Navigation – Plan du site

L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?

A propos de : Alexandra Bidet, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? (Puf, 2011)
Nadège Vézinat
Référence(s) :

Alexandra Bidet (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot?, Paris, Puf, «  Le lien social », 416 p.

Texte intégral

  • 1 Alexandra Bidet (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est‑ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, « (...)

1Le livre qu’Alexandra Bidet a publié aux Presses universitaires de France1 se présente comme un ouvrage se situant dans le champ de la sociologie du travail. Il traite de la question de l’engagement dans le travail sous l’angle de l’intérêt du travailleur pour son travail : intérêt intrinsèque de la tâche, créativité (l’auteure parle de la dimension créative de l’agir), rapport opératoire au monde. Il est la démonstration de la grande connaissance théorique et de la maîtrise de l’auteure d’une littérature vaste et extrêmement riche. Si cet ouvrage se compose d’une première partie théorique (composée des trois premiers chapitres), la seconde partie s’appuie sur un travail de terrain mené auprès d’un groupe de techniciens opérant dans des centres de supervision du trafic téléphonique.

2Il présente plusieurs intérêts pour la sociologue du travail et des professions que je suis et c’est depuis ce prisme que je réalise cette recension et que je me suis demandée dans quelle mesure son apport ne serait pas tout aussi heuristique dans le champ de la sociologie des professions que du travail. C’est donc à travers cette interrogation que j’ai choisi de présenter et de discuter cet ouvrage.

L’engagement dans le travail : une manière optimiste d’analyser le travail

  • 2 . Lucie Tanguy (2011), La Sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues 1 (...)

3Le premier intérêt de cet ouvrage est de donner au lecteur une grille d’analyse plus « optimiste » que ce qu’il a généralement l’habitude de lire en sociologie du travail. Ce livre se présente à contre‑courant des thèmes « porteurs » et/ou actuels du travail. Au lieu de jouer la carte de la souffrance au travail, de la domination et de l’exploitation des travailleurs, de leurs résistances ou de la fragilité du lien d’emploi, Alexandra Bidet propose de saisir la dimension positive du travail, des valorisations émergeant du travail en train de se faire. Ce qui peut être un point de critique pour l’auteure à qui on a pu reprocher une vision (trop ?) enchantée du monde du travail m’apparaît être au contraire l’une de ses forces : dans un monde du travail où il est de plus en plus difficile d’en trouver et où il semble parfois compliqué d’y trouver des éléments de réjouissance, mettre l’accent sur la dimension positive de l’activité de travail, sur le plaisir lié à l’activité, sur la socialisation qui s’y opère, sur le sens que l’individu donne à son travail nous permet de sortir d’une pesanteur propre à ce champ de recherche. La montée en force de la sociologie du travail en France caractérisée dans les années 1960‑1970 par « le développement technico‑économique et la foi dans le progrès »2 ainsi que le développement d’une sociologie marxiste après les événements de mai 1968 ont entraîné une focalisation de l’intérêt des chercheurs vers des catégories de travailleurs comme les ouvriers ou les salariés appartenant au monde industriel – le second chapitre fait ainsi l’objet d’une relecture des travaux de Georges Friedmann et de l’inflexion que ces derniers ont fait prendre au champ de la sociologie du travail marqué notamment par une concentration des travaux sur les relations sociales au travail. Or, ouvrir le questionnement à l’engagement dans le travail permet de ne pas délaisser les terrains habituels de la sociologie du travail (monde industriel et ouvrier) tout en autorisant l’étude de métiers, professions ou occupations diversifiés, ne faisant pas nécessairement se recouvrir le travail avec le rapport salarial.

4Ce déplacement permet également de saisir les différentes manières pour les personnes au travail de se relier au monde par ce biais. Cette approche anthropologique – qui place le travail dans un continuum avec le jeu – interroge la manière de comprendre leur intégration au monde pour les personnes (de plus en plus nombreuses) à ne pas bénéficier d’un travail : comment alors dans ces conditions peuvent‑elles se relier au monde et aux autres ?

  • 3 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des (...)

