Navigation – Plan du site

Georges Balandier, un anthropologue en première ligne

À propos de : Jean Copans, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne (Puf, 2014).
Sébastien Zerilli
Référence(s) :

Jean Copans, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris, Presses universitaires de France, 320 p.

Texte intégral

1Dès le prologue de son ouvrage, Jean Copans s’attache à distinguer « les six vies de Georges Balandier » (p. 21) : d’abord, celle du styliste, contributeur de la très littéraire collection « Terre Humaine », préoccupé par le souci autobiographique ; ensuite, celles de l’africaniste et du spécialiste du sous‑développement ; enfin, celles de l’anthropologue du politique, du penseur de la modernité et du témoin de son époque. Son ouvrage n’est pourtant pas une biographie. Envisageant son travail « pour une bonne part sous l’angle des œuvres publiées » (p. 9), l’auteur propose une analyse serrée et subtile d’une sélection d’écrits (ouvrages, articles, notices encyclopédiques ou encore catalogue d’exposition) de Georges Balandier.

Une « génétique des concepts »

2Ce parti pris bibliographique lui permet d’élaborer ce que nous pourrions qualifier de « génétique des concepts ». À la manière des spécialistes de la génétiques des textes, qui retracent la genèse des œuvres littéraires en analysant l’ensemble de leurs traces textuelles, Jean Copans balise le processus d’élaboration des idées‑clés de Georges Balandier en analysant rigoureusement un vaste corpus de documents. L’exploitation méthodique de ce riche matériau lui permet de suivre précisément, au fil des publications et des rééditions d’ouvrages et d’articles aujourd’hui devenus des classiques, la maturation et la fixation du sens des notions d’une œuvre dont il indique, dès les premières pages de l’ouvrage, être un familier.

3En exploitant « le champs intertextuel » (p. 92) délimité par les textes et leurs notes, en analysant « le symbolisme des lectures » (p. 87) et « la diversité des statuts des textes cités » (p. 88) en bibliographie et en observant attentivement la morphologie des écrits (découpage en parties et chapitres, utilisation de marqueurs typographiques comme l’italique, calcul du pourcentage de texte « occupé » dans les travaux par tel ou tel sujet, question ou méthode), Jean Copans reconstitue la genèse de l’élaboration de deux notions symbolisant chacune une facette de l’œuvre de Georges Balandier : celle de « situation coloniale » et celle de « nouveaux Nouveaux Mondes ».

4Le concept de « situation coloniale », défini dans un article paru en 1951 dans les Cahiers internationaux de sociologie et réédité en 2001 dans la même revue, n’est rien de moins, à lire Jean Copans, que la cause « d’une rupture fondamentale et fondatrice du sens commun ethnologique français au seuil des années 1950 » (p. 79). Même si elle semble excessive, cette affirmation est fondée. Inspirée des travaux de Max Gluckman et de l’École de Manchester cette notion, forgée pour penser « la mise en relation de sociétés hétérogènes, de sociétés indigènes et de sociétés colonisatrices » (p. 114), a permis de cerner l’historicité propre de systèmes sociaux jusque‑là enfermés dans un exotique « présent intemporel » (Weber, 2015, p. 246) : au contact des colons, la vitalité des sociétés indigènes se révèle ; les processus souterrains de changements se manifestent ; la présence coloniale génère des dynamiques de contestations politiques qui mobilisent un patrimoine identitaire traditionnel modernisé… Le concept de « situation coloniale » souligne que les sociétés indigènes ne baignent pas dans un présent perpétuel mais, qu’au contraire, elles ont un passé et un avenir. Cette notion, dont les conditions historiques d’élaboration sont tout à fait singulières, se distingue pourtant par sa portée générique et sa dimension heuristique : si la « situation coloniale » a été pensée pour cerner les interactions entre colons et indigènes peu de temps avant que les empires n’implosent, elle reste opératoire pour saisir les relations inégales entre communautés générées par la mondialisation.

