mes parents au fond de lui car il pensait qu’ils ne l’aimaient pas. Mais il a renoué des relations avec mes parents.

8Mais moi, j’avais toujours de la haine pour mon ex-mari. J’en ai parlé avec mes frères et sœurs. Et ils m’ont tous dit : tu dois prier pour lui. Mais je voulais que Dieu le punisse ! Au bout d’un an, j’ai acheté un livre qui s’appelait : Comment prier pour ton mari. Je me suis dit : « il faut que tu changes. » C’était comme si tout à coup le Saint-Esprit me disait : « tu dois changer. » Mais j’ai dit : « je ne veux pas changer. » Et le deuxième jour, l’Esprit ma répété : « tu dois changer. » Mais je ne voulais pas changer. Je crois que c’est vraiment l’Esprit qui m’a commandé de changer. Et puis j’ai pleuré, sans m’arrêter. J’ai pleuré, pleuré, pleuré… Et j’ai réalisé que je n’avais pas été une bonne épouse. Parce qu’un mariage qui échoue, la responsabilité est toujours partagée. Je me suis rendue compte que j’étais mauvaise aussi. Je ne savais pas où était ce que j’avais fait de mal, mais c’était sûr que j’avais des torts aussi. Et le Saint-Esprit m’a encouragée à l’appeler. Je l’ai appelé pour lui dire que je n’étais pas une bonne femme, et que c’était aussi ma faute si tout cela était arrivé : « je m’excuse. » Il m’a dit : « je te l’avais dit : c’était toi qui voulait à tout prix divorcer ! Je suis le meilleur mari du monde ! » Il a dit ça, mais mon cœur était soulagé. Le Saint-Esprit m’avait aidé à voir le mal en moi et je m’en étais libérée. J’ai voulu changer. J’ai voulu recevoir les bénédictions de Dieu. Ça fait douze ans que j’ai divorcé. Et tous les ans depuis cette fois-là, je l’ai rappelé. L’année d’après, le Saint-Esprit m’a touchée et j’ai appelé en pleurant. Et il ne disait plus : « je suis le meilleur. » Il disait : « tu ne dois pas t’en faire, tu n’es pas une mauvaise personne. » Et la quatrième fois que je l’ai appelé, j’entendais qu’il pleurait. Et il m’a envoyé un mail l’année dernière pour me dire qu’il était désolé. Il lui a fallu du temps, mais j’ai été libérée en premier. J’ai changé d’abord. J’ai été bénie d’abord.

9C’est ma plus grande expérience. Ensuite, j’ai travaillé pour une banque. Et je suivais une étude biblique par téléphone, parce que je n’avais pas le temps d’aller à l’Église. Mais j’en avais assez de ne pas pouvoir vivre une vie de chrétienne, alors j’ai plaqué mon boulot pour aller étudier la Bible et aller à l’église. Et je voulais être formée et servir le Seigneur. Ensuite, au bout de cinq ans que je connaissais le Seigneur on a déménagé à Shanghai. Et on a emménagé dans cet appartement. On a commencé une étude biblique. Je travaillais à la banque et le dimanche on se réunissait ici, on était quatre.

10Tu es venue pour travailler ?

