Navigation – Plan du site

Les sciences humaines et sociales face aux standards d’évaluation de la qualité académique

Enquête sur les pratiques de jugement dans une agence française
The social sciences and humanities in the face of standards for quality research. A study of academic judgment in a French evaluation agency
Clémentine Gozlan

Résumés

Depuis les années 2000 en France, la régulation du domaine académique a connu d’importantes transformations. La création d’agences nationales dans le secteur [Agence nationale pour la recherche (ANR), Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES)] s’accompagne d’une importante codification des modalités d’évaluation scientifique. Si la mise en place de standards d’évaluation a suscité des débats et des polémiques, leur incidence sur les pratiques de jugement académique n’a pas encore fait l’objet d’enquêtes approfondies. À partir d’un matériau qualitatif et quantitatif, nous analysons comment les évaluateurs des disciplines de la littérature et de la géographie mobilisent un ensemble de ressources hétérogènes pour construire leur jugement et comment ils font valoir leurs normes disciplinaires dans un cadre d’évaluation particulièrement contraint. Une approche compréhensive de l’évaluation à l’AERES permet de montrer qu’elle n’est pas réductible à l’une des deux modalités de jugement – évaluation par les pairs, évaluation standardisée – parfois présentées comme antagonistes. En effet, au sein même des sciences humaines et sociales, l’appropriation de standards conçus à l’AERES permet à une partie des évaluateurs de repositionner leur discipline dans le champ académique, tandis que d’autres préservent leur professionnalisme en contournant ces critères normalisés dans leurs pratiques de jugement. En cherchant à comprendre les mécanismes par lesquels les membres des disciplines étudiées tendent à discréditer les standards de l’AERES ou à y adosser leur échelle de valeur, cet article propose une réflexion sur la façon dont ces universitaires (re)définissent la légitimité de leurs pratiques professionnelles dans un contexte de normalisation des règles de la consécration scientifique.

The social sciences and humanities in the face of standards for quality research. A study of academic judgment in a French evaluation agency

Since2000 in France, major transformations have affected the regulation of the academic field. The creation of national agencies – such as the French Evaluation Agency for Research and Higher Education (AERES) – goes along with a significant codification of academic assessment practices. If the establishment of evaluation standards has sparked debate and controversy, their impact on scientific judgment has not yet been fully investigated. Based on qualitative and quantitative data, this paper analyses how evaluators in the disciplines of literature and geography mobilise a set of heterogeneous resources to build their judgment, and how they enforce their disciplinary standards within a very constrained evaluation framework. A comprehensive approach of academic assessment in AERES shows that this assessment is not reducible to one of the two ideal types of judgment – peer review, standardized assessment – which might be presented as antagonists. Actually, within the Social Sciences and Humanities (SSH), some evaluators incorporate the AERES standards in order to reposition their discipline in the academic field, while others protect their professionalism by circumventing the standardized criteria. Analyzing the mechanisms by which the members of two disciplines tend to invalidate the Agency’s norms or conform to its value scale, this papers reflects on the way academics (re)define the legitimacy of their professional practices when the rules of scientific consecration are subject to normalization.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Des outils de mesure qui ne supplantent pas l’activité de jugement académique
« La qualité académique, ça saute aux yeux » : les stratégies de confinement professionnel du jugement
Une appropriation marginale des standards en littérature
Construire le caractère inobjectivable de la qualité académique pour préserver une juridiction professionnelle
L’incorporation des standards de jugement en géographie comme forme alternative de professionnalisme
Une échelle de valeur disciplinaire en adéquation avec les standards de l’AERES ?
S’approprier des normes exogènes pour consolider une légitimité professionnelle
La variété des stratégies axiologiques, entre effets de position et rapports de pouvoir internes au champ académique
Conclusion : représentations professionnelles et outils néo‑managériaux

Aperçu du début du texte

Avec la création de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) en 2007, les conditions d’exercice du jugement académique ont connu une codification sans précédent en France. En effet, si l’organisation de l’évaluation reste confiée à des membres de la profession académique, les évaluateurs doivent respecter dans leurs pratiques un ensemble de directives formalisées au niveau national, qui déterminent tant la conduite de l’expertise que les critères d’évaluation qui comptent.

La mise en place d’outils de rationalisation des pratiques professionnelles est parfois traitée comme le signe d’une dépossession des « pairs » dans l’exercice de leur compétence et d’une colonisation de leur juridiction par des « experts » (Vilkas, 2009). Dans d’autres domaines, plusieurs travaux ont appelé à repenser l’opposition entre un mode de gouvernement collégial et un autre de type bureaucratique ou managérial (Lazega & Wattebled, 2010 ; Bezes & Demazière, 2011 ; Eve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Gozlan, « Les sciences humaines et sociales face aux standards d’évaluation de la qualité académique », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 09 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2789

Haut de page

Auteur

Clémentine Gozlan

clementine.gozlan@sciencespo.fr
Doctorante, Sociologie, Centre de Sociologie des Organisations (CNRS /Sciences Po) - 19 rue Amélie, 75007 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page