Navigation – Plan du site

Et la femme créa l’homme

Les transactions culturelles intimes dans la danse contemporaine africaine
And Woman created Man. Intimate cultural transaction in contemporary African dance
Altaïr Despres

Résumés

À partir d’une enquête menée en Afrique de l’Ouest dans le milieu de la danse contemporaine, l’article met en lumière le rôle des femmes occidentales dans la construction des carrières des danseurs africains. Dans un contexte d’internationalisation des carrières d’artistes africains marqué par l’imposition de normes esthétiques et formelles occidentales, les relations que ces derniers – majoritairement des hommes, d’origine très modeste et peu scolarisés – parviennent à nouer avec des femmes occidentales présentes localement – issues des classes favorisées et bien dotées scolairement –, fonctionnent comme une voie intéressante d’accumulation culturelle. Au‑delà de l’asymétrie économique à laquelle les rapports Nord‑Sud sont souvent réduits, il s’agit d’insister sur le rôle des transactions culturelles qui prennent place dans les rapports d’intimité, c’est‑à‑dire ici sur la mise à disposition du capital culturel des femmes dans la construction des carrières professionnelles des danseurs. Ces transactions, qui s’effectuent dans un continuum de relations sociales marquées par l’intimité – de la relation d’amitié à la relation conjugale, en passant par la relation d’enquête –, fonctionnent selon des logiques de domination Nord‑Sud – inégale répartition d’un capital culturel valorisable dans l’espace international – et des logiques de domination de genre – disposition des femmes à se mettre au service de la carrière des hommes.

And Woman created Man. Intimate cultural transaction in contemporary African dance

Focusing on research conducted in West Africa in the contemporary dance world, this paper highlights the role of Western women in the making of African dancers’ careers. In the context of internationalization of African artists’ careers, marked by the imposition of Western aesthetics and formal standards, the relationships that these dancers –mostly men of humble origins and with little education– manage to establish with Western women –from the middle and upper classes, highly educated– can operate as a pathway of cultural accumulation. Beyond the economic asymmetry to which North‑South relations are often reduced, this paper emphasizes the role of cultural transactions that operate through intimacy, that is to say, the use of women’s cultural capital for the development of men’s careers. These transactions, which occur on a continuum of intimate social relations –from friendship to marital relationships, or relationships created through the fieldwork– operate on a logic of North‑South domination –unequal distribution of cultural capital in the international arena– and gender domination –women are willing to serve men’s careers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Des danseurs contemporains africains bien entourés
Des décalages culturels à résoudre
La présence utile de femmes occidentales dotées
« J’ai deux écrivaines à la maison »
Joindre l’utile à l’agréable : l’intimité conjugale comme voie d’accumulation culturelle
Couples mixtes et transactions culturelles intimes
Une contribution féminine au cœur même de la création ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

La sociologie de la division sexuée du travail et de la conjugalité a de longue date mis en évidence la contribution féminine à la réussite professionnelle des hommes. En particulier, les inégalités dans l’accès à l’emploi et la rémunération dont les femmes sont victimes dans de nombreux contextes nationaux, de même que les représentations dominantes assignant les femmes au travail domestique et reproductif, ont été pointées comme autant de contraintes objectives qui pèsent sur les femmes (Acker, 1990 ; Delphy, 2009 ; Hirata, 1993 ; Maruani, 2010), et qui concourent, dans le même mouvement, au développement des carrières professionnelles de leurs conjoints. La charge des unes est en effet une décharge pour les autres. Il s’agissait bien pour ces travaux d’insister sur ce point précis : la tendance récurrente à la prise en charge par les femmes de nombreuses tâches socialement dévaluées, par excellence les tâches domestiques (ménage, cuisine, tâches administratives, soin, éducation e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Altaïr Despres, « Et la femme créa l’homme », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2553

Haut de page

Auteur

Altaïr Despres

altair_despres@yahoo.fr
Docteure en sociologie, post‑doctorante Germaine Tillion - Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, 14 rue Cujas, 75005 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page