Navigation – Plan du site

Au prêt sur gage

A propos de : Pauline Peretz, Au prêt sur gage (Seuil, 2014)
Anaïs Chevillot
Référence(s) :

Pauline Peretz, Au prêt sur gage, Paris, Seuil, « Raconter sa vie », 2014, 78 p.

Texte intégral

  • 1 . Pauline Peretz (2014), Au prêt sur gage, Paris, Seuil, « Raconter sa vie », 78 p.

1Alternative aux banques traditionnelles, lieu accessible où on peut obtenir un prêt en liquide, le Crédit municipal de Paris (CMP) est un véritable microcosme offrant à Pauline Peretz un terrain d’observation idéal pour décrire les échanges et les inter­actions révélateurs de certains pans de notre société contemporaine1. En analysant les rapports sociaux qui s’y tissent Pauline Peretz va décrire les usagers du CMP, les raisons qui poussent à fréquenter ce lieu, les employés qui travaillent au Mont‑de‑Piété et enfin les « arrangements » qui lient ces différentes parties.

2Dans un premier chapitre et en guise d’introduction, Pauline Peretz propose une description ethnographique des lieux. Elle retrace brièvement l’histoire de cette institution du prêt sur gage et la façon dont son image et sa fréquentation ont pu changer au cours des siècles. Ce chapitre est aussi l’occasion de brosser à grands traits le portrait des acteurs sociaux que l’on peut y croiser. Il se clôt sur le constat que le crédit municipal est devenu « un lieu révélateur d’une société mondialisée » (p. 12) où se mêlent des gens d’origines sociales et culturelles très différentes. L’auteur souligne également l’importance de l’or, principal support de l’échange pratiqué en ces lieux. On peut ainsi lire que le prêt sur gage serait révélateur des « besoins qui traversent la société » (p. 12), offrant en effet un premier regard sur la pluralité des raisons qui peuvent amener à fréquenter le crédit municipal. Enfin, Pauline Peretz expose l’attachement et la dimension intime qui relient chaque client à l’objet qu’il vient mettre en gage et ce fil rouge servira à analyser plusieurs points tout au long de l’ouvrage.

3Dans le second chapitre « Des femmes et des bijoux », l’auteur va mettre en avant un type de transaction qui constitue, selon elle, la majorité des échanges au CMP : la mise en gage par des femmes de leurs bijoux personnels. C’est le chapitre le plus important du livre, en terme de nombre de pages et on sent bien qu’il s’agit de la clé de voûte de ce travail descriptif. À travers les portraits de différentes usagères, Pauline Peretz va mettre en exergue la façon dont une grande majorité de femmes (87 % selon les chiffres fournis par le CMP et Michel Fansten dans une étude de mai 2012) va se servir des possibilités offertes par le crédit municipal. Dans une première explication historique, l’auteur nous guide vers une compréhension de cette forte fréquentation des femmes. En effet, longtemps sans revenus formels elles sont contraintes depuis le Moyen Âge de faire fonctionner des réseaux plus informels pour « assurer le quotidien » (p. 16). Au sujet du bijou ensuite, on apprend qu’il représente pour beaucoup d’usagères un bien matériel et affectif symbolisant les moments fastes et les liens sociaux tissés au cours de la vie. Elle présente d’abord plusieurs rapports au bijou dans différentes cultures. Elle décrit ainsi l’usage des alliances occidentales, des ornements de mariages maghrébins, des parures ouest‑africaines et des ors sri‑lankais. Pauline Peretz souligne bien que ces objets ont une forte valeur affective car ils marquent des moments importants dans la vie de ces femmes et qu’au moment de se transformer en valeur marchande les enjeux sont importants et la tension est grande. La mise en gage des bijoux, dont la symbolique sociale est capitale, est analysée comme une solution de dernier recours. Parfois symptomatique d’un changement brutal de vie, l’auteur analyse le recours au crédit municipal comme une source d’émancipation en cas de séparation par exemple. Mais il est aussi vécu comme « un mode normal de régulation financière » dans lequel « le bijou sait aussi être une ressource » (p. 26). À la forte dimension affective attribuée aux bijoux, l’auteur oppose une forme de froideur dans les procédures d’estimation, d’expertise et de stockage utilisées par le crédit municipal. Elle insiste en effet sur la dépersonnalisation des objets mis en gage. Elle égrène ensuite les spécificités ethnographiques des différentes communautés qui ont recours à la mise en gage de leurs bijoux. Il ressort de cette description trois types de rapport au bijou :

  • le bijou comme thésaurisation, investissement en or qui peut être à tout moment transformé en liquidité ;

  • le bijou comme obligation culturelle, c’est l’exemple des dots constituées en prévision du mariage dans certaines sociétés ou des parures portées à l’occasion de cérémonies bien précises ;

  • le bijou comme marqueur social, symbole d’un train de vie, il serait une façon d’afficher une certaine forme d’opulence.

4En s’appuyant sur ces trois dimensions du bijou, Pauline Peretz montre que la mise en gage n’aura pas du tout la même valeur sociale ou affective ni les mêmes finalités. Ici, elle fait ressortir à nouveau le rôle émancipateur du crédit municipal. Elle souligne que le bijou est majoritairement un bien appartenant en propre aux femmes. Il permettrait dès lors, à sa mise en gage, d’obtenir des sommes d’argent personnelles et sans nécessiter l’approbation d’un père ou d’un mari.