5Ce déplacement permet de voir entre les deux acceptions de travail et de jeu davantage une différence de degré que de nature, l’engagement dans le travail pouvant produire plusieurs choses : de l’appropriation, de la réflexion et de l’invention, de l’individuation, parfois même de la transgression… Dans le troisième chapitre de son livre, Alexandra Bidet sort de manière très convaincante de l’opposition entre retrait et engagement en étudiant, grâce à la lecture croisée de quatre articles parus dans la revue Sociologie du travail entre 1972 et 1988, comment un déplacement s’est effectué dans les modes d’appropriation du travail par le travailleur et dans son insertion dans son monde professionnel. En se penchant sur l’expérience vécue des personnes, elle saisit les travailleurs dans leur globalité, avec leurs trajectoires propres. Cela conduit l’auteure à mettre au jour deux conceptions différentes – quoique non opposées – du cœur de métier pour les techniciens qu’elle étudie dans la seconde partie de l’ouvrage. C’est ainsi en étudiant le travailleur en activité qu’Alexandra Bidet s’intéresse aux « lignes d’intérêt actives » et mobilise le philosophe américain pragmatiste John Dewey (1859‑1952) pour montrer comment les valeurs peuvent être objectivées et faire apparaître à quoi tiennent les travailleurs dans le cadre de leur travail, ce qui constitue pour eux le « vrai boulot » et suscite, en même temps que permet, l’engagement dans le travail.3

Le « vrai boulot » : une catégorie heuristique pour la sociologie des professions

6Le second intérêt de cet ouvrage est de proposer – le premier chapitre porte d’ailleurs entièrement sur elle – la catégorie de « vrai boulot ». Enfin de la conceptualiser car si « ce livre introduit la catégorie de “vrai boulot” pour désigner la valorisation par le travailleur d’une partie de son activité » (p. 9), Everett Hughes pensait déjà qu’il fallait dissocier l’activité de travail centrale des activités périphériques : « Considérons donc l’activité centrale dans un métier, qui peut être également celle qui donne son nom au métier. Tout métier consiste inévitablement en une combinaison de cette activité et d’autres qui lui sont accessoires, soit par nature, soit en raison de l’organisation institutionnelle du travail »3.

7Cette filiation à la sociologie interactionniste des professions et la désignation par les travailleurs eux‑mêmes d’une partie de leur activité permettrait de comprendre quel est le « cœur de leur métier », de saisir le sens personnel qu’ils donnent à leur travail et, grâce à ce sens, d’organiser et de valoriser leur travail différemment. Ainsi, dans un même poste ou sous une dénomination commune, le « vrai boulot » peut varier et mettre au jour l’étendue de la division interne du travail. Autrement dit, une même activité peut renvoyer à des valeurs, à des technicités et à des normativités différentes.

8Cette catégorie est testée dans la seconde partie du livre (chapitres 4, 5 et 6) au regard d’une enquête ethnographique menée dans le secteur de la téléphonie, dans un centre de supervision du trafic plus exactement où l’on trouve des techniciens qui se relaient pour acheminer le trafic : l’activité se fait donc sans interaction avec des clients ou du public et sans contact avec d’autres professions. C’est une activité technique pour laquelle les mutations technologiques ont modifié l’activité dans les salles de supervision sans pourtant en émousser la valeur. Cette dernière est toujours présente, mais elle s’est transformée sous l’effet de la dématérialisation et le rapport à la technique laisse apparaître deux identités professionnelles complémentaires – il est d’ailleurs intéressant de remarquer que, contrairement aux constats classiques en sociologie des professions, ces identités ne semblent pas vraiment (encore ?) être en concurrence dans le secteur investigué. La division du travail qui s’opère entre les « guetteurs » et les « explorateurs » semble supposer un partage sans heurt de « juridictions » au sens d’Andrew Abbott ce qui donne à penser que la sociologie des groupes professionnels aurait sans doute pu être mobilisée de manière féconde.

  • 4 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des (...)
  • 5 . Carr‑Saunders A. M. & Wilson P. A (1933), The Professions, Cambridge, Oxford University Press ; H (...)
  • 6 . Florent Champy (2009), La Sociologie des professions, Paris, Puf, « Quadrige ».
  • 7 . Didier Demazière & Charles Gadéa (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et (...)

