Navigation – Plan du site

L’individu sujet de lui-même

A propos de Guy Bajoit, L’Individu sujet de lui‑même. Vers une socio‑analyse de la relation sociale (Armand Colin, 2013)
Gérard Martial Amougou
Référence(s) :

Guy Bajoit (2013), L’individu sujet de lui‑même. Vers une socio‑analyse de la relation sociale, Armand Colin, 400 p.

Texte intégral

1Le livre de Guy Bajoit, qui apparaît comme une version réactualisée de la Socio‑analyse des raisons d’agir (Bajoit, 2009), est une contribution décisive sur la problématique de la liberté propre du sujet au sein du modèle culturel subjectiviste. L’ouvrage se subdivise ainsi en deux parties inégalement divisées. S’appuyant surtout sur Taylor et Touraine, la première traite de l’individu sujet de lui‑même au sein de la culture européenne. Elle s’efforce en effet de rendre compte que l’émergence de l’individu sujet de lui‑même en contexte occidental serait le fruit d’une longue et lente évolution (p. 13) non nécessairement linéaire. Le premier chapitre s’intéresse à cette lente émergence de l’individu sujet de lui‑même tout au long des différentes époques de l’histoire européenne. La Grèce dans ses deux périodes archaïque et démocratique va respectivement propager les premières couches culturelles productrices du sens en Europe, que sont la tendance « belliciste » qui va durablement se sédimenter en Europe tout en orientant sa destinée (p. 23), et l’ « engagement civique » qui serait simultanément entretenu par l’autre exigence de la vie commune qu’est la « volonté de paix » régissant la production des normes éthiques. Entre ces deux modèles culturels, l’appel au « souci de soi » s’efforce de se frayer une voie, même si la source d’éthique reste externe.

2Cependant, durant la période de transition de l’hégémonie grecque à celle de Rome, et sous l’influence des sophistes ruinant toute croyance aux dieux, le rationalisme et le libre examen (p. 30) vont s’ériger en source de sens. Ce processus d’intériorisation de la source éthique qui annonce également la sécularisation, va face à l’instauration d’une rivalité sans scrupule, voir émerger une nouvelle conception de la vie. Celle‑ci trouvera sa parfaite expression dans la Réforme qui rejette la hiérarchie pour réinstaurer l’individualisme en valorisant le libre arbitre, et en rapprochant la source de la normativité vers la conscience de l’individu (p. 48). Chemin faisant, la raison instrumentale imposée aux civils par les États modernes et les bourgeoisies industrielles capitalistes va trouver une légitimation scientifique au XIXe siècle dans l’orientation « anti‑individualiste » des sociologues (p. 65) pensant l’homme d’abord comme un « être social ». À la fin du premier chapitre de l’ouvrage, les grandes étapes de l’émancipation de l’individu sujet de lui‑même dans la longue histoire de la culture européenne, laissent ressortir l’incapacité de cette culture subjectiviste à s’ériger en modèle hégémonique, même si son potentiel de remise en cause des croyances dominantes demeure une constance (pp. 78‑79). Ce qui permettra à l’auteur de proposer une énumération des modèles culturels constitutifs de la culture européenne dans le second chapitre. Il s’ensuit dans la perspective de Guy Bajoit que ce sont les cinq modèles culturels belliciste, civique, religieux (mystique), rationaliste (utilitariste et instrumental de la première modernité) et subjectiviste qui, historiquement accumulés et sédimentés, forment ensemble la culture européenne (pp. 83‑84). Ce chapitre parachève ainsi le préalable théorique qui permet à l’auteur de s’attaquer à l’objet principal du livre : l’individu sujet de lui‑même sous le règne du modèle culturel subjectiviste.

3Dès les notes introductives de la seconde partie, Guy Bajoit prend le lecteur par la main pour clarifier le projet d’éclairage de la « boîte noire » à trouver entre la pratique des relations sociales et les conduites des acteurs sociaux. Ce projet qui est le cœur même de la socio‑analyse consisterait ainsi à se démarquer du rapport de causalité efficient, mécanique et direct entretenu par une sociologie classique fétichisant les processus de socialisation qui impliquent une croyance ferme au déterminisme socioculturel. L’auteur va ainsi s’appuyer sur neuf histoires de vie (parcours singuliers) qui lui serviront de trame argumentative et de construction de son modèle théorique. Aux cinq premiers individus ayant été à la base de la Socio‑analyse des raisons d’agir, Guy Bajoit va en rajouter quatre autres.

