Navigation – Plan du site
Au cœur de l’exclusion

Annexes électroniques de l’article « Au cœur de l’exclusion. Enquête auprès des salariés d’Emmaüs »

Marie Loison-Leruste

Texte intégral

Présentation

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents et d’explications supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à sa version papier.

2Deux photos de l’espace de l’accueil de jour l’Agora permettent de mieux comprendre l’environnement de travail des salariés au moment de l’enquête.

3L’Agora d’Emmaüs se trouve dans une petite rue, entre la place Marguerite de Navarre qui mène aux Halles du Châtelet, et la rue de Rivoli, prestigieuse rue commerçante du centre ville de Paris, en plein cœur du 1er arrondissement. En quelques pas seulement, on passe ainsi des magasins de chaussures ou de vêtements et des restaurants à la rue des Bourdonnais. Au moment de l’enquête de terrain, en arrivant près de cette rue, on devinait que les locaux d’Emmaüs n’étaient pas loin par la présence de quelques personnes sans domicile, assises par terre ou couchée sur des couvertures, sur les bouches d’aération du métro qui se trouvent juste au coin de la rue des Bourdonnais et de la rue de Rivoli. C’était par exemple le cas d’un groupe de polonais, régulièrement présent à cet endroit. Ils étaient très souvent allongés sur cette bouche d’aération, devant le magasin C&A, des couvertures les recouvrant plus ou moins entièrement, une gamelle incitant les passants à déposer quelques pièces et des bouteilles vides se trouvent devant eux. Le centre d’accueil de jour est un peu plus loin, dans le renfoncement de la rue.

4Le siège social de l’association Emmaüs se trouve juste à côté de l’Agora. Deux entrées, deux portes mènent donc d’un côté à des bureaux et des salles de réunions pour les salariés et la direction de l’association, et de l’autre au centre d’accueil de jour. La grande porte cochère qui permet d’entrer dans l’Agora se trouve donc juste après la porte du siège social, les deux lieux se situant dans le même immeuble, au 32 rue des Bourdonnais.

5Au moment de l’enquête, avant la réhabilitation de l’accueil de jour (qui a eu lieu entre 2011 et 2012), on découvrait en entrant une première salle, l’ « Espace public » (voir la photographie de l’annexe 1) aux murs d’un ton orange marron foncé, relativement vétuste comme l’ensemble des locaux ; des tables, des bancs, des chaises, des sacs à dos et des sacs plastiques ; le bruit des quelques personnes se trouvant là, certains discutant fort les autres dormant dans un coin, les odeurs de café et de tabac, de sueur et de vêtements fatigués. Au fond de cette pièce se trouvaient un bar et la cafétéria auprès de laquelle se pressaient, en rang, la plupart des accueillis qui arrivaient dès l’ouverture de l’accueil de jour, à 8h. Là, un bénévole et un ancien sans domicile distribuaient du café et parfois un morceau de pain avec de la confiture ou un morceau de gâteau. Au-dessus du bar, une affiche colorée rappelait que l’association avait fêté ses 60 ans en 2009 par ce message : « Ne pas subir, toujours agir », comme un rappel, un encouragement à ne pas se résigner pour les accueillis venant prendre un peu de repos.

6Au fond de la pièce, à gauche du bar, un escalier menait à un palier qui distribuait après quelques marches, à gauche le bureau de la directrice de l’Agora, et à droite une salle de réunion, communiquant avec les locaux administratifs de l’association. Dans la cafétéria, un escalier permettait d’accéder au sous-sol du bâtiment où se trouvait la salle de restauration où étaient servis les repas du soir.

7Dans le prolongement à gauche de l’Espace public se trouvait un second espace [voir la photographie de l’annexe 2), plus petit, appelé la « Verrière » (le toit était en effet constitué d’une verrière) qui desservait le plus à gauche le bureau des travailleurs sociaux dont les vitres transparentes permettent de voir de l’extérieur ce qui s’y passait, une pièce informatique, le cyberespace, un couloir menant à 5 pièces (une salle de repos pour les salariés, la salle de la permanence juridique, et d’autres pièces non utilisées), les WC et les douches pour les personnes accueillies et la buanderie et l’espace hygiène. En passant devant la buanderie, un couloir menait à deux autres bureaux, l’un pour la domiciliation, l’autre pour les consultations médicales.

8L’annexe 3, l’annexe 4 et l’annexe 5 sont des photos prises le jour de la grève, le 9 mars 2010. Quelques dizaines de salariés de l’association et des journalistes sont présents devant les locaux de la rue des Bourdonnais, à quelques pas de l’entrée de l’Agora. De nombreux slogans et banderoles expriment les inquiétudes des salariés quant à leurs conditions de travail.

9Enfin, le dernier document mis à la disposition des lecteurs (au format PDF dans l’annexe 6) est le tract de la Fédération Nationale Sud Santé Sociaux (syndicats des salariés du secteur Sanitaire et Social). Ce document distribué aux salariés quelques jours avant la manifestation du 9 mars 2010 a pour objectif de les informer sur les différentes étapes des négociations entamées par les syndicats avec la direction de l’association et de reprendre les principales revendications concernant les conditions de travail et de rémunérations des salariés de l’association.

Liste des documents

Annexe 1 : Photographie de l’« Espace public », entrée du lieu d’accueil de jour l’Agora

10https://sociologie.revues.org/​2639

Annexe 2 : Photographie de la « Verrière », accueil de jour l’Agora

11https://sociologie.revues.org/​2640

Annexe 3 : Photographie de la manifestation du 9 mars 2010 devant les locaux de l’association Emmaüs

12https://sociologie.revues.org/​2641

Annexe 4 : Photographie de la manifestation du 9 mars 2010 devant les locaux de l’association Emmaüs

13https://sociologie.revues.org/​2642

Annexe 5 : Une salariée d’Emmaüs le jour de la manifestation du 9 mars 2010 devant les locaux de l’association Emmaüs

14https://sociologie.revues.org/​2643

Annexe 6 : Tract de la Fédération Nationale Sud Santé Sociaux (syndicats des salariés du secteur Sanitaire et Social)

15En route vers le sud…, Journal d’information aux acteurs de l’association Emmaüs, Numéro Zéro, lundi 1er mars 2010.

16https://sociologie.revues.org/​2644

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Loison-Leruste, « Annexes électroniques de l’article « Au cœur de l’exclusion. Enquête auprès des salariés d’Emmaüs » », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 19 août 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2638

Haut de page

Auteur

Marie Loison-Leruste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page