5Le concept de « nouveaux Nouveaux Mondes », dont l’apparition coïncide avec la publication d’un triptyque éditorial constitué du Détour (1985), du Désordre (1988) et du Dédale (1994) et qui s’affine dans des publications ultérieures, est élaboré pour penser un monde globalisé dont l’ampleur des bouleversements pose d’une manière inédite un certain nombre de questions. Parmi d’autres problématiques, les enjeux du vivant, du numérique, de la communication et du virtuel forment ainsi aujourd’hui des « continents » (p. 262), dont l’homme est le créateur et l’habitant, et dessinent les contours d’un « monde dans lequel nous vivons à la fois comme indigènes et comme étrangers » (p. 175).

Balises d’un itinéraire intellectuel

6Ces deux notions symbolisent en quelque sorte deux périodes dans la trajectoire intellectuelle de leur concepteur. La première commence dans les années 1950 et se termine au cours de la décennie 1980, date à laquelle s’ouvre la seconde (pp. 271 et suiv.).

7Les perspectives théoriques et épistémologiques qui président à l’élaboration de la réflexion de Georges Balandier au cours de chacune de ces séquences, et dont les concepts de « situation coloniale » et de « nouveaux Nouveaux Mondes » sont les productions intellectuelles emblématiques, doivent être comprises dans un rapport qu’on pourrait qualifier tout à la fois de symétrique et d’inversé.

8Lorsqu’il élabore le concept de « situation coloniale » au début des années 1950, c’est pour insister sur « la prise au sérieux de la modernité de l’Afrique noire » (p. 87). Cette notion lui permet de cerner dans les sociétés des « Autres », systèmes a priori figés et sans historicité, des dynamiques et des processus qu’une majorité de savants pensait être l’apanage exclusif des sociétés développées. On peut donc considérer qu’à partir de ce moment et jusqu’à la fin des années 1970, période durant laquelle il se focalise sur les questions de sous‑développement en élargissant son champ d’investigation à la modernisation des pays du Tiers Monde, Georges Balandier travaille à « la sociologisation de la question anthropologique » (p. 84). C’est d’ailleurs à la lumière de cet objectif qu’il faut comprendre le titre de sa Sociologie actuelle de l’Afrique noire, parue en 1955, qui associe le nom d’une discipline avec un adjectif a priori redondant en même temps que le nom d’un continent avec une science qui lui était a priori interdite.

9Inversement, lorsqu’il échafaude l’idée de « nouveaux Nouveaux Mondes » en analysant nos sociétés développées, « il se positionne comme un Christophe Colomb des sciences sociales » (p. 143) ayant découvert, dans un monde nous étant familier, des continents nous étant radicalement étrangers. Ce hiatus justifie cette fois‑ci une sorte « d’anthropologisation » de la sociologie. Ici, « il s’agit moins de comprendre les autres en se distanciant de soi‑même et de ses propres préjugés que de se comprendre soi‑même en apprenant la distanciation là où elle se forge, c’est‑à‑dire ailleurs » (p. 155). La connaissance du lointain apparaît comme un préalable essentiel à la compréhension du proche.

10En réalisant cette sorte de chiasme théorique et épistémologique (« sociologisation » de l’anthropologie/« anthropologisation » de la sociologie) Georges Balandier, auquel on a volontairement choisi jusqu’à présent de ne pas attribuer les titres de sociologue ou d’anthropologue, questionne l’étanchéité de principe qui sépare l’anthropologie de la sociologie. Sa démarche révèle, en creux, qu’il n’y a peut‑être pas, d’un côté, des sociétés changeantes d’individus civilisés et, de l’autre, des communautés d’indigènes immobiles mais qu’« il n’existe que des totalités en acte, c’est‑à‑dire des groupes en changements plus ou moins rapides, des formations sociales en transition » (Thomas, 1989, p. 106).

