Navigation – Plan du site

Lutter contre les pauvres

À propos de Jean Pierre Tabin, René Knüsel & Claire Ansermet, Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud (Éditions d’En bas, 2014)
Maud Reveilhac
Référence(s) :

Jean Pierre Tabin, René Knüsel & Claire Ansermet (2014), Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud, Éditions d’En bas, Lausanne, 152 p.

Texte intégral

1Ce qui ressort des débats actuels sur la population « rom » est que, pour des raisons d’ordre culturel, elle n’aurait pas sa place dans l’Europe de l’Ouest. La presse a ainsi rapporté des débats sur la mendicité « rom » dans plusieurs pays européens1. L’instantanéité, la convergence et l’impression d’évidence des avis exprimés à l’égard de ces groupes stigmatisés a de quoi surprendre.

2Tel est le phénomène social auquel le livre Lutter contre les pauvres de J‑P. Tabin, R. Knüsel & C. Ansermet tentera d’apporter une réponse. Les auteurs ont pour triple ambition d’expliquer pourquoi la mendicité pose autant de problème dans nos sociétés modernes, de démontrer la récurrence de la rhétorique politique et le consensus existant sur l’idée que la mendicité est un « problème public » et, enfin, d’exposer ce que recouvre la mendicité. Cette étude ne se contente pas d’une analyse de presse et des ouvrages déjà parus sur ce thème. Sa plus‑value se situe au niveau de la récolte de matériau empirique à partir d’observations directes et d’entretiens approfondis menés entre 2011 et 2013 dans le canton de Vaud situé dans la partie francophone suisse. Le portrait dressé de la mendicité résultant de cette étude s’éloigne des stéréotypes – existence de réseaux qui contrôleraient les mendiants, exploitation d’enfants, gains importants, délinquance, etc. – issus du traitement médiatique souvent caricatural.

  • 2 . Geremek Bronislaw (1974), « Criminalité, vagabondage, paupérisme : la marginalité à l’aube des te (...)

3Trois critères (passivité, présence d’enfants, groupe ethnicisé) sont proposés pour les identifier et suggère l’existence d’un lien entre mendicité et criminalité, tel que décrit par B. Geremek2, avec pour effet d’objectiver le sentiment de gêne et de méfiance que suscite la présence de mendiants dans nos rues, sorte de société parallèle hostile à l’ordre existant. Cette conception de la pauvreté en lien avec la criminalité et l’idée que les personnes qui demandent la charité n’ont pas leur place dans la société se sont progressivement diffusées à la suite de la sécularisation des sociétés européennes dès le xvie siècle en répandant les stéréotypes de la mendicité. La dévalorisation de la justification religieuse de la bienfaisance au profit de son appropriation progressive par l’autorité laïque a changé le regard sur la pauvreté et la mendicité. Le monopole étatique conduit à une régulation du don par l’État via la fiscalité et la sécurité sociale. Aujourd’hui, cette même logique permet de justifier que l’administration soit seule apte à procéder à la distribution d’aides dans le but de stabiliser les rapports sociaux en régulant le don entre sociétés. Ainsi, ce n’est pas la pauvreté qui est mise en cause mais l’honnêteté des mendiants et leur sollicitude qui apparaît comme anachronique. Les politiques contemporaines sont fondées sur ces héritages historiques à l’image de la lutte contre le « sans‑abrisme ».

  • 3 . Wacquant Loïc (2004), Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de la sécurité social, Éditions (...)

4Pour répondre au deuxième point, les auteurs se focalisent sur les débats politiques. Ces différents discours ont en commun le recours au registre de l’indignation permettant de rendre indiscutable toute réglementation. L’usage de la rhétorique de l’évidence permet de se soustraire à la charge de la preuve. C’est l’unanimité des représentations qui conduit et motive le développement d’une police de la mendicité appliquant des mesures répressives visant, en principe, toute la mendicité, c’est‑à‑dire les personnes sans voix et sans pouvoir, ni économique, ni citoyen. L’application de ces mesures privilégie la sécurité publique aux dépens de la liberté de mouvement, de rassemblement ou d’expression des personnes concernées par ces mesures participant au mouvement de judiciarisation de la pauvreté décrit par L. Wacquant dans son ouvrage Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de la sécurité sociale3. La répression n’est toutefois pas l’unique réponse donnée aux personnes qui pratiquent la mendicité et qui n’ont pas été mises au bénéfice de politiques sociales. Ces personnes, au bénéfice de l’offre existante en prestations sociales diverses prévues à l’origine pour d’autres catégories, dépendent de programmes dits à « bas seuil » offrant des services sociaux et sanitaires sans demander de preuve d’identité et sans encourager les bénéficiaires dans un processus de prise en charge. Les opposants à ces différentes mesures mobilisent plusieurs registres comme la nécessité de développer une politique humaniste envers les populations souffrant d’ostracisme dans leur pays d’origine, mais aussi le constat de l’inefficacité des mesures de répression (réglementation à Lausanne et interdiction à Genève). S’il existe bien un différend sur les réponses à apporter à la lutte contre la mendicité dans les rues, cette dernière est identiquement considérée comme un problème social et les personnes qui la pratiquent sont considérées en décalage avec les valeurs dominantes des sociétés capitalistes que sont le travail et la propriété. La dénonciation du caractère potentiellement illégal de la mendicité conduit à la rendre effectivement juridiquement illégale et participe au sentiment général d’insécurité envers la figure de l’étranger et à son rejet. Ces effets sont objectivés par le durcissement du regard sociétal qui s’est traduit lors du vote du 9 février 2014.