4La suite de l’ouvrage va s’articuler en huit hypothèses. La première affirme que « la pratique des relations sociales, en socialisant l’individu, l’incite à s’engager dans une destinée sociale » (p. 141). Il s’agit en quelque sorte du degré zéro de l’individu sujet de lui‑même dans la mesure où les premières balises de sa socialisation lui sont entièrement imposées de l’extérieur. Et comme ce sera le cas au sein des différents chapitres, l’auteur, après l’annonce de l’hypothèse, présente le constat empirique avant de proposer une théorisation et une comparaison. La seconde hypothèse, qui relève directement de la première, énonce que « l’engagement dans sa destinée sociale éveille chez l’individu des attentes relationnelles dont certaines sont bien satisfaites, tandis que d’autres le sont moins ou pas du tout » (p. 158). Selon la troisième hypothèse, « les attentes relationnelles satisfaites forment le noyau central de l’identité personnelle, tandis que celles qui le sont moins ou pas du tout, alimentent des tensions existentielles dans les zones périphériques de cette identité » (p. 177). Au regard de ces trois premières hypothèses, l’auteur semble confirmer l’une de ses convictions selon laquelle l’intelligibilité du rapport entre la pratique des relations sociales et les conduites des acteurs passe par une analyse de l’identité personnelle de l’individu, plutôt que par l’éventuelle recherche d’une causalité directe ou mécanique. En guise de théorisation, la théorie de la socio‑analyse considère l’identité personnelle comme constituée de trois sphères que sont l’assignation, l’engagement et le désir, qui jamais ne se recouvrent totalement.

5La quatrième hypothèse, relative aux malaises identitaires, admet que « certaines conditions fragilisent l’identité de l’individu et produisent des malaises identitaires, qui l’incitent à remettre en question la destinée dans laquelle il s’est engagé » (p. 198). Elle débouche directement sur l’idée que « l’individu construit un récit du sujet, par lequel il s’explique son malaise identitaire et projette ce qu’il veut faire pour le soulager » (cinquième hypothèse) (p. 221). À travers les différents personnages, l’auteur semble déceler des logiques d’action qui sous‑tendent les raisons volontaires‑légitimes et involontaires‑moins légitimes, mais aussi conscientes et moins conscientes, des différents individus. De là, Guy Bajoit énumère en guise de théorisation, les « récits de compréhension » et « les récits de soulagement » du malaise identitaire (pp. 238‑239). Convaincu que les différents récits pris isolement ne seraient que d’une efficacité relative (p. 249), l’auteur va alors esquisser une grille théorique d’appréhension des spécificités de chaque modèle de récit.

6Suivant la sixième hypothèse, « l’individu construit les raisons du sujet : ses motivations pour passer à l’acte et les résistances qui s’y opposent » (p. 253). Ici l’individu sujet de lui‑même ne se définit pas seulement par la capacité d’action sur soi et la capacité narrative. Il s’appréhende également à travers la capacité de « se donner un projet d’action pour tenter de reprendre le gouvernail de son existence, et des raisons pour agir (des motivations) ou pour ne pas agir (des résistances) » (p. 253). Ce qui débouche très souvent sur le processus de libération (septième hypothèse) : « L’individu met en œuvre les capacités psychiques qui affaiblissent ses résistances internes et lui permettent de poser des actes libérateurs » (p. 276). Une précision importante apparaît dès lors. C’est que l’opération de l’individu du travail de soi sur soi et par soi présuppose une capacité d’intuition (au sens bergsonien de mélange d’instinct et d’intelligence) de sa conscience. Ceci expliquerait qu’aucun des neuf personnages étudiés ne soit totalement parvenu « à se libérer durablement de ses résistances internes » (p. 291). Ce constat va naturellement déboucher sur cette autre trouvaille déterminante selon laquelle « ceux qui se servent davantage de leur réflexivité ne semblent pas avoir obtenu de meilleurs résultats que ceux qui se servent surtout de leur expressivité » (p. 292). L’auteur parvient par ce fait à corroborer l’hypothèse de la nécessaire collaboration de la réflexivité et de l’expressivité dans le processus de libération de l’individu, formulée en début de chapitre. Enfin, la huitième hypothèse s’intéresse à l’acteur en relation : « L’individu passe à l’acte : il redéfinit plus ou moins profondément ses relations sociales… et il paie le prix de sa libération toujours partielle ! » (p. 295). Au final, une impression semble implicitement dégagée, selon laquelle c’est finalement l’affect (la peur ou l’amour) qui oriente davantage l’individu dans ses relations sociales (p. 297). Tandis que le concept de relation sociale reste confirmé comme un « instrument d’analyse assez pertinent pour rendre compte de la manière d’agir sur les autres » (p. 305).

