Navigation – Plan du site

Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives

A propos de : Stéphane Héas et Christophe Dargère (dir.), Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collective (L’Harmatan, 2014)
Amandine Rochedy
Référence(s) :

Stéphane Héas & Christophe Dargère (dir.), Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives, Paris, L’Harmatan, 304 p. Paris, L’Harmatan, 2014, 304 p.

Texte intégral

  • 1 . Stéphane Héas & Christophe Dargère (dir.) (2014), Les porteurs de stigmates. Entre expériences in (...)

1La stigmatisation est un sujet classique en sociologie depuis l’analyse qui en a été faite par le sociologue Erving Goffman en 1963. Le phénomène reste d’actualité dans la discipline si l’on en croit les publications relatives aux handicaps physique et mental, aux personnes homosexuelles, aux troubles addictifs, à la dépression ou plus récemment aux chômeurs ou encore aux clandestins. Les recherches se sont multipliées sur la nature, les causes et les sources du stigmate actualisant et précisant la définition de ce concept. Dans le sillage des pistes ouvertes par E. Goffman [1963 (traduit en français en 1975)], l’ouvrage coordonné par Stéphane Héas et Christophe Dargère1 est le fruit d’une articulation entre « des témoignages de personnes ayant vécu ou vivant toujours aujourd’hui des situations stigmatisantes et des analyses de ce processus et parfois de cette institutionnalisation du stigmate » (p. 11). En effet, cette manière innovante d’appréhender et discuter le concept combine vingt‑et‑une contributions de chercheurs (études scientifiques issues de disciplines et de traditions variées), de personnes concernées (témoignages, entretiens) par la stigmatisation et des professionnels travaillant au quotidien avec ces personnes. Cette hétérogénéité de réflexions a pour objectif de montrer les différentes « manières de dire » la stigmatisation. Pour ce faire, l’ouvrage se déploie en trois parties en faisant un va‑et‑vient entre les causes et les conséquences du stigmate. La première partie consacrée aux « marques durables du stigmate » fait ressortir la diversité des stigmates ainsi que les spécificités de certaines d’entre elles – par exemple, le transgenre ou les personnes défigurées. La seconde, « l’institutionnalisation du stigmate », comporte des contributions sur le renforcement des différences. Enfin, la troisième partie est centrée sur « la stigmatisation de populations vulnérables », autrement dit sur les fragilités liées au processus de stigmatisation, en témoigne, par exemple, le cas des personnes atteintes de sclérose en plaques. Nous indiquerons seulement ici quelques repères apparaissant dans cet ouvrage collectif – vingt-et-un auteurs, difficiles à citer tous nommément. En suivant la structure de cet ouvrage, nous nous intéresserons dans un premier temps aux différents stigmates mais aussi, aux différences entre eux, puis dans une deuxième partie, nous aborderons les conséquences sur ces individus « différents » et nous terminerons, enfin, par les stratégies de défense de soi et/ou d’un proche.

« Je sais que Julien est différent »2

  • 2 . Extrait d’« Être maman d’un autiste » de M. Pignard (Héas & Dargère, 2014, p. 113).