11Non. C’est mes parents qui voulaient venir ici donc je les ai accompagnés. Mais mon père est tombé malade et il est mort. Et ma mère, elle ne voulait plus rester ici, alors elle est rentrée. Et je suis restée ici avec mon frère. Mais au départ, on était tous là. Mais déjà, je savais que je voulais servir le Seigneur. Je travaillais à la banque, mais Dieu était mon patron. Et il y a un an et demi, je me suis tordu la cheville. Et j’en ai profité pour quitter mon travail à la banque. Et j’ai eu plus de temps pour faire les choses à l’Église. Et les gens ont commencé à être plus nombreux, parce qu’on pouvait avoir des activités à d’autres moments que le dimanche. J’ai été touchée par l’amour de Dieu, donc j’ai voulu le servir. On dit que je suis une suis un pasteur. Mais je n’ai étudié à aucune école biblique ni reçu aucune formation théologique. Mais je veux vraiment servir Dieu et je me forme assidument à l’aide d’internet. Je ne veux pas vraiment devenir un pasteur. Le titre importe peu. Mais ce qui est important, c’est que si Dieu m’a mis un appel sur la tête je veux vivre pour lui. Je veux faire les choses de Dieu. Le plus important c’est son amour. Si tu n’as pas son amour, tu ne peux pas faire les choses de manière juste. Donc je veux que Dieu me donne plus d’amour. Sinon, ces choses n’ont pas vraiment de sens. Il n’y a pas de récompense non plus si il n’y a pas l’amour de Dieu. C’est parce que j’ai ressenti son amour que je n’ai plus voulu me suicider. Mais beaucoup de gens ont besoin de son amour.

12Et après tu n’as jamais eu ce genre de sentiments à nouveau ?

13Jamais. Je suis très heureuse ! Comment pourrais-je ? Mais je remercie le seigneur de m’avoir donné cette envie de suicide. Parce que grâce a ça, je peux comprendre et réconforter les gens qui passent par les mêmes expériences.

14Tu sais comment les aider ?

15Oui. Si j’avais toujours été en paix, alors ce serait dur de comprendre comment ces gens sont si désespérés. J’apprécie tout ce que Dieu m’a donné. Ça m’a permis de contempler mon Dieu, et ça m’a permis d’aller aider les autres. J’avais trente-neuf ans quand j’ai rencontré Dieu. Avant, j’ai vécu trente neuf ans d’une vie vide. Mais maintenant, j’ai de l’espoir, j’ai la foi, j’ai des désirs. Avant, ma vie n’avait pas de sens, maintenant ma vie est abondante ! Avant j’étais égoïste et arrogante, je ne voyais que moi. Je n’avais pas d’amis. Peut-être juste trois amis. J’avais tout, mais je n’étais pas heureuse. Maintenant, je ne suis plus pareille. Peu importe les circonstances je suis toujours heureuse parce que Dieu est la source de ma joie. C’est le plus grand es miracles, c’est le changement dans ta vie !

16C’est impressionnant. Et maintenant tu ne travailles plus ?

17Oui, parce que ma famille peut me soutenir financièrement. J’ai cette maison, des habits, de quoi manger. Sinon il faudrait que je travaille. Mais ma mère me soutient.

18Comment fait-elle ?

19Elle m’approuve et me donne de l’argent. Maintenant ma mère, mon frère, ma sœur et ma belle-sœur, ils sont tous dans le Christ. J’ai attendu ma sœur, pendant six ans. Elle ne voulait pas au début, mais finalement elle a renoué le contact avec moi, et maintenant elle est chrétienne. Nous avons beaucoup de bénédictions dans notre famille. (elle verse des larmes) Je suis vraiment heureuse et c’est grâce à Lui. Je l’aime parce qu’il m’a aimée en premier et je dois le servir. Ce n’est pas un travail, c’est une conséquence de l’amour. Il m’aime et aime ma famille [elle pleure de nouveau].

20Et ta mère est à Taïwan ?

21Oui et ma sœur aussi. Elles assistent à l’Église Hosanna là-bas. Le pasteur est un fils de docteur. Il lui est arrivé des choses, Dieu l’a appelé à être un pasteur. Et il a fondé une église. Il partage beaucoup la parole de la Bible, d’une façon que l’on peut appliquer à la vie de tous les jours. Il n’y a pas tant de règles. De choses qu’il faut ou ne faut pas faire ; il est assez ouvert, on peut dire.

22Donc quand tu as décidé de fonder cette Église, tu as eu besoin de son autorisation ?

