Navigation – Plan du site

L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?

A propos de : Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? (Puf, 2011)
Diana Oliveira et Benjamin Saccomanno
Référence(s) :

Alexandra Bidet (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot?, Paris, Puf, «  Le lien social », 416 p.

Texte intégral

  • 1 Alexandra Bidet (2011), L’Engagement dans le travail. Qu’est‑ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, « (...)
  • 2 . Diana Oliveira remercie l’aide de troisième cycle du Govern d’Andorra et de la Fundació Crèdit An (...)

1Si les questions relatives au travail constituent de longue date un domaine central de la sociologie, les relations entre le rapport à celui‑ci et les activités concrètes menées demeurent encore un terrain d’exploration fécond. En posant en sous‑titre de son ouvrage la question « Qu’est‑ce que le vrai boulot ? », Alexandra Bidet1 affiche clairement une ambition forte, à savoir proposer un nouveau cadre conceptuel pour révéler la mise en cohérence par les individus entre ce qu’ils font et ce qu’ils ressentent. Les notions d’engagement dans le travail et de vrai boulot lui permettent de s’intéresser à ces véritables moments de félicité vécus, des instants plus ou moins fugaces qui condensent et font rejaillir ce que le travail produit de positif chez les personnes2.

2L’engagement dans le travail revisite ainsi l’histoire de la sociologie du travail pour positionner et consolider le cadre conceptuel qu’il propose, avant de mettre celui‑ci à l’épreuve du terrain des techniciens de la télécommunication, terrain qui repose sur une dizaine d’années de recherches empiriques. L’étude des appuis critiques et des supports de valorisation de leurs activités par les travailleurs nous amène ainsi bien au‑delà des espaces dans lesquels ces techniciens déploient leur rapport au travail. Pour preuve les premières 179 pages nécessaires à son cadrage et à l’explicitation de ce que la notion de « vrai boulot » va mettre en valeur.

3Les trois chapitres qui composent la première partie de l’ouvrage servent autant à préciser l’objet qu’à proposer une réflexion théorique et épistémologique. Le couple formé par les notions d’engagement dans le travail et de vrai boulot est ici le moyen de revenir sur ce que l’auteure perçoit comme les angles morts hérités de cinquante ans de sociologie du travail. L’œuvre de Georges Friedmann sert de fil rouge tant elle a inspiré l’orientation des approches sociologiques du travail. À trop tourner le regard vers la division du travail et des statuts et à faire du rapport salarial une norme explicative, les sociologues auraient perdu de vue la relation fondamentale qui se joue entre le travailleur et son activité : « le travail n’est jamais mis en récit » et « ne se donne guère comme un ensemble d’actes » (p. 66). Ce qui intéresse Alexandra Bidet au contraire, c’est ce rapport opératoire au monde qui se joue particulièrement dans le geste technique, cette fonction anthropologique qui consiste à produire un monde pour naviguer dedans. C’est ici qu’intervient la notion de « vrai boulot », élaborée pour mettre en relief « ce qui importe aux personnes », ce qui les engage et les attache à leur milieu. L’approche pour saisir ce vrai boulot doit alors répondre à la contrainte d’éviter toute réduction de ce qui se joue dans l’acte productif. L’auteure met ainsi en lumière certains points non traités auparavant et dont la sociologie friedmanienne nous a laissé les traces, comme par exemple l’appréhension du rapport au temps : 

En postulant la permanence du travail et en développant sur sa base une économie des tâches, la sociologie de la division du travail tend bien à abolir la durée. Enfermée dans l’examen instantané de l’autonomie de postes de travail, elle n’appréhende pas le travail comme opération. Son lexique de l’étendue est trop soucieux d’une mesure des tâches pour conférer un véritable statut au temps. (p. 130)

  • 3 . A. Borzeix & D. Linhart (1988), « La Participation : un clair obscur », Sociologie du Travail, vo (...)
  • 4 . Ph. Bernoux (1972), « Les OS face à l’organisation industrielle », Sociologie du Travail, vol. 14 (...)
  • 5 . Ph. Bernoux (1979), « La Résistance ouvrière à la rationalisation : la réappropriation du travail (...)
  • 6 . C. Chabaud & G. de Terssac (1987), « Du marbre à l’écran : rigidité des prescriptions et régulati (...)

