Navigation – Plan du site

Esprit de corps et jeux de distinction étudiants

Deux faces d’un week-end d’intégration dans une école de commerce
Fitting in but standing out. The two sides of a business school freshers weekend
Dilip Subramanian et Jean-Baptiste Suquet

Résumés

Cet article propose d’approfondir la compréhension de la sociabilité étudiante au sein des « grandes écoles » via l’analyse d’un week‑end d’intégration. Partant de l’interprétation évidente qu’en ont les acteurs, celle d’un événement servant à la socialisation des étudiants, il la critique et montre comment la fonction d’intégration, à savoir l’acculturation à la vie de l’école, l’assimilation des rites étudiants et la mise en relation avec les autres étudiants, est inséparable d’une fonction de différenciation. Les étudiants découvrent à travers le week‑end d’intégration un certain nombre de distinctions et de jeux de domination structurant la communauté estudiantine, l’événement contribuant à mettre en valeur une élite étudiante, érigée comme modèle à suivre pour les nouveaux venus. L’intégration achevée passe ainsi par la recherche des meilleures positions associatives, qui tout en étant dépendante d’un certain nombre de contraintes structurelles liées au genre, à l’appartenance sociale, et au parcours scolaire antérieur suppose également des jeux politiques par la mise en œuvre de stratégies de valorisation et d’alliance.

Fitting in but standing out. The two sides of a business school freshers weekend

This paper aims to extend understanding of student sociability in the context of France’s grandes écoles by analyzing a freshers’ weekend. It takes as its starting point the actors’ reading of the event as an opportunity to facilitate student socialization, but questions this interpretation. The paper demonstrates how the functioning of the induction event –the process of familiarizing students with campus life, assimilating group rituals and getting to know fellow students– also needs to be decoded as a process of differentiation and domination. During the freshers’ weekend, students discover a number of different groups that structure the student community, in particular the existence of an elite that serves as a model for newcomers to emulate. Successful socialization therefore means joining different associative bodies. This is partly contingent on structural constraints related to gender, social origin, and pre-university education, and partly dependent on a political game-playing that requires students to pursue strategies of distinction and to form the “best” possible alliances with like-minded others.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le WEI comme opportunité de socialisation
L’intégration, un discours dominant
L’intégration ralentie des absents
Le WEI comme triple levier de socialisation
Créer un esprit de corps
Transmettre la culture de la fête
Favoriser les rencontres et la découverte des associations
Le WEI comme opportunité de positionnement
Les anciens et la (dés)intégration
Nouveaux et anciens
L’accès aux associations
Le genre
L’origine scolaire
Capital social et origine sociale
Cumulation, compensation et retournement
Prendre place : opportunités de rencontre et stratégies d’alliance
Conclusion

Aperçu du début du texte

À chaque rentrée universitaire, les « grandes écoles » de commerce et d’ingénieurs sont le cadre d’un événement singulier, le week‑end d’intégration (WEI). Organisé sous l’égide du Bureau des élèves (BdE) élu, l’événement consiste à transporter plusieurs centaines d’étudiants composés essentiellement de primo‑entrants en car, en train, voire même en avion à un village-vacance qui se trouve généralement au bord de la mer. Là, pendant deux ou trois jours dans une ambiance festive où les apéritifs généreusement arrosés se succèdent, les étudiants font connaissance avec les membres de leur promotion et des anciens, dont le rôle est de les intégrer à la communauté estudiantine, ce qui passe souvent par des pratiques de bizutage.

Evénement emblématique de la vie des « grandes écoles » dont les médias aiment se faire l’écho, le WEI ne bénéficie pas d’une attention aussi soutenue de la part des sociologues. La plupart de ceux qui ont étudié les grandes écoles et les classes préparatoires (pr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dilip Subramanian et Jean-Baptiste Suquet, « Esprit de corps et jeux de distinction étudiants », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2720

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page