9La catégorie de vrai boulot s’avère particulièrement heuristique, parce que, à l’instar de la catégorie de « sale boulot » (dirty work) développée par Everett Hughes4, elle s’applique à toute activité de travail. Et si toute activité comporte du vrai boulot, elle se différencie des sociologues fonctionnalistes qui se penchent sur les professions instituées et où les « professions » renvoient à un nombre restreint d’activités professionnelles légitimées5 ou de Florent Champy6 qui centre son attention sur les « professions à pratique prudentielle ». Ces dernières sont définies uniquement à partir de leur contenu de travail (savoirs et autonomie) et non plus par le monopole qui entoure la profession. Alors que, pour Florent Champy, il s’agit de se pencher sur quelques professions (médecins, architectes, juges, avocats,…) qui nécessitent la mobilisation de savoirs spécialisés dans des situations d’incertitude, dans lesquelles on ne peut appliquer un savoir normalisé, pour Alexandra Bidet, le « vrai boulot » est une manière de sortir de la question de la reconnaissance extérieure comme de ne pas entrer dans le débat sur les qualifications ou les compétences. En ce sens, elle rejoint plutôt les tenants de la sociologie des groupes professionnels7 qui défendent un élargissement des terrains d’analyse et l’ouverture des enquêtes à plusieurs formes d’emploi et à différents statuts.

10En caractérisant de cette façon l’expertise (qui peut être de différentes natures et renvoie à des formes diverses) dans le travail, la catégorie proposée par Alexandra Bidet me semble plus pertinente que celle de « profession à pratique prudentielle » dans la mesure où elle est moins restrictive et limitée et qu’elle évite une ornière de la sociologie des professions qui peine à se défaire de la question des statuts (d’emploi surtout mais aussi du métier exercé en monopole ou en concurrence…). Elle permet en effet de sortir de l’analyse de la seule société salariale et d’intégrer dans une démarche plus globale les professions libérales, les artisans… le travail en acte donc, quel qu’il soit !

Remettre le travail au centre : une réelle nouveauté ?

  • 8 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des (...)
  • 9 . Andrew Abbott (1988), The System of the professions. An Essay of the Division of Expert Labour, C (...)

11En s’intéressant à la manière dont les techniciens (les « guetteurs » et les « explorateurs ») organisent leur activité, valorisent ce qui est pour eux le « vrai boulot » et communiquent dessus (auprès du sociologue mais également auprès des autres collègues), on peut voir la division interne du travail à l’œuvre et différentes logiques professionnelles coexister au sein d’un même métier. Là encore, un lien pourrait être fait avec la sociologie des professions interactionniste qui s’intéresse aux « segments » professionnels8 et étudie la manière dont les protections et l’autonomie dont bénéficie un groupe professionnel sont obtenues à l’issue de luttes avec d’autres concurrents. La création et recréation d’un équilibre entre les sous‑groupes de techniciens identifiés n’est d’ailleurs pas sans rappeler les travaux d’Andrew Abbott9 sur le système des professions et les luttes de territoires qui y sont afférentes.

  • 10 . Didier Demazière & Charles Gadéa (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et (...)

12L’accent porté sur le fait de remettre le travail au centre de l’analyse ne me semble cependant pas aussi novateur qu’il y paraît. Didier Demazière et Charles Gadéa notaient déjà en 2009, dès l’introduction de leur ouvrage collectif sur la sociologie des groupes professionnels, que « On ne peut étudier et connaître l’ensemble des personnes qui ont pesé de quelque manière sur les efforts produits par une occupation pour se faire reconnaître en tant que profession, sans étudier empiriquement les situations de travail et les pénétrer en profondeur »10. Pour la sociologie des groupes professionnels, il s’agit d’analyser ce qui se passe au niveau de groupes professionnels sans perdre de vue en quoi consiste l’activité de travail et en y intégrant les spécificités liées au contenu du travail. Pour la sociologie du travail proposée par Alexandra Bidet, j’inverse la perspective et m’interroge sur la manière dont elle réintègre la question des statuts d’emploi ou celle de la valorisation d’un segment professionnel au détriment d’un autre dans sa grille d’analyse.

  • 11 . Alexandra Bidet (2010), « Qu’est‑ce que le vrai boulot ? Le cas d’un groupe de techniciens », Soc (...)
  • 12 . Au sens de E. Hughes, la notion de mandat revient pour la profession à se considérer « comme l’in (...)