23En fait, à ce moment-là, j’ai ressenti le Saint-Esprit. Et à Taïwan, je prenais déjà soin de six familles, je les ai emmenées à l’église. Donc, à ce moment-là j’ai acquis de l’expérience. Et mon pasteur m’a donné son soutien. Et toutes les semaines je vais sur internet, il y a un enregistrement de ce qui se fait là-bas. Donc j’ai toujours des relations avec eux. Parfois, il vient en Chine et moi je retourne à Taïwan. Donc il est mon maître [shifu], on peut dire. Il me forme. Mais ici, il y a beaucoup de choses que je fais par moi-même et que j’apprends par expérience, que je découvre en tâtonnant. Lui, là-bas, il est docteur et il passe beaucoup de temps à faire le pasteur.

24Il y a d’autres églises aussi ?

25Il y a une branche ici, mais aussi à Lanzhou et à Shenzhen. Il y en a trois.

26Et vous avez des relations avec les autres ?

27Parfois il y a des pasteurs d’autres églises qui viennent prêcher. Mais c’est rare. Parce que l’on pas assez de temps pour ça. Le dimanche, on a notre service hebdomadaire. Et le samedi on a notre cours de chant. Le vendredi on a un cours d’étude biblique, mais on est peu nombreux parce que ce sont seulement les voisins qui viennent. Parce que Shanghai est trop grande. Donc le temps ou l’on est tous ensemble, ce n’est pas souvent. Il faudrait qu’on ai plus de temps ensemble pour apprendre à se connaître, et faire plus d’échanges. L’église n’est pas très grande, mais j’espère que l’on pourrait se connaître meiux. Ce serait comme une vraie famille. On serait comme un foyer. Parce que les chrétiens, ils ont beaucoup d’activités. Je voudrais que tout le monde ait de vraies relations avec les autres. Par exemple on est allé cueillir les fraises dernièrement, c’est bien…

28Mais tu trouves que ce n’est pas assez…

29Ce n’est pas assez. [inaudible] Pourquoi est-ce que l’on mange ensemble le dimanche ? C’est pour que l’on devienne une famille. On veut aimer le Seigneur et parce qu’on aime le Seigneur, on veut passer du temps avec nos frères et sœurs. C’est comme ça que chacun va grandir. Si tu ne fais rien avec tes frères et sœurs ça veut dire que tu ne veux pas connaître Jésus.

30Et donc tu n’as pas de vie de chrétien…

31Tu n’as pas de vie de chrétien. Tu ne penses qu’à ce que tu veux, sans jamais réaliser que tu peux aussi apporter aux autres. Qu’est-ce que tu peux apporter aux autres ? Ce n’est que dans le service que tu peux découvrir ce que l’on appelle l’amour. Et l’Église est là pour nous permettre d’étudier ce qu’est l’amour. Sinon tu n’as pas besoin de venir à l’église. Tu ouvres internet, et il y a plein de pasteurs qui prêchent. Et ils vont te parler de la Bible. Tu vas obtenir beaucoup de connaissances des écritures…

32Est-ce que ça veut dire que tu n’aimes pas les grandes églises officielles ?

33Non, ce n’est pas que je ne les aime pas. Mais pourquoi tu viens à l’Église ? C’est parce que l’on peut parler, manger ensemble et se connaître. Si tu te dis : « oh j’ai bien étudié la Bible j’ai beaucoup prié…ça n’a pas d’utilité ! » C’est d’être avec les autres qui est utile. C’est ça une Église.

34À part le week-end tu as d’autres activités ?

