Navigation – Plan du site

In memoriam Claude Dubar (1945‑2015)

Serge Paugam

Texte intégral

1Claude Dubar, une figure importante de la sociologie française, nous a quittés le 29 septembre 2015, à l’âge de 70 ans. Issu d’une famille ouvrière d’origine rurale du Nord de la France, il a commencé des études en mathématiques pour se tourner ensuite vers la philosophie puis la sociologie. Nommé assistant en 1967 à l’Université des Sciences et Techniques de Lille, il prend très rapidement une part active dans la réorganisation de l’enseignement de la sociologie dans cette université, convaincu qu’il faut accorder une place plus importante à la pratique du terrain, à la méthodologie des enquêtes, à la réalisation de projets collectifs, autrement dit à la professionnalisation du métier de sociologue. Nul doute que cet engagement au service d’une sociologie empirique, fondée sur l’enquête, vise à rompre avec une tradition spéculative de la discipline en vogue dans les universités à cette époque. Claude Dubar deviendra ainsi l’un des sociologues français de sa génération les plus attachés à affirmer l’autonomie de la sociologie, notamment par rapport à la philosophie. Il soutient en 1970 sa thèse de troisième cycle, sous la direction de Paul de Gaudemar, intitulée Idéologie et choix professionnels des éducateurs spécialisés. Il passera deux années à Beyrouth, au titre du service national de coopération, où il mettra en pratique auprès des étudiants libanais les principes d’enseignement par l’enquête et où il réalisera dans ce cadre expérimental une recherche qui aboutira en 1976 à la publication d’un premier ouvrage en collaboration avec Salim Nasr sur Les Classes sociales au Liban.

2En 1973, il entre au CNRS, puis devient maître‑assistant à l’Institut de sociologie de Lille. Il s’intéresse alors à la question de la formation professionnelle continue en essayant de déterminer la contribution de cette dernière à la réduction des inégalités, thème dont le lien avec son origine sociale, son parcours personnel et sa sensibilité militante paraît très fort. Il effectue ainsi une grande enquête en milieu minier sur les actions collectives de formation – qui articulent culture savante et culture populaire – à partir de laquelle il publie un livre intitulé Formation permanente et contradictions sociales (Éditions sociales, 1980) dans lequel il reconnaît l’échec, dans un contexte de crise de l’emploi, de cette expérience, du moins en termes de réduction des inégalités d’accès à la formation. Cette recherche de longue haleine le conduira à la soutenance en 1984, à l’âge de 39 ans, d’une thèse de doctorat d’État, sous la direction de Raymond Boudon, intitulée La Formation professionnelle continue en France : 1970‑1980. Une évaluation sociologique (2 tomes) de laquelle il tire un livre, paru en 1984 à la Découverte, et dont une sixième édition entièrement refondue paraîtra quelques jours avant sa mort.

3Dans les années 1980, alors qu’il dirige le Laboratoire de sociologie du travail, de l’éducation et de l’emploi (LASTREE), il se penche sur la question devenue centrale de l’insertion professionnelle des jeunes peu diplômés et coordonne une importante recherche sur ce sujet qui aboutira en 1987 à la publication de l’ouvrage collectif intitulé L’Autre jeunesse. Jeunes stagiaires sans diplôme aux Presses universitaires de Lille. Un an plus tard, il quitte l’Université de Lille et intègre le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ) en tant que directeur du département Professions et marché du travail. Cinq ans plus tard, en 1993, il est nommé professeur de sociologie à l’Université de Versailles‑Saint‑Quentin‑en‑Yvelines, où il trouvera un environnement intellectuel dynamique duquel émergera en 1995 l’excellent laboratoire Printemps (PRofessions, INstitutions, TEMPoralitéS) qu’il dirigera jusque 2000. Durant ces années, Claude Dubar contribuera aussi à la consolidation des instances professionnelles de la sociologie. Il participera notamment à la création de l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) et rédigera en 1992 en collaboration avec Jean‑Michel Chapoulie, à la demande du ministère de l’Enseignement supérieur, un rapport intitulé La Recherche en sociologie dans les universités françaises. Il présidera en 1999 la Société française de sociologie (SFS), une société savante assez sélective, qu’il contribuera à dissoudre en 2001 afin de permettre un an plus tard l’émergence de l’actuelle Association française de sociologie (AFS) dont on apprécie aujourd’hui le rayonnement.

4Cet investissement au service des instances de notre discipline ne l’a pas empêché de mener en parallèle son activité de chercheur avec détermination. Les années 1990 furent en effet pour lui une période particulièrement intense sur le plan de la réflexion à la fois théorique et méthodologique. En témoigne la publication de plusieurs ouvrages importants. Il publie tout d’abord en 1991, sous la forme d’un manuel, un livre intitulé Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles (A. Colin, coll. « U ») qui reste encore aujourd’hui une référence. Il y expose, après une lecture critique des textes fondamentaux, sa propre démarche analytique qui consiste à distinguer dans les processus identitaires deux types de transaction. La première renvoie aux mécanismes d’attribution par les institutions et leurs agents d’une identité objective. La seconde transaction est subjective et correspond à l’incorporation par les individus eux‑mêmes de leur identité, qui devient alors une identité pour soi. Cette réflexion trouvera quelques années plus tard un autre développement dans un ouvrage intitulé La Crise des identités. L’Interprétation d’une mutation (Puf, coll. « Le lien social »), lequel est également régulièrement réédité depuis sa parution en 2000. Il y expose alors une thèse originale selon laquelle la crise actuelle des identités repose sur la conjonction de deux processus : la perte de légitimité des identifications traditionnelles, statutaires et culturelles, aussi bien dans l’univers familial, professionnel que religieux et la fragilité de nouvelles formes d’identification contemporaines, réflexives et narratives, lesquelles peinent à être pleinement reconnues. Au cours de cette décennie, Claude Dubar publiera aussi avec Didier Demazière un important ouvrage de méthodologie intitulé Analyser les entretiens biographiques. L’Exemple des récits d’insertion (Nathan, 1997) dans lequel il s’attachera à formaliser une analyse structurale des entretiens fondée sur l’identification de logiques sociales de catégorisation. Un an plus tard, il publiera en collaboration avec Pierre Tripier et Valérie Boussard un autre manuel consacré à la sociologie des professions (A. Colin, 1998), lequel sera également mis à jour à plusieurs reprises.

5Il prend sa retraite en 2006 tout en restant encore attentif aux débats sociologiques. Il publie encore deux livres. L’un, en 2006, intitulé Faire de la sociologie. Un parcours d’enquête (Belin) dans lequel il entend transmettre son expérience personnelle de sociologue, l’autre, en 2012, intitulé Le Secret d’Alvino. Récits de vie d’un indien au Brésil (Les Belles Lettres, 2012, avec V. Paiva) qui traduit sa passion pour l’analyse sociologique des récits biographiques.

6En 2009, il accompagna la réflexion sur la création de la revue Sociologie. À la demande du conseil scientifique de l’EHESS, il donna un avis sur l’opportunité de cette nouvelle revue et nous eûmes avec lui, à cette occasion, un échange fécond. Ses conseils nous furent précieux.

7Claude Dubar restera, pour tous celles et ceux qui eurent la chance de le rencontrer ou de travailler à ses côtés, un sociologue passionné et innovant sur le plan scientifique, ouvert à la pluralité des points de vue et des démarches méthodologiques, exigeant en matière de déontologie et d’organisation professionnelle de la sociologie, mais aussi un collègue attachant et chaleureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Paugam, « In memoriam Claude Dubar (1945‑2015) », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2729

Haut de page

Auteur

Serge Paugam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page