4Quant à l’engagement, Alexandra Bidet l’inscrit dans la perspective des réflexions autour de la notion d’autonomie pour en proposer une approche pragmatiste appliquée à l’étude des activités. Par une lecture critique de quatre articles publiés dans Sociologie du travail, elle extrait et introduit progressivement les bases de sa conception de l’engagement dans le travail. Ces articles traitent 1) de l’autonomie déployée par la transgression à la norme3 ; 2) de l’autonomie établie par la négociation4 ; 3) de l’autonomie reflétée par une appropriation personnelle de l’activité5 et, pour finir, 4) de l’invention au travail comme conséquence de l’autonomie des individus dans leurs activités de travail6. La relecture de ces travaux lui permet alors d’introduire des formes hétéroclites d’engagement dans le travail : l’engagement comme une forme de consentement paradoxal ; perçu comme une forme d’adhésion relative à la norme ; attachant les personnes aux outils de travail ; et démontrant un souci d’efficacité productive. La sociologue propose ainsi une forme de confrontation pragmatiste avec un très large corpus sur le travail.

5L’une des forces de l’ouvrage est cette relecture historique de la sociologie du travail. Il est difficile de passer à côté de l’érudition de l’auteure qui, en 360 pages, mobilise pas loin de 700 références bibliographiques. Le dernier mot de la conclusion comporte lui‑même son renvoi en bas de page vers des références susceptibles d’intéresser le lecteur interpellé par cette partie du texte. L’argumentaire en faveur du vrai boulot s’appuie sur les travaux de Gilbert Simondon et André Leroi‑Gourhan, ainsi que sur l’héritage pragmatiste américain. Le point de vue défendu est que « le vrai boulot » engage bien au‑delà du geste : les opérations qu’il effectue relient le travailleur à son univers, témoignent de son appropriation de l’activité et de sa capacité d’invention.

  • 7 . L. Thévenot (2006), L’Action au pluriel, Paris, La Découverte.

6Suivant cette filiation, c’est donc logiquement l’observation du travail en actes qui va permettre de rendre compte de la consistance des travailleurs au sens de Laurent Thévenot7. Le vrai boulot exprime un rapport personnel à ce que l’on fait et tente de mettre, au premier plan de l’analyse, les catégories que les individus mobilisent pour soutenir leur propre engagement.

7Les trois derniers chapitres sont donc dédiés à mettre ce cadre à l’épreuve empirique. Le terrain de la régulation du trafic téléphonique est mis à contribution pour faire le tour de l’univers des techniciens et téléacteurs. Ils sont guetteurs attachés aux objets techniques et à la matérialité franche, ou bien explorateurs occupés à maitriser des flux abstraits en les rendant saisissables.

8Désignant la partie de leur activité que les travailleurs valorisent, le vrai boulot se construit en opposition logique avec le sale boulot d’Everett C. Hughes exprimant, quant à lui, les contenus dégoûtant voire dégradant des activités, ceux qui peuvent attenter à la dignité ou aux principes moraux. À l’inverse donc, les dires et gestes des explorateurs et des guetteurs fournissent à l’auteure les prises pour révéler les effets positifs des rapports anthropologiques au travail qu’elle établit. La catégorisation en deux groupes de professionnels, qui recoupe deux ensembles de fonctions et d’activités bien précis – surveillance du trafic et gestion‑maintenance du réseau – soutient ainsi la différenciation en deux façons d’habiter, et de faire exister, le milieu étudié auquel Alexandra Bidet consacre un chapitre. Cette partie lui permet, de même, de préciser ses choix méthodologiques ainsi que le traitement des 15 entretiens qu’elle exploitera parmi les 21 effectués en situation de travail. La connaissance du vrai boulot des guetteurs et des explorateurs est ensuite approfondie à l’aide d’un chapitre consacré à chacun. Le réseau se vit de l’intérieur ou de l’extérieur, les déplacements ne s’effectuent pas de la même façon, les postures et les trajectoires des agents recouvrent des réalités distinctes, à tel point que l’auteure aboutit notamment à la conclusion que « le vrai boulot des uns est le sale boulot des autres » (p. 345).