2La vieillesse, un handicap, la couleur de peau, une maladie sont autant de caractéristiques individuelles qui peuvent devenir un stigmate. Cependant, des travaux de diverses disciplines ont montré que la stigmatisation est une construction sociale renvoyant à une classification considérée comme négative dans un espace, une culture ou encore une période donnés (Ainlay et al., 1986). Dans l’ouvrage, les auteurs reviennent principalement sur la définition du stigmate de E. Goffman, c’est‑à‑dire « la situation de l’individu que quelque chose disqualifie et empêche d’être pleinement accepté par la société » (Goffman, 1975 [1963], p. 7). Il correspond à une caractéristique propre à un individu le discréditant et dont trois catégories distinctes sont présentes dans cet ouvrage : 1) les stigmates corporels relevant du champ du handicap physique, sensoriel (Chabert, p. 19 ; Lemaistre, p. 105 ; Aubrée, p. 137, Lagarde‑Piron, p. 199 ; Meziani, p. 249) ou encore des « défauts » du visage et du corps comme les défigurés de la grande guerre (Delaporte‑Bray & Dargère, p. 63) ; 2) les stigmates tenant à la personnalité et aux tares de caractères illustrés dans l’ouvrage par les transgenres (Schneider, p. 43) et les sans‑abris (Danneau, p. 147) ; 3) enfin, les stigmates « tribaux » et sociaux qui sont transmis de génération en génération relatifs à la couleur de peau, à la religion, au sexe ou à l’apparence éthnique. Dans cet ouvrage, cette dernière catégorie de stigmates inclut le « double stigmate » comme par exemple le fait d’être un mauvais élève et descendant d’immigrés (Vienne, p. 161). Mais le stigmate ne relève pas seulement de ces trois catégories. En effet, dans la dernière contribution intitulée « Dévoiler le stigmate : deux exemples dans la littérature et le cinéma contemporains » (Le Bihan, p. 261) permettent d’illustrer l’aspect visible versus invisible du stigmate. Deux œuvres contemporaines avec, d’une part, un attribut socialement discriminant (échec scolaire pour un élève brillant en situation d’ascension sociale) (L’adversaire, de Emmanuel Carrère) et, d’autre part, une jeune femme amputée jusqu’aux genoux (De rouille et d’os, de Jacques Audiard). De plus, le stigmate peut être « individuel », « combinatoire » (Vienne, p. 161), (« plurielle » ou « multidimensionnelle » – Dargère, p. 225). Enfin, le stigmate peut être éphémère ou fluctuant comme la personne hospitalisée temporairement car vulnérable par sa maladie et exclue de la vie sociale ordinaire (Guillo, p. 190) ou irréversible (handicap moteur, trisomie 21 – Dargère, p. 225). Ainsi au cours de son existence, l’individu stigmatisé va parfois devoir s’accommoder de multiples stigmates. Ces derniers croissant, s’accumulant ou parfois à l’inverse s’atténuant ou disparaissant. En résumé, une hétérogénéité d’exemples illustrent les différents niveaux, degrés et « la multitude de critères de stigmatisation et très souvent par corollaire d’exclusion » (p. 43) que nous allons aborder dans un second temps.

« Donc le stigmate mène extrêmement vite à une exclusion »3

  • 3 . Extrait « De l’identité en questions à l’auto-détermination corporelle… vous avez dit transgenre  (...)
  • 4 . Mentionné par Christophe Serra‑Mallol (2014) et faisant référence au regard d’autrui qui façonne, (...)
  • 5 . Définit par Ian Hacking (1995) comme l’ambivalence que peut entrainer un diagnostic sur la person (...)
  • 6 . Termes utilisés par Erving Goffman pour nommer les individus proches de la personne stigmatisée ( (...)