13Je renvoie d’ailleurs à ce propos Alexandra Bidet au questionnement qu’elle formulait elle‑même en 2010 à l’égard de la notion de « sale boulot » de Everett Hughes en se demandant : « cherche‑t‑on à se débarrasser d’activités car elles sont communément tenues pour dégradantes ou les juge‑t‑on, au contraire, dégradantes car on n’y prend aucun intérêt ? »11. De la même manière, je me suis demandée : la notion de « vrai boulot » concerne‑t‑elle plutôt une activité que l’on souhaite conserver parce qu’elle est communément tenue pour valorisante – ce qui lui donne de son intérêt – ou, inversement, la juge‑t‑on valorisante parce qu’elle présente individuellement (et subjectivement) de l’intérêt ? Chacune de ces propositions nous amène à une compréhension un peu différente de la situation. La proposition de l’intérêt individuel qui prime permet de comprendre comment des identités différentes peuvent émerger en parallèle, la proposition de la prédominance de la valorisation collective par le groupe professionnel permet, quant à elle, de procéder à une redéfinition du « mandat »12 des professionnels. Par la distinction de ce qui constitue le vrai boulot des « guetteurs » et des « explorateurs », Alexandra Bidet n’analyse‑t‑elle pas en fait la revendication d’un mandat spécifique pour chacun de ces groupes de professionnels ? En procédant à une division morale et sociale de leur travail, en se répartissant les tâches, les « guetteurs » comme les « explorateurs » qui définissent ainsi les comportements à adopter à l’égard de ce qui fait leur travail, ne sont‑ils pas en train d’établir (ou de redéfinir) leur mandat en interne ?

14Cela m’amène à un autre point de discussion : dans quelle mesure le rapport personnel des travailleurs aux tâches qu’ils effectuent n’est pas seulement du discours (très éloigné des pratiques) et subjectif (dans la mesure où l’on peut se raconter ou se vivre d’une façon et agir d’une autre) ? Le travail des techniciens étant immatériel, on peut se demander – comme pour toutes les activités où une partie du travail au moins est invisible – si ce ne sont pas moins les gestes que les discours ainsi que les traces de l’activité qu’Alexandra Bidet analyse. Cela pose alors la question de la limite des rhétoriques et des écarts entre le discours et les actes. Comment objectiver le « vrai boulot » et identifier l’engagement dans le travail ? La reprise de cette notion de « vrai boulot » par d’autres chercheurs sur d’autres terrains pourra sans doute nous éclairer à terme sur son côté opératoire. Concernant l’engagement dans le travail, il me semble utile de chercher à distinguer l’engagement public de l’engagement privé au travail pour saisir comment l’un permet l’autre et réciproquement.

Engagement public / engagement privé au travail : quelles articulations ?

  • 13 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporain (...)
  • 14 . Ibid., p. 8.

15La sociologie de l’engagement au travail proposée par Alexandra Bidet me semble devoir être mise au regard avec d’autres travaux sur l’engagement et les professions. Le dossier coordonné en 2009 par Liora Israël et Florent Champy sur « Professions et engagement public »13 pose en effet des questions proches de celles d’Alexandra Bidet même si les contributeurs s’intéressent d’abord à l’engagement public des professions (engagement qui met en jeu des choses différentes de celui plus personnel et subjectif qu’Alexandra Bidet convoque). « En abordant des cas d’engagements des professionnels portant sur le travail même ou sur l’objet de ce travail »14, les contributeurs à ce dossier ne sont‑ils pas en train d’analyser ce qui serait le « vrai boulot » et de montrer comment des professions ont réussi à le redéfinir au travers des mobilisations individuelles ou collectives ?

  • 15 . Liora Israël (2009), « Un droit de gauche ? Rénovation des pratiques professionnelles et nouvelle (...)
  • 16 . Terence Halliday & Lucien Karpik (dir.) (1997), Lawyers and the Rise of Western Political Liberal (...)
  • 17 . Stuart A. Scheingold & Austin Sarat (2004), Something to Believe In. Politics, Professionalism, a (...)
  • 18 . Jacques Ion (2001), L’engagement au pluriel, Presses universitaires de Saint Étienne.

