Navigation – Plan du site

Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence biographique

L’exemple des réfugié.e.s en France
Identity transformation between recognition and maintenance of biographical coherenceThe example of refugees in France
Albena Tcholakova

Résumés

Qu’est-ce qu’un remaniement identitaire et comment pourrait-on l’analyser sociologiquement ? Cet article, se fondant sur une recherche sur la quête de travail des réfugié.e.s se propose de répondre à cette question en mettant en avant des enjeux de reconnaissance et des enjeux de maintien de la cohérence biographique qui sont apparus comme centraux dans l’expérience sociale des réfugiés. Pour rendre compte de l’imbrication de ces enjeux, nous proposons d’articuler deux approches théoriques complémentaires. La théorie sociale d’Axel Honneth permet d’analyser la contribution des enjeux de reconnaissance au remaniement identitaire. La théorie du maintien de l’identité de Michael Pollak fournit quant à elle les clés pour analyser le travail de maintien de la cohérence biographique. Dans un premier temps, nous analysons chacun de ces modèles séparément. Dans un second temps, nous décrivons la manière dont les deux approches peuvent être complétées l’une par l’autre dans un modèle général du remaniement identitaire. Dans un troisième temps, nous cherchons à mesurer le pouvoir heuristique de ce modèle en nous appuyant sur des entretiens et des observations réalisés auprès des réfugiés en quête de travail. Nous nous concentrons alors sur la manière dont ils cherchent à être reconnus, à sauvegarder un rapport positif à eux‑mêmes et une certaine cohérence biographique.

Identity transformation between recognition and maintenance of biographical coherenceThe example of refugees in France

What is identity transformation and how could it be analyzed from a sociological point of view? This paper addresses this general issue by drawing on fieldwork on refugees’ search for work, highlighting that the demand for recognition and the preservation of biographical coherence are two decisive components of refugees’ social experience. The paper argues that in order to capture what is at stake in this social experience, two complementary theoretical approaches should be interconnected. The social theory of Axel Honneth focuses on the contribution of recognitive dynamics in identity transformation, while Michael Pollak’s theory of identity preservation analyzes the work of preserving biblio­graphical coherence. In a first step, the paper analyses each of these two models separately. In a second step, it contends that the two models could complement one another in a general model of identity transformation. And in a third step, the paper investigates the heuristic potential of this general model by referring to interviews and observations concerning refugees’ search for work. Special attention is then paid to the ways in which refugees attempt to obtain recognition, maintain a positive relationship with themselves, and preserve a minimal biographical coherence.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pour plus de précisions, voir l’encadré « Présentation du terrain d’enquête ». Bien que l’enquête (...)
  • 2 . Par « réfugié.e.s reconnu.e.s » nous entendons ici les personnes ayant obtenu le statut de réfugi (...)

1Au cours d’une recherche que nous avons réalisée sur la quête de travail des réfugié.e.s, nous nous sommes aperçue que ces derniers mettaient sans cesse en avant deux dimensions du remaniement identitaire : la reconnaissance et le maintien de la cohérence biographique. Pour rendre compte de leur expérience, il fallait donc articuler une conception de la reconnaissance et une conception du maintien de l’identité. Comment le faire ? Est‑ce même possible ? Le premier objectif de cet article est de formuler une approche du remaniement identitaire qui repose sur une telle articulation, tout en présentant une proposition théorique qui, conformément aux préceptes de la Grounded Theory (Glaser & Strauss, 1967), s’est imposée à nous comme une manière de résoudre des problèmes qui se sont posés dans notre enquête1. Le second objectif est d’illustrer le pouvoir heuristique de cette proposition théorique à partir du terrain où elle a émergé : celui d’une recherche sur l’expérience d’accès au travail des réfugié.e.s dits statutaires ou reconnus2.

  • 3 . Parmi les chercheurs ayant développé les critiques les plus virulentes à l’égard du concept d’ide (...)
  • 4 . « Les adversaires de l’utilisation du concept d’identité en sciences sociales cherchent à montrer (...)
  • 5 . On trouve différents usages sociologiques de la théorie honnethienne de la reconnaissance chez di (...)
  • 6 . Le concept de « carrière » est entendu ici dans une perspective interactionniste (Becker, 1985 ; (...)
  • 7 . Voir par exemple (Baubion‑Broye et al., 1994 ; De Bandt et al., 1995 ; Dejours, 2000 ; Demazière, (...)

2Par remaniement identitaire, nous entendrons des transformations de l’identité qui sont parfois désignées, dans la littérature sociologique, par les termes de « redéfinition identitaire », « crise identitaire », « transition identitaire », « reformulation identitaire » ou « changement identitaire ». Analyser le remaniement identitaire d’un point de vue sociologique suppose de mobiliser une conception dynamique qui voit dans l’identité à la fois des attentes fondamentales qui guident les acteurs dans leurs interactions avec l’environnement, et la manière dont ils sont affectés et transformés par et dans ces interactions. Comme le remarque Renaud Sainsaulieu (1985, p. 333) à propos de l’identité au travail, cette dynamique se développe sur deux versants : « Le concept d’identité […] désigne à la fois la permanence des moyens sociaux de la reconnaissance, et la capacité pour le sujet à conférer un sens durable à son expérience ». C’est déjà en ce sens général que l’on peut considérer que le remaniement identitaire dépend d’une dynamique de reconnaissance et d’un travail de maintien de l’identité. Le problème est alors de comprendre, d’une part, comment analyser cette dynamique de l’identité et de la reconnaissance, et d’autre part, comment cette dynamique et ce travail s’articulent l’un à l’autre. L’identité est une notion de sens commun et un concept. Il suffit de parcourir l’abondante littérature portant sur l’identité (individuelle et collective, objective et subjective, au travail, professionnelle, politique, culturelle…) pour se rendre compte que si tous les chercheur.e.s ne dénoncent pas son usage polysémique et indéterminable, tous soulignent sa difficile définition. Les critiques formulées « contre l’identité » mettent légitimement en garde contre la tendance à donner une extension trop large au concept d’identité – fondé sur une confusion de ce qui relève de l’identification, de la catégorisation, de l’appartenance, etc.3 –, mais elles trouvent leurs limites dans le fait qu’il existe un certain nombre de questions sociologiques spécifiques dont on voit mal comment elles pourraient être posées autrement qu’en termes d’identité4. Parmi ces questions, on peut compter celle qui concerne les modalités de l’étude du remaniement identitaire, c’est‑à‑dire des expériences de ruptures, de bouleversements, de transformations biographiques complexes des acteurs sociaux. Les critiques de l’identité mettent également en garde contre l’utilisation du concept comme un principe explicatif des comportements (Brubaker, 2001), mais il peut aussi être entendu au sens d’une catégorie d’expérience, à savoir au sens d’une catégorie au moyen de laquelle les acteurs se représentent la spécificité de certaines de leurs expériences et au moyen de laquelle ils cherchent à résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. L’expérience du remaniement identitaire est une expérience vécue par les acteurs comme mettant en question leur identité, et c’est une expérience de transformation de soi problématique face à laquelle ils tentent de trouver des solutions en se référant à leur identité. Pour rendre compte de cette expérience, l’identité doit donc être entendue comme une catégorie d’expérience, plutôt que comme une catégorie d’explication ou de description objective, et elle doit en outre être entendue comme une catégorie dynamique en prise avec des transformations de soi problématiques, et non comme une catégorie statique. Parmi les modèles théoriques disponibles pour penser l’identité de façon expérientielle et dynamique en vue de rendre compte du remaniement identitaire, deux modèles attirent l’attention : ceux d’Axel Honneth et de Michael Pollak. Dans ce qui suit, nous nous appuierons sur la théorie d’A. Honneth (2000) pour analyser la contribution de la reconnaissance au remaniement identitaire. Si cette théorie a fait l’objet de différentes utilisations sociologiques au cours de ces dernières années, on n’a pas encore proposé à notre connaissance de réflexion sur la manière dont le lien entre la reconnaissance et l’identité, qui est pourtant au cœur du modèle, pourrait être mobilisé sur des terrains de recherches sociologiques5. Nous soutiendrons qu’elle ne peut trouver toute sa fécondité qu’en étant complétée par la théorie du maintien de l’identité proposée par M. Pollak (2000 [1990]). Après avoir décrit, sur un plan général, la manière dont les contributions d'A. Honneth et de M. Pollak peuvent être complétées l’une par l’autre dans un modèle du remaniement identitaire, nous chercherons à en mesurer le pouvoir heuristique en l’appliquant à un type de remaniement identitaire particulier, concernant les ruptures qui affectent les carrières professionnelles6 des réfugiés. Nombreuses sont les recherches qui ont abordé la question des rapports entre identité et travail et celle des dynamiques identitaires provoquées par des situations d’impasses et de transitions professionnelles7. Le modèle que nous proposons nous semble susceptible d’intégrer, de reformuler et d’articuler un certain nombre de ces approches sous une forme qui rend compte des dynamiques et des enjeux spécifiques de la quête de travail des réfugiés.

Deux composantes du remaniement identitaire

  • 8 . Christian Lazzeri et Alain Caillé (2004, p. 184) parlent parfois de « reconnaissance en négatif » (...)
  • 9 . À la suite des travaux de Erving Goffman et dans le prolongement de George H. Mead, Claude Dubar (...)

3L’intérêt des modèles proposés par A. Honneth et M. Pollak tient à ce qu’ils proposent deux perspectives complémentaires qui relèvent d’un même type de conception dynamique de l’identité : chez l’un et l’autre, l’identité se présente comme un problème à résoudre dans des situations sociales incertaines. La question du maintien de l’identité se pose dans une expérience problématique qui met en danger la continuité biographique, alors que la lutte pour la reconnaissance surgit d’expériences du « déni de reconnaissance8 ». Pour présenter ces deux modèles sous un jour qui permette de les articuler l’un à l’autre, nous nous référerons à une conception processuelle de l’identité comme transaction « interne » et « externe » (Dubar, 1998)9.

Présentation du terrain d’enquête

La recherche portait sur la quête de travail des réfugié.e.s en France et en Bulgarie. Le travail de terrain a été réalisé entre 2004 et 2009 : Lyon et les communes proches pour le terrain français et Sofia et ses banlieues pour le terrain bulgare. L’enquête s’est développée sur deux volets.

1. Le premier volet relevait de l’enquête qualitative et mettait en oeuvre :

  • 10 . Pour plus de précisions, voir l’annexe 1 « Les entretiens avec les réfugié.e.s » https://sociolog (...)

a) Des entretiens biographiques avec des réfugiés, originaires de différents pays, et âgés de 18 à 65 ans : 10910, dont 56 en France et 53 en Bulgarie. Les entretiens ont été effectués principalement en trois langues : français, bulgare et russe. Nous avons fait appel à deux reprises à un traducteur de langue arabe et avons effectué deux entretiens en anglais. Nous avons rencontré certains réfugiés à plusieurs reprises et parfois sur plusieurs années. Ce fut le cas sur le terrain français où nous avons rencontré des réfugiés alors qu’ils étaient encore demandeurs d’asile. En Bulgarie, nous sommes restée en contact avec les réfugiés pendant des périodes de travail de terrain s’étalant sur plusieurs années.

b) Des entretiens approfondis avec des acteurs socio‑economiques, c’est‑a‑dire des acteurs associatifs et étatiques ayant un rôle dans l’accès au travail des réfugiés : 34 entretiens ont été réalisés, dont 15 en France et 19 en Bulgarie. Les entretiens ont été effectués en français et en bulgare, selon les contextes. Notre choix s’est porté en France sur des chargés d’insertion professionnelle (et sociale), des référents RMI (Revenu minimum d’insertion), devenu RSA après l’enquête, et en Bulgarie sur des chargés de mission et des responsables de différents dispositifs d’accompagnement des réfugiés, étatiques ou associatifs.

c) Des observations in situ : des observations de situations d’interaction entre réfugiés et acteurs socio‑economiques, des observations entre réfugiés sans la présence d’acteurs socio‑economiques et enfin des observations d’acteurs socio‑economiques sans la présence de réfugiés. La plupart des observations in situ ont été réalisées dans des associations, des organisations non‑gouvernementales, des foyers d’hébergement des réfugiés pour la France, ou encore des structures étatiques en Bulgarie.

