Navigation – Plan du site

Au cœur de l’exclusion

Enquête auprès des salariés d’Emmaüs
At the heart of exclusion. A study of the Emmaüs employees
Marie Loison-Leruste

Résumés

Cet article s’intéresse aux « premières lignes » de l’Association Emmaüs qui travaillent dans le champ de la lutte contre les exclusions, en contact direct et quotidien avec les personnes sans domicile. Ces intervenants rencontrent des difficultés à exercer leur travail d’accompagnement, expriment des sentiments d’insé­curité et de souffrance au travail, et sont soumis à l’imprévisibilité et à des injonctions contradictoires, dans un contexte d’urgence sociale toujours plus grande. Ils mettent donc en place des stratégies d’adaptation informelles pour répondre aux demandes qui leur sont adressées de la part de l’association et du public qu’ils accueillent. L’incertitude inhérente à la nature de leur travail fragilise finalement l’ensemble des acteurs et l’association elle-même.

At the heart of exclusion. A study of the Emmaüs employees

This paper deals with the “front lines” of the association Emmaüs, who work in direct and daily contact with homeless people. In the ever‑growing context of social emergency, these social workers encounter difficulties in carrying out their work of social support, expressing feelings of insecurity and suffering at work. Moreover, they are subjected to unpredictability and contradictory injunctions by the Emmaüs association and other social intervention actors. In order to respond to the demands of the homeless people and the association, the social workers implement informal adaptation strategies. In the end, the uncertainty of their work weakens all the actors and the association itself.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La professionnalisation chez Emmaüs
Une association en pleine restructuration
Des salariés au statut fragile
Les difficultés des salariés au quotidien
Insécurité et souffrance au travail
L’imprévisibilité : des règles variables et évolutives
La définition ad hoc d’un périmètre d’ayants‑droit
L’invention de règles de priorisation
Des valeurs associatives en tension
L’engagement militant des salariés
Le flou du cadre organisationnel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Devons‑nous être maintenus dans la précarité sous prétexte que nous travaillons avec un public en situation de précarité ?

Depuis le début des années 1980, les politiques de lutte contre l’exclusion sociale se sont déployées pour tenter d’enrayer les effets dévastateurs du contexte socio‑économique fragilisant les populations les plus vulnérables de nos sociétés modernes. Alors qu’elles étaient avant cette date le plus souvent perçues comme inaptes, marginales et dangereuses, et à ce titre réprimées, les personnes sans domicile sont devenues des cibles caractéristiques voire paroxystiques de ces politiques d’intervention (Damon, 2002). Même si les formes de répression ou d’hostilité n’ont pas disparu (Loison‑Leruste, 2014), les « SDF » ne sont plus considérés comme des criminels mais comme des individus dotés de droits économiques et sociaux à qui il convient de porter assistance. De nombreux dispositifs ont ainsi été créés pour leur venir en aide, mobilisant de nombreux acteurs inst...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Loison-Leruste, « Au cœur de l’exclusion », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 03 janvier 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2630

Haut de page

Auteur

Marie Loison-Leruste

marieloisonleruste@gmail.com
Maîtresse de conférence en sociologie à l’Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité - Centre de Recherche sur l’Action Locale - 99 avenue J.-B. Clément - 93430 Villetaneuse

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page