35Le lundi, le mercredi et le vendredi, je suis sur internet toute la journée. Il y a des gens à Taïwan, ou a Shenzhen ou Xi’an, à travers l’internet, j’échange avec eux sur la Bible. Et on parle et je reçois leurs conseils. Et le mercredi je vais a Pudong et on a une étude biblique avec des sœurs. Et le mercredi matin, j’ai aussi une réunion de prière ici-même. Et le vendredi soir on a l’étude biblique ici. Le samedi le cours de chant. Et le dimanche, on parle, on prêche. Donc je fais autant que je peux. Mais ce n’est pas assez. La communication est un problème. Les gens assistent aux activités, mais ils n’ont pas assez de sujets sur lesquels échanger. Parce qu’ils n’ont pas assez faim. Moi j’ai faim, alors je mange la nourriture du Seigneur chaque jours. Sans Dieu, je meurs. Mais tout le monde n’est pas comme ça. C’est au fur et à mesure que ça se développe. Et notre Église c’est pareil, ça se développe au fur et à mesure. Il faut le montrer par les œuvres, payer le prix. Il y a une sœur qui est venu me voir, ça fait cinq ans qu’elle assiste mais elle ne produit toujours pas de bonnes œuvres. Elle n’aide pas les autres, elle ne fait pas à manger, elle ne paie pas sa dime. Et quand elle a des problèmes il faut l’aider. Donc je lui ai dit : « si tu es chrétienne, tu dois vivre selon le chemin de Dieu, le suivre. Alors tu auras ses bénédictions.  Si tu ne le suis pas, tu ne peux pas espérer avoir ses bénédictions. Si tu paies le prix, tu vas avoir de la reconnaissance. » On l’a beaucoup aidée, de nombreuses fois. Et à chaque fois, les gens sont très gentils avec elle. Mais là j’ai été plus ferme. Je lui ai dit : « tu dois prier avec ta mère, tu dois lire la bible avec elle chaque jours, vous ne le faites pas. Vous faites d’autres choses et après vous êtes fatigués vous vous plaignez. Si vous ne suivez pas ce que vous dit Dieu, ça ne sert à rien de se plaindre. Il nous a enseigné une chose : c’est de s’aimer les uns les autres. Et toi tu ne fais rien et tu ne comprends pas pourquoi Dieu ne t’aide pas et ne te bénis pas ! Dieu, ce n’est pas le Père Noël. Il ne va pas juste te donner des cadeaux. Et toi tu dis : si il ne me donne pas de présents, alors ce n’est pas Dieu ! Ce n’est pas comme ça que ça marche ! Dieu veut que tu l’écoutes, que tu pries, que tu chantes pour lui ! » Je lui ai parlé très sévèrement. « Si tu ne veux pas changer et obéir au Seigneur, c’est inutile. Si tu ne veux pas obéir, tant pis pour toi ! » J’ai été très ferme et claire avec elle. Ce n’est pas la peine d’être polie. Si tu utilises cette méthode, tu auras de bons résultats. (Inaudible) Mais après ce ne sont que des suggestions, elle est la seule a pouvoir prendre des décisions.

36C’est souvent qu’il y a des situations comme ça ?

37Les situations ne sont pas toutes comme ça. Il y a des cas sérieux de gens qui ont des changements importants dans leurs vies et qui arrivent à vivre ça bien, il y a des gens qui ont du mal à obéir. Mais obéir à Dieu, c’est la seule solution. Il y a beaucoup de gens dans notre Église dont la vie a changé. Leurs relations avec les enfants et les parents sont devenues meilleures. On a un cas de gens qui voulaient divorcer et maintenant ils ne veulent plus divorcer. Ils s’aiment. C’est parce qu’ils obéissent aux principes de Dieu.

38[…]

39Est-ce qu’il y a des membres qui ont commencé leur propre Église ?

40Non. Pas encore. Mais il y en a qui sont venus d’autres Églises. Pour commencer une Église, il faut avoir reçu l’appel de Dieu, sinon ça n’a pas d’utilité.

41Vous avez commencé quand ?

42En juin 2005. On était quatre ou cinq. Moi, ma mère, la bonne, et deux amis.

43Et comment êtes-vous passé de quatre à soixante ?

44Les gens amènent leurs amis. Et moi aussi. Et les amis amènent leurs amis…

45Vous ne faites pas de prosélytisme dans les environs…

46On ne peut pas…parce que tu sais ici, c’est ma maison. Le dimanche matin on chante et ça fait du bruit, surtout avec le karaoké. Les voisons ne se plaignent pas, il n’y a pas de problème, mais si ils se plaignent on va avoir des problèmes. Dieu merci, ils ne se sont jamais plaints. Mais depuis l’année dernière en mai, on a décidé de changer d’endroit parce qu’on était trop ici.