  • 11 . Pour une description des modes d’accès au terrain, et plus largement sur la co‑construction des c (...)

d) Le recueil et l’analyse de documents administratifs sur les réfugiés que nous avons pu consulter dans les institutions étatiques et associatives et l’analyse de documents personnels mis à notre dispositions par les réfugiés (des photographies ou encore des documents administratifs qu’ils ou elles souhaitaient nous montrer lors des entretiens biographiques ou des observations in situ). L’entrée sur le terrain français comme sur le terrain bulgare s’est tout d’abord effectuée par des institutions étatiques et associatives (en France, des associations d’aide aux réfugiés, et en Bulgarie, outre des associations d’aides aux réfugiés, le Centre d’intégration des réfugiés à l’Agence nationale des réfugiés) avant d’entrer dans les réseaux de réfugiés11.

2. Le second volet de l’enquête comportait un travail d’analyse de données liées à l’emploi et aux migrations qui avait pour objectif de mieux comprendre les contextes définis par les politiques migratoires, les politiques d’asile et d’intégration, et les marchés du travail, en rendant compte de leurs différentes transformations dont nous voyons les effets sur le terrain : aussi bien dans les situations d’interactions au sein des institutions que dans les récits des réfugiés et des acteurs socio‑economiques.

Les réfugié.e.s

  • 12 . Pour préserver au maximum l’anonymat des réfugié.e.s rencontré.e.s, nous optons pour une présenta (...)

Les réfugié.e.s12 ne représentent pas un groupe homogène, ni en termes de pays d’origine, ni en termes d’âge, de situation familiale, de durée d’installation dans le pays d’accueil, ni en termes d’origine sociale, de niveau de diplôme, de parcours professionnel ou encore de parcours biographique. Celles et ceux que nous avons rencontrés en Bulgarie étaient originaires du Proche et du Moyen Orient (27), d’Afrique (Subsaharienne et Australe) (23), d’Europe de l’Est (2) et du Maghreb (1). Les réfugiés rencontrés en France étaient originaires d’Europe de l’Est (43), d’Afrique Subsaharienne (10), du Proche et du Moyen Orient (2) et du Maghreb (1).

Rapport positif à soi et lutte pour la reconnaissance

  • 13 . Sur ce point, voir notamment (Tcholakova, 2014).

4Le concept de reconnaissance a fait l’objet de nombreuses utilisations philosophiques, politiques et sociologiques depuis le début des années 1990. Les principaux développements théoriques sont proposés par Axel Honneth (2000, 2006), Charles Taylor (1994), Nancy Fraser (2005) et Paul Ricœur (2004). L’un des intérêts sociologiques du modèle proposé par A. Honneth tient au fait qu’il ne se réduit pas aux questions de philosophie politique, mais s’inscrit dans une théorie de l’expérience sociale. À partir de la théorie hégélienne de la « lutte pour la reconnaissance », il propose une théorie sociale expliquant « les processus de transformation sociale en fonction d’exigences normatives qui sont structurellement inscrites dans la relation de reconnaissance mutuelle » (Honneth, 2000, p. 113). En s’inspirant de la psychologie sociale de George H. Mead (2006 [1934]), A. Honneth (1996) affirme que la relation à soi, et plus particulièrement le rapport positif à soi, est à la fois intersubjectivement constitué dans l’interaction, vulnérable, et en attente de confirmation par la reconnaissance. L’aspect « macrosocial » de la théorie honnethienne a pu être critiqué (Le Goff, 2012), ainsi que la prise en considération tardive de la dimension matérielle des rapports de reconnaissance (Deranty, 2005 ; Honneth, 2006 ; Zeneidi, 2013). Mais son approche s’inscrit dans l’héritage pragmatiste de G. H. Mead, et plus largement de la « Tradition de Chicago » (Chapoulie, 2006) – tradition sociologique13 qui a donné un rôle important à la problématique de la reconnaissance. Hans Joas (2002) note à cet égard que cette problématique est présente déjà chez des auteurs comme William I. Thomas et Florian Znaniecki, Robert Park et Ernest W. Burgess. Cette tradition sociologique offre de riches ressources pour étudier les processus concrets de reconnaissance et de déni de reconnaissance qui produisent des effets sur la déstabilisation, la fragilisation de l’identité des acteurs sociaux, de même que pour analyser différents types de quête de validation de leur rapport positif à soi, voire, de luttes pour la reconnaissance. Tous ces apports peuvent être formulés en termes honnethiens.

  • 14 . Sur cette question, se reporter à Emmanuel Renault (2004, pp. 377‑391 ; 2007). Nous souscrivons p (...)

5Comme nous l’avons indiqué, A. Honneth propose une conception processuelle de l’identité. D’un côté, l’identité est constituée dans des formes de reconnaissance qui se nouent au cours du processus de socialisation, de l’autre, elle peut toujours être fragilisée, voire remise en cause, par les formes de déni de reconnaissance qui peuvent survenir dans les interactions. La reconnaissance peut influencer positivement ou négativement sur l’image de soi d’un individu, qui cherche par ailleurs des formes de confirmation de son identité dans la reconnaissance d’autrui. Les individus sont en attente d’une validation intersubjective du rapport positif à soi, et s’ils ne l’obtiennent pas, nous pouvons assister à une fragilisation, à une inversion ou à un effondrement du rapport positif à soi14. Ce processus concerne les trois formes de la confiance en soi, du respect de soi et de l’estime de soi, trois composantes de l’identité positive qui doivent être confirmées par des formes de reconnaissance différentes, portées par des relations sociales spécifiques pour être maintenue. Dans le modèle théorique honnethien, l’identité est toujours produite, maintenue et confirmée dans des rapports intersubjectifs liés à des relations sociales particulières – dont celles des relations familiales, amicales et amoureuses où se joue la confiance en soi, les relations juridiques où se construit le respect de soi, et celles des rapports de travail où se meut l’estime de soi –, sans être jamais définitivement acquise.

6En termes sociologiques, on peut dire que le rapport entre identité et reconnaissance relève d’une double « transaction externe » : l’idée qu’un individu se fait de ce qu’il est, et de sa valeur, dépend de la manière dont il a été reconnu par autrui ou par des institutions, et l’individu cherche à confirmer l’idée qu’il se fait de ce qu’il est et de sa propre valeur par la reconnaissance d’autrui et des institutions. Ce modèle théorique permet donc de poser trois types de questions : quelles sont les attentes de reconnaissance adressées à autrui ou aux institutions ? Comment l’identité se modifie selon la reconnaissance par autrui ou par les institutions ? Quels sont les effets en retour des transformations de l’identité sur les attentes de reconnaissance ? En revanche, la question du rapport entre les différentes facettes de l’identité d’un individu n’est pas posée. Elle est au contraire au centre du modèle proposé par M. Pollak.

Cohérence biographique et maintien de l’identité

  • 15 . Sur l’œuvre de Michael Pollak, voir le recueil d’études qui lui est consacré (Israël & Voldman, 2 (...)

7Le sociologue et historien Michael Pollak (1993, 2000), qui a travaillé sur les expériences sociales extrêmes, et notamment sur la compréhension de l’expérience des survivantes des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, a été influencé aussi bien par Pierre Bourdieu que par des chercheurs de la tradition de Chicago15. Son approche théorique de l’identité a pour objectif d’expliquer comment les acteurs sociaux maintiennent ou luttent pour le maintien de leur cohérence biographique en situation problématique. Il écrit que « les situations de grande menace et d’incertitude plongent les individus, les familles ou des groupes entiers dans le désarroi. Elles imposent la gestion de contradictions et de tensions d’une identité mise en question et soumise à l’épreuve » (Pollak, 2000, p. 262). Faisant référence aux travaux de Nathalie Heinich (1989), il définit trois moments de toute identité que le sujet essaie de faire coïncider : « l’image de soi pour soi (autoperception), celle qu’il donne à autrui (représentation) et celle qui lui est renvoyée par les autres (hétéroperception) » (Pollak, 2000, p. 276). Les expériences sociales extrêmes provoquent des écarts identitaires et engagent l’individu dans un travail de « reconquête de l’identité », qui passe par différents modes et différentes formes de mobilisation de ressources. L’un des concepts forts dans sa théorie est celui de ressources. Dans un héritage goffmanien (Goffman, 1968), M. Pollak (2000, pp. 288‑289) fait de ce concept de ressources ce qui permet de corriger la manière trop stable dont la socialisation des individus est pensée par des concepts comme « habitus » et « capital ». Ils ne permettraient pas de rendre compte des formes d’ajustement des acteurs à une expérience extrême au cours de laquelle l’habitus se retrouve clivé ou déchiré. L’auteur distingue trois types de ressources pouvant être mobilisées de manière sélective et opératoire : des « ressources physiques et incorporées », des « ressources relationnelles » et des « ressources cognitives ». Ainsi, on peut considérer que par ressources, M. Pollak entend des compétences sociales plus ou moins ajustées aux contextes passés que les individus utilisent pour faire face à de nouvelles situations pour parvenir à maintenir une image positive de soi et une cohérence biographique. En d’autres termes, elles définissent non pas seulement « ce que l’on peut faire » mais aussi « ce que l’on peut espérer faire » dans un nouveau contexte social.

8Pour penser la cohérence biographique, M. Pollak s’inspire à la fois de thèmes goffmaniens (question des réajustements d’écarts identitaires), straussiens (problématique générale de la transformation de l’identité) et bourdieusiens (thème du réajustement des habitus). Il souligne que la question de la cohérence biographique se pose dès lors que cette dernière devient problématique (Pollak, 2000, p. 10) ; elle est alors indissociable d’une entreprise visant à assurer son maintien. D’un point de vue sociologique, l’intérêt de l’approche en termes de ressources est de montrer que le travail de maintien de l’identité ne consiste pas tant en la construction d’une nouvelle image ou d’un nouveau récit de soi, mais en un réagencement global des rapports avec l’environnement.

9La question est la suivante : comment l’individu réagence‑t‑il ses différents rôles sociaux et mobilise‑t‑il des ressources de nature différente pour maintenir son identité ? On voit donc que si le maintien de l’identité dépend seulement d’une « transaction externe » dans le modèle honnethien, chez M. Pollak, elle résulte également d’une « transaction interne ». L’identité peut être mise en danger par une relation intersubjective (comme dans le modèle honnethien) mais aussi par le désajustement des logiques pratiques incorporées avec l’environnement. Or, lorsque les logiques sociales sur lesquelles repose l’identité sont touchées, le maintien de l’identité ne dépend plus seulement d’une transaction externe mais aussi d’une transaction interne ; il ne s’agit plus seulement de trouver une confirmation de l’image positive de soi dans un rapport à autrui ou plus généralement par une modification de l’environnement (grâce à la mobilisation de ressources), mais également de reconstruire une cohérence biographique.