7À la lecture de cet ouvrage, il apparaît assez clairement que l’auteur appuie son hypothèse générale derrière l’idée d’intuition bergsonienne qui serait « ce qui permet à l’individu, dans la conduite de son existence, de s’orienter selon sa conscience, c’est‑à‑dire, à la fois, grâce à ce que lui dicte son intelligence et à ce que lui inspire son instinct » (p. 15). Mais dans la mesure où les valeurs et normes de la vie bonnes peuvent relever plus ou moins directement d’une injonction des « exégètes » et donc d’une source externe qui déteindrait subtilement sur la conscience individuelle, l’auteur défend son hypothèse par l’existence d’un renvoi constant de l’individu à « lui‑même » (p. 19), à l’auto‑invention de sa vie. Or il nous semble quand même que ce processus d’auto‑invention peut demeurer coincé – même à l’insu du sujet agissant – dans les limites des matériaux rendus disponibles par les contrôleurs au sommet des différents rapports de socialité (Bourdieu, 1986 ; Foucault, 1975). D’où la nécessité d’une ouverture du débat sur la question de la disponibilité et de la qualité des matériaux soumis à la disposition ou à la portée de l’individu producteur du social.

8Pourquoi ? Parce que la socio‑analyse, prenant elle‑même appui sur la psychanalyse, reconnaît cette difficulté suprême de l’individu à se libérer de lui‑même (« le pire des esclavages »), c’est‑à‑dire de sa propre conscience préfabriquée avec les matériaux sociaux dominants (p. 19). Ensuite parce que la perspective adoptée par Guy Bajoit n’est pas totalement à l’abri de l’influence d’un certain idéalisme (p. 76 sq.), même si des éléments d’empiricité sont présents tout au long de son analyse. Dans une posture strictement épistémologique, l’auteur ne semble pas aller plus loin que Louis Dumont (1977 et 1983), dans la mesure où il admettrait au moins implicitement l’existence d’une certaine summa divisio sans explicitement verser dans une posture de hiérarchisation culturelle (p. 90).

9L’originalité de la démarche de Guy Bajoit se repère dans l’explication des conduites par leur combinaison, qui amène le sociologue à aller au‑delà des propos de l’acteur, pour retrouver des sens éventuels implicitement camouflés (cachés, ignorés, censurés) par l’idéologie discursive (p. 150). Son mérite essentiel est d’avoir su habilement composer en même temps avec et au‑delà d’Alain Touraine. Avec ce dernier, Guy Bajoit repère les insuffisances de la conception utilitariste de la modernité propre au modèle culturel rationaliste (Touraine, 1992). Se réappropriant ainsi la conception « expressiviste » de la modernité promue par Touraine (p. 74), il va néanmoins élargir la conception du sujet en lui conférant en outre quelques attributs de l’acteur. Dès lors, il entrevoit un double sens au terme sujet de lui‑même. Le premier renvoyant à l’idée de l’individu ne dépendant de rien d’autre que de sa conscience et de ses intuitions. L’autre, le plus redoutable pour le sujet, signifiant l’auto‑libération vis‑à‑vis de son « Moi ».

10Grâce à ce procédé, l’auteur parvient à déceler un piège méthodologique qui serait fonction de l’influence de la destinée sociale sur l’enquêté. Car plus cette influence est grande, plus l’enquêteur court un double risque de voir le récit de l’individu biaisé par une préoccupation idéale de convergence des deux identités engagée et assignée, non nécessairement fidèle à la réalité objectivement vécue. Or à force de toujours lier son identité personnelle aux attentes de l’entourage, l’enquêté se trouve très souvent fatalement en train d’adopter la même attitude vis‑à‑vis de l’enquêteur qui représente à ses yeux une sorte d’ « autrui significatif », quoique par défaut et de manière éphémère. La question qui demeure néanmoins en suspens est de savoir ce qu’il en est lorsque l’identité assignée est en même temps ressentie comme désirée ? En d’autres termes, qu’en est‑il alors quand le devoir dans la pratique des relations sociales est effectivement érigé en une envie profonde d’orientation de l’engagement ?