16Ce dossier antérieur au livre d’Alexandra Bidet pose le double enjeu de la politisation du rôle et de la pratique professionnelle qui se déclinerait selon deux modalités : l’une collective et l’autre individuelle. Cette dernière semble être la seule qui compte pour Alexandra Bidet et il est fort regrettable que l’autre modalité soit évacuée dans la mesure où c’est elle qui permet d’étudier la manière pour un groupe professionnel d’imposer, de défendre ou de redéfinir son « mandat ». Cette dimension permet de saisir l’hétérogénéité des engagements au sein d’un même groupe : l’exemple des avocats étudiés par Liora Israël est d’ailleurs très parlant15 et fait penser au travail de Lucien Karpik mené avec Terence Halliday sur les « avocats des causes » qui se définissent selon lui par un engagement singulier16, au travail de Stuart Scheingold et Austin Sarat17 ou à l’engagement des militants analysé par Jacques Ion18.

17Liora Israël et Florent Champy parlent ainsi de « comprendre comment des engagements diversifiés, parfois contraires, peuvent s’observer au sein d’une même profession »19. Pour eux, tous les groupes professionnels ne s’engagent pas. Cependant, si l’engagement est un révélateur des tensions entre des pratiques différentes il pourrait, si l’on suit Alexandra Bidet, être identifié dans tous les types d’activité : en donnant « une dignité sociologique à l’acte productif » (p. 352) quel qu’il soit. La posture d’Alexandra Bidet semble donc plus ouverte pour ce qui concerne le champ des investigations, néanmoins elle semble plus étroite concernant le périmètre de l’analyse puisqu’elle semble ne relever que, si l’on reprend les régimes d’engagement définis par Laurent Thévenot, de la « familiarité personnelle » et du « plan projeté par l’individu » en mettant de côté celui de « la justification publique par le bien commun ».20

  • 19 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporain (...)
  • 20 . Laurent Thévenot (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Déco (...)
  • 21 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporain (...)
  • 22 . Marc‑Olivier Déplaude (2009), « Une mobilisation contre‑révolutionnaire : la refondation du syndi (...)

18Si, pour Florent Champy et Liora Israël, « interroger l’engagement de professionnels conduit à réinterroger leur place dans l’espace public et politique, sans pour autant négliger ce qui se joue dans leurs espaces de travail »21, pour Alexandra Bidet, et c’est un petit regret, l’engagement semble se jouer surtout de manière personnelle et individuelle – selon une approche cognitiviste – alors que l’on peut supposer que le rapport de forces dans chaque groupe professionnel étudié joue malgré tout un rôle essentiel dans l’équilibre des pouvoirs (entre les « guetteurs » et les « explorateurs » pour le livre recensé). L’engagement collectif modifie ainsi, parfois très fortement, les pratiques professionnelles comme les savoirs qui y sont afférents19202122 et cette dimension collective m’a paru être un peu éludée en l’état dans l’ouvrage d’Alexandra Bidet.

Conclusion

19Malgré ces points de discussion qui montrent tout mon intérêt pour le travail d’Alexandra Bidet, la catégorie de « vrai boulot » m’apparaît très utile et féconde pour étudier les groupes professionnels de toutes sortes. Développée de manière très intelligente par Alexandra Bidet, je trouve dommage de couper cette catégorie du type de sociologie qui l’a fait naître. Le principal intérêt que j’y vois tient dans la dialectique qui compose le « vrai boulot ». Cette notion présenterait – Alexandra Bidet ne la présente pas vraiment comme cela, aussi il s’agit de ma seule interprétation – une face double, à la fois externe et interne. D’un côté, la face externe renverrait à la dimension communicationnelle du groupe professionnel – ou du segment au sein du groupe – sur lui‑même et viendrait nourrir des rhétoriques professionnelles (elle recouvre donc assez bien ce qui se fait classiquement en sociologie des professions et n’apparaît pas comme novatrice). Quand, de l’autre côté, la face interne, elle, concernerait la valorisation du travail et le caractère générique des activités présentées dans leur dimension cognitive. C’est l’analyse conjointe de ces deux faces du « vrai boulot » qui me paraît extrêmement féconde et mériterait d’être dupliquée sur de nouveaux terrains pour produire des analyses qui peuvent à la fois étudier le travailleur sans oublier son travail et dire quelque chose du travail sans pour autant perdre le travailleur.