3Avoir un stigmate ne suffit pas à être stigmatisé mais c’est le type de rapport social – à un moment donné et dans un contexte particulier – dans lequel le stigmatisé est pris qui va déterminer le stigmate (Goffman, 1975 [1963]). « Bien sûr, aujourd’hui encore les institutions et plus largement les acteurs stigmatisent et figent en quelque sorte l’infamie corporelle, sociale ou économique » (p. 13). Les nombreux exemples issus de cet ouvrage collectif montrent que la stigmatisation est présente constamment mais évolue dans notre société car cette dernière est régie par un système politique et social imposant des normes à la fois de comportements, d’apparence mais aussi de rôle social, de place dans la société, de hiérarchie… Dès que l’individu ne respecte pas cette norme, il est étiqueté comme « anormal », « atypique », « déviant », etc. – et discriminé et exclu du système ou du groupe. Une salle de sport, un lieu public, le lieu de travail ou d’habitation, autant de lieux que de circonstances qui font que le stigmatisé peut être mis à l’écart du groupe social. Dans cet ouvrage, de nombreux exemples (Chabert, p. 19 ; Pilot, p. 29 ; Ambrée, p. 137 ; Meziani, p. 249) montrent que les lieux sportifs peuvent être tant des lieux d’intégration que d’exclusion par l’espace – par exemple, l’impossibilité de se rendre à la piscine avec un fauteuil roulant (Chabert, p. 19) – ou par l’éloignement ou le non respect de ce qui est attendu du participant – un boxeur doit respecter des normes et un rôle pour être intégré (Meziani, p. 249). Ensuite, si nous nous intéressons à l’attitude des normaux face aux stigmatisés, il existe des pratiques de catégorisation entrainant différentes conséquences. Tout d’abord, le « regard social »4 peut enfermer l’individu stigmatisé, ici les prostitués, dans une case précise et ne pas lui permettre d’en sortir ou très difficilement (Serra‑Mallol, 2014). Ensuite, par exemple pour l’autisme, la catégorisation va pouvoir entrainer un « looping effect 5 » c’est‑à‑dire qu’il va être à la fois une forme de reconnaissance sociale ouvrant droit à des aides, des services et un support social mais aussi une stigmatisation nuisant à l’individu car ces troubles véhiculent encore aujourd’hui, en France, des représentations négatives et entrainent une « médicalisation » de la vie de la personne concernée (Chamak, 2011). Enfin, la catégorisation peut devenir un « cercle vicieux » pour les personnes obèses par exemple – obésité, stigmatisation, dévalorisation de soi, pratiques alimentaires compensatoires – et ainsi de suite (Poulain, 2009). Il ressort principalement une discrimination entrainant de la gêne ou un flottement dans l’interaction ou, dans les cas extrêmes, de la honte ou du mépris. Malgré le peu de catégorisation, tels les exemples donnés ci‑dessus, l’ouvrage montre bien que les conséquences dans le processus de stigmatisation prennent des formes diverses selon que le stigmate est inné ou qu’il arrive tardivement, en fonction des lieux, etc. Le stigmate est souvent une épreuve, un « parcours difficile » (p. 185) pour les personnes touchées et celui‑ci se répand et touche les initiés6 qui entourent le stigmatisé comme le confirme le témoignage de Magali Pignard, mère d’un enfant autiste : « Effectivement, je comprends que je rentre dans une autre dimension, un autre système qu’il faudra apprendre, comprendre, dans lequel je devrai me battre chaque jour » (p. 114). Ainsi, les différents textes s’accordent pour dire que les différences sont difficiles à gérer et qu’elles induisent une discrimination sociale, voir une exclusion. Cependant, lorsque deux individus – un stigmatisé et un normal – interagissent et/ou partagent une même situation sociale, l’individu stigmatisé peut mettre en place des stratégies. Nous verrons dans cette dernière partie, comment les auteurs interrogent la réaction des stigmatisés.

« La formulation est un peu simpliste, mais le stigmatisé est en lutte »7

  • 7 . Extrait de « Dévoiler le stigmate : deux exemples de la littérature et le cinéma contemporains » (...)
  • 8 . Everett Hugues le définit comme « un groupe d’individu ayant un minimum de vie commune, qu’il soi (...)
  • 9 . Interactions entre les individus dits « normaux » ou « typiques » et ceux considérés comme « anor (...)
  • 10 . Accumulation de mensonges (Goffman, 1975 [1963]).

