Navigation – Plan du site

Les « Églises de maison » chinoises : la construction de familles religieuses

Chinese house churches: Constructing religious families
Pierre Vendassi

Résumés

Cet article interroge la dimension familiale de la pratique religieuse à partir d’une enquête conduite au sein d’Églises chrétiennes de Chine entre 2009 et 2014. L’enquête visait à étudier les processus de conversion au sein de ces Églises à partir d’un matériau constitué de 69 entretiens semi‑directifs et de nombreuses sessions d’observation de la vie religieuse en leur sein. L’enquête révèle la centralité de la référence à la famille, dans les discours autant que dans les pratiques des acteurs interrogés et observés. Une telle référence n’est pas une nouveauté, mais mérite néanmoins d’être analysée en profondeur. L’analyse ici conduite met au jour un processus progressif de constitution d’une « famille religieuse », particulièrement visible dans les « Églises de maison ». Cette construction se fait à trois niveaux : les Églises fonctionnent comme des organisations claniques de substitution ; elles proposent des espaces de reproduction symbolique d’un ordre familial conservateur et idéalisé ; elles fournissent aussi des cadres interactionnels pour reproduire des structures familiales conformes aux modèles religieux. Ces résultats mettent en lumière le fait que, tandis que les conceptions et pratiques de la parenté, de l’alliance, de la sexualité et du genre s’émancipent progressivement des modèles religieux traditionnels au sein des sociétés sécularisées et marquées par la sortie de la religion, certains individus au sein de ces mêmes sociétés, qui plus est des « convertis » socialisés dans un contexte sécularisé, travaillent à reconstruire leurs relations sociales et familiales sur un fondement sacral religieusement ancré, réinscrivant leurs carrières sociales dans un cadre normatif et communautaire de nature religieuse.

Chinese house churches: Constructing religious families

This paper addresses the familial dimension of religious practice based on investigations conducted among Chinese Christian churches between2009 and2014. 69semi‑structured interviews combined with several observation sessions of religious life within these churches show a recurring reference to family, both in discourses and in practices. Such a reference to family within a religious context, though neither original nor specific to the Chinese Christian context, calls for attention, as a thorough analysis reveals a three‑level process of constructing “religious families” at work in these churches, especially in the “house churches.” At a first level, churches are operating as surrogate clan organizations. At a second level, they provide their members with symbolic patterns of an idealized and conservative family order. At a third level, they offer their members a frame within which they may reproduce for themselves the corresponding family patterns. In a context of secularization and “exit from religion,” where representations related to kinship, affinity, sexuality and gender gradually become emancipated from religious norms, the results of our investigations show that some individuals, especially religious converts initially socialized in a secularized context, tend to reconstruct their social relationships on a religious foundation, reintegrating their social career within a religious community.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Enquête parmi les chrétiens de Chine
Églises de maison et tradition chinoise
Clan de substitution
Famille symbolique
De la famille symbolique à la parentèle réelle
Vers un néo‑patriarcat conservateur patriglobal
Conclusion : la famille religieuse ou la sortie de la sortie de la religion

Aperçu du début du texte

Tandis que la révolution culturelle (1966‑1976) avait donné lieu à une entreprise de destruction systématique du religieux, on assiste depuis les années 1980 à une revitalisation générale du paysage religieux de la République populaire de Chine. Si les tentatives de quantifier cette revitalisation se heurtent à de nombreuses limites, les enquêtes disponibles suggèrent qu’à la fin des années 2010, environ 185 millions d’adultes s’auto‑identifiaient comme bouddhistes (soit environ 18 % de la population adulte) tandis qu’environ 173 millions s’adonnaient à des pratiques taoïstes (soit environ 17 % de la population adulte) d’une sorte ou d’une autre. Elles suggèrent aussi que plus de 754 millions de personnes (soit environ 73 % de la population adulte) pratiquaient à la même période une forme de culte des ancêtres tandis que plusieurs centaines d’individus avaient recours à des pratiques divinatoires, des pratiques relatives au fengshui, ou encore au culte de divinités populaires telles...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vendassi, « Les « Églises de maison » chinoises : la construction de familles religieuses », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2795

Haut de page

Auteur

Pierre Vendassi

pierrevendassi@yahoo.fr
Docteur en Sociologie, chercheur associé au Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, 3 ter place de la Victoire, 33076 Bordeaux cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page