  • 4 . Anderson Benedict (2002), L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalis (...)

5Pour répondre au troisième point, il convient de s’interroger sur le lien entre mendicité et « question rom ». Les nombreuses qualifications issues de la littérature scientifique (groupe culturel, communauté, peuple ou ethnie) et de la presse (catégorie politique, minorité ou nation) font de la popularisation du terme « Rom », groupe d’amalgames, un objet de controverses. Cette définition n’est pas sans rappeler la « communauté imaginaire et imaginée », dans le sens où l’entend B. Anderson4, même si dans le « cas rom » cette dimension imaginaire semble encore plus forte étant donné qu’il n’y a aucune revendication de souveraineté sur un territoire. C’est en particulier pour cette raison que le discours à l’encontre de la « question rom » est d’ordre ethnique. Le travail politique intense, lequel contribue à la définition de cette identité collective, et la statistique, laquelle participe à affirmer son existence par le recensement, conduit à une définition téléologique de cette catégorie. L’ethnicisation de la pauvreté a ainsi pour conséquence d’éviter de s’interroger sur les causes structurelles de la précarité et sur les formes d’exclusion dans nos sociétés. Tout converge à démontrer que la pratique de la mendicité est inhérente au mode de vie traditionnelle de ces populations de l’Est. Ces populations minoritaires sont involontairement rendues complices de leur condition de dominés par le fait que leur position de faiblesse est exploitée pour légitimer le discours institutionnel ainsi que les réactions d’intolérance et de discrimination à leur égard.

6Selon les auteurs, les directions principales que devraient prendre les politiques touchent, d’une part, à la lutte systématique contre les stéréotypes concernant la mendicité et, d’autre part, au développement de politiques sociales, sanitaires et de l’emploi développées pour et avec la participation des populations concernées. Toutefois, ces actions ne résoudront pas les problèmes d’inégalités sociales et économiques renforcés par la politique de sous‑traitance pratiquée dans les pays de l’Est. Les auteurs en appellent donc à la mise en place de mesures sociales au lieu de politiques répressives.

  • 5 . Ion Jacques (2009), «Travailleurs sociaux, intervenants sociaux : quelle identité du métier ?», I (...)

7Le décryptage des conditions de vie des mendiants et de leur relation avec les institutions dont ils perçoivent les aides ont permis de rendre compte des logiques de « traitement » dont ils font l’objet. De plus, cette étude ne réduit pas les enquêtés au statut de mendiants mais les considère comme personnes en faisant entendre leur voix. Elle n’explique néanmoins pas la persistance, volontaire ou non, des représentations erronées participant à la régulation sociale et à l’attribution aux citoyens, via les médias et les discours d’institution, d’une croyance qui se perpétue au point de prendre le pas sur la considération des droits fondamentaux. Pour ce faire, il serait nécessaire de prendre en compte les contraintes pesant sur les institutions au travers du regard des « intervenants sociaux », au sens de J. Ion5. Ces derniers se partitionnent en « praticiens du front » (front office), en contact direct avec les personnes en difficulté et à la source du processus de définition de problèmes sociaux, et en « praticiens aux postes de commande » (back office), s’activant à l’arrière pour collectiviser les données récoltées par les premiers pour tenter de concilier la demande sociale avec le pouvoir politique muni du soutien démocratique. Sans doute conviendrait‑il d’analyser aussi le processus de constitution des problèmes sociaux, leur traitement dans l’arène politique et leur traduction dans le dispositif social pour saisir les logiques qui, parfois en contradiction avec celles des praticiens sociaux, sous‑tendent les prises de position politique contribuant à la production de la pauvreté et à faire de la mendicité, et en particulier le « cas rom », une métaphore des inégalités sociales.

Haut de page

Notes

1 . Voir notamment : www.presseurop.ch.

2 . Geremek Bronislaw (1974), « Criminalité, vagabondage, paupérisme : la marginalité à l’aube des temps modernes ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 21, no 3, pp. 337-375.

3 . Wacquant Loïc (2004), Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de la sécurité social, Éditions Agone.

4 . Anderson Benedict (2002), L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

5 . Ion Jacques (2009), «Travailleurs sociaux, intervenants sociaux : quelle identité du métier ?», Informations sociales, vol. 2, nº 152, pp. 136‑142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Reveilhac, « Lutter contre les pauvres », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2532

Haut de page

Auteur

Maud Reveilhac

maud.reveilhac@unil.ch
Étudiante en science politique, 2ème année Bachelor, à l’université de Lausanne - 1015 Lausanne, Suisse.

Articles du même auteur

  • Refuser de parvenir [Texte intégral]
    À propos de : Collectif du CIRA, Refuser de parvenir. Idées et pratiques (Nada Éditions, 2016)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2017
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page