4L’ouvrage rapporte une hétérogénéité de réactions possibles. Les stigmatisés peuvent rechercher d’autres personnes vivant la même situation pour tenter d’obtenir un soutien moral. Il est possible que ces personnes constituent un groupe, adhèrent à une association, intègrent un réseau ou s’installent avec une communauté. Deux témoignages (Foucault, p. 53 ; Pignard, p. 113) et un entretien (Schneider, p. 43) explorent les apprentissages nécessaires pour appartenir à un groupe et comment certains membres en deviennent représentants ou porte‑paroles. Au‑delà de ces groupements, les moyens de communication actuels – blogs, forums, publication d’autobiographie, ouvrages spécialisés sur ces questions avec une place importante aux personnes vivants des situations de stigmatisation – rendent visible publiquement leurs points de vue. En France, l’autisme, en devenant Grande cause nationale 2012, a fait naître cette « culture partagée8 » avec des représentants ou des porte‑paroles de l’autisme intervenant lors de colloque, de témoignages, etc., et la mise en place de « café rencontre » pour les personnes avec syndrome d’Asperger. Mais l’ouvrage mentionne aussi l’ambivalence du choix pour le stigmatisé de s’attacher à son groupe ou au contraire de se diriger vers les normaux. Des personnes, en effet, ne se retrouvent ou ne se plaisent pas au sein d’un groupe de stigmatisés, recherchent des « contacts mixtes »9 et dissimulent plus ou moins leur stigmate. Le stigmatisé adapte ainsi son comportement en développant des techniques de contrôle de l’information – des stratégies, des bricolages (de Certeau, 1984) – en fonction de certains lieux et en présence de certaines personnes. Il dissimule ou efface tout signe de stigmate comme, par exemple, le fait de « s’habiller » ou de se « couvrir » pour cacher une maladie déformante (neurofibromes) et paraitre le plus typique possible (Pilot, p. 29) ou utilise la technique de « neutralisation » (Becker, 1985, p. 51), telle celle mise en place par les personnes âgées qui adoptent une attitude conforme et non décalée par rapport aux représentations dominantes de leur institution. Cependant, la dissimulation du stigmate pour ne pas dévoiler « sa véritable condition » (Goffman, 1975 [1963], p. 103) peut conduire l’individu à s’enfermer dans un rôle et dans un processus entrainant davantage de mensonges incontrôlés qui l’amènent à sa perte. Ce « labyrinthisme »10 est montré à travers l’expérience d’Ahmed, diagnostiqué « psychotique schizophrène », qui s’intègre dans un club sportif hors de l’institution médicale (Aubrée, p. 137). Voulant cacher sa maladie, il se perd toujours plus dans sa fausse identité. Certains gardent leurs distances afin « de ne pas faire attention au regard des autres, de le braver et de se concentrer sur soi » (Le Bihan, p. 269). D’autres se dévoilent en expliquant volontairement et/ou radicalement leur stigmate pour contrôler l’information car « quand les gens comprennent ce que c’est concrètement ce qu’on vit là, les choses changent il n’y a plus cette peur irrationnelle, du flou, de la grande inconnue qui permet de véhiculer tous les clichés et toutes les peurs classiquement » (p. 48). Il est possible aussi de se confier à certaines personnes afin de s’en faire des alliés comme le mentionne M. Le Bihan : « Dévoiler un stigmate, c’est un peu proposer d’en partager la charge avec au moins une personne de confiance » (p. 268). Il est important de souligner le rôle de « tampon », de « garant » tenu par les personnes initiées – famille, professionnels, pairs, entourage proche – qui « pénètrent et comprennent intimement la vie secrète des personnes stigmatisées » (Goffman, 1975 [1963], p. 41). En côtoyant et marchant au quotidien aux côtés des personnes stigmatisées, les « aidants » – souvent familiaux mais pas systématiquement – peuvent rectifier le décalage dans les échanges. Ainsi, les personnes stigmatisées et/ou leurs proches élaborent des stratégies, dépassent les ressentis, vainquent l’embarras et la gêne provoqués par le stigmate, usent d’astuces pour éviter de perdre face ou faire perdre celle de la personne stigmatisée pour qu’il puisse rester socialement ancré.

Conclusion 

5À travers des propos touchants, parfois graves ou drôles, personnes stigmatisées, témoins, militants et scientifiques livrent et affinent leurs visions contemporaines de la stigmatisation, de ses causes et de ses conséquences, d’un point de vue social, politique, individuel et communautaire. Ces définitions relèvent des points de vue de ceux qui la subissent eux‑mêmes au quotidien mais elles peuvent aussi relever de ceux qui la fabriquent de manière consciente ou non. Cet ouvrage collectif propose ainsi une véritable analyse de la discrimination due à l’apparence, aux manières d’être et à la non acceptation de la différence liées à une absence de remise en question des valences traditionnelles. Le stigmate constitue une expérience plurielle et paradoxale : « attrait vs répulsion, activité vs sédentarité, colère vs résignation, exposition vs dissimulation de soi et/ou de son stigmate, expression vs silence, etc. » (p. 13). La richesse de la bibliographie, malheureusement presque exclusivement francophone, expose à la fois l’histoire et les aspects contemporains de cette notion. L’ouvrage dévoile et organise une rencontre autour d’un objet profondément inscrit dans une époque et une culture donnée et tissée par des liens sociaux, politiques, médicaux et économiques. On aimerait, dès lors, une ouverture sur la question de la stigmatisation ailleurs qu’en France, ou en comparaison avec la France. Cet ouvrage laisse entrevoir, à cet égard, des pistes intéressantes à travers les travaux de V. Khan et B. Mumtaz (p. 77). De plus, des travaux à l’échelle globale permettraient de compléter les connaissances actuelles des stigmates et de leurs effets au niveau micro-sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Ainlay S.C., Becker G. & Coleman L.M. (dir.) (1986), The Dilemma of Difference. A Multidisciplinary View of Stigma, Boston, Springer US.