11Le découpage chronologique que Jean Copans opère dans la trajectoire intellectuelle de Georges Balandier (1950‑1980/1980‑….) se justifie également quant à l’évolution du statut de l’auteur d’Afrique ambiguë. Entre la fin des années 1940 et le mitan de la décennie 1960, son influence dans le microcosme académique explose. Rattaché à partir de 1946, dans le cadre d’enquêtes de terrain au Sénégal et au Congo‑Brazzaville, à des institutions dont Jean Copans souligne justement la double nature scientifique et coloniale (Office de la recherche scientifique outre‑mer [ORSTROM], Institut français d’Afrique noire) le voilà, « dès la seconde moitiés des années 1960, […] patron à la Sorbonne, patron de la sociologie aux Puf, patron d’un laboratoire CNRS‑EPHE et patron des sciences sociales à l’ORSTROM » (p. 272). À partir de 1980 « débute une seconde carrière, post‑universitaire cette fois‑ci » (idem).

12La modulation des perspectives analytiques de Georges Balandier (télescopage des points de vue sociologique et anthropologique) et l’évolution de ses identités intellectuelles (chercheur de terrain, universitaire aux nombreuses responsabilités académico‑administratives, universitaire émérite) se révèlent dans la métamorphose progressive du style de ses écrits. C’est ici que les analyses textuelles minutieuses de Jean Copans convainquent le lecteur de leur richesse.

13Considérons deux ouvrages de la riche bibliographie de Georges Balandier : Sociologie des Brazzavilles noires, publié en 1955, et Fenêtre sur un nouvel âge, paru en 2008. Le premier est signé par le Georges Balandier africaniste. Son titre indique clairement la volonté de son auteur d’historiciser le regard anthropologique. Fruit d’une expérience de terrain, cette étude universitaire conjugue l’exploitation inédite de documents de l’administration coloniale avec l’analyse de matériaux de première main, récoltés grâce à l’élaboration et la distribution de questionnaires. Le second est écrit par le Georges Balandier témoin et analyste des grands bouleversements de notre modernité. Son titre suggère l’ampleur d’une réflexion qui s’est progressivement détachée des canons de l’argumentation universitaire pour évoluer vers une écriture « plus littéraire ou journalistique » (p. 256). Parallèlement à la maturation d’un « projet méta‑sociologique » (p. 160) consistant à embrasser et penser la totalité des dynamiques qui façonnent notre époque en tous ses « nouveaux Nouveaux Mondes », Georges Balandier se fait « chroniqueur » (p. 180). L’universitaire retraité analyse « l’esprit du temps » (p. 180) en essayiste attentif plutôt qu’en Docteur de l’Université, privilégiant l’écriture de « textes impressionnistes visant la restitution littéraire d’une ambiance sociale » (Berthelot, 2008 [1991], p. 110).

14Le concept de « situation coloniale », élaboré au début des années 1950, et la notion de « nouveaux Nouveaux Mondes », forgée à partir de la décennie 1980, témoignent d’une triple rupture, épistémologique, identitaire et stylistique, dans la trajectoire intellectuelle de leur auteur. Tous les deux sont pourtant liés par « le fil rouge de l’anthropologie politique » (titre du chapitre V). De ses analyses d’africaniste relatives aux mouvements nationalistes et messianiques anticolonialistes jusqu’à ses commentaires des campagnes présidentielles françaises, en passant par ses interrogations concernant l’exploitation des « nouveaux Nouveaux Mondes » (le vivant et le spectre de la marchandisation du corps, le numérique et l’avènement d’une société de contrôle, le triomphe de la communication et la dissolution du politique…), la question du politique traverse et structure toute l’œuvre de Georges Balandier. La publication en 1980, date charnière dans la trajectoire intellectuelle de son auteur, du Pouvoir sur scène, est à cet égard révélatrice. Élaboré « dans une espèce d’état d’apesanteur disciplinaire » (p. 246), cet « essai académique non universitaire » (p. 245), dans lequel se mêlent des analyses sur la « théâtocratie » des royautés africaines et des remarques sur la dramatisation du pouvoir dans les démocraties occidentales, témoigne de la permanence d’un thème saisi dans des lieux différents par des regards différents.