9On lit ces chapitres avec intérêt pour ces détails qui retranscrivent au plus près le travail en acte. On parle ici de « trafic » pour montrer l’exigence de surveillance des flux de communications qui menacent de se perdre dans les dédales du système. Les « mondes écrans » représentent cette fenêtre sur le réel, un condensé informatif qui permet à ce groupe de salariés de faire « corps » avec le fonctionnement du trafic. La terminologie n’est pas anodine. Le corps des travailleurs est en effet la première interface entre les individus et le « vrai boulot » qu’ils mènent chaque jour. Un corps qui, par ses déplacements et ses gestes, éclaire son milieu. Pour mieux comprendre la posture de l’auteure, il est alors intéressant de se pencher sur son répertoire lexical. Les acteurs « frayent » chez Alexandra Bidet, un verbe dont la définition usuelle signifie « ouvrir une voie en piétinant et/ou en repoussant les obstacles ». La circulation des corps comme les déplacements des regards des guetteurs dans leur salle de contrôle nous font prendre la mesure d’un environnement dont la fluidité constante des éléments constitue la contrainte majeure. Les téléacteurs jonglent avec un système arythmique dont ils tentent de prévenir ou de contrôler les incidents.

10La méthodologie interpelle, surtout lorsque en p. 224 un sous‑titre pose la question de savoir si l’on peut « encore faire des entretiens ? ». À mi‑chemin entre l’observation participante et des entretiens, dont la grille serait définie par ce qui se présente aux yeux du chercheur et de l’enquêté, le recueil de données se fait in situ, dans la salle de supervision. C’est l’occasion d’apprécier concrètement comment les agents font avec ce qui apparaît sous un jour forcément complexe au non initié qu’est le sociologue. Dans ces conditions, la violence symbolique potentiellement en œuvre dans la relation d’entretien semble s’effacer au profit d’une pédagogie du professionnel à qui l’on demande de mettre en mots ses actes. Le geste s’invite ainsi au premier plan de la production du matériau d’enquête. Ce qui offre un accès à des récits totalement originaux sur le travail et ouvre des pistes pour d’autres terrains.

11En revanche, l’engagement dans le travail prend la forme de cadre conceptuel, une « grille de lecture » qui permettrait d’apporter un nouveau regard à la question de l’activité et de renouveler l’analyse du travail. Cependant, la définition de cette notion reste traitée en surface et, par moments, submergée par d’autres questionnements et préoccupations qui reflètent la complexité de vouloir rendre compte des multiples éléments dont l’agencement par les individus leur procure la sensation d’engagement direct pointée par le cadre de l’ouvrage.

12Le lecteur peut alors parfois avoir la sensation que ce foisonnement de dimensions pertinentes, s’il est bien étayé par le corpus théorique, se heurte au nombre toutefois limité d’entretiens qui compose le matériau. La robustesse de l’exploitation statistique des occurrences langagières et des univers de référence s’appuie largement sur les nombreuses observations en situation qui apparaissent comme la source majeure des résultats proposés. L’égal partage du livre en deux parties pose alors la question de la nature de cet ouvrage. Le lecteur plonge, tout d’abord, dans la lecture d’un manuel théorique exhaustif proposant une thèse documentée et argumentée. Par la suite, il s’immerge dans un registre différent ou la synthèse d’enquêtes empiriques débouche sur des catégories qu’une confrontation à d’autres terrains et entretiens pourrait peut‑être renforcer et approfondir dans une visée généralisante et mobilisable pour l’étude d’autres secteurs d’activités voire de dimensions du rapport vécu au travail.

