Navigation – Plan du site

Apprendre l’hygiène de vie après un accident cardiaque

La figure contractuelle de l’« auto‑soignant »
Learning a healthy lifestyle after a heart attack: the contractual figure of the “self‑carer”
Julien Cazal et Jean‑Paul Génolini

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique menée au sein d’un centre de réadaptation cardiaque, l’article s’intéresse aux conditions sociales de formation à l’autonomie dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires. Nous étudions les activités médicales qui visent l’inculcation au patient, suite à l’accident cardiaque, de dispositions à l’auto‑surveillance de sa maladie et au contrôle de son hygiène de vie, instituant de façon contractuelle la figure de l’« auto‑soignant ». Celle‑ci résulte, au sein du dispositif, d’un travail d’accord entre professionnels et patients au sujet de ce qu’il convient de faire pour gérer la maladie à long terme. Ce travail se situe à l’articulation de deux mondes sociaux : celui du soin qui établit les règles ou la structure du contrat visant à sécuriser la trajectoire de la maladie ; celui du patient et de ses habitudes de vie qui tente de transformer ces principes en convenances personnelles. Nous montrons ainsi dans quelles mesures la rééducation peut être vue comme une série d’épreuves de légitimation du savoir médical et comment, au sein des interactions soignants‑patients, ce dernier se diffuse comme un savoir pratique. L’apprentissage du métier d’auto‑soignant réside dans le passage de l’un à l’autre de ces régimes d’action et permet, entre autres, d’éveiller le patient aux nouvelles limitations corporelles induites par l’accident, aux savoirs et savoir‑faire requis pour gérer la maladie au long cours.

Learning a healthy lifestyle after a heart attack: the contractual figure of the “self‑carer”

Based on an ethnographic study in a functional rehabilitation center for patients suffering a heart attack, the article focuses on the social conditions of formation of self in the context of prevention of cardiovascular diseases. We study the medical activities aimed at inculcating the patient, following the heart attack, to self‑monitor their disease and control their lifestyle, contractually establishing a figure of a “self‑carer”. In the context of the center, this results in a working agreement between professionals and patients concerning what to do for the long‑term management of the illness. This work is the articulation of two social worlds: The care that establishes the principles or the structure of the contract for securing the trajectory of the disease; and the patient, as well as his lifestyle, who attempts to transform these principles into personal reasons. We show the extent to which rehabilitation can be seen as a series of medical knowledge legitimation trials, and how, within caregiver‑patient interactions, it spreads as a practical knowledge. The learning of the self‑carer profession takes place as a transition from one of these action plans to another and permits, among others, to awaken the patient to new bodily limitations caused by the accident, as well as to the knowledge and expertise required to manage the disease in the long term.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’autonomie : un bien commun dans la formation de l’« auto‑soignant »
Le « contrat » : apprendre l’hygiène de vie
Adopter un mode de vie sain : une mise sous tutelle médicale
Adopter un mode de vie sain : partager le bien commun de santé
Les épreuves du changement comportemental : la fabrique de l’« auto‑soignant »
Médicaliser le style de vie
Prendre conscience des limites corporelles
Devenir « auxiliaire médical »
L’hygiène de vie : une convenance personnelle négociable
S’accorder sur les conventions
Faire ce qu’il convient de faire
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’éducation du patient correspond, selon la définition proposée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dès la fin des années 1990, à l’ensemble des « activités organisées et conçues […] pour rendre les patients conscients et informés de leur maladie », ainsi que des comportements nécessaires pour réduire le risque de complications futures. Depuis la loi de santé publique d’août 2004, qui fait de la prévention des maladies chroniques une priorité à l’échelle nationale, les interventions de nature éducative dans le domaine de la santé se sont multipliées autour de l’idéal contractuel du modèle préventif (Dozon & Fassin, 2001). Dans un contexte de prévalence croissante des maladies chroniques (cardiopathies, cancers, diabète, obésité, etc.) et, corollairement, de diminution de la qualité de vie des populations et d’augmentation des inégalités de santé, la place de la prévention au sein de la pratique médicale n’a cessé de prendre de l’ampleur (Grenier et al., 2007) au cours des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Cazal et Jean‑Paul Génolini, « Apprendre l’hygiène de vie après un accident cardiaque », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2555

Haut de page

Auteurs

Julien Cazal

cazal.julien@gmail.com
Docteur en STAPS, Laboratoire PRISSMH‑SOI, EA‑4561 - Université Toulouse 3 Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 9, France

Jean‑Paul Génolini

jean‑paul.genolini@univ‑tlse3.fr
Maître de conférences, psychologue social, Laboratoire PRISSMH‑SOI, EA‑4561 - Université Toulouse 3 Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 9, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page