Textes et contextes

15En plus de permettre d’élaborer ce qu’on a qualifié plus haut de « génétique des concepts », la méthode bibliographique choisie par l’auteur fournit des réflexions latérales sur la notion d’« œuvre ». Ce concept évoque implicitement la fixation d’une pensée. Pourtant, les multiples rééditions d’ouvrages, préfacés, postfacés et parfois augmentés de chapitres inédits, comme les nombreux entretiens accordés par Georges Balandier, dans lesquels il remet sans cesse en perspective ses idées, témoignent qu’une œuvre est toujours mouvante. Autant que le résultat conscient des efforts de son auteur, la cohérence du travail intellectuel de Georges Balandier est d’ailleurs aussi le fruit des nombreux commentaires rétrospectifs, qui lui assurent une sorte d’unité externe et rétroactive, et dont l’ouvrage ici commenté participe.

16Les choix méthodologiques de Jean Copans nous semblent pourtant justifier deux remarques. Tout d’abord, son analyse textuelle poussée d’un corpus de documents signés « Georges Balandier » le conduit à associer la volonté de leur rédacteur au moindre de leurs détails. Le choix d’une italique ou d’un saut de ligne peut pourtant être la trace de « la main de l’auteur » comme la marque de ce qu’on pourrait appeler, en faisant référence au titre et aux analyses du dernier ouvrage de Roger Chartier (2015), « l’esprit de l’éditeur ».

17Ensuite, et surtout, ce que ses réflexions permettent de gagner en profondeur quant à la compréhension de l’œuvre de Georges Balandier, elles le perdent en perspective. Cette phrase aurait des allures de truisme si elle ne faisait pas écho à une contradiction que révèlent les deux premières phrases de l’ouvrage. Il semble effectivement compliqué de proposer un « essai d’histoire intellectuelle » qui soit envisagé « pour une bonne part sous l’angle des œuvres publiées » (p. 9), dans la mesure où cette approche singulière de l’histoire des idées « se donne pour ambition de faire “consonner” ensemble les œuvres, leurs auteurs et le contexte qui les a vus naître » (Dosse, 2010, t. I, p. 379).

18En privilégiant l’analyse interne d’un corpus de texte, Jean Copans éclipse plusieurs sujets qu’une étude plus « ouverte » de l’œuvre de Georges Balandier aurait permis d’aborder. S’il affirme, dès le début du texte, que « le bruit et la fureur de l’histoire, tant mises en lumière par Georges Balandier lui‑même, constituent la matrice temporelle initiale de [son] ouvrage » (p. 19), les recontuextualisations historiques, hormis des développements liés à l’analyse du concept de « situation coloniale », sont peu nombreuses.

19De même, alors que Jean Copans remarque que « le plus significatif dans la trajectoire de Georges Balandier est le chevauchement institutionnel, tant au niveau de ses activités personnelles qu’au niveau de ses responsabilités administrative » (p. 277), seules les ultimes pages de son étude, dont il concède qu’elles sont trop minces, abordent la question de l’institutionnalisation des sciences humaines et sociales. Lorsqu’on lit que « G. Balandier appartient à une génération où il n’y avait […] pas plus d’une dizaine [de professeurs de sociologie] dans toute la France » (p. 184) et qu’il est nommé professeur à la Sorbonne, au début des années 1960, à une époque où « la sociologie française […] tient encore un peu du terrain vague » (p. 290), on regrette pourtant que l’auteur n’ait pas privilégié une analyse permettant d’aborder, comme au second degré, l’histoire de la reconnaissance des SHS à l’Université.