11Plus fondamentalement, nous pensons, contrairement à Guy Bajoit, que même sous le règne du modèle culturel subjectiviste, la pluralité de choix qui se retrouve en face de l’individu (la globalisation y aidant), peut dans certains cas aussi limiter le besoin d’épanouissement personnel, tout en atténuant un certain désir de reconnaissance sociale (p. 173). L’exemple de la « fatigue d’être soi » (Ehrenberg, 2008) pourrait dans une certaine mesure être révélateur de ce potentiel assujettissant inhérent à la seconde modernité. D’ailleurs, cela expliquerait en partie pourquoi les rapports entre ces deux attentes (reconnaissance sociale et épanouissement personnel) demeurent un mystère aux yeux de l’auteur. Et pourquoi celui‑ci en appelle, pour les élucider, à la nécessité des recherches complémentaires, si possible menées « avec des méthodes différentes que celles [utilisées] ici et sur un échantillon beaucoup plus grand » (p. 176).

12À cette première contrainte, s’articule une seconde à notre sens, qui se trouverait dans la validité d’une posture subjective purement autocentrée dans un contexte où la conscience est rarement neutre. L’on aurait l’impression que le choix laissé à l’individu de s’auto‑définir est anodin et dénué de toute détermination au sein du modèle culturel subjectiviste. Il nous semble plutôt que c’est la nature même des déterminations qui aurait changé, celles‑ci restant bien présentes sous des formes plus subtiles et probablement différentes. Il ne serait donc guère exclu que l’actuel modèle subjectiviste, tout en laissant croire à une autonomie individuelle certaine, continue à laisser promouvoir un contrôle par l’entremise de mécanismes plus discrets, dont un profond travail sur soi et une volonté véritable d’ascension spirituelle pourraient révéler certaines manifestations. Mais ceci est un tout autre chantier qui invite à une démarche pluridisciplinaire plus profonde et non nécessairement normative. Dans le même sillage, une autre difficulté imposée à la socio‑analyse – et reconnue explicitement par l’auteur – se trouve dans son incapacité à percevoir le réel au‑delà des barrières construites de manière consciente ou inconsciente par l’enquêté (p. 288).

13Enfin, et sans nécessairement rentrer dans des considérations axiologiques, l’auteur, en précisant que « la socialisation n’est pas le mal et la libération de ce conditionnement n’est pas le bien », tient tout simplement grandement compte du fait qu’ « ici et aujourd’hui, le modèle culturel régnant propose et impose aux individus d’être sujets d’eux‑mêmes, acteurs de leur propre existence et de se libérer de toute forme d’aliénation » (p. 311). Or justement à ce propos, l’on pourrait bien être curieux de connaître comment, sous la houlette de quelle(s) instance(s), au‑delà des personnalités historiques, un modèle parvient‑il à s’imposer au sein d’une société donnée, à une époque précise ? Et si ces instances sont fonction des modèles culturels et des époques, lesquelles permettent réellement de soutenir le présent modèle culturel dit subjectiviste ?

Haut de page

Bibliographie

Bajoit G. (2009), Socio‑analyse des raisons d’agir. Étude sur la liberté du sujet et de l’acteur, Laval, Les Presses Universitaires de Laval.

Bourdieu P. (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62‑63, juin, pp. 69‑72.

Dumont L. (1977), Homo Æqualis I : genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard.

Dumont L. (1983), Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil.

Ehrenberg A. (2008), La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Touraine A. (1992), Critique de la modernité, Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Martial Amougou, « L’individu sujet de lui-même », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2448

Haut de page

Auteur

Gérard Martial Amougou

#trié#gerard.amougou@doct.ulg.ac.be
Doctorant en sciences politiques et sociales - Institut des Sciences Humaines et Sociales (ISHS) – Université de Liège – Belgique. Département de science politique – Université de Yaoundé II – Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page