10Michael Pollak a construit son modèle en partant de l’analyse d’« expériences extrêmes » (Pollak, 2000, p. 10), mais son ambition est de mettre à jour des « constituants et des conditions de l’expérience “normale” » (idem). Ce modèle peut être appliqué à toutes les situations problématiques qui relèvent, dans les termes d’Anselm L. Strauss, de ces « périodes critiques qui, lorsqu’elles surviennent, obligent à reconnaître que “je ne suis pas le même qu’avant” », ou encore de « ces incidents critiques [qui] constituent des moments décisifs dans le déroulement de la vie et de la carrière d’une personne » (Strauss, 1992, p. 99). Tout comme A. Honneth, M. Pollak propose un modèle de l’identité qui a pour fonction de rendre compte de la manière dont les dynamiques et les processus identitaires sous‑tendent l’expérience sociale en général.

L’articulation des deux modèles

11Ces deux modèles ne sont donc pas totalement hétérogènes : tous deux partagent une conception de l’identité comme image positive de soi et ils font de cette image positive de soi un enjeu fondamental pour les individus ; tous deux adoptent une conception dynamique de l’identité comme facteur de l’interaction avec l’environnement, comme composante de l’expérience sociale qui peut devenir problématique et qui engage alors des efforts spécifiques en vue de répondre à la situation devenue problématique.

12Dans le tableau ci‑dessous, nous comparons différents éléments de ces deux modèles pour préciser la manière dont nous concevons leur complémentarité. Nous retenons seulement les éléments de complémentarité, c’est‑à‑dire des différences, en faisant abstraction des similitudes mentionnées ci‑dessus.

Comparaison des modèles de l’identité

A. Honneth

M. Pollak

Définition de l’identité

Rapport positif à soi

Cohérence biographique

Constitution de l’identité

Intersubjectivité

Pratiques sociales

Objectif du travail identitaire

Confirmation du rapport positif à soi

Maintien de la cohérence biographique

Moyens du travail identitaire

Lutte pour la reconnaissance

Mobilisation de ressources

Réajustement des différentes composantes de l’identité

Points aveugles dans l’analyse du remaniement identitaire

Question de la cohérence biographique

Réajustement des différentes composantes de l’identité

Prise en compte des effets de déni de reconnaissance sur l’identité

13Si dans la première approche, l’image positive de soi est pensée en termes de rapport positif à soi, dans la seconde, elle renvoie également à la problématique de la cohérence biographique. Dans le premier modèle, l’identité est portée par la constitution et la confirmation intersubjective ; dans le second, elle repose également sur la logique pratique de l’ajustement des interactions avec l’environnement. Nous avons affaire à deux types de définition normative de l’identité, puisque l’identité peut également prendre la forme d’un rapport négatif à soi (identité négative) et se désintégrer (perte de cohérence biographique). Elle devient alors un problème et requiert un travail identitaire. Le « travail identitaire » est analysé dans le premier modèle à travers la lutte pour la reconnaissance qui survient lorsque les attentes de reconnaissance cessent d’être satisfaites. Il se résume dans une « transaction externe » : l’individu lutte pour parvenir à obtenir des effets de reconnaissance conformes à ses attentes. Comme nous le verrons plus loin, quand cette lutte est elle‑même conduite à l’échec, les attentes de reconnaissance peuvent se réorienter vers ce que nous appellerons un « ajustement des attentes de reconnaissance » et une « reconnaissance compensatoire ». La transaction externe consiste alors à modifier les attentes de reconnaissance pour les diriger vers de nouveaux autrui significatifs, ou de nouvelles institutions, susceptibles de les satisfaire. Dans le modèle proposé par M. Pollak, le travail identitaire renvoie indissociablement au jeu des différents rôles sociaux et à la mobilisation de ressources de différente nature, et au réajustement des différentes facettes de l’identité.

14Ces deux modèles sont complémentaires dans la mesure où leurs points aveugles sont symétriques. Dans le premier, la question du remaniement identitaire n’est pas pensée autrement qu’en termes de lésion du rapport positif à soi : le problème de la cohérence biographique n’est pas pris en charge. Dans le second, même si la question de l’image de soi est centrale, la nature et les effets de déni de reconnaissance (affaiblissement de l’estime de soi, intériorisation d’une image négative de soi, rupture du rapport positif à soi) ne sont pas théorisés.

15Ces deux modèles sont complémentaires également au sens où ils s’enrichissent l’un et l’autre dans leur domaine de pertinence spécifique. D’une part, de même que les acteurs sociaux doivent mobiliser des ressources dans une lutte pour la reconnaissance ou une recherche de reconnaissance, de même, l’analyse des formes de la lutte pour la reconnaissance et de la reconnaissance permet d’enrichir le cadre théorique de l’analyse sociologique du travail identitaire fondé sur la mobilisation de ressources. D’autre part, la question du rapport positif à soi, dans les trois formes de la confiance en soi, du respect de soi et de l’estime de soi, se pose toujours sous des formes qui renvoient à la manière dont les individus tiennent à un ensemble de caractéristiques essentielles dont ils pensent qu’elles les définissent et qu’elles font leur valeur, ensemble dont l’unité définit la cohérence biographique. Une approche sociologique de la cohérence biographique en termes de ressources permet de préciser la manière dont les enjeux de reconnaissance traversent l’expérience sociale.

L’expérience des réfugié.e.s : un remaniement identitaire in vivo

  • 16 . Il trouvait d’ailleurs des colorations différentes selon le pays d’accueil. Leur analyse n’est pa (...)

16L’articulation de ces deux modèles théoriques s’est imposée à nous à partir d’un terrain : les réfugiés formulaient les problèmes d’identité qu’ils rencontraient en termes de reconnaissance et de continuité biographique. Il nous fallait identifier les voies du travail de sauvegarde du rapport positif à soi, de la lutte pour la reconnaissance et du maintien de l’image positive de soi qu’ils mettaient en œuvre, notamment, lorsque les attentes de reconnaissance restaient insatisfaites et que les écarts identitaires se creusaient. Ce travail identitaire pouvait être plus ou moins difficile, plus ou moins « réussi ». Il dépendait en outre d’une multitude de facteurs d’ordre structurel, situationnel et biographique allant du contexte du pays d’accueil (législations, institutions, dispositifs migratoires et de travail), des opportunités d’action dans des situations toujours singulières, aux trajectoires migratoires semées de bifurcations biographiques16. Enfin, l’origine sociale et géographique des réfugiés et le genre constituaient une source incontestable d’hétérogénéité. Néanmoins, leur expérience d’exil était marquée par des caractéristiques spécifiques. Commençons par présenter les caractéristiques générales de l’expérience sociale des réfugiés dans leur quête de travail avant d’analyser la manière dont ce que nous avons appelé le « travail identitaire » sous‑tend cette expérience sociale.

Les réfugié.e.s et le travail

17L’expérience sociale des réfugiés semble marquée par trois grandes caractéristiques. La première est relative à l’exil et son cortège d’épreuves souvent très douloureuses, aux nombreuses ruptures biographiques dans le processus d’installation dans un nouveau pays. La deuxième est l’obtention du statut de réfugié qui constitue, simultanément et paradoxalement, une forme de reconnaissance de la « spécificité » de leur migration, une promesse de participation à une nouvelle société (ils obtiennent les mêmes droits que les autres citoyens, excepté le droit de vote et certaines mobilités) et une institutionnalisation de la rupture avec le pays d’origine (n’ayant plus le droit de se réclamer des autorités de leurs pays d’origine, ni d’y séjourner de nouveau tant qu’ils conservent le statut de réfugié). Une troisième caractéristique a trait au droit de travailler dans un cadre légal (ce qui n’est pas le cas lors de la période de la demande d’asile), et à la possibilité de rechercher à réaliser par le travail les promesses de la participation à la nouvelle société.

  • 17 . 8 réfugiés sur 10, soit 40 sur l’ensemble des 56 réfugiés que que nous avons rencontrés en France (...)

18Dans un contexte marqué par des ruptures biographiques profondes et par les promesses du statut, le rapport au travail des réfugiés s’avère être porteur d’enjeux décisifs : il est à la fois le moyen de réaffirmer une continuité biographique et le moyen de réaliser les promesses du statut, c’est‑à‑dire, de justifier à ses propres yeux l’ensemble de la trajectoire d’exil (Tcholakova, 2014). On peut considérer avec Everett C. Hugues (1996, pp. 75‑76) que « le métier d’un homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale, de son moi, et même de son destin dans son unique existence ». Cette centralité du travail pour l’identité prend un relief tout particulier lorsque l’emploi est l’un des derniers moyens d’affirmer un rapport positif à soi et une cohérence biographique. Or, la quête du travail s’avère parsemée de nombreuses embûches. Les attentes des réfugiés à l’égard du travail se heurtent en effet à différents obstacles. D’une part, les compétences ne sont que rarement ajustées au nouvel environnement social. Ainsi, leurs connaissances des usages et des normes sociales, tout comme leurs capacités linguistiques peuvent leur fermer des portes ou compliquer leur orientation. D’autre part, les réfugiés éprouvent de grandes difficultés à faire reconnaître les qualifications et compétences acquises dans le pays d’origine et sur les routes de l’exil (en particulier du fait de la non‑reconnaissance des diplômes étrangers). Enfin, leurs qualifications et compétences professionnelles peuvent être en décalage avec l’état du marché du travail, ne pas faire l’objet d’une même demande sociale et d’un même prestige social que dans la société d’origine (ou sur les routes migratoires), ce qui prend souvent la forme de l’expérience du déclassement17. Étant donné l’importance des enjeux identitaires liés à la quête du travail, il n’est pas étonnant que ces difficultés engagent différentes formes de travail identitaire. Certaines d’entre elles semblent devoir surtout être analysées en termes de reconnaissance, d’autres en termes de maintien de l’identité, et d’autres encore exigent de mobiliser conjointement ces deux modèles aussi bien du point de vue du type de problème identitaire qu’il s’agit de résoudre (le déni de reconnaissance ou la perte de cohérence biographique) que du point de vue des moyens mis en œuvres dans le travail identitaire (lutte pour la reconnaissance, adaptation des attentes de reconnaissance, reconnaissance compensatoire, ou réagencement des facettes de l’identité).

Formes de réaction aux dénis de reconnaissance

19Les réfugiés peuvent être soumis et de façon répétée à différentes formes de reconnaissance négative dont la plus typique est la non‑reconnaissance structurelle de leurs qualifications et compétences et l’impossibilité de faire reconnaître et de valider leurs diplômes et expériences antérieurs à l’exil. La reconnaissance négative peut également se cristalliser dans des institutions d’accompagnement qui leur sont destinées – via des programmes dits d’intégration, proposant des mesures d’accompagnement vers le travail, la formation et le logement, qui ne répondent pas forcément à leurs attentes –, et dans des interactions professionnelles, notamment en raison de leur insécurité linguistique ou de préjugés ethnicisants et de genre (Tcholakova, 2013, 2014). La reconnaissance négative peut enfin prendre la forme de l’expérience de l’inactivité, le chômage pouvant être vécu comme une humiliation (Margalit, 1999, pp. 234‑235). Ces dénis de reconnaissance fragilisent profondément le sentiment que les réfugiés peuvent avoir de ce qui fait la valeur et le sens de leur existence. Le modèle de la reconnaissance permet de décrire deux types de réponses à ces dénis de reconnaissance qui sont solidaires de deux formes de remaniements identitaires : l’adaptation des attentes de reconnaissance et la lutte pour la reconnaissance.

