Navigation – Plan du site

Profession

Céline Béraud

Entrées d’index

Mots-clés :

Profession

Keywords :

Profession
Haut de page

Texte intégral

1Pour définir ce qu’est une profession en sociologie, il faut échapper tout à la fois à la polysémie du terme dans le langage courant, mais également à son usage restreint dans le monde anglo-saxon.

2En Grande-Bretagne et aux États-Unis, les professions correspondent à des activités dont les membres se sont vus octroyer des droits spécifiques, en raison de leurs savoirs et compétences ainsi que de leur respect d’un code éthique : autorégulation, droit de regard sur la formation, monopole légal. Historiquement, on parle de professions à propos de la médecine, du droit et de la théologie. Par opposition, les autres métiers sont appelés occupations. Sur une échelle d’autonomie, de prestige et de revenu, ces dernières sont inférieures aux professions.

  • 1 . Talcott Parsons, Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, [1937], 1955.

3Des années 1920 aux années 1960, des sociologues d’obédience fonctionnaliste, dont le plus célèbre est Parsons1, s’attachent à dégager une série de critères typiques des professions (critères d’ailleurs variables d’un auteur à l’autre), dont la médecine serait emblématique. Ils s’intéressent en outre au passage du statut d’occupation à celui de profession, c’est-à-dire au processus de professionnalisation.

  • 2 . Everett Hughes, Le regard sociologique. op. cit.

4Everett Hughes2 refuse cette hiérarchie. Il se méfie du terme professions et considère que les fonctionnalistes se sont laissés piégés par la « rhétorique sociale » développée par leurs membres qui s’attachent à présenter leur activité comme rendant un service indispensable et désintéressé à la collectivité, ce qui le conduit à remettre en cause la légitimité de leurs privilèges. Mettant en outre en évidence les vertus heuristiques d’une étude comparée des métiers, il plaide en faveur d’une sociologie des « métiers modestes », autant que de celle des « professions prétentieuses ». Ainsi, ses étudiants à l’Université de Chicago s’intéressent aux musiciens de jazz, aux concierges, aux chauffeurs de taxis, aux fourreurs ou encore aux entrepreneurs de pompes funèbres.

  • 3 . Florent Champy, La sociologie des professions, Paris, puf, coll. « Quadrige Manuels », 2009.

5Une troisième voie, entre vision essentialiste des fonctionnalistes et perspective critique des interactionnistes, consiste à reconnaître une spécificité au travail accompli par certaines professions, qui peut justifier leur autonomie aujourd’hui pourtant souvent menacée3.

  • 4 . Voir Didier Demazière, Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récent (...)

6Pour traduire le mot profession, on a souvent recours à l’expression « professions établies ». Si les professions sont longtemps restées un objet d’étude marginal de la sociologie française (au profit d’une sociologie du travail et tout particulièrement du travail ouvrier, mais également d’une sociologie des organisations), il s’agit d’un champ particulièrement dynamique depuis une vingtaine d’années. Refusant le cadre jugé trop étroit du modèle anglo-saxon des professions, c’est une « sociologie des groupes professionnels »4, très influencée par l’approche interactionniste, qui se trouve développée.

7Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

8http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . Talcott Parsons, Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, [1937], 1955.

2 . Everett Hughes, Le regard sociologique. op. cit.

3 . Florent Champy, La sociologie des professions, Paris, puf, coll. « Quadrige Manuels », 2009.

4 . Voir Didier Demazière, Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2009 ; Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, A. Colin, coll. « U », 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béraud Céline, « Profession », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? ».

Référence électronique

Céline Béraud, « Profession », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

Céline Béraud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page