Navigation – Plan du site

Comparaison

Cécile Van de Velde

Entrées d’index

Mots-clés :

Comparaison

Keywords :

Comparison
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, puf, [1895], 1986, p. 137.

1Durkheim affirmait que « la sociologie comparée n’est pas une branche particulière de la sociologie ; c’est la sociologie même, en tant qu’elle cesse d’être purement descriptive et aspire à rendre compte des faits »1. La comparaison s’appuie sur la confrontation de configurations sociales variées au service de l’interprétation d’un objet sociologique. Comparer signifie tout autant mesurer l’ampleur des contrastes qui les clivent, que d’identifier leurs points de convergence : cette tension entre singularités et transversalités éclaire les multiples déclinaisons sociales du phénomène observé, et enrichit sa mise en intelligibilité sociologique. Aujourd’hui, le terme « comparaison » qualifie prioritairement l’approche internationale. Pour autant, le raisonnement comparatiste ne se réduit pas à la comparaison de société à société ; son échelle peut être infra ou supra nationale.

  • 2 . Émile Durkheim, Le suicide, Paris, puf « Quadrige », [1897], 1990.
  • 3 . Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, [1905], 2004.

2On oppose classiquement les approches comparatistes durkheimienne et wébérienne. La première consiste à comparer un choix étendu de sociétés pour éprouver la robustesse des résultats et les effets respectifs de différentes variables explicatives, selon la méthode des « variations concomitantes » : l’exemple le plus représentatif en est Le suicide2. La seconde fait davantage place aux représentations mêmes des individus, dans une perspective compréhensive. Elle s’appuie sur le concept d’« affinités électives »3 pour souligner l’interdépendance entre deux phénomènes et conduit à la construction et à la confrontation des types idéaux fondés sur les singularités distinctives des réalités observées. Cependant, l’opposition entre ces deux approches tend à être dépassée : l’introduction de nouveaux outils théoriques et méthodologiques rend possible leur mise en complémentarité au sein d’un même raisonnement comparatiste. De plus, la comparaison ne se limite pas à la seule objectivation de contrastes d’une configuration sociale à l’autre, mais tend également vers la compréhension des facteurs sociaux qui en sont au fondement, ainsi que de leurs dynamiques d’évolution. Elle appelle donc à s’ouvrir sur une perspective socio- historique et à mobiliser les apports d’autres champs disciplinaires tels que l’histoire sociale, l’économie des politiques publiques, la science politique ou l’ethnologie.

3  

4Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

5http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, puf, [1895], 1986, p. 137.

2 . Émile Durkheim, Le suicide, Paris, puf « Quadrige », [1897], 1990.

3 . Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, [1905], 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Van de Velde, « Variable », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? ».

Référence électronique

Cécile Van de Velde, « Comparaison », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2370

Haut de page

Auteur

Cécile Van de Velde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page