Navigation – Plan du site

Zombies

A propos de Vincent Paris, Zombies. Sociologie des morts-vivants (XYZ, 2013)
Géraldine Foin
Référence(s) :

Vincent Paris (2013), Zombies. Sociologie des morts-vivants, Les éditions XYZ, 180 p.

Texte intégral

1Ils ont de nombreuses appellations : goule, zombie ou encore mort‑vivant. Nous les voyons un peu partout ces dernières années, autant à la télévision, qu’au cinéma ou que sur Internet. Il faut s’y faire, les zombies sont à la mode. Mais qu’est‑ce qu’un zombie ? Pourquoi sont‑ils aussi populaires ? Ce sont les questions que se pose Vincent Paris. À travers son essai sur la sociologie des morts‑vivants, le sociologue québécois propose toute une réflexion analytique sur l’univers du zombie et ce qu’il peut ou semble incarner. Cet ouvrage s’adresse à un public large, à tous ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur ces étranges créatures mangeuses de chair humaine. Vincent Paris plonge ses lecteurs dans l’univers chaotique et morbide des zombies, en alternant des passages romancés, qui feraient dresser les cheveux sur la tête de plus d’une personne, et ses réflexions. Prenant soin d’expliquer les concepts sociologiques qu’il utilise dans son analyse, Vincent Paris offre ainsi aux non‑initiés à la sociologie les outils nécessaires à sa compréhension.

2Dans la première partie de son ouvrage, l’auteur tente d’élaborer une définition générale des zombies. Deux théories s’affrontent à ce propos. Un premier courant de pensée revendique le « zombie lent », dont les caractéristiques sont illustrées par le film Shaun of the Dead (2004) ou la série très populaire The Walking dead (2010). A contrario, un second courant prône évidemment le « mort‑vivant rapide », dont les films comme 28 Days Later (2002) et Dawn of the dead (2004) sont les principales démonstrations. Rapide ou lent, les deux écoles de pensée se rejoignent néanmoins sur les critères fondamentaux des zombies : ils sont morts et agressifs. Dans tous les cas ils essayeront de vous croquer. Mais comment devient‑on un zombie ? Pas de panique, Vincent Paris apporte les informations essentielles pour comprendre l’évolution de la zombification. Il s’avère que la manière de devenir un zombie change à travers les époques ; on ne devient pas une goule de la même façon dans les années 1950 qu’aujourd’hui. Tout au long de ce chapitre, l’auteur présente sur un ton léger, toutes sortes d’ouvrages, de sites qui traitent des zombies. Tout y passe, les guides de survie en territoire zombie ou encore ceux s’adressant aux individus mordus, donnant des conseils sur les manières de vivre (le yoga y est fortement conseillé).

3Dans la seconde partie, l’image du zombie véhiculée dans les médias est disséquée, Vincent Paris présente plusieurs faits divers qui ont fait l’objet de publication dans des quotidiens américains (beaucoup de ces faits se passent en Floride). À partir de ces matériaux, le sociologue présente toute une réflexion sur le rôle des médias dans la construction sociale d’une réalité, celle de la propagation des zombies (p. 56). Certains journaux consacrent des rubriques entières sur des cas de cannibalisme, tel que le journal portoricain El Nuevo Dia. L’utilisation à tout va des notions de cannibale ou de zombie a poussé Vincent Paris à marquer la dichotomie entre la notion de « cannibale » et de « zombie ». L’auteur remet de l’ordre dans ces différentes appellations, utilisées par les médias. Vincent Paris met en garde le lecteur, il ne faut pas confondre le mort‑vivant infecté par un virus et qui mange de la chair humaine avec l’individu atteint d’un délire psychotique, ayant commis des crimes abominables, avec le cannibale pour lequel l’ingestion de chair humaine fait partie d’un rituel social collectif, qui avait cours dans des sociétés primitives.

