Navigation – Plan du site

Editorial

Serge Paugam

Texte intégral

1Lancer une nouvelle revue de sociologie n’est pas un acte neutre. Ce projet part tout d’abord du constat que l’offre actuelle en matière de revue académique dans le champ de la sociologie n’est plus adaptée aux besoins des acteurs de la recherche. En effet, la plupart des revues sociologiques actuelles en langue française ont été fondées il y a environ cinquante ans à un moment où la sociologie commençait à se professionnaliser. Or, depuis cette période le nombre des étudiants, des professeurs et des chercheurs qui lisent et qui écrivent des articles de sociologie n’a cessé d’augmenter. Pour les jeunes chercheurs, l’injonction à publier dans des revues académiques commence dès les premières années de thèse alors même que les supports sont peu nombreux et que plusieurs revues ont opté — souvent pour des raisons commerciales — pour des numéros thématiques qui restreignent le champ des opportunités.

2Par ailleurs, un souhait de voir s’opérer un renouvellement a souvent été exprimé ces dernières années par les acteurs du champ sociologique, notamment par les nouvelles générations soucieuses de favoriser, dans un esprit d’ouverture, le dialogue entre des écoles et des orientations méthodologiques différentes. Les oppositions nées dans le courant des années 1960 et 1970 sont de plus en plus remises en question et nombreux sont les chercheurs qui ne veulent plus aujourd’hui se définir et être définis en fonction de ces clivages anciens qui leur apparaissent à bien des égards obsolètes. Innover ce n’est pas tourner définitivement une page de l’histoire, mais aller au-delà de l’existant.

3Les sociologues qui ont bien voulu soutenir et participer avec générosité à ce projet éditorial ne méconnaissent pas l’ampleur du défi à relever. Il faut reconnaître que les difficultés du monde de l’édition scientifique, l’inquiétude qui règne à l’université et au CNRS à la suite de réformes contestées, la morosité ambiante que suscite une crise institutionnelle des sciences sociales peuvent contribuer à décourager les projets les plus innovants. Créer ce nouvel espace d’exposition des recherches contemporaines peut paraître à certains comme un pari osé, mais n’est-ce pas justement dans les moments de fragilité et de doute qu’il convient d’affirmer des potentialités et d’ouvrir des perspectives ? C’est en tout cas l’espoir partagé par l’ensemble du comité de rédaction et des nombreux auteurs qui nous ont soumis un article.

4Cette revue s’intitule simplement Sociologie. Ce titre vise à faire ressortir l’attachement à l’unité de la discipline comme trait commun à tous ceux qui sont ou seront amenés à y collaborer. S’il s’agit bien avant tout d’une revue de sociologie (et non de sciences sociales), elle entend être ouverte sur ses frontières avec les autres disciplines qui viendraient discuter ses concepts et ses objets. Sociologie sera d’orientation généraliste et non-thématique. Elle ne se revendique d’aucune école théorique ou méthodologique et vise par conséquent à accueillir toutes les facettes de la production sociologique actuelle. Elle privilégie une approche pluraliste de la discipline sous la seule condition du respect de la rigueur dans la définition et l’usage des méthodes, des corpus et des formes de l’argumentation. Insistons ici sur la volonté de tous les membres du comité de rédaction d’instaurer la plus grande transparence et la plus grande démocratie possibles dans l’évaluation et la sélection des articles.

5Sociologie entend aussi être une revue de débats scientifiques ancrés dans les questions de société. Elle souscrit entièrement à la célèbre préconisation de Durkheim : « Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif ». Son ambition d’être « utile » s’exprimera bien entendu dans le choix des thèmes de recherche abordés, dans sa capacité à éclairer les évolutions sociales et à accroître la réflexivité des acteurs. La diversité des rubriques y contribuera également en favorisant la liberté d’expression. La revue est en effet structurée en quatre grandes parties. La rubrique « Enquêtes », sans doute la plus volumineuse, comportera des articles originaux de recherche fondés sur l’analyse de matériaux empiriques ; un ensemble intitulé « Théories et méthodes » accueillera des articles de recherche portant sur des enjeux théoriques et méthodologiques, y comprisdans une perspective historique ;  des «  Bilans critiques » offriront des états des lieux, dans une perspective nationale ou internationale, sur des objets d’étude ou des champs de la sociologie ; enfin la rubrique « Débats » opposera des regards croisés sur une question sociologique, ou intéressant la communauté sociologique, et abordera toute une série de problèmes de société au cœur des recherches actuelles dont les retombées sociales et politiques sont importantes.

6Sociologie entend aussi innover en s’appuyant sur des instruments numériques permettant de rendre accessibles les contenus de la revue grâce aux portails de diffusion des articles scientifiques (Revues.org et Cairn). Loin de voir l’existence et le développement d’Internet comme un obstacle à une entreprise de création de revue diffusée sur un support papier, la revue encouragera un usage optimal des deux supports en les concevant articulés l’un à l’autre. Le support papier reste un élément de valorisation dans la durée et offre une qualité de lecture irremplaçable. Les instruments numériques permettent à la fois de rendre encore plus accessibles les contenus de la revue et surtout de renforcer le contrôle scientifique par la possibilité pour les chercheurs de mettre en ligne sur le site de la revue une partie des matériaux sur lesquels ils se sont reposés pour leur démonstration. Les auteurs auront ainsi la possibilité d’accompagner leurs articles d’une annexe documentaire électronique pour éclairer et étayer les résultats présentés dans la version papier de l’article (fac-similés de questionnaires, tableaux statistiques complémentaires, bases de données et programmes, grilles d’entretien, transcriptions, extraits de journaux d’enquête, archives écrites, iconographie...). La volonté de construire une articulation dynamique entre les différents media s’exprimera aussi à travers la mise en ligne  d’un espace de recensions propre à la revue, mais susceptible d’être enrichi par des partenariats avec des acteurs choisis de la production de comptes-rendus en sociologie.

7Généraliste, ouvert aux différents courants théoriques et méthodologiques, sensible aux enjeux de société, ancré dans la conviction que la sociologie doit être « utile », convaincu que la démonstration scientifique et les débats peuvent être amplifiés par l’usage du numérique, telles sont les principales caractéristiques de ce nouvel espace offert à celles et ceux qui aiment et entendent promouvoir la sociologie.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Paugam, « Editorial », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/280

Haut de page

Auteur

Serge Paugam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page