Navigation – Plan du site

Temporalités des services d’aide et des sans‑abri dans la relation d’urgence sociale

Une étude du fractionnement social
Temporalities of welfare services and of the homeless in the social emergency relationship. A study of social splitting
Édouard Gardella

Résumés

En réponse aux problèmes d’accès au logement, acteurs privés et publics proposent, en France, depuis au moins la fin de la Seconde Guerre mondiale, des habitats d’assistance, dont une caractéristique centrale est leur durée provisoire. Si nombre de ces habitats imposent un provisoire qui dure, l’hébergement d’urgence, gratuit et destiné aux personnes sans‑abri, impose quant à lui un temporaire qui se répète. La durée de séjour dans ces habitats faiblement conditionnels y est en effet très courte (entre une et sept nuits principalement), malgré les changements prévus par la loi DALO (2007). Cette temporalité du séjour en hébergement a pour conséquence une forte mobilité d’habitats des individus les plus précaires de la structure sociale. L’organisation d’un tel turnover et ses effets sur les temporalités quotidiennes des sans‑abri est conceptualisée dans cet article comme un fractionnement social. Ce type de relation d’assistance donne ainsi à voir un pouvoir distinct du modèle de l’institution totale. Mais, afin de ne pas réduire cette relation d’aide à un mécanisme déterministe, il s’agit de porter attention à la diversité des réactions à la fois des intervenants sociaux et des personnes sans‑abri. C’est à cette condition que les pratiques de cantonnement des contraintes temporelles imposées par ces hébergements peuvent être documentées.

Temporalities of welfare services and of the homeless in the social emergency relationship. A study of social splitting

Since the end of the Second World War, housing exclusion is ruled by a central standard time: The turnover of the poor inside the social services. The duration of stay in relief accommodations is indeed very often restricted. As many provisional social services last indefinitely, emergency shelters impose a duration that is temporary and repeated. The duration of stay in these shelters is indeed very short (mainly between one and seven nights), despite the changes planned by the DALO law (2007). This temporality of relief accommodation results in a high mobility for the most precarious individuals in the social structure. In this article, the concept of social splitting is proposed to name the organization of such a turnover and its effects on the daily temporality of the homeless. This model power is different from the total institution one. But, in order not to fall into a deterministic view, it is necessary to pay attention to the diversity of reactions to both social workers and homeless people, so that practices that border on social splitting in everyday life may be noticed and described.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le fractionnement social institué : le rationnement temporel de l’assistance
Pratiquer le turnover au quotidien
Alimenter au quotidien le fractionnement social : le turnover comme ressource
La faible légitimité d’habitats d’assistance à durée indéterminée
Le fractionnement social éprouvé : une mobilité contradictoire
Tempo et rythme d’habitats désynchronisés
Projections amputées
Réactions : cantonner le fractionnement social
Pratiques conformistes, tactiques de résistance, habituation
Pratiques conformistes : jouer le jeu du suivi social
Tactiques de résistance : conflits et antijeu
L’habituation comme adaptation secondaire au turnover
La bienveillance contrainte des intervenants sociaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Gérard ouvre la porte de son studio de neuf mètres carrés, situé au premier étage d’une résidence sociale, dans le vingtième arrondissement de Paris : il a accepté de faire un entretien. Tout en s’asseyant, il se présente d’une voix rocailleuse comme un « routard » qui a « beaucoup voyagé » et qui « parle cinq langues ». Fils d’une mère au foyer et d’un ouvrier allemand ayant travaillé dans les mines en Belgique, il a d’abord passé sa vie entre la France, l’Allemagne et l’Espagne, puis dans le bois de Vincennes pendant quatre ans. Quand, en 2005, à 50 ans, il recourt à un hébergement social, il le vit comme une véritable résignation : l’humidité de la vie sous tente a fini par trop attiser la douleur causée par la polynévrite. Il passe alors par un hébergement d’urgence, puis par un hébergement de longue durée, jusqu’à cette résidence où il se sent chez lui, entrant et sortant quand il veut (il a les clés de sa chambre) et pouvant fièrement empiler les CD et DVD qu’il s’achète régul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella, « Temporalités des services d’aide et des sans‑abri dans la relation d’urgence sociale », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 08 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2779

Haut de page

Auteur

Édouard Gardella

edouardgardella@yahoo.fr
Chargé de recherche, CNRS, Centre Max Weber (CMW), UMR 5283 – CMW, Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page