Navigation – Plan du site

Implications ethnographiques

A propos de Wilfried Lignier (dir.), « Implications ethnographiques », un dossier de la revue Genèses (n° 90, 2013)
Pauline Seiller
Référence(s) :

Wilfried Lignier (dir.), « Implications ethnographiques », Genèses (n° 90, 2013)

Texte intégral

  • 1 . Question que pose Olivier Schwartz (2009 [1990]) dans Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femm (...)
  • 2 . En témoignent les enquêtes de Richard Hoggart (1970) ou de Nels Anderson (1993) mais aussi de soc (...)

1Ce dossier de Genèses opère un focus sur les enquêtes ethnographiques où l’ethnographe appartient, de près ou de loin, à l’univers social étudié, là où « la frontière n’est pas si nette » (p. 2) entre « indigènes » et enquêteur pour reprendre les termes de Wilfried Lignier en introduction. Les articles de ce dossier, s’ils montrent la richesse des formes d’implication ethnographique, engagent aussi une réflexion sur les limites d’un tel engagement sur le terrain ainsi que les stratégies pour les contourner. En somme, ce dossier pose des questions méthodologiques centrales pour les sociologues et ethnologues qui mènent des enquêtes longues et approfondies : comment l’implication sur le terrain permet‑elle d’obtenir des matériaux inédits, de dépasser le cadre initial de la recherche ? Que peut‑on apprendre que l’on ne sait déjà lorsque l’on enquête en terrain familier ? Pourquoi certains mondes sociaux impliquent‑ils une implication plus forte de la part du chercheur ? Comment « donner de soi » pour « voler » un peu des enquêtés par la suite1 ? Parmi les quatre enquêtes présentées, deux postures ethnographiques méritent d’être distinguées : d’une part, celle où des ethnographes sont impliqués parce qu’ils font partie de leur terrain et ont fait le choix d’enquêter sur leur propre milieu – pratique relativement courante en sociologie2 – et, d’autre part, la posture d’ethnographes impliqués parce qu’ils ont été entièrement intégrés sur et dans le terrain, parfois dès le commencement de l’enquête.

  • 3 . Schwartz O. (1993), « L’empirisme irréductible. La fin de l’empirisme ? », Postface de Anderson N (...)

2Le premier article du dossier « Implications ethnographiques » est celui de Flora Bajard, qui relate l’enquête qu’elle a menée durant quatre années auprès de céramistes. L’ethnographe est issue du terrain – ses parents sont tous deux céramistes – ce qui donne lieu à une « forte proximité sociale et affective » (p. 10) avec l’univers social qu’elle étudie. Elle n’est cependant pas complètement « sociologue indigène »3 n’étant pas elle‑même céramiste : son statut est celui de « fille de » céramistes qui occupent des positions plutôt favorables dans la hiérarchie professionnelle des céramistes. Cet ancrage dans le monde professionnel étudié a ses vertus pour l’enquête : les prises de contact avec les enquêtés sont facilitées, le statut proche de l’enquêtrice se prête assez bien aux confidences, aux discours intimes ou aux formes de dénonciation. De plus, par son affiliation familiale, personnelle, à ce monde professionnel, elle n’apparaît pas comme une « institutionnelle » pour les céramistes. Et, face aux instances institutionnelles, cette position de sociologue « fille de » est aussi favorable pour l’enquête : elle est perçue comme une alliée dont les travaux pourraient jouer un rôle sur les processus de professionnalisation des céramistes. Cette position impliquée sur le terrain donne lieu cependant à un ensemble de difficultés que l’ethnographe doit contourner. Ainsi, si l’enquêtrice se sent parfois « captive » de son réseau familial, elle déploie des techniques et astuces afin de « débloquer » certaines situations d’enquête. C’est le cas par exemple lorsqu’elle souligne, selon les céramistes rencontrés, certaines dimensions spécifiques des trajectoires de ses parents ou certains points de vue particuliers afin de libérer la parole des enquêtés (qui peuvent craindre son jugement à l’aune des positions favorables de ses parents dans le milieu étudié). La réflexivité de cette ethnographe vis‑à‑vis de son enquête rappelle que seule la connaissance fine d’un monde social permet de maîtriser l’enquête de terrain (connaissance permise ici par sa socialisation primaire mais qui peut être acquise, dans d’autres cas, au fur et à mesure de la démarche ethnographique).