Adaptation des attentes de reconnaissance

20En soulignant l’importance de la reconnaissance, ce modèle contribue en effet à rendre compte de deux types de processus pouvant conduire à ajuster ses attentes à une nouvelle situation où elles ne semblent plus pouvoir être satisfaites : d’une part, en soulignant que l’absence de reconnaissance affecte l’estime de soi, il permet de comprendre comment on peut en venir à ne plus se sentir digne d’anciennes attentes de reconnaissance ; d’autre part, il permet de comprendre comment on peut en venir à penser qu’il vaut mieux être moins reconnu plutôt que pas reconnu du tout. Ces deux processus, qui conduisent à de profonds remaniements du rapport à soi, s’exprimaient de différentes manières dans les récits de vie des réfugiés que nous avons rencontrés. Ils y étaient toujours associés à l’expérience difficile de la prise de conscience du fait que les attentes de reconnaissance à l’égard du travail ne pourraient pas être satisfaites.

  • 18 . Tous les prénoms utilisés sont des pseudonymes.

21Certains réfugiés renoncent à voir reconnues leurs anciennes qualifications et compétences quand la non‑maîtrise de la langue du pays d’accueil est vécue comme écrasante et se transforme en « barrière linguistique » (Cammarota, 2001). C’est l’exemple de Théa18, une réfugiée arménienne, âgée de 38 ans, née et ayant vécu en Abkhazie, mariée et mère de deux enfants, qui avait été pharmacienne à son compte et qui peinait à trouver un emploi en France. Renoncer à ses attentes de reconnaissance, en disant être prête à accepter un emploi éloigné de ses expériences professionnelles antérieures à l’exil, était pour elle une façon de s’ajuster à un déni de reconnaissance structurel (la non‑reconnaissance des diplômes) et à la situation d’insécurité linguistique qui la condamnait à exercer des emplois n’exigeant pas la maîtrise du français.

  • 19 . Sur la distinction entre « rapport au travail » et « rapport à l’emploi », voir notamment (Paugam (...)

22Cet ajustement peut être plus ou moins douloureux. Il peut être vécu comme une humiliation qu’il faut accepter pour des raisons financières, et conduire à un rapport au travail19 à dominance instrumentale. Voici ce que Karina, originaire elle aussi d’Arménie, mariée et mère de deux enfants et qui a travaillé pendant sept ans comme infirmière dans un hôpital à Bakou, nous a dit lors de notre première rencontre, au cours d’une situation d’observation :

Dans notre pays on était des gens diplômés, des gens intelligents. Ici j’ai l’impression qu’on passe pour des idiots. Mon mari hurle dès qu’il entend le mot « restauration collective » (Karina, femme, 37 ans, infirmière, Arménie, en formation FLE‑métier, France).

23Elle et son époux ont rencontré une chargée d’insertion professionnelle dans un dispositif d’accompagnement. Elle a formulé ces trois phrases en russe, en soupirant, alors que la chargée d’insertion professionnelle s’était absentée du bureau où elle les recevait. Lors de cette rencontre, celle‑ci avait proposé à Karina d’effectuer une formation en français langue étrangère‑métier (FLE‑métier) dans le domaine de la restauration collective. Ce n’était pas la première fois, mais à cette occasion, Karina avait fini par accepter en précisant qu’elle aimerait travailler dans une cantine scolaire car elle avait des enfants en bas âge. Ce faisant, elle renonçait à trouver un emploi reconnaissant ses compétences d’infirmière, ainsi qu’aux différentes formes de reconnaissance sociale liées au métier d’infirmière, et elle choisissait, dans l’éventail restreint du possible, une activité qui faisait sens pour elle – parce qu’elle était utile à des enfants –, mais sans que ce sens ne renvoie véritablement à une forme de reconnaissance ou à un moyen de maintenir une cohérence biographique.

24L’ajustement des attentes peut également être vécu autrement que comme un renoncement à la reconnaissance. On peut préférer être un peu reconnu plutôt que pas reconnu du tout, et accepter pour cette raison de rabaisser ses attentes. On peut préférer un emploi jugé dévalorisant à la situation, plus dégradante, de l’inactivité. Le rapport à l’emploi ne prend plus alors la forme du rapport au travail en tant que profession, vecteur de reconnaissance de qualifications et de compétences, voire d’une fonction sociale, à laquelle on s’était identifié, mais du rapport au travail en tant qu’activité sociale pourvoyeuse de reconnaissance sociale générale, ou preuve d’existence sociale. Nous avons trouvé d’innombrables illustrations de cette transformation du rapport au travail et à soi dans les récits de réfugiés confrontés au choix entre activité salariée dévalorisante et chômage. L’une d’entre elles est fournie par Jean, réfugié congolais de 32 ans, célibataire, diplômé de science commerciale administrative dans son pays d’origine. Il souligne la transformation de son rapport au travail et le remaniement identitaire qu’il implique :

Je cherche maintenant, maintenant je suis dans les recherches, n’importe, n’importe […]. Je cherche actuellement à travers les amis. Actuellement à travers les amis. Avec l’ANPE, ça ne marche pas [...]. Bon, il y a aussi un problème : l’équivalence des diplômes. Nos diplômes ne sont pas reconnus ici. Deuxièmement, pour être enseignant, il faut passer les concours. Moi, je me suis renseigné […]. Bon, c’est juste après qu’on m’a dit : « il y a un problème sur l’équivalence des diplômes, il faut, il faut passer encore … » […]. Bon, ça fait actuellement de nous qu’on n’a pas le choix. Parce que si vous allez demander « est‑ce que vous avez telle ou telle formation ? », il y a des critères qu’on demande. « Vous avez quelle formation ? Ça fait combien d’années que vous êtes en France ? » Vous voyez un peu tout ça ? Donc, on considère le réfugié, comme les gens qui n’ont rien dans la tête. Je le sens comme ça de certains employeurs, ils sont comme ça. Des institutions aussi, parfois c’est comme ça. Donc, vous allez être tout abîmé, vous ne savez rien […]. Bon, vous savez, parfois moi je me dis que non, je suis moins considéré, ah. Parfois quand. Moi, je faisais par jour cinq à six lettres de motivation par jour, je faisais, je déposais tout ça, partout, même par courrier, tout, tout, dans différents domaines. Parfois je regardais le journal, les annonces, je rédigeais, j’envoyais. Et quand je vois que cinq, six jours passent et j’ai toujours rien, sans être appelé, sans réponse, je me dis non, non, non, je souffre là […]. Bon, maintenant je n’ai pas le choix. Je n’ai pas d’aide du tout. Parce que moi, ça ne fait pas longtemps que je suis là […]. Parce que moi j’ai rien ici [il insiste], comment je vais vivre ? Moi, je ne peux attendre les ASSEDIC, toujours tendre la main (Jean, homme, 32 ans, enseignant, Congo, au chômage et à la recherche d’emploi, France).

25Jean nous a expliqué sa vision de la non‑reconnaissance de ses qualifications et compétences avec une certaine résignation. Il a enseigné au Congo l’arithmétique commerciale et la comptabilité. Il a également travaillé comme animateur dans des centres de catéchisme. Jean a vécu la guerre, la fuite dans son propre pays. Il a fait l’expérience du travail éloigné de sa formation initiale. Il a vécu du troc, il a travaillé dans les mines d’or, il a survécu avec ce qui lui était possible d’exercer en contexte de guerre. Il avait déjà travaillé en France sous des modes informels, pendant la procédure d’asile, et après l’obtention du statut de réfugié, en tant que vendeur « porte à porte », dans une entreprise de télécommunication, et comme agent de sécurité dans un magasin discount. Il explique que trouver un travail, travailler, ce n’était pas pour lui seulement une question de survie matérielle, mais aussi de dignité. Et quand nous lui demandons « Dans quel domaine souhaiterez‑vous travailler ? », il nous répond en insistant « N’importe ! N’importe ! ».

26Avoir à choisir entre le chômage et un travail pourvoyeur de reconnaissance sociale mais qui conduit à renoncer aux attentes de reconnaissance liées à une profession à laquelle on s’était identifié n’est pas une situation propre aux réfugiés. Ce choix relève de la problématique générale de l’imbrication des bifurcations professionnelles et biographiques, de la perte d’emploi et de la perte de soi (Linhart, 2002). S’il se présente de manière particulière dans le cas des réfugiés, c’est, d’une part, en raison des enjeux de reconnaissance spécifiques dont le travail est porteur – en raison des promesses de reconnaissance liées au statut –, et d’autre part, du contexte de ruptures biographiques structurel (l’exil) dans lequel ces bifurcations professionnelles surviennent. Dans un tel contexte, la question de ce qui est « digne » de soi, devient tout à la fois brulante et indécise (nous y revenons plus loin). Même lorsque le problème semble concerner seulement la reconnaissance, la question de la cohérence biographique affleure.

Lutte pour la reconnaissance

27Les réfugiés peuvent également tenter de réagir contre la remise en cause de leur rapport positif à eux‑mêmes en tentant de transformer l’environnement social qui fait obstacle à la satisfaction de leurs attentes de reconnaissance. On peut parler à ce propos, en donnant un sens général à ce concept, de lutte pour la reconnaissance.

28La volonté de créer un autre cadre de reconnaissance que celui dans lequel les politiques, les législations et les acteurs institutionnels procèdent à la « traduction » des diplômes, des qualifications et des compétences, constitue un premier exemple de lutte pour la reconnaissance. Les chargés d’insertion professionnelle accompagnant les réfugiés soulignent l’importance du curriculum vitae (CV) en général et du curriculum vitae personnalisé en fonction du poste de travail recherché en particulier. Le CV est présenté aux réfugiés comme la synthèse des compétences par l’intermédiaire de laquelle ils doivent se présenter aux employeurs. Mais pour de nombreux réfugiés, il s’agit d’une nouvelle norme professionnelle qui est parfois difficile à accepter. En effet, ils peuvent avoir le sentiment que cette norme leur impose de se présenter eux‑mêmes selon des modalités qui ne sont conformes ni à la manière dont ils se représentent eux‑mêmes, ni à la manière dont ils voudraient se présenter à autrui. La question du CV concerne, d’une part, le problème de traductibilité des qualifications et compétences, et d’autre part, l’imposition d’un cadre de reconnaissance dont les réfugiés peuvent souhaiter s’affranchir en cherchant à élaborer un cadre de reconnaissance qui leur serait plus favorable. D’un côté, les réfugiés ont tendance à considérer que leurs compétences forment un tout, qu’elles sont indissociables d’un métier, d’un ensemble de significations et de valeurs, si bien qu’elles ne peuvent pas être exposées sous la forme codifiée et analytique du CV dit « par compétences ». De l’autre, les réfugiés peuvent estimer posséder des compétences dont ils ne peuvent cependant pas justifier selon la norme du CV.