5Dans le troisième chapitre « Bien mieux qu’ailleurs », on va trouver des pistes pour expliquer et analyser les raisons qui poussent les usagers à fréquenter le crédit municipal plutôt qu’un autre lieu. C’est par nécessité, pour répondre à une urgence ou par facilité administrative que certains fréquentent le Mont‑de‑Piété. On doit pourtant y affronter un certain manque de discrétion, c’est au vu et au su de tout le monde qu’on peut faire expertiser ses objets. D’ailleurs, au guichet on demande d’expliquer la raison de la demande du prêt mais l’auteur donne l’impression que ces motivations sont moins déterminantes que dans une banque. Le prêt sur gage a aussi une dimension économique : à un taux raisonnable, il permet contrairement à d’autres enseignes de récupérer à longue échéance un objet engagé. Il permet également par rapport aux solidarités communautaires pouvant exister de ne pas avoir de compte à rendre à ses proches. Enfin, il promet une égalité de traitement à tous ces usagers se targuant d’écarter tout jugement esthétique et mettant en avant une forme d’objectivité dans ses estimations.

6Dans le quatrième chapitre « Les règles du guichet », il est surtout question du personnel du crédit municipal. On peut constater que tout en se distinguant des employés de banque traditionnels, ce personnel s’attribue un rôle social et met en avant les valeurs de solidarité – parfois même d’éducation – propres à leurs fonctions. On souligne aussi, dans ce chapitre, les liens qui peuvent se tisser entre les employés et les usagers. Pauline Peretz analyse alors plusieurs représentations et stéréotypes qui structurent la relation entre le personnel et les clients. En effet, il existerait au crédit municipal comme ailleurs des normes régissant les « bons » et les « mauvais » comportements et ceux‑ci sont très nettement situés sur une échelle de valeurs assez précise. On peut relever ici l’exemple donné de la tolérance accordée aux plus habitués ou aux personnes les plus démunies. Il existe donc une norme sociale qui réglemente les interactions entre les deux côtés du guichet.

7Dans le dernier chapitre « Arrangements », Pauline Peretz met en avant les négociations entre les clients et le personnel du crédit municipal. On voit bien ici que ces négociations sont centrées sur la valeur des biens, le motif du prêt et la fiabilité du client. Par la parole va se nouer une relation sociale engageante des deux côtés, malgré les codifications qui la bornent, cette interaction a pour objet un échange symbolique. Pour contrebalancer toute la dimension humaine et affective dont sont chargés les objets mis en gage, l’auteur montre le processus de dépersonnalisation mis en œuvre lors de l’échange. Ainsi, les clients et les employés sont séparés par une vitre et communiquent à travers un interphone. Ils déposent les objets à mettre en gage dans des boîtes en plastique standardisées. Ces biens sont ensuite évalués par un commissaire-priseur qui n’est pas en contact direct avec l’usager et dont l’auteur souligne la neutralité. Le prêt d’argent est ensuite directement calculé en fonction de la valeur du bien par un logiciel informatique qui fixe aussi la marge de négociation possible. On voit nettement ici que si l’humain à une part très importante dans le prêt sur gage, un processus de dépersonnalisation bien précis doit être mis en œuvre quand il s’agit de se défaire, ne serait‑ce que pour un temps, d’un objet auquel on tient.

8En conclusion, on peut dire que cet ouvrage nous propose une description ethnographique d’un terrain particulier. Il n’existe, en effet, que très peu d’établissements de ce type en France et les contraintes qui régissent les interactions en ces lieux ont bien leur propre spécificité.

  • 2 . Comme ont pu le faire par ailleurs Damien de Blic et Jeanne Lazarus dans Sociologie de l’argent, (...)
  • 3 . À propos des objets transmis au sein des familles de manière plus large on peut lire Blandine Mor (...)
  • 4 . Au sujet des rapports sociaux de sexe et de l’argent on peut aussi lire Laurence Bachmann, De l’a (...)

9Ce livre propose aussi quelques pistes de réflexions historiques, mais surtout d’analyse sociologique puisqu’il dissèque les rapports sociaux qui se nouent au prêt sur gage. Par l’examen micro‑sociologique de ce lieu en particulier, il nous ramène également à une réflexion plus large sur les liens à l’argent dans notre société2, sur le rôle des bijoux3 et enfin sur les rapports sociaux de sexe et l’émancipation féminine4.

Haut de page

Notes

1 . Pauline Peretz (2014), Au prêt sur gage, Paris, Seuil, « Raconter sa vie », 78 p.

2 . Comme ont pu le faire par ailleurs Damien de Blic et Jeanne Lazarus dans Sociologie de l’argent, Paris, La Découverte, « Repères no 473 », 2007.

3 . À propos des objets transmis au sein des familles de manière plus large on peut lire Blandine Mortain « Transmettre des objets à ses enfants : “petites choses”, grands enjeux ? », Recherches familiales, 1/2011 (no 8), pp. 7‑18,
URL : www.cairn.info/revue‑recherches‑familiales‑2011‑1‑page‑7.htm.

4 . Au sujet des rapports sociaux de sexe et de l’argent on peut aussi lire Laurence Bachmann, De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent, Rennes, PUR, « Le sens social », 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Chevillot, « Au prêt sur gage », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2697

Haut de page

Auteur

Anaïs Chevillot

Anais-Sylv.Chevillot@ac-grenoble.fr
Doctorante (Université Stendhal‑Grenoble 3/ LITT&ARTS) - Université Stendhal‑Grenoble 3, BP 25, 38040 Grenoble cedex 9, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page