Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Nous proposons cet extrait de nos observations, afin de pallier le manque de matériaux relatif au catholicisme dans nos travaux. Cet extrait met en lumière le mélange des traditions dans la pratique religieuse chrétienne et notamment la présence d’un rappel du culte des ancêtres intégré dans le rituel même de la messe.

Messe dans une église d’un quartier populaire de Shanghai (mai 2011)

2Il est sept heures du matin, en semaine, dans une petite église d’un quartier populaire du centre historique de Shanghai. L’entrée du bâtiment de taille modeste en cours de rénovation est difficile à localiser depuis la rue, car elle est située derrière les façades des maisons à un étage qui s’étendent tout le long du trottoir. L’Église se trouve au centre d’une vaste cour. L’extérieur du bâtiment est en cours de rénovation. À l’intérieur, les murs jaunes et les plafonds rose pastel sont rehaussés de dorures, et ornés de tableaux très lumineux, témoignant d’une rénovation récente. Le chemin de croix composé de portraits de Jésus, représentant son visage en gros plan, aux différents moments de la passion, attire l’attention. Ce resserrement sur ce seul visage de Jésus, au détriment des plus classiques compositions en plan large, ont pour effet d’accentuer l’impression de proximité entre le dévot et son sauveur. Ici aussi peut-être, l’accent est donc mis sur une relation personnelle et émotionnelle entre l’individu et sa divinité. Certains autres tableaux arborent des christs blonds de très larges carrures rappelant certaines représentations chrétiennes nord-américaines. D’autres, composant le retable, sont d’une facture plus classique.

3Ce seront pourtant les seules traces d’une modernisation de la foi visibles dans cette église. Dix minutes avant le début de la messe, une petite quarantaine de personnes sont présentes, dont la plupart sont des femmes âgées de plus de cinquante ans. Un groupe de femme psalmodie sans arrêt et je ne saisis pas ce qu’elles récitent. Le bourdonnement incessant de leurs voix ne ressemble pas du tout aux prestations polyphoniques élaborées des chœurs entendus habituellement dans des églises de plus grande envergure. Elles font plutôt penser aux assemblées de dames âgées que j’ai pu croiser dans des temples bouddhistes, récitant les textes sacrés de la même façon, sur une note unique, frappant le rythme à l’aide d’un petit instrument à percussion en bois.

4Avant la messe, le prêtre vient nous saluer, seuls étrangers que nous sommes dans ces lieux, puis s’en retourne vers la sacristie. La messe commence alors et le prêtre, portant par-dessus son aube un voile huméral de couleur verte arborant le christogramme JHS inscrit dans une croix, se rend à l’autel aux ornements assortis. Il célèbre la messe en tournant le dos à l’assemblée, rappelant ainsi que l’Église catholique de Chine, ayant subi les réformes communistes, n’a pas subi les réformes du Concile de Vatican II. Après les premières phases de la messe, un diacre vient aider le prêtre à préparer le sacrement. Lorsque le prêtre prononce les paroles liturgiques, puis lorsque l’hostie est distribuée, le bourdonnement s’interrompt, pour reprendre ensuite jusqu’à la fin de la cérémonie. Après avoir rangé les ustensiles liturgiques dans le tabernacle, le prêtre disparaît dans la sacristie. Il réapparaît rapidement flanqué d’un thuriféraire et d’un naviculaire. Ils traversent la nef, répandant leur fumée, suivis de toute l’assemblée pour se rendre au fond de l’église à gauche près de l’entrée. Là, dans une petite chapelle, sont réunis aux pieds d’une piéta les photos de quelques défunts de la communauté. Le prêtre prononce quelques paroles puis asperge l’eau bénite et repend la fumée d’encens dans la chapelle. Il s’en retourne une nouvelle fois à la sacristie, laissant chaque personne de l’assemblée, à la file, venir se prosterner trois fois devant la piéta et les images des anciens tandis que les psalmodies bourdonnantes continuent. Tous ceux qui se courbent devant la chapelle saluent ensuite de la même façon le reste de la cohorte de ceux qui attendent et qui, à leur tour rendent ce salut. Lorsque tous sont passés, les psalmodies s’arrêtent, mettant fin à la cérémonie.

Réunion dominicale dans une Église patriotique protestante d’un quartier populaire de Shanghai

5Lors d’une visite dominicale effectuée en février 2016, ultérieure à la rédaction de l’article et à l’extrait de thèse suivant, dans l’un Église patriotique de Shanghai, nous avons assisté à une mise en scène rappelant nos observations dans les Églises de maison.

6C’était le troisième office de la journée et environ 1300 personnes remplissaient l’Église. La réunion était dirigée par une femme en habits de cérémonie noirs, avoisinant peut-être la cinquantaine, depuis un pupitre situé à la droite du chœur et au même niveau que celui-ci. Elle indiquait les temps de louange ou de prière faisait se lever et s’asseoir l’assemblée, faisait répéter à celle-ci les écritures et dirigeait la prière. Elle annonçait aussi les interventions du chœur composé d’une vingtaine de personnes en robes blanches à cols violets, interprétant de façon convaincante des extraits d’un célèbre Gloria de Vivaldi, en chinois et accompagné à l’orgue.

7Mais ce fut ensuite un homme qui se présenta à la plus haute chaire, en haut à gauche du chœur, pour délivrer un enseignement tiré du nouveau testament : l’épisode où Jésus appelle ses disciples à être des pêcheurs d’hommes. l'’enseignement, surprenant par son caractère très prosélyte (nous sommes en Chine) donne lieu à une conclusion pro-famille dont nous transcrivons ici la substance : il y a une différence fondamentale entre les églises à Shanghai et les églises dans le reste du monde. Dans le reste du monde, les gens viennent à l’église en famille, alors qu’en Chine, les églises sont peuplées de gens seuls. Il faut que cela change, car l’Église et avant toute chose faite pour les familles. Le jour où les gens viendront à l’église en famille, l’Église remplira sa mesure. Le constat que dresse le pasteur est sans doute exagéré. Il reflète néanmoins la réalité de familles partiellement converties.

8Pour comprendre le sens de son sermon, il faut se souvenir que le prosélytisme n’est pas permis en Chine. Un individu peut décider de se rendre dans l’Église de son choix et d’y être enseigné et baptisé. Mais toute entreprise missionnaire peut être sujette à répression. Le fait de prêcher l’évangile aux membres de sa famille demeure cependant toléré et constitue donc une voie privilégiée et pratique pour faire des convertis. L’invitation du pasteur à devenir pêcheur d’homme en commençant par les membres de sa propre famille résonne donc d’un double écho. D’une part, c’est une stratégie pratique compte tenu du contexte politique pour continuer à faire grandir l’Église. D’autre part, c’est un discours audible et qui fait facilement sens pour des acteurs qui considèrent et l’alliance entre famille et pratique religieuse comme naturelle, voire, idéale.

9Il est intéressant de constater que la mise en scène respectait ici un ordre patriarcal fondé à la fois sur la complémentarité de la figure masculine et de la figure féminine (la réunion est en quelque sorte dirigée par une femme et présidée par un homme), et sur la préséance du masculin : l’intervention du pasteur le situe dans l’espace au-dessus de tout le reste de l’assemblée, et au-dessus de son pendant féminin. Son intervention constitue une sorte de moment clé dans la messe : tandis que l’on prie chante et écoute le chœur à plusieurs reprises tout au long du service qui dure une heure et demi. Mais lui fait son apparition et n’intervient qu’une fois pour délivrer la connaissance sacrée au cœur de la réunion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vendassi, « Annexe 2 : Extraits d’observations », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2801

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page