  • 20 . Il s’agissait de faire le point sur son projet professionnel à long terme : travailler dans une e (...)

29Les réfugiés qui s’identifient à un métier tendront à développer le premier type de critique de la norme du CV. C’est le cas de Boris, un réfugié russe de 28 ans, ingénieur diplômé en techniques froides, mais qui a travaillé comme traducteur dans une entreprise privée en Russie. Il se révolte contre l’exigence du CV et de la lettre de motivation pour accéder au travail en France, et il tente de créer un nouveau cadre de reconnaissance. Boris a déjà travaillé en France, dans l’informel en tant que déménageur et manutentionnaire, ainsi que comme intérimaire dans une entreprise de découpage de cartons. Relevons ce qu’il a dit à un chargé d’insertion professionnelle qui le recevait dans le cadre d’un suivi emploi20 :

Pourquoi faire, je ne comprends pas. Il vaut mieux aller directement sur place et discuter avec l’employeur, c’est comme ça qu’il pourra t’apprécier ou non, qu’il pourra évaluer tes compétences, ton expérience. Il faut parler, directement. Comment veux‑tu démontrer tes compétences ou tes motivations dans un CV et une lettre ? En plus pour nous, c’est encore plus difficile pour l’écrire. Il faut aller directement voir la personne (Boris, homme, 28 ans, traducteur, Russie, à la recherche d’emploi, France).

30Certains réfugiés peu diplômés, comme les réfugiés bosniaques – selon les chargés d’insertion que nous avons rencontrés –, fournissent une illustration du second type de critique. Ceux qui disent « savoir et pouvoir tout faire » et « vouloir faire n’importe quoi », ne le disent sans doute pas tant en raison de leur bas niveau de qualifications qu’en raison d’un cadre de reconnaissance spécifique liée à leur socialisation professionnelle d’avant l’exil. Toujours est‑il qu’ils éprouvent des difficultés à accepter les affirmations de certains chargés d’insertion professionnelle suivant lesquels « faire n’importe quoi en France n’existe pas ». La persistance de leur volonté de « faire n’importe quoi comme travail », en évitant la phase de construction d’un projet professionnel, préconisée par différentes institutions dans une démarche « d’intégration », constitue elle aussi un exemple de lutte pour un autre cadre de reconnaissance.

31Ici encore, que ce soit sous la forme de la mise en scène de sa cohérence biographique (le CV), ou dans la revendication d’une identité professionnelle définie par la polyactivité, on voit affleurer l’enjeu du maintien d’une forme de cohérence biographique contre les manières stéréotypées de définir l’unité de la carrière professionnelle.

Formes de maintien de la cohérence biographique

32De même que nous avons défini des formes de remaniement identitaire qui relèvent principalement du modèle de la reconnaissance, il est possible de distinguer une forme de remaniement identitaire qui relève spécifiquement d’un travail de maintien de la cohérence biographique : l’investissement dans un travail indépendamment de la reconnaissance qu’il procure. Accepter un travail ne correspondant pas aux attentes initiales peut pour certains réfugiés renforcer le rapport négatif à soi, alors que pour d’autres, le travail reste conçu comme central au maintien de l’estime de soi même lorsque les conditions de son exercice sont éloignées de ce qui constituait l’identité professionnelle avant l’exil.

33Plusieurs éléments, d’ordre biographique, situationnel (des opportunités d’action) et structurel (en termes de politiques d’accueil et d’accompagnement) décident que l’une ou l’autre de ces deux attitudes face au déclassement professionnel soit adoptée. Parmi les éléments biographiques, on trouve notamment : la nature et les formes des emplois exercés dans le pays d’origine et sur les routes de l’exil, le niveau de formation, l’âge, la maîtrise de la langue du pays d’accueil, la situation matrimoniale, dont le fait d’avoir des enfants en bas âge, les modalités d’accueil et d’accompagnement, etc. Plus le niveau de formation est élevé et le métier exercé dans le pays d’origine a été considéré comme prestigieux, plus grands sont les obstacles à franchir pour sauvegarder une cohérence biographique, car la rupture avec le statut social et professionnel d’avant l’exil provoque des écarts identitaires difficiles à combler. Les réfugiés ayant exercé des emplois divers – que ce soit successivement ou au cours d’une même période –, sous le mode formel et informel, dans leur pays d’origine et sur les routes migratoires, et ceux qui ont fait l’expérience de la précarité et de la déqualification avant l’exil, arrivent à mobiliser plus facilement des ressources pour estomper les écarts identitaires inhérents à la condition de déclassement professionnel et ainsi mener à bien la quête de maintien de l’identité.

34Le genre joue également un rôle très important dans le remaniement identitaire des réfugiés (Tcholakova, 2013), et il constitue un facteur pouvant conduire à investir un travail éloigné de la profession revendiquée. Pour certains hommes, l’important ce n’est pas le métier, mais le fait de travailler et ceci, non en raison de la reconnaissance sociale associée au travail en général, mais en raison d’une obligation spécifique à laquelle ils s’identifient en tant qu’hommes. Les récits de certains réfugiés dévoilent la remise en cause de l’image de chef de famille, de son rôle de male breadwinner, que peut produire l’absence de travail en situation d’exil. Entre l’inactivité et l’exercice d’un emploi éloigné de ce qui constituait avant l’exil leur métier (et leur identité), certains hommes choisissent la seconde option parce qu’ils s’identifient à la capacité à pouvoir subvenir aux besoins de leur famille.

  • 21 . Technicienne supérieure de formation, elle y était employée en semaine en tant que femme de ménag (...)

35C’est notamment l’exemple d’Andreï, un réfugié moldave, marié et père de deux enfants que nous avons rencontré en 2004, deux ans et demi après son arrivée à Lyon, dans le cadre d’un entretien avec son épouse, et lors d’une observation de situation d’interaction avec un chargé d’insertion professionnelle dans une association d’accompagnement des réfugiés. Au moment de l’entretien, Andreï était « au RMI » et sans travail. Ingénieur de formation, il avait travaillé en Moldavie en tant qu’ingénieur dans une entreprise militaire, ainsi que dans le secteur privé, comme ingénieur automobile, comme technicien, comme chef d’entreprise spécialisée dans la fabrication d’installations électriques et comme cordonnier. Une pluralité d’expériences professionnelles dans le formel et dans l’informel avait composé sa carrière professionnelle avant l’exil. En France, l’accès au travail avait pris un mode informel, et dès la période de demande d’asile, notamment dans l’effectuation de petits travaux de réparation dans une famille aisée faisant partie du réseau social de sa nièce, installée en France depuis quelques années et chez des particuliers faisant partie de ce même réseau. Après l’obtention du statut de réfugié, Andreï avait également travaillé sous contrat pendant quelques semaines dans une entreprise fabriquant des tuyaux pour des systèmes pneumatiques. Son contrat n’avait pas été reconduit à l’issue de la période d’essai, car ses collègues n’auraient pas supporté son rapport au travail zélé et « exigeant » et sa capacité à « travailler pour deux ». On peut lire une réaction à la fragilisation d’une identité genrée dans sa mise en concurrence avec ses collègues et l’affirmation d’un rapport au travail teinté de défi : « je sais tout faire », « je travaille bien » et « je ne sais pas travailler lentement ». Au moment de l’entretien, cette fragilisation s’exprimait dans l’insatisfaction engendrée par l’inactivité et l’incapacité, amplifiée par une forte insécurité linguistique qui accroissait un sentiment de dépendance financière vis‑à‑vis de son épouse qui travaillait21, sous contrat à durée indéterminée dans l’hôtel même où la famille était hébergée, dans une seule chambre :

Vous comprenez, je n’ai jamais cherché du travail pour moi. Moi je n’ai jamais cherché du travail avant, c’est le travail qui me trouvait toujours. J’ai toujours eu du travail. Le travail m’a toujours trouvé. J’ai toujours été recherché, puisque les gens étaient contents de mon travail. Cette situation actuellement, m’est inhabituelle. Je n’ai jamais demandé rien à personne. […]. J’ai toujours fait tout seul moi‑même. J’aime être indépendant (Andreï, homme, 40 ans, ingénieur, Moldavie, à la recherche d’emploi, France).

36Les enjeux de cohérence biographique liés au genre sont aussi perceptibles chez les femmes. Pour de nombreuses femmes réfugiées, quelque soit le niveau de formation initiale et le statut social et professionnel antérieur à l’exil, travailler signifiait pouvoir sortir de l’espace familial, nouer des formes de sociabilité, « retrouver » une utilité sociale perdue dans les ruptures et bifurcations que l’exil provoquent, parvenir à être plus qu’une « femme au foyer ». C’est ce que nous montre l’exemple de Lali, une jeune femme géorgienne de 32 ans, diplômée du supérieur qui avait été professeure de langue géorgienne dans un lycée pendant cinq ans. Divorcée depuis peu de temps, mère de trois enfants, dont une fille souffrant de handicap, elle avait travaillé comme secrétaire dans une entreprise de carrelage, en contrat à durée déterminée, à temps partiel, pendant presque deux ans. Elle avait cessé le travail en tombant enceinte de sa dernière fille, âgée de neuf mois au moment de l’entretien. Dans un français facile, Lali disait être à la recherche d’un emploi.

Donc voilà et depuis je ne travaille plus. Là, maintenant, je cherche déjà, il faut que je donne le bébé en crèche et je cherche quelque chose. Il faut absolument que je travaille ! [elle insiste beaucoup et rit]. Voilà ! Parce qu’en Géorgie aussi, je travaillais et, je peux pas, pour moi c’est insupportable d’être à la maison tout le temps ! Et faire que les tâches ménagères… c’est difficile. Quand une femme reste à la maison, c’est… donc tu fais pareil quand tu travailles, à la maison aussi, tu fais pareil, mais quand tu es tout le temps à la maison, il n’y a jamais, euh tu peux pas. Tu peux pas dire, voilà je peux le faire… Il faut tout le temps faire quelque chose, donc tu te fatigues, après tu sors pas. Et pour moi, c’est, non… il faut que je travaille ! Il faut que je travaille absolument ! Et pour une question d’argent aussi. Oui […]. Et là je suis en train de rechercher, mais pas exactement quelque chose dans le secrétariat, ou quelque chose, nooon… Je dirais bien “oui”, même pour un travail, comme vendeuse, dans une grande surface […]. Pour ranger les rayons, pour faire n’importe quoi [elle insiste] pour que je sorte et je travaille ! (Lali, femme, 32 ans, professeure de langue géorgienne, Géorgie, à la recherche d’emploi, France)

37Andreï disait chercher « tout travail » et « peu importe le domaine ». Investir le travail indépendamment de la profession participe d’une quête de la sauvegarde de la cohérence biographique genrée. Mais, bien que non déterminants, les enjeux de reconnaissance ici encore sont sous‑jacents : comment exclure en effet que la défense de ce stéréotype masculin soit liée à un désir de continuer à être reconnu, par ses proches notamment, comme un individu conforme à un certain nombre de valeurs et de comportements propres à un « homme ». Pour Lali, le travail est conçu comme une source d’autonomie et d’indépendance, et en cela, il comporte également des enjeux de reconnaissance.