4En dehors des articles journalistiques, les « marches des zombies » font également partie du paysage médiatique analysé par l’auteur. En plus de la popularité grandissante de ces manifestations, des villes comme Montréal, Paris, Londres, Milan, Tokyo, Amsterdam, Moscou, Shanghai, Séoul ont leur propre marche. L’intérêt pour le sociologue est d’analyser les différentes interprétations de ces marches (Samuel Archibald, Anne Billson). Il revisite ces zombies walks en prenant de la distance avec l’image du zombie, comme symbole des prolétaires des mouvements marxistes ou celui des anarchistes, dans lesquels le zombie incarnerait « le capitaliste inconscient, uniquement motivé par la recherche de profits et de pouvoir » (p. 72). L’auteur met le « holà » dans les comparaisons métaphoriques. En effet, les marches zombies sont, pour lui, un phénomène moderne. Elles « sont comme la société moderne qui les a vues naître : elles mangent tout. Y compris la postmodernité… » (p. 71). C’est avec humour que Vincent Paris soutient qu’au rebours des vampires, qui vivent dans un monde élitique, le virus – qui est la source de zombification des êtres humains – est tout à fait démocratique, voire universel, puisqu’il s’attaque à tous les individus, quelle que soit leur appartenance sociale, religieuse, ou ethnique.

5Dans la troisième partie, Vincent Paris remonte le temps jusqu’aux origines de ce monstre devenu si familier. À partir de la culture haïtienne, l’auteur présente différentes études anthropologiques qui se sont intéressées à la croyance vaudou, notamment celle de Zora Neale Hurston, Franz Boas, Ruth Benedict et Margaret Mead durant les années 1930. À travers cette synthèse, les lecteurs découvrent la culture haïtienne, ses rites vaudous, sa magie noire, parsemée de témoignages (Felicia Felix‑Mentor). Les plus hardis perceront alors le secret des prêtres vaudous sur la zombification, à travers l’étude de l’anthropologue et botaniste canadien Wade Davis. Certains diront que le zombie moderne découlerait du zonbi haïtien. Là encore, Vincent Paris apporte des informations qui peuvent laisser perplexe sur l’origine de ces montres mangeurs de chair humaine. En effet, à travers une analyse des contenus de certains textes de la Bible judéo‑chrétienne, nous voyons que le phénomène du zombie est apparu bien avant la religion vaudou.

6La quatrième partie traite de la popularité des zombies. Pour en comprendre le phénomène, Vincent Paris introduit dans son analyse la notion de risque et de thématiques reliées à l’incertitude. Illustrant ses propos par différentes légendes qui ont parsemé l’histoire, passant par l’Odyssée d’Homère, jusqu’aux récits modernes de dangers potentiels, les menaces imprévisibles sont caractéristiques de leur époque. En effet, les risques typiques de la société traditionnelle sont extérieurs à la société (Ulysse subit la colère des dieux), alors qu’ils sont considérés, à notre époque, comme impensables. Les récits apocalyptiques modernes s’inscrivent dans une sémantique contemporaine qui considère l’individu comme un acteur social responsable de ses actions sociales. C’est pour cette raison qu’une fin du monde causée par un virus mortel suscite fascination et intérêt, car elle est plus adaptée à notre société (p. 125).

7La réflexion de Vincent Paris entraîne le lecteur à s’interroger sur la réalité des zombies. Le risque venant des actions de l’Homme correspond à la réalité de notre société moderne, alors les zombies peuvent‑ils être à la fois faux et réels ? Pour tenter de répondre à cette question, l’auteur livre les outils adéquats, sur le sens que l’on peut donner aux choses « virtuelles » et « réelles ». Généralement, il y a une opposition entre le réel et le virtuel, mais le sociologue apporte d’autres schémas d’interprétation. Pour l’auteur, ce qui est virtuel correspond à une réalité potentielle, qui peut se manifester réellement, et si l’on se fie à la factualité des zombies, cette réalité est prête à surgir à tout moment ! (p. 126). Une fois encore, les éléments de réflexion de Vincent Paris sont illustrés de faits divers, tels que les publications de certains organismes gouvernementaux comme le Centers for Disease Controle and Prevention aux États‑Unis ou le gouvernement provincial de la Colombie‑Britannique au Canada, qui, sous le prétexte de diffuser des guides de survie en territoire zombie, ont eu la possibilité de transmettre des informations essentielles en cas de catastrophes majeures. Malheureusement, il n’y a aucune indication sur ces sources documentaires.

