Navigation – Plan du site

Des musiciens à bonne école

Les pratiques éducatives des classes supérieures au prisme de l’apprentissage enfantin de la musique
Well schooled musicians. Educational practices in upper-class families through the lens of children’s music learning
Lucas Tranchant

Résumé

Si l’apprentissage de la musique en conservatoire est une activité enfantine socialement sélective, les mécanismes par lesquels passe cette sélectivité sont encore mal connus. Une enquête de terrain menée auprès de familles des classes supérieures d’un quartier gentrifié d’une commune de proche banlieue parisienne, ainsi que l’accès aux fichiers administratifs du conservatoire montrent que la musique est une activité socialement et localement distinctive, participant de la formation d’un entre-soi et dirigée vers les normes de légitimité de la culture savante. La volonté d’être au conservatoire apparaît comme aussi déterminante que celle de faire de la musique. Institution recherchée pour son caractère sérieux et scolaire, le conservatoire est perçu comme favorisant la formation de dispositions scolaires. La musique est aussi parfois directement intégrée aux stratégies scolaires pour accéder à des classes sélectives dès le collège. Ces éléments indiquent que le renforcement de la compétition scolaire en région parisienne agit également sur la façon dont sont investies les pratiques de loisirs enfantines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La pratique de la musique comme révélateur des positions sociales
Une enquête sur le pôle supérieur d’une commune gentrifiée
Une pratique inscrite dans un réseau de sociabilités denses
Une pratique légitime de la musique
Le conservatoire, une institution socialement sélective
La bonne école de musique
Un apprentissage annexé à la réussite scolaire
Le conservatoire pris dans la forme scolaire
Un catalyseur des mobilisations familiales
Quand le conservatoire rejoint l’école
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour nous, enfin pour mes filles, elles travaillent très bien à l’école, mais je pense qu’elles ont toujours – je dis ça à tout le monde – beaucoup plus travaillé, ça leur a demandé plus d’exigence, de concentration, de boulot, le conservatoire que l’école. […] Je pense que c’est quelque chose qui a été vraiment bénéfique pour leurs études. Une discipline qu’elles n’ont pas forcément apprise, en primaire en tous cas (entretien avec Isabelle Affergan, ancienne journaliste maintenant au foyer, mari haut cadre dans l’audiovisuel, trois filles au conservatoire).

L’enseignement musical extra‑scolaire connaît en France une augmentation importante de ses effectifs depuis les années 1970. Dans un contexte national où l’enseignement musical n’occupe qu’une place marginale à l’école (Bonnéry, 2013), ce développement s’est fait par la création de nombreux établissements spécialisés. On peut estimer qu’entre 1960 et 2000, plus de 3 000 communes se sont dotées d’un lieu d’enseignement spécialisé,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Tranchant, « Des musiciens à bonne école », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2723

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page