L’imbrication des dynamiques

38Même si les modèles de la reconnaissance et du maintien de l’identité peuvent, isolément, éclairer certaines dimensions de l’expérience sociale de la quête de travail des réfugiés, c’est surtout leur articulation qui leur confère leur pouvoir heuristique, comme nous avons commencé à le voir dans les analyses précédentes. On en trouve une confirmation lorsque le problème est de savoir si l’abaissement des attentes est compatible avec un minimum de cohérence biographique, ou encore, lorsque la réponse au déni de reconnaissance prend la forme d’une recherche de reconnaissance compensatoire.

Comment rester soi‑même lorsqu’on renonce à la reconnaissance ?

39Pour de nombreux réfugiés, le rapport à soi est marqué par un profond dilemme entre espoir de pouvoir continuer à exercer le métier qui était le leur dans le pays d’origine et impossibilité de parvenir à le faire. Ils sont souvent contraints de rabaisser leurs attentes de reconnaissance par le travail pour les ajuster au nouveau contexte. Comme nous l’avons déjà noté, la question de la cohérence biographique peut primer sur celle de la reconnaissance : par exemple, on peut renoncer à la reconnaissance par le travail pour conserver une image de breadwinner. Les modalités de l’ajustement des attentes portent elles aussi la marque d’enjeux de cohérence biographique. Il convient en effet de distinguer un ajustement des attentes conçu comme définitif, et un ajustement des attentes conçu comme provisoire, et n’affectant pas la cohérence biographique.

40On en trouve une première illustration chez Mariam, une jeune femme ivoirienne de 27 ans, célibataire et sans enfants, ayant accédé au statut de réfugiée en 2005, un an après son installation en France. Née en Côte d’Ivoire et ayant grandi dans une famille aisée, elle a poursuivi des études supérieures en marketing au Maroc dans une école privée nord‑américaine, très prestigieuse d’après ses dires. D’un niveau d’études Bac + 4, elle a travaillé pendant un an en Côte d’Ivoire dans son domaine de formation. Sa carrière professionnelle s’est poursuivie en France, d’abord dans l’informel pendant la période de demande d’asile et pendant un temps après l’obtention de son statut de réfugiée. Elle a ensuite accédé à des emplois avec contrat mais toujours précaires. L’emploi qu’elle occupait au moment de l’entretien, chargée d’accueil‑guichet dans une banque, était celui qui se rapprochait le plus de sa formation initiale, sans qu’il en relève véritablement. Il s’agissait d’un travail sous contrat intérimaire. Mariam nous expliquait que si elle avait ainsi accepté de rabaisser ses attentes, c’est aussi qu’elle a cru cette situation provisoire, malgré de nombreux échecs dans sa quête de travail et le vécu de situations de discriminations liées à ses origines. Sa jeunesse et sa maîtrise de la langue française lui permettaient‑ils de considérer ce rabaissement comme une étape obligatoire mais transitoire de sa carrière professionnelle dont le cours n’était pas brisé mais seulement retardé.

Ce sont des postes plus bas que mon niveau [silence]. Je suis très croyante. C’est peut‑être ce qui me donne ma force. Moi je me dis que c’est ma foi qui me donne ma force. Je me dis que chacun a son destin. Moi c’est comme ça, c’est ma philosophie, c’est comme ça que ça marche avec moi. Je sais pas, c’est comme ça que je vois les choses. Je me dis que c’est ma destinée, c’est tout. C’est vrai qu’il faut persévérer, il faut y aller, il faut avoir envie. Mais c’est comme ça que je vois les choses. Parce que moi je me dis que j’ai déjà ça et je remercie le bon Dieu. Parce que y’a pire. Y’a des gens qui n’ont même pas eu cette chance. C’est ce que je me dis. J’avance comme ça [sourire]. Et j’arrive comme ça à surmonter les épreuves. C’est comme ça que je vois les choses (Mariam, femme, 27 ans, chargée de marketing, Côte d’Ivoire, chargée d’accueil, France).

  • 22 . Nous employons ici le terme de « ressources cognitives » en un sens différent de M. Pollak (2000) (...)

41On voit ici comment l’abaissement des attentes de reconnaissance concernant le travail est rendu possible par un travail de maintien de la cohérence biographique – dans l’espoir que la situation de travail dévalorisante ne soit que transitoire –, via la mobilisation de ressources cognitives (sa croyance)22, lui-même soutenu par des formes de reconnaissance.

42L’abaissement des attentes est plus ou moins acceptable selon qu’il est vécu comme plus ou moins transitoire ou définitif, et plus ou moins compatible avec les efforts entrepris par les réfugiés pour sauvegarder leur cohérence biographique. La question de la cohérence biographique joue d’une autre manière encore que dans l’exemple de Mariam sur les modalités de l’abaissement des attentes : elle intervient également dans la question du seuil de l’acceptable en matière d’activité professionnelle. Si certains emplois sont jugés inacceptables, ce n’est pas seulement parce qu’ils sont trop éloignés des attentes de reconnaissance, mais aussi parce qu’ils relèvent de facettes de l’identité qui doivent conserver un rôle subordonné. On en trouve une illustration chez Lali, la femme d’origine géorgienne de 32 ans, qui avait travaillé dans une entreprise de carrelage et qui était à la recherche d’emploi au moment de l’entretien. Elle disait rechercher un travail dans différents domaines.

Je ferais n’importe quoi [elle insiste], sauf [elle insiste] le ménage, parce que moi physiquement je peux pas. Même chez moi quand je le fais, je suis très lente, comment dire, lente, oui. Et euh, quand je fais le ménage chez moi, c’est cinq heures. Je suis fatiguée, pas très fatiguée, mais je suis très lente […]. Je suis très lente, sauf quand je lis. Quand je lis, ça va bien. Je finis très rapidement les livres (Lali, femme, 32 ans, professeure de langue géorgienne, Géorgie, à la recherche d’emploi, France).

43Même si Lali semble mettre en avant des considérations « physiques », l’opposition entre le ménage et la lecture prouve que les enjeux identitaires relèvent de la cohérence biographique. Dire accepter d’exercer tout autre métier, excepté celui de femme de ménage participe ici de ce processus de rabaissement des attentes de reconnaissance à un seuil acceptable pour que le travail de maintien de la cohérence biographique puisse opérer.

De la reconnaissance compensatoire

44Dans des espaces extra‑professionnels, des formes de reconnaissance compensatoire peuvent contribuer à un remaniement identitaire aboutissant à la sauvegarde du rapport positif à soi. Dans cette réorientation des attentes de reconnaissance, les enjeux de cohérence biographique sont décisifs.

45En situation d’inactivité professionnelle ou d’emploi jugé insuffisant (en termes de temps de travail) ou « indigne », les ressources peuvent manquer pour faire face à la remise en cause de l’identité. C’est alors en investissant des espaces de reconnaissance compensatoire éloignés du travail que les réfugiés peuvent tenter de conforter le rapport positif à soi et la cohérence biographique. L’investissement dans des activités bénévoles dans des associations ou dans des institutions religieuses peut également procurer ce type de reconnaissance. Toutefois, chez les réfugiés que nous avons rencontrés, c’est la sphère familiale qui remplissait le plus souvent cette fonction.

46Nous avons vu que pour les femmes comme pour les hommes, le confinement dans l’espace domestique peut être vécu comme une amputation de l’identité qui tient autant du déni de reconnaissance que de la mise à mal de la cohérence biographique. Mais la sphère familiale peut devenir, à l’issue du remaniement identitaire passant par une réorientation des attentes de reconnaissance, un espace de reconnaissance compensatoire. Un premier facteur pouvant susciter cette réorientation est l’inactivité contrainte, et le caractère fortement dévalorisant des emplois exercés ou proposés. L’auto‑identification de ces femmes comme mères et la valorisation de l’investissement dans la sphère familiale constitue un deuxième facteur favorisant ce type de remaniement identitaire. Dans une situation marquée par la mise à mal de la cohérence biographique, en raison de l’exil et de réorientations professionnelles imposées, la vie familiale représente enfin un pôle de stabilité auquel il est possible de se raccrocher, et qui fournit la possibilité d’une identification à une fonction sociale à forte dimension genrée (Tcholakova, 2013).

47À la reconnaissance compensatoire peut s’ajouter la reconnaissance par procuration, comme on le voit dans le cas de Laëla, une médecin ingouche de 35 ans, ayant vécu et travaillé en Tchétchénie, que nous avons rencontrée alors qu’elle était en train d’effectuer une formation linguistique, en 2005. Elle ressentait douloureusement l’absence de travail comme la manifestation de son « inutilité » et de l’assignation au rôle d’une « assistée » qu’elle n’avait jamais été auparavant, car même en situation de guerre, et même si elle avait subi des violences physiques et psychologiques extrêmement traumatisantes, elle avait exercé son métier en tant que bénévole, et avait réussi à continuer à travailler.

Je ne suis pas très tranquille, parce que maintenant c’est difficile aussi […] Vous êtes adulte, vous êtes diplômée et tout, mais vous n’arrivez pas et c’est très difficile, c’est très difficile de supporter tout ça. Parce que maintenant […] j’ai obtenu les papiers et je cherche du travail, pour vivre normalement, et ça, c’est très difficile. Et comme il n’y a pas de travail, c’est difficile. C’est comme si ce n’est pas quelque chose de très réel, c’est comme si vous êtes « RMIste ». Toujours. Ce n’est pas grand‑chose (Laëla, femme, 35 ans, médecin, Ingouchie, Russie, en formation linguistique, France).

48Face au déni de reconnaissance que représente pour elle l’inactivité, et face à une forte insécurité linguistique, son image positive de soi se maintient dans une forme de reconnaissance compensatoire, de « consolation », au sein de l’espace familial et amical, et par l’intermédiaire de la réussite scolaire de son enfant :

Depuis que je suis ici, je suis très nerveuse [...]. La seule consolation que j’ai c’est que j’aide ma fille, ma famille. J’espère que ce sera bien pour elle, j’espère. J’espère qu’elle ne sera pas obligée de recevoir le RMI, j’espère. J’espère qu’elle sera utile à l’État, j’espère. Elle va très bien à l’école. J’essaie de l’aider. Elle a d’excellents résultats, elle est même meilleure que ses camarades français, même mieux que ceux qui sont nés ici […]. J’espère qu’elle pourra rendre ce qu’on nous a donné à nous, ce que nous avons ici, maintenant. Dans le meilleur des cas, j’espère qu’elle ne sera pas RMIste, je ne veux pas ça. Voilà pourquoi nous faisons tout pour qu’elle ne le devienne pas (Laëla, femme, 35 ans, médecin, Ingouchie, Russie, en formation linguistique, France).

49On remarquera, d’une part, que l’éducation et l’aide scolaire sont conçues comme un travail offrant une reconnaissance (compensatoire), et que l’espérance d’une réussite future de son enfant représente une promesse de reconnaissance (par procuration) qui pourrait réparer leur propre manque de reconnaissance en effaçant, a posteriori, le RMI touché par les parents. C’est aussi l’espoir de la poursuite d’une carrière professionnelle réussie, à laquelle Laëla a renoncé pour elle‑même, qu’elle projette pour sa fille qui se voit ainsi chargée de la tâche de réaliser (par procuration) les projets professionnels auxquels sa mère s’était identifiée. La reconnaissance compensatoire participe bien de deux logiques, de deux dynamiques indissociables : enjeux de reconnaissance et enjeux de maintien de la cohérence biographique.