13Il est un point sur lequel la grille de lecture proposée ne s’arrête pas. Pour mieux saisir l’engagement dans le travail, l’étude des formes de désengagement aurait en effet renforcé la mise en relief des spécificités heureuses vécues par les travailleurs. Ce que les guetteurs et les explorateurs retiennent dans l’appréhension positive de leurs activités n’existe‑t‑il pas aussi par opposition avec ce qu’ils évacuent, ce qu’ils n’apprécient pas mais avec quoi ils doivent tout de même composer ? Nous pourrions imaginer un pendant inverse, le « faux boulot », dont l’intérêt serait surtout de révéler les menaces qui pèsent sur le sentiment de bien-être au travail. De ce point de vue, par exemple, pourrait alors être abordé les tensions provoquées par l’organisation du travail, particulièrement dans un secteur comme celui des télécommunications qui connaît de profondes transformations depuis une quinzaine d’années.

  • 8 . G. Friedmann (1960), «Qu’est‑ce que le travail », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vo (...)

14Enfin, un point reste cependant peu traité dans l’ouvrage : le vrai boulot apparaît finalement peu éclairé par ses articulations avec ce qui se joue dans les sphères du hors travail pour les individus. Cela rejoint – une nouvelle fois – G. Friedmann. Dans un article de 1960 intitulé « Qu’est‑ce que le travail ? »8, il affirmait qu’une « étude des activités hors travail permet de mieux saisir, par contraste, l’essence des phénomènes de travail ». On pense alors aux travaux de l’abondance que les sociologues anglais ont étudiés à la même époque que G. Friedmann. Dans ces travaux, l’insatisfaction au travail est forte mais se trouve compensée par les relations sociales en dehors de l’entreprise. À l’inverse, les moments de félicité au travail que le vrai boulot met en exergue semblent difficilement cloisonnés aux seules heures ouvrables. L’ambition affichée de l’ouvrage suscite ainsi des questionnements et des pistes que l’on espère voir traités dans de nouvelles mises à l’épreuve du cadre d’analyse proposé par l’auteure.

Haut de page

Notes

1 Alexandra Bidet (2011), L’Engagement dans le travail. Qu’est‑ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, «  Le lien social », 416 p.

2 . Diana Oliveira remercie l’aide de troisième cycle du Govern d’Andorra et de la Fundació Crèdit Andorrà, ATC005‑ AND 2010/2011 et du Govern d’Andorra ATC005‑ AND 2011/2012.

3 . A. Borzeix & D. Linhart (1988), « La Participation : un clair obscur », Sociologie du Travail, vol. 30, nº 1, p. 37‑53.

4 . Ph. Bernoux (1972), « Les OS face à l’organisation industrielle », Sociologie du Travail, vol. 14, nº 4, p. 410‑432.

5 . Ph. Bernoux (1979), « La Résistance ouvrière à la rationalisation : la réappropriation du travail», Sociologie du Travail, vol. 21, nº 1, p. 76‑90.

6 . C. Chabaud & G. de Terssac (1987), « Du marbre à l’écran : rigidité des prescriptions et régulations de l’allure de travail », Sociologie du Travail, vol. 29, nº 3, p. 305‑322.

7 . L. Thévenot (2006), L’Action au pluriel, Paris, La Découverte.

8 . G. Friedmann (1960), «Qu’est‑ce que le travail », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 15, n° 4, p. 684‑701.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana Oliveira et Benjamin Saccomanno, « L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2597

Haut de page

Auteurs

Diana Oliveira

oliveira@univ‑tlse2.fr
Doctorante au CERTOP (UMR 5044) ‑ Université Toulouse Jean Jaurès ‑ Le Mirail - UMR5044 ‑ Université Toulouse Jean Jaurès ‑ Maison de la recherche ‑ 5 Allée Antonio Machado ‑ 31058 Toulouse cedex 9 – France

Benjamin Saccomanno

benjamin.saccomanno@univ‑tlse2.fr
Post doctorant au CERTOP (UMR 5044) ‑ CEREQ ‑ Université Toulouse Jean Jaurès ‑ Le Mirail - UMR5044 ‑ Université Toulouse Jean Jaurès ‑ Maison de la recherche ‑ 5 Allée Antonio Machado ‑ 31058 Toulouse cedex 9 – France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page