20La manière dont Jean Copans aborde la question des rapports de l’œuvre de Georges Balandier avec le structuralisme illustre les limites d’une analyse trop « endogène » de ses textes. Le structuralisme aurait effectivement pu constituer une clé d’interprétation de son travail, à la façon d’un anti‑modèle, d’un contre‑paradigme. Effectivement, tout dans la réflexion de Georges Balandier, depuis le moment où il découvre en Afrique « le mouvement [et] la fécondité du chaos » (Dosse, 2012 [1991], t. I, p. 314) jusqu’à ses toutes dernières analyses sur « l’état crisique » de la société occidentale (Balandier, 2015, p. 10), renvoie à l’observation des transitions, des ruptures, des basculements, des mutations, des turbulences, autant de phénomènes déconsidérés par le paradigme (sinon par l’idéologie) structuraliste. Or, cet aspect n’est abordé par l’auteur que de façon latérale : outre quelques remarques plutôt sibyllines dans le corps du texte, c’est dans une note de bas de page qu’il souligne la nature « finalement “antistructurale” » (p. 226, note 1) de l’œuvre de Georges Balandier.

21En plus de permettre une analyse interne, mais transversale, du travail de ce dernier, la question du structuralisme aurait permis de le raccorder à un contexte académique, culturel et politique plus large, conformément aux principes de l’histoire intellectuelle dont l’auteur se réclame dès la première phrase de son texte.

22L’évocation de la géopolitique académique particulière du « moment structural » français, caractérisée par l’opposition intellectuelle de la Sorbonne, alors conservatrice, avec plusieurs institutions alors périphériques (VIe section de l’École pratique des hautes études puis École des hautes études en sciences sociales, Collège de France [Dosse, op. cit.]), aurait ainsi permis d’appréhender sous un angle différent la riche trajectoire institutionnelle de Georges Balandier, dont Jean Copans souligne pourtant l’exceptionnalité.

23Ajouté à ce croisement de l’œuvre de Georges Balandier avec la géopolitique universitaire, le prisme de la problématique structuraliste aurait aussi permis d’établir un parallèle avec la géopolitique au sens strict. Effectivement, c’est « au moment précis où les peuples colonisés réclament le statut d’homme que les intellectuels français proclament “la mort de l’homme” » (Ross, 2006, p. 229).

24Bien sûr, le contrepoint structuraliste n’aurait pas permis d’éclairer la totalité des aspects et des méandres d’une réflexion que Georges Balandier développe depuis maintenant plus de soixante‑cinq ans. Il aurait en tout cas fourni, sur un laps de temps plus resserré, l’axe d’une histoire intellectuelle dans laquelle textes et contextes académique, culturel et politique se réfléchissent et s’emboitent comme autant d’éléments gigognes. Surtout, l’ouverture des riches analyses textuelles développées par Jean Copans, que cette mise en perspective aurait produite, aurait véritablement révélé de Georges Balandier, à la lecture de l’ouvrage, l’image d’un anthropologue en première ligne, comme l’annonce son titre.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. (2015), Recherche du politique perdu, Paris, Fayard.

Berthelot J.‑M. (2008 [1991]), La Construction de la sociologie, Paris, Puf.

Chartier R. (2015), La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard.

Copans J. (2014), Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris, Puf.

Dosse F. (2012 [1991]), Histoire du structuralisme, tome I, Paris, La Découverte.

Dosse F. (2010), « Histoire intellectuelle », in Delacroix C., Dosse F., Garcia P. & Offenstadt N. (dir.), Historiographies : Concepts et débats, Paris, Gallimard, tome I, pp. 378‑390.

Ross K. (2006), Rouler plus vite, laver plus blanc. Modernisation de la France et décolonisation aux tournant des années 1960, Paris, Flammarion.

Thomas L.‑V. (1989), « Sociologie et ethnologie ou réflexions sur un faux problème », Quel Corps ?, no 38‑39, pp. 100‑119.

Weber F. (2015), Une brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Georges Balandier, un anthropologue en première ligne », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 février 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2751

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page