Conclusion

50Nous avons proposé d’analyser le processus de remaniement identitaire en termes sociologiques en mobilisant deux modèles théoriques complémentaires. Nous avons cherché à mesurer le pouvoir heuristique de notre proposition à partir d’une recherche sociologique sur la quête de travail des réfugié.e.s dits reconnu.e.s. Nous avons souligné que bien que chacun des modèles théoriques élaborés par A. Honneth et M. Pollak parvienne par lui‑même à éclairer des dimensions spécifiques de l’expérience sociale des réfugiés en quête de travail, c’est à travers leur combinaison que nous parvenons le mieux à rendre compte des enjeux de reconnaissance et d’identité qui traversent cette expérience sociale. La mobilisation de ces deux modèles théoriques complémentaires n’avait pas pour objectif de considérer l’ensemble des problèmes de reconnaissance et d’identité qui peuvent être posés dans les recherches sociologiques. Elle n’avait pas non plus pour intention de suggérer que les questions de reconnaissance et d’identité, que l’on aborde généralement, notamment en sociologie du travail, de manière distincte, doivent toujours être traitées conjointement. Il s’agissait pour nous de montrer que la combinaison des modèles d'A. Honneth et de M. Pollak permet de combler certaines de leurs lacunes et de les rendre sociologiquement plus opératoires. Il s’agissait en outre de suggérer que lorsque les enjeux de remaniement identitaire sont forts, la combinaison des approches en termes de reconnaissance et en termes de maintien de l’identité pourrait avoir un grand pouvoir heuristique. Nous avons cherché à montrer que c’est le

  • 23 . Au sens du pragmatisme de John Dewey (1983, 2003), dont on sait l’influence qu’il a exercé sur la (...)

51cas concernant l’expérience sociale des réfugié.e.s en quête de travail, il faudrait confirmer ce résultat sur d’autres terrains. Plus généralement, l’articulation des modèles d'A. Honneth et de M. Pollak relève d’une sociologie de l’expérience sociale qui, partant d’une conception pragmatiste de l’expérience23, comme processus d’interaction avec l’environnement, cherche à expliciter la dimension subjective de l’expérience, d’une part, pour restituer la manière dont les individus font l’expérience du monde social, et d’autre part, pour rendre compte de la diversité des enjeux sociaux de cette expérience. Nous avons analysé la dimension subjective de l’expérience des réfugiés en quête de travail en termes d’enjeux de reconnaissance et de maintien de l’identité. Nous avons suggéré que ces enjeux pouvaient impliquer des expériences très différentes du nouvel environnement social qui est celui des réfugiés, ainsi que des stratégies très différentes pour faire face aux problèmes posés par le réajustement des attentes à ce nouvel environnement. Nous avons également mis en lumière que différents enjeux sociaux se cristallisaient dans ce réajustement : enjeux liés aux trajectoires socio‑professionnelles, enjeux liés au statut (reconnaissance juridique et promesses de citoyenneté politique et sociale retrouvée) et enjeux liés à la dimension genrée de la division sociale du travail. Nous avons enfin voulu suggérer qu’une telle sociologie pragmatiste de l’expérience sociale devait adopter la perspective d’une « théorie ancrée », celle d’une démarche qui donne la priorité à la restitution des spécificités de l’objet de l’enquête sociologique mais qui souligne en même temps qu’un travail théorique spécifique est requis à cette fin.

Haut de page

Bibliographie

Almudever B., Baubion‑Broye A. & Hajjar V. (1994), « Les rapports travail/hors travail/chômage : approches psychosociales des conséquences du chômage », Empan, no 14, pp. 27‑30.

Avanza M. & Laferté G. (2005), « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, no 61, pp. 134‑152.

Becker H. S. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Becker H. S. & Strauss A. A. (1956), « Careers, Personality, and Adult Socialization », American Journal of Sociology, vol. 62, no 3, pp. 253‑263.

Brubaker R. (2001), « Au‑delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, no 139, pp. 66‑85.

Caillé A. (dir.) (2007), La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Paris, La Découverte.

Caillé A. & Lazzeri C. (dir.) (2009), La Reconnaissance aujourd’hui, Paris, CNRS Éditions.

Cammarota J. J. (2001), « Barrière linguistique et dévaluation des compétences dans l’emploi des immigrés hispaniques dans la restauration rapide aux États‑Unis », in Gauthier M. & Roulleau‑Berger L. (dir.), Les Jeunes et l’emploi d’Europe et d’Amérique du Nord, Paris, L’Aube, pp. 171‑183.

Chapoulie J.‑M. (2001), La Tradition sociologique de Chicago, 1892‑1961, Paris, Seuil.

Colombo A. (2010), « Sortir de la rue : une lutte pour la reconnaissance à l’heure de l’individualisme avancé. Analyse compréhensive des trajectoires de jeunes sortis de la rue à Montréal », SociologieS [en ligne : http://sociologies.revues.org/3199].

De Bandt J., Dejours C. & Dubar C., Gadea C. & Teiger C. (1995), La France, malade du travail, Paris, Bayard.

Dejours C. (2000), Travail, usure mentale. Essai de psychopathologie de travail, Paris, Bayard.

Demazière D. (1992), Le Chômage en crise ? La Négociation des identités de chômeurs de longue durée, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Demazière D. (2006), Sociologie des chômeurs, Paris, La Découverte.

Deranty J.‑P. (2005), « Les horizons marxistes de l’éthique de la reconnaissance », Actuel Marx, no 38, pp. 159‑179.

Descombes V. (2013), Les Embarras de l’identité, Paris, NRF Gallimard.

Dewey J. (1983 [1916]), Démocratie et éducation. Introduction à la philosophie de l’éducation, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Dewey J. (2003 [1920, 1948]), Reconstruction en philosophie, Pau/Paris, PUP/Farrago/Léo Scheer.

Dubar C. (1992), « Formes identitaires et socialisation professionnelle », Revue française de sociologie, vol. 33, no 4, pp. 505‑529.

Dubar C. (1994), « Le travail, lieu et enjeu des constructions identitaires », Projet, no 236, hiver 1993‑1994, pp. 41‑48.

Dubar C. (1998), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Dubar C. (2010), La Crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Puf.

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte.

Goffman E. (1968), Asiles. Études sur la construction sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Goffman E. (1975), Stigmate. Les Usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit.

Glaser B. G. & Strauss A. L. (1967), The Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, New York, Aldine de Gruyter.

Guéguen H. & Malochet G. (2012), Les Théories de la reconnaissance, Paris, La Découverte, « Repères ».

Heinich N. (1989), « Crises d’identité, état de femmes et recours au roman », GSPM, manuscrit non publié.

Honneth A. (1996), « Reconnaissance », in Canto‑Sperber M. (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, Puf, pp. 1272‑1278.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

Honneth A. (2004), « La théorie de la reconnaissance : une esquisse », Revue du MAUSS, no 23, pp. 133‑135.

Honneth A. (2006), La Société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique, édition établie par O. Voirol, Paris, La Découverte.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par J.‑M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Israël L. & Voldman D. (dir.) (2008), Michael Pollak. De l’identité blessée à une sociologie des possibles, Paris, Éditions Complexe.

Joas H. (2002), « Pragmatisme et sciences sociales. L’héritage de l’École de Chicago », in Cefaï D. & Joseph I. (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuve de civisme, Paris, L’Aube, pp. 17‑49.

Keucheyan R. (2002), « Identité personnelle et logique du social », Revue européenne des sciences sociales, no 124, pp. 263‑282.

Kocyba H. (2007), « Reconnaissance, subjectivation, singularité », Travailler, no 18, pp. 103‑118.

Lallement M. (2007), « Qualités du travail et critique de la reconnaissance », in Caillé A. (dir.), La Quête de la reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Paris, La Découverte/MAUSS, pp. 71‑88.

Lavergne C. (2015), « Vincent Descombes, Les embarras de l’identité, NRF Gallimard, “Les Essais”, Paris, 2013, 282 p. », Terrains/Théories, no 3 [en ligne], URL : http://teth.revues.org/557

Lazarsfeld P., Jahoda M. & Zeisel H. (1981), Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit.

Lazzeri C. (2009), « Multiple Self et Reconnaissance : les processus de construction de l’identité », in Garrau M. & Le Goff A. (dir.), La Reconnaissance : perspectives critiques, Le temps philosophique, no 13, Paris, université Paris‑Ouest Nanterre‑La‑Défense, pp. 331‑390.

Lazzeri C. (2013), « Identité et appartenance sociale », Tracés. Revue de sciences humaines, hors‑série, pp. 73‑102.

Lazzeri C. (2015), « Identité constituante, identité constituée », Terrains/Théories, no 3 [en ligne], URL : http://teth.revues.org/615

Lazzeri C. & Caillé A. (2004), « La reconnaissance aujourd’hui. Enjeux théoriques, éthiques et politiques du concept », Revue du MAUSS, Paris, La Découverte, no 23, pp. 88‑115.

Lazzeri C. & Nour S. (dir.) (2009), Reconnaissance, identité et intégration sociale, Paris, Presses universitaires de Paris‑Ouest.

Le Goff A. (2012), « Identité, reconnaissance et ordre de l’interaction chez E. Goffman », in Cefaï D. & Perreau L. (dir.), Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, Puf, «  CURRAPP‑ ESS/CEMS‑IMM », pp. 369‑388.

Lévi‑Strauss C. (2010 [1977]), L’Identité. Séminaire interdisciplinaire dirigé par Claude Lévi‑Strauss, professeur au Collège de France, 1974‑1975, Paris, Puf, « Quadrige ».

Linhart D., Durand E. & Rist B. (2002), Perte d’emploi, perte de soi, Paris, Érès.

Margalit A. (1999), Une société décente, Cahors, Climats.

Mead G. H. (2006 [1934]), L’Esprit, le soi et la société, Paris, Puf.

Megemont J.‑L. & Baubion‑Broye A. (2001), « Dynamiques identitaires et représentations de soi dans une phase de transition professionnelle et personnelle », Connexions, no 76, pp. 15‑28.

Nicole‑Drancourt C. & Roulleau‑Berger L. (2001), Les Jeunes et le Travail 1950‑2000, Paris, Puf.

Osty F. (2003), Le Désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Paugam S. (2000), Le Salarié de la précarité. Les Nouvelles Formes de l’intégration professionnelle, Paris, Puf.

Paugam S. (2009), La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Puf, « Quadrige ».

Payet J.‑P. & Battegay A. (dir.) (2008), La Reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio‑anthropologiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaire du Septentrion.

Pollak M. (1993), Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoire, Paris, Métailié.

Pollak M. (2000 [1990]), L’Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

Renault E. (2000), Mépris social. Éthique et politique de la reconnaissance, Bègles, Éditions du Passant.

Renault E. (2004), L’Expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, Paris, La Découverte.

Renault E. (2007), « Reconnaissance et travail », Travailler, no 18, pp. 119‑135.

Renault E. (2015), « Une conception pragmatiste de la démocratie ? », in Bouton C. & Le Blanc G. (dir.), Capitalisme & Démocratie. Autour de l’œuvre d’Axel Honneth, Lormont, Le Bord de l’eau, « Diagnostics », pp. 325‑341.

Ricœur P. (2004), Parcours de la reconnaissance, Paris, Seuil.