Certeau M. (de) (1984), The Practice of Everyday Life. Berkeley, University of California Press.

Chamak B. (2011), « Autisme et stigmatisation », L’information psychiatrique, vol. 87, no 5, pp. 403-407.

Goffman E. (1975 [1963]), Stigmates, les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Hacking I. (1995), « The Looping Effects of Human Kinds », in Sperber D., Premack D. & Premack A.J. (dir.), Causal Cognition: A Multi-Disciplinary Debate, Cambridge, Harvard University, pp. 351-383.

Hugues E. (1966), Le regard sociologique. Essais sociologiques, textes rassemblés et présentés par Jean‑Michel Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Poulain J.-P. (2009), Sociologie de l’obésité, Paris, Puf.

Serra-Mallol C. (2014), « Exclusion et dispositifs sociaux dans l’outre mer du Pacifique. L’exemple de la prostitution de rue en Polynésie française », Revue française des affaires sociales, n° 4, pp. 90-113.

Haut de page

Notes

1 . Stéphane Héas & Christophe Dargère (dir.) (2014), Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives, Paris, L’Harmatan, 304 p.

2 . Extrait d’« Être maman d’un autiste » de M. Pignard (Héas & Dargère, 2014, p. 113).

3 . Extrait « De l’identité en questions à l’auto-détermination corporelle… vous avez dit transgenre ? » de C. Schneider (Héas & Dargère, 2014, p. 43).

4 . Mentionné par Christophe Serra‑Mallol (2014) et faisant référence au regard d’autrui qui façonne, construit le statut et le quotidien de la personne stigmatisée (dans ses travaux, il fait référence aux prostitué en Polynésie française).

5 . Définit par Ian Hacking (1995) comme l’ambivalence que peut entrainer un diagnostic sur la personne concernée mais aussi sur le regard des autres, sur les institutions et les médias.

6 . Termes utilisés par Erving Goffman pour nommer les individus proches de la personne stigmatisée (famille, professionnels, etc.) qui pénètrent, comprennent la vie avec cette situation particulière et prennent sur eux une partie du discrédit – mais aussi le stress, l’essoufflement de se battre, de rechercher des solutions pour se réajuster en permanence.

7 . Extrait de « Dévoiler le stigmate : deux exemples de la littérature et le cinéma contemporains » de M. Le Bihan (Héas & Dargère, 2014, p. 272).

8 . Everett Hugues le définit comme « un groupe d’individu ayant un minimum de vie commune, qu’il soit un tant soit peu séparé d’autres groupes, qu’il se pose les mêmes problèmes, […] pour qu’une culture se développe ».

9 . Interactions entre les individus dits « normaux » ou « typiques » et ceux considérés comme « anormaux » ou « atypiques » (Goffman, 1975 [1963]).

10 . Accumulation de mensonges (Goffman, 1975 [1963]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Rochedy, « Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2701

Haut de page

Auteur

Amandine Rochedy

amandine.rochedy@univ‑tlse2.fr
Doctorante en sociologie (Université Toulouse Jean Jaurès/CERTOP et Unité INSERM/UPS 1027 Épidémiologie et analyses en santé publique : risques, maladies chroniques et handicaps) - Maison de la Recherche, bâtiment B26, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page