  • 23 . Claude Dubar (1991), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, P (...)

20Au final, et contrairement à ce qu’annonce Alexandra Bidet (p. 42), l’approche par le groupe professionnel n’éclipse pas le travail en train de se faire mais permet à mon sens de le relier à son environnement (organisationnel, juridique, statutaire…) : les statuts comme les continuités et ruptures biographiques23 jouent sans doute un rôle dans les rapports au travail propres aux guetteurs et aux explorateurs. Et s’il est très stimulant de chercher à mettre mieux en lumière l’acte de travail, il me semble dommage que ces éléments qui fondent les rapports sociaux du (et au) travail passent alors dans la zone d’ombre. Tout l’enjeu pour la suite sera d’articuler les deux.

Haut de page

Notes

1 Alexandra Bidet (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est‑ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, «  Le lien social », 416 p.

2 . Lucie Tanguy (2011), La Sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues 1950‑1990, Paris, La Découverte, p. 146.

3 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 180.

4 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

5 . Carr‑Saunders A. M. & Wilson P. A (1933), The Professions, Cambridge, Oxford University Press ; Harold Wilenski (1964), « The professionalization of everyone? », American Journal of Sociology, 2, p. 137‑158.

6 . Florent Champy (2009), La Sociologie des professions, Paris, Puf, « Quadrige ».

7 . Didier Demazière & Charles Gadéa (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte ; Valérie Boussard, Didier Demazière, Philip Milburn (2010), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

8 . Everett C. Hughes (1996), Le Regard sociologique : Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales ; Bucher Rue & Strauss Anselm (1961), « Professions in Process », American Journal of Sociology, vol. 66, n° 4, p. 352‑334 [traduit sous le titre « La dynamique des professions », dans Anselm Strauss (1992), La trame de la négociation. Sociologie quantitative et interactionniste, textes réunis et présentés par Isabelle Bazsanger, Paris, L’Harmattan, p. 67‑86].

9 . Andrew Abbott (1988), The System of the professions. An Essay of the Division of Expert Labour, Chicago, Chicago university press.

10 . Didier Demazière & Charles Gadéa (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, p. 11.

11 . Alexandra Bidet (2010), « Qu’est‑ce que le vrai boulot ? Le cas d’un groupe de techniciens », Sociétés contemporaines, no 78, p. 128.

12 . Au sens de E. Hughes, la notion de mandat revient pour la profession à se considérer « comme l’instance la mieux placée pour fixer les termes selon lesquels il convient de penser un aspect particulier de la société, de la vie ou de la nature, et pour définir les grandes lignes des politiques publiques qui s’y rapportent » (Hughes, 1996, p. 109‑110).

13 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, no 73, p. 7‑19.

14 . Ibid., p. 8.

15 . Liora Israël (2009), « Un droit de gauche ? Rénovation des pratiques professionnelles et nouvelles formes de militantisme des juristes engagés dans les années 1970 », Sociétés contemporaines, no 73, p. 47‑71.

16 . Terence Halliday & Lucien Karpik (dir.) (1997), Lawyers and the Rise of Western Political Liberalism, Oxford, Clarendon Press.

17 . Stuart A. Scheingold & Austin Sarat (2004), Something to Believe In. Politics, Professionalism, and Cause Lawyering, Stanford, Stanford University Press.

18 . Jacques Ion (2001), L’engagement au pluriel, Presses universitaires de Saint Étienne.

19 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, no 73, p. 13.

20 . Laurent Thévenot (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

21 . Florent Champy & Liora Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, no 73, p. 14.

22 . Marc‑Olivier Déplaude (2009), « Une mobilisation contre‑révolutionnaire : la refondation du syndicat autonome des enseignants de médecine en mai 1968 et sa lutte pour la “sélection” », Sociétés contemporaines, no 73, p. 21‑45.

23 . Claude Dubar (1991), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vézinat, « L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2594

Haut de page

Auteur

Nadège Vézinat

#trié#nadege.vezinat@univ-reims.fr
Maîtresse de conférences, Université de Reims Champagne Ardenne – chercheure associée au CMH - Regards (EA 3262) ‑ UFR des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion ‑ 57 bis, rue Pierre Taittinger ‑ 51096 Reims Cedex – France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page