8La possibilité d’une fin du monde par la propagation d’un virus mortel tire sa source de la science et de ce qu’elle peut inspirer chez l’individu. À partir de ce constat, Vincent Paris pousse sa réflexion sur la confiance et la méfiance qu’inspire la science. Dans le scénario de fin du monde, la science est centrale, elle est à l’origine de l’épidémie, mais elle est également la solution à la découverte d’un vaccin ou d’un traitement. C’est pour cette raison que ce scénario plaît, car il est à l’image de notre société : la société du risque.

9D’autres explications de cette popularité sont présentées aux lecteurs. Pour certains (dont il ne cite pas les sources), les zombies incarneraient la peur, les nouvelles angoisses contemporaines ; d’autres soutiennent qu’ils mettent en scène des craintes comme la peur de la mort, de la vue du sang ou du cannibalisme. L’engouement pour les zombies peut également provenir de l’émergence d’une conscience collective nouvelle d’avoir mis l’existence de l’humanité en danger (Jean‑François Lisée, Jérôme‑Olivier Allard). Vincent Paris émet des critiques sur le symbolisme du zombie comme incarnation des peurs individuelles, car cette pensée lui semble incomplète. Il met la société au centre de sa réflexion. La société produit des communications, des symboles qui sont interprétés par l’individu en termes de peur. Les risques et les dangers associés à la fin de la civilisation humaine ne concernent qu’elle, que sa propre réalité : elle est autoréférentielle (pp. 137‑138).

10La grande question qui fut traitée dans les films, séries TV ou romans d’horreur est la réaction des survivants face à une mort imminente (d’attaque de zombies, par exemple). Vont‑ils paniquer ou être solidaires ? La panique fut pendant longtemps vue comme une réaction face à une situation de stress qui pouvait pousser les individus à avoir des comportements asociaux, brutaux. En présentant à ses lecteurs des travaux de sociologie, Vincent Paris apporte de nouveaux éléments de réflexion. Il s’appuie sur différentes études (Enrico Louis Quarentelli, Norris A. Johnoson), pour démontrer que lors de situation de stress intense (incendie, débandade), une majorité d’individus ne se laisse pas emporter par la panique, mais cherche plutôt à collaborer pour assurer leur survie et celle des autres. Par contre, comme le précise l’auteur, rien ne nous dit comment nous réagirions face à un virus qui se propagerait à une vitesse effroyable. C’est avec humour qu’il met les lecteurs en situation : que ferions‑nous lors d’une attaque de morts‑vivants ?

11Toujours dans le scénario de la propagation d’un virus mortel, le sociologue présente avec sang froid les différentes étapes de la chute de la société moderne, qui fut mise en scène par de nombreux films ou livres de zombies. Toujours dans l’hypothèse d’une fin du monde, c’est ensuite aux lecteurs de se questionner sur leurs propres actions ou réactions : que ferions‑nous ? Comment lutterions‑nous pour survivre au territoire zombie ? Nous serions sûrement confrontés à des dilemmes moraux, des questions d’éthique pour survivre, comme « que faire de notre enfant de trois ans qui ne peut pas comprendre qu’il faut se taire, pour ne pas attirer les zombies ? » (p. 148).

12Cet essai se propose en tant que réflexion analytique de ce qu’englobe le phénomène zombie. Non sans prétention, l’auteur dissèque avec minutie l’environnement culturel et médiatique de ces morts‑vivants, en remontant jusqu’à leurs origines religieuses et en passant par les nombreuses hypothèses qu’ils suscitent en matière de rapports sociaux, de dilemmes moraux. Les lecteurs seront amenés à prendre du recul sur leur propre représentation du zombie, et peut‑être se questionneront‑ils sur leurs actions en cas d’attaque de goules. Vincent Paris montre que le mort‑vivant est une représentation des défis, des risques et des dangers potentiels de la société. « En dernière instance ils [les zombies] sont la société » (p. 152). Parfois imprécis sur certaines sources, il n’en reste pas moins que cet essai est une contribution non négligeable à l’analyse d’une production de la culture populaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Foin, « Zombies », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2353

Haut de page

Auteur

Géraldine Foin

geraldine.foin@univ-lorraine.fr
Doctorante en sociologie au Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S) – 3, place Godefroy de Bouillon – BP 3397 – 54015 NANCY CEDEX

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page