Navigation – Plan du site

Narcissisme, estime de soi et société

Regard sociologique sur la dépathologisation d’un trouble controversé
Narcissism, self‑esteem and society. A sociological perspective of the depathologization of a controversial disorder
Dahlia Namian et Laurie Kiroua

Résumés

Introduit pour la première fois dans le discours psychopathologique au début du xxesiècle, le narcissisme a plus tard fait l’objet de débats sociologiques célèbres, notamment autour des travaux de Christopher Lasch (2000 [1979]). L’auteur fait de l’individu narcissique l’emblème d’une société qui traverse une crise institutionnelle et morale profonde. Or qu’en est‑il aujourd’hui du narcissisme ? Cette question est d’autant plus pertinente que, quelque trente ans après son « entrée » officielle dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 3rd Edition, DSM‑III, 1980), ce trouble controversé était menacé de disparaître. Sans être supprimé de la cinquième et plus récente version du manuel diagnostic, il y change néanmoins de statut, passant d’un trouble de la personnalité à part entière, mais peu prévalent, à un ensemble de traits présents chez tout un chacun. Le présent article cherche à montrer que, loin de se limiter au domaine psychiatrique, cette dépathologisation du narcissisme témoigne d’évolutions sociales plus générales, notamment de la subordination de la quête d’égalité à celle de la singularité.

Narcissism, self‑esteem and society. A sociological perspective of the depathologization of a controversial disorder

First introduced in psychopathological discourse in the early twentieth century, narcissism was later the object of famous sociological debates, especially around the work of Lasch (2000 [1979]). This author raised narcissistic personality disorder to the level of an emblem of a profound moral and societal crisis. But where are we with narcissism today? The question seems particularly relevant because, thirty years after its official “entry” in the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 3rd Edition (DSM‑III, 1980), this controversial disorder was at one point at risk of disappearing. Without being removed from the fifth and most recent version of the manual entirely, its status has, nevertheless, changed: it has passed from a personality disorder per se but of low prevalence, to a set of traits present in each and everyone, to such an extent that some even speak of a “narcissism epidemic.” In addition, some clinicians even consider a certain degree of narcissism to be beneficial for psychological health and social adjustment. Far from being limited to the field of psychiatry, we suggest that this change in the clinical status of narcissism reflects broader social dynamics that redefine the quest for equality.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La dépathologisation du narcissisme : changements d’approche
L’approche dimensionnelle : une « singularisation » de la personnalité
Du narcissisme à l’estime de soi : le « grand renversement » mental
Grandeur de l’estime de soi : les expressions « normales» du narcissisme
Vulnérabilité de l’estime de soi : les expressions « pathologiques » du narcissisme 
Entre grandeur et vulnérabilité du soi : le narcissisme ordinaire
De l’égalité à la singularité : le grand renversement « social » 

Aperçu du début du texte

Chez les Grecs anciens, le « thymos » renvoyait à « l’ âme », l’esprit. Il représentait d’après Platon l’une des trois parties de l’âme où siégeait, à côté du désir animal et de la raison, les affects et « la passion ». Dans sa thèse devenue aussi célèbre que controversée, Francis Fukuyama (2009) avance l’idée que c’est du thymos que dérive ce que Hegel a pu concevoir, avant lui, comme le « véritable moteur de l’Histoire », c’est‑à‑dire cette dialectique entièrement non‑matérialiste érigée au cœur d’une théorie sociale globale touchant autant à la justice qu’à l’action politique : la lutte pour la reconnaissance. D’après sa conception, le « thymos » est une puissance travaillée par deux forces inverses : la mégalothymia, d’un côté, soit le désir d’être estimé distinct et reconnu supérieur aux autres, et l’isothymia, de l’autre, référant quant à elle au désir d’être estimé et reconnu comme l’égal de tout autre, comme semblable (Fukuyama, 2009). Francis Fukuyama avance l’idée que l’hi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dahlia Namian et Laurie Kiroua, « Narcissisme, estime de soi et société », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2687

Haut de page

Auteurs

Dahlia Namian

dahlia.namian@uottawa.ca
Ph.D. sociologie, Professeure, Université d’Ottawa - École de service social, Faculté des sciences sociales, 120 Université Ottawa, Ontario, Canada, K1N 6N5

Laurie Kiroua

kirouac.laurie@uqam.ca
Ph.D. sociologie, Chercheure postdoctorale, IDHES‑Paris 1 - ISST, 16 boulevard Carnot, 92340 Bourg‑la‑Reine, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page