Roulleau‑Berger L. (1999), Le Travail en friche. Les Mondes de la petite production urbaine, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Roulleau‑Berger L. (2007), « Grammaires de la reconnaissance, individuation et ordres sociétaux », in Caillé A. (dir.), La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Paris, La Découverte, pp. 135‑148.

Sainsaulieu R. (1977), L’Identité au travail. Les Effets culturels de l’organisation, Paris, Presses de la FNSP.

Schnapper D. (1989), « Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », Revue française de sociologie, vol. 30, no 1, pp. 3‑29.

Schnapper D. (1994), L’Épreuve du chômage, Paris, Gallimard.

Strauss A. A. (1992), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié.

Taylor C. (1994), Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Flammarion.

Tcholakova A. (2012a), « En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France‑Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés », thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université bulgare), université Lumière Lyon‑II.

Tcholakova A. (2012b), « Професионалните кариери на бежанците в България и Франция », Социологически проблеми, no 1‑2, pp. 256‑274.

Tcholakova A. (2012c), « Rendre compte du sensible sur les terrains comparés », in Roulleau‑Berger L. (dir.), Sociologies et cosmopolitisme méthodologique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 57‑75.

Tcholakova A. (2013), « Ouvrier malgré soi : réfugié‑e‑s “reconnus” en France et en Bulgarie (début xxie siècle) », CLIO Femmes, Genre, Histoire, no 38, pp. 163‑179.

Tcholakova A. (2014), « La relation de service comme rapport de reconnaissance : l’exemple de l’accompagnement des réfugiés vers le travail », Travailler, no 32, pp. 99‑129.

UNHCR (2010), Global Trends 2009: Refugees, Asylum‑seekers, Returnees, Internally Displaced and Stateless Persons.

Voirol O. (2005), « Visibilité et invisibilité : une introduction », Réseaux, vol. 1, no 129‑130, pp. 9‑36.

Voswinkel S. (2007), « L’admiration sans appréciation. Les paradoxes de la double reconnaissance du travail subjectivisé », Travailler, no 18, pp. 59‑87.

Zeneidi D. (2013), Femmes/fraises. Import/export, Paris, Puf.

Zimmermann B. (2011), Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Économica, « Études sociologiques ».

Haut de page

Notes

1 . Pour plus de précisions, voir l’encadré « Présentation du terrain d’enquête ». Bien que l’enquête ait été réalisée dans deux contextes européens, la France et la Bulgarie, dans cet article, nous nous appuierons uniquement sur des matériaux issus du terrain français, recueillis auprès des réfugié.e.s, et écartons la dimension comparative de la recherche qui exige une argumentation méthodologique et épistémologique spécifique. Sur ce dernier point, voir Tcholakova (2012a, 2012b).

2 . Par « réfugié.e.s reconnu.e.s » nous entendons ici les personnes ayant obtenu le statut de réfugié au sens de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 ou bénéficiant d’une protection dite subsidiaire. Bien entendu aucune catégorie juridico‑administrative ne saurait rendre compte de la complexité et de l’hétérogénéité des expériences des acteurs sociaux. Le présent article ne traite pas de la problématique de la construction des catégories des migrants et des migrations, dont font partie celles de réfugié et d’exil.

3 . Parmi les chercheurs ayant développé les critiques les plus virulentes à l’égard du concept d’identité, l’on pourrait se reporter en langue française à Rogers Brubaker (2001) et à Martina Avanza et Gilles Laferté (2005). Ces chercheurs proposent un dépassement du concept d’identité, en lui substituant de nouvelles terminologies. Si R. Brubaker propose le remplacement du terme d’identité par trois groupes terminologiques (identification et catégorisation ; autocompréhension et localisation sociale ; communalité, connexité et groupalité), M. Avanza et G. Laferté quant à eux proposent, à partir d’une analyse de plusieurs travaux, dont celui de R. Brubaker, de substituer le terme par une série de trois autres notions : identification, image sociale et appartenance.

4 . « Les adversaires de l’utilisation du concept d’identité en sciences sociales cherchent à montrer que celui‑ci est un concept dont on devrait se passer à cause de son caractère magique. On pourrait ne pas très bien voir en quoi ce concept est magique, mais on peut certainement voir en quoi il est assez difficile de s’en passer » (Lazzeri, 2013, p. 102). Voir aussi (Lazzeri, 2015 ; Lévi‑Strauss, 2010 [1977] ; Keucheyan, 2002, la note critique de Lavergne, 2015, sur le livre de Descombes, 2013 ; ou encore l’article devenu classique de Dubar, 1992, au même titre que son livre La socialisation, 1998).

5 . On trouve différents usages sociologiques de la théorie honnethienne de la reconnaissance chez divers auteurs (Caillé, 2004, 2007 ; Caille & Lazzeri, 2009 ; Colombo, 2010 ; Guéguen & Malochet, 2012 ; Lallement, 2007 ; Lazzeri & Nour, 2009 ; Kocyba, 2007 ; Osty, 2003 ; Payet & Battegay, 2008 ; Roulleau‑Berger, 2007 ; Voirol, 2005 ; Voswinkel, 2007 ; Zeneidi, 2013).

6 . Le concept de « carrière » est entendu ici dans une perspective interactionniste (Becker, 1985 ; Becker & Strauss, 1956 ; Goffman, 1968 ; Hughes, 1996). Le remaniement identitaire peut être considéré comme l’une des deux dimensions de la carrière professionnelle des réfugiés (objective et subjective). Il se réfère à la dimension subjective.

7 . Voir par exemple (Baubion‑Broye et al., 1994 ; De Bandt et al., 1995 ; Dejours, 2000 ; Demazière, 1992 ; Dubar, 1992, 1994, 1998, 2010 ; Lazarsfeld et al., 1981 ; Linhart et al., 2002 ; Nicole‑Drancourt & Roulleau‑Berger, 2001 ; Mègemont & Baubion‑Broye, 2001 ; Paugam, 2000, 2009 ; Roulleau‑Berger, 1999 ; Sainsaulieu, 1977 ; Schnapper, 1994).

8 . Christian Lazzeri et Alain Caillé (2004, p. 184) parlent parfois de « reconnaissance en négatif » là où d’autres auteurs utilisent les termes de « reconnaissance négative » ou de « déni de reconnaissance » (Honneth, 2000 ; Renault, 2000).

9 . À la suite des travaux de Erving Goffman et dans le prolongement de George H. Mead, Claude Dubar (1998, p. 109) conceptualise l’identité sociale comme une articulation entre « une transaction “interne” à l’individu et une transaction “externe” entre l’individu et les institutions avec lesquelles il entre en interaction ».

10 . Pour plus de précisions, voir l’annexe 1 « Les entretiens avec les réfugié.e.s » https://sociologie.revues.org/2717. À la fin 2009, ce qui correspond à la période du travail de terrain, le nombre de réfugiés s’élevait à 196 364 en France et à 5 393 en Bulgarie (UNHCR, 2010). La situation aujourd’hui est toute autre, tant le nombre de personnes sillonant les routes de l’exil, notamment celles qui fuient la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan, a considérablement augmenté depuis le début de l’année 2015.

11 . Pour une description des modes d’accès au terrain, et plus largement sur la co‑construction des cadres de la recherche et sur la relation enquêté.e.s/enquêtrice, nous nous permettons de renvoyer les lecteur.ice.s à A. Tcholakova (2012c).

12 . Pour préserver au maximum l’anonymat des réfugié.e.s rencontré.e.s, nous optons pour une présentation très générale sous forme de « grandes régions de départ ». Sur les caractéristiques socio-professionnelles des réfugiés, voir l’annexe 2 « Les caractéristiques socio‑professionnelles des réfugié.e.s rencontré.e.s » https://sociologie.revues.org/2718.

13 . Sur ce point, voir notamment (Tcholakova, 2014).

14 . Sur cette question, se reporter à Emmanuel Renault (2004, pp. 377‑391 ; 2007). Nous souscrivons par ailleurs aux propositions de l’auteur de prendre en considération la dimension institutionnelle de la constitution des attentes et des effets de reconnaissance.

15 . Sur l’œuvre de Michael Pollak, voir le recueil d’études qui lui est consacré (Israël & Voldman, 2008), ainsi que la préface de (Pollak, 1993).

16 . Il trouvait d’ailleurs des colorations différentes selon le pays d’accueil. Leur analyse n’est pas l’objet de cet article. Sur ce dernier point, voir (Tcholakova, 2012a, 2012b).

17 . 8 réfugiés sur 10, soit 40 sur l’ensemble des 56 réfugiés que que nous avons rencontrés en France sont diplômés du supérieur. Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à être diplômés du supérieur. Si l’on porte un regard croisé sur la situation socio‑professionnelle entre le pays d’origine et le pays d’accueil, et le niveau de diplôme, on constate plusieurs choses très marquantes. D’une part, les diplômés du supérieur se retrouvent essentiellement au sein du pays d’accueil dans les catégories « employés » ou « sans activité ». D’autre part, nous observons une concentration importante des réfugiés dans un nombre très restreint de PCS : employés, sans activité et ouvriers, alors qu’ils étaient 12 à occuper des professions intermédiaires et 12 à être cadre ou exercer une profession intellectuelle supérieure dans leur pays d’origine. Au moment de l’enquête, aucun d’entre eux n’est dans cette même catégorie. Les réfugiés sont soit employés, soit en « inactivité ». De plus la présence d’un processus de « déclassement » qui s’avère être fortement genré ne fait pas de doute. Voir (Tcholakova, 2013) et l’annexe 2 « Les caractéristiques socio‑professionnelles des réfugié.e.s rencontré.e.s » https://sociologie.revues.org/2718.

18 . Tous les prénoms utilisés sont des pseudonymes.

19 . Sur la distinction entre « rapport au travail » et « rapport à l’emploi », voir notamment (Paugam, 2000) ; se reporter également à (Demazière, 2006 ; Roulleau‑Berger, 1999 ; Schnapper, 1989, 1994).

20 . Il s’agissait de faire le point sur son projet professionnel à long terme : travailler dans une entreprise d’import‑export à l’international, avec la Russie. À court terme, on conseillait à Boris de passer des tests pour intégrer une formation professionnelle en techniques froides de niveau « technicien ».

21 . Technicienne supérieure de formation, elle y était employée en semaine en tant que femme de ménage, depuis six mois, et travaillait le week‑end chez des particuliers.

22 . Nous employons ici le terme de « ressources cognitives » en un sens différent de M. Pollak (2000). Alors que chez lui, elles renvoient aux « compétences certifiées » ou à des savoirs experts, d’ordre professionnel (par exemple, être médecin), il nous semble légitime de l’entendre également en référence à des compétences cognitives plus larges. Au sujet du rôle des « capacités » ou « capabilities » mobilisées par les acteurs dans le déroulement de leur parcours professionnel, voir par exemple la réflexion de Bénédicte Zimmermann (2011).

23 . Au sens du pragmatisme de John Dewey (1983, 2003), dont on sait l’influence qu’il a exercé sur la Tradition de Chicago (Joas, 2002), mais aussi sur Axel Honneth (Renault, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albena Tcholakova, « Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence biographique », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2712

Haut de page

Auteur

Albena Tcholakova

albena.tcholakova@cnrs.fr
Sociologue, post‑doctorante au Cresppa – GTM UMR 7217 et à l’EHESP, Département SHS - Genre, Travail, Mobilités – CRESPPA UMR 7217, 59‑61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page