Navigation – Plan du site

Analyse longitudinale

Pierre Mercklé

Entrées d’index

Mots-clés :

Analyse longitudinale
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit.

1La plupart des enquêtes sociologiques quantitatives réalisées en France sont des enquêtes « transversales », c’est-à-dire qu’elles visent à connaître les situations, les pratiques et les opinions des personnes interrogées à un moment donné. Pourtant, la sociologie, si l’on tire l’ensemble des conséquences de l’affirmation selon laquelle elle est une « science de l’observation historique »1, se doit de reconstituer le « cours historique du monde » dans lequel les phénomènes qu’elle observe sont pris… Elle se doit donc de disposer de données « longitudinales » : habituellement, la sociologie y parvient en reconduisant régulièrement les enquêtes en coupe transversale, pour observer les évolutions des grandes variables descriptives des comportements dans de nombreux domaines. On peut citer, parmi de très nombreuses enquêtes, les recensements de la population générale, réalisés tous les sept ou huit ans avant de devenir annuels depuis le début du siècle ; les enquêtes « Emploi » annuelles de l’insee ; ou encore les enquêtes du ministère de la Culture sur les « pratiques culturelles des Français », inaugurées en 1973.

  • 2 . France Guérin-Pace, Olivia Samuel et Isabelle Ville, En quête d’appartenances. L’enquête Histoire (...)

2Mais en réalité, ces séries d’enquêtes transversales, si elles permettent de mesurer l’évolution des grandes variables (le taux d’emploi, la proportion de Français qui vont au musée…), ne disent rien des processus de transition entre les « états » qu’elles photographient ainsi, ni a fortiori des réfractions de ces processus à l’échelle des individus. Pour les atteindre, on peut recourir à des enquêtes rétrospectives permettant de reconstituer les trajectoires et les « histoires de vie » des enquêtés2, mais celles-ci peuvent être biaisées par les défaillances et les reconstructions associées aux processus de remémoration sur lesquelles elles reposent.

  • 3 . Alain Degenne, Introduction à l’analyse des données longitudinales, Sciences Humaines, coll. « Mé (...)

3Pour éviter ces biais, il faut alors procéder à ce qu’en démographie et en sociologie on appelle « l’analyse longitudinale »3, autrement dit, l’analyse des données d’enquêtes portant sur des « panels » : les panels sont des échantillons de personnes interrogées plusieurs fois successivement au cours du temps. La plus spectaculaire de ces enquêtes est peut-être la Birth Cohort Study britannique commencée en 1946 : le panel est toujours suivi, et sur les 5 000 individus nés en 1946 qui le constituaient à l’origine, il en rassemble encore 3 500, qui ont déjà été interrogés 21 fois depuis le début de l’enquête. Même si le coût de telles enquêtes est important, même si les panels posent des problèmes méthodologiques inédits, liés notamment à l’attrition de l’échantillon (la réduction progressive de sa taille au cours du temps, par décès ou abandon, qui affecte sa représentativité), les gains en termes de connaissances restent considérables : l’analyse longitudinale permet de reconstituer les trajectoires individuelles et les logiques de leurs transformations, d’y démêler les effets des appartenances générationnelles et les effets du vieillissement, et d’ainsi atteindre le cœur des relations de causalité entre phénomènes sociaux d’une façon que les séries transversales ne permettent que rarement.

  

4Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

5http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit.

2 . France Guérin-Pace, Olivia Samuel et Isabelle Ville, En quête d’appartenances. L’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, Éditions de l’ined, coll. « Grandes enquêtes », 2009.

3 . Alain Degenne, Introduction à l’analyse des données longitudinales, Sciences Humaines, coll. « Méthodes quantitatives pour les sciences sociales », 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Mercklé, « Analyse longitudinale », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 24-26.

Référence électronique

Pierre Mercklé, « Analyse longitudinale », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2577

Haut de page

Auteur

Pierre Mercklé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page