47Et vous louez un autre endroit ?

48Oui, c’est très cher ! Une semaine, ça coûte 1500 yuans. C’est très cher !

49Comment vous faites ?

50C’est la dîme qui paie ça. Avant, on payait la dîme mais on ne s’en servait pas donc on a fait des économies….Il y en a qui paient la dîme et il y en a qui ne le font pas. Il y en a qui font à manger aussi et c’est une forme de dîme.

51Et tu sais qui paie et qui ne paie pas ?

52Oui, il y a des bulletins.

53Donc si ils ne paient pas tu leur en parles ou…le dimanche, tu les encourages ?

54Je les encourage le dimanche. Mais je pense que c’est important de leur donner des témoignages. Ça leur donne de la foi. Parce que s’ils ne paient pas, c’est que leur foi en Dieu n’est pas suffisante. C’est qu’ils pensent que leurs affaires personnelles sont plus importantes. Mais s’ils écoutent des témoignages ça va les encourager, leur donner envie. Il m’arrive de parler avec eux, mais le plus important c’est les témoignages. […] Si je n’ai pas de travail, peut-être que j’ai peu d’argent, mais si je donne au Seigneur, il va m’aider à donner, et il va me récompenser. Je crois qu’avec le temps que je dépense à l’Église, le Seigneur va bénir ma vie et s’occuper de ma famille. Si on ne fait que lire les écritures, c’est ennuyeux et les gens ont sommeil. Mais les témoignages, les gens se disent : « oh, je connais cette personne sa situation était comme ça et comme ça et comme ça…Oh Dieu l’a vraiment bénie, parce qu’elle a suivi le chemin du Seigneur. » Donc le témoignage est important.

55Et l’Église, c’est toujours les mêmes qui servent ou c’est tout le monde ?

56Il y a des gens qui paient la dîme. Il y a des gens qui ont très peu d’argent. Mais il y a trente personnes qui font la nourriture à tours de rôle. Avant c’était volontaire. Mais on a instauré un tour de rôle pour donner à tout le monde l’occasion de servir de payer le prix. Et de vraiment montrer par ses actes qu’il aime les autres.

57Et tu as quels plans pour ton église ?

58J’espère qu’il y aura beaucoup de gens qui iront s’occuper des autres, les paître. Parce que dans l’évangile de Jean Jésus dit : « Pierre m’aimes-tu ? Paie mes brebis. » J’espère que beaucoup de gens dans l’Église feront comme moi, et deviendrons des muyang. Peu importe si c’est en ouvrant une église ou pas. Certains n’en ont pas la capacité. Mais j’espère qu’ils iront s’occuper des autres. Muyang, c’est très dur ; C’est plus dur que simplement animer une réunion. Regarde les trois apôtres principaux du Christ, Pierre Jacques et Jean. Ils ont vécu nuit et jour avec le Christ, mangé avec lui, reçu ses enseignements. Donc c’est un labeur très dur que de former les gens, de les paître, et de les préparer à paître. Notre pasteur, pour nous former à devenir des muyang, il s’est donné du mal pendant plusieurs années. […] C’est comme les enfants. Faire un enfant c’est facile. Mais l’élever, c’est très dur. Être muyang c’est pareil.

59Comment tu t’y prends pour faire ton œuvre de muyang ?

60Je fais le plus que je peux. J’essaie d’avoir des contacts avec eux. Mais je passe aussi du temps à soutenir et former un ami qui est à Shenzhen et qui a aussi soixante personnes là-bas dont il doit s’occuper. Il nous a quitté au bout d’un an pour Shenzhen. Et il a des gens dont il s’occupe. On se parle sur Skype. Et souvent on partage ensemble.

61[…]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vendassi, « Annexe 3 : Extraits de l’entretien avec JF, femme, la cinquantaine passée, dirigeante de l’Église Hosanna », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2803

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page