3Dans le second article, de Julie Landour, l’ethnographe « appartient » aussi initialement à son terrain. Réalisant une enquête sur le désengagement au travail des salariés d’un institut de sondages dans lequel elle est elle‑même cadre, l’auteure est à la fois ethnographe et salariée dans un même espace, dans une même temporalité. Julie Landour analyse les risques qu’elle prend dans un tel cadre : d’abord, un risque économique pour elle‑même car elle met en jeu son travail, ensuite un risque juridique – dans ce type d’institut les salariés sont soumis à une clause de confidentialité – et, enfin, un risque déontologique qui pose la question de l’anonymat des salariés dont elle est proche socialement et amicalement. En outre, la position de salariée/enquêtrice pose question quant aux matériaux récoltés sur le terrain : que relever que l’on ne sait déjà lorsque l’on était à l’intérieur de ce monde professionnel avant même d’entrer sur le terrain ? Comment minimiser les formes de perturbation de la situation ? Comment « se découvrir » pour mener des entretiens ? La démarche impliquée de l’ethnographe complexifie en partie la réalisation de l’enquête par entretiens face à des collègues qui se dérobent, mal à l’aise avec la position spécifique de leur collègue devenue sociologue. Pour faire face à cette limitation de l’enquête, l’ethnographe a choisi de démissionner. Son implication ethnographique a aussi largement alimenté l’enquête. Ainsi, la salariée/ethnographe a bénéficié d’un large accès au terrain, sans limitation d’accès ou de déplacements. Sa posture a induit également une grande confiance – de connivence même lors des entretiens, du fait de sa connaissance intime de la culture professionnelle indigène. « Chercheur funambule » – comme indiqué dans le titre de l’article –, l’ethnographe étudiant son propre milieu professionnel fait face à des contraintes juridiques, économiques et éthiques qui peuvent être transformées en ressources pour l’enquête dès lors qu’il/elle fait preuve de réflexivité sur la démarche d’enquête et ce, des premiers pas sur le terrain jusqu’à l’étape de restitution des travaux.

  • 4 . L’auteure rappelle à juste titre qu’il en est de même dans beaucoup d’enquêtes reposant sur des f (...)

4Comment mener une enquête lorsque le terrain demande une implication du chercheur à plusieurs égards ? Telle est la question à laquelle répondent les deux articles suivants du dossier. L’article de Justine Brabant s’interroge sur les limites de certaines implications ethnographiques comme le suggère son titre : « Peut‑on faire de la recherche au sein d’une ONG ? ». En effet, l’objet de sa recherche – les liens entre litiges agropastoraux et conflits armés au Sud‑Kivu (province de l’est de la République démocratique du Congo) – implique une affiliation avec les organisations présentes sur le terrain qui constituent « un maillage administratif et logistique » (p. 42) dans un contexte sécuritaire. Pour mener à bien sa recherche, l’ethnographe a donc intégré, en tant que stagiaire, l’ONG LPI (Life and peace institute). Elle fait alors l’expérience des tensions entre le statut de chercheur académique et le statut exigé par le monde humanitaire de « prescripteur » proposant des recommandations internes et des rapports utiles à l’ONG. L’ambivalence de sa position d’enquêtrice au sein d’une ONG (sans que l’ONG en elle‑même soit objet de recherche) pose la question suivante : est‑il possible de produire une recherche distanciée et autonome ? À partir de l’analyse de quatre effets pervers de ce type d’enquête, elle montre comment ces difficultés peuvent être contournées et, au contraire, apporter à l’enquête. Premier effet pervers de l’affiliation à une ONG : le sujet peut être en partie imposé par l’organisation mais, selon l’auteure, l’acceptation d’un sujet proche de l’agenda de la mission humanitaire permet d’une part d’enquêter dans des zones où l’ethnographe seule n’aurait pas accès et, d’autre part, de proposer une analyse critique et circonstanciée plus proche des formats académiques. Le deuxième effet d’une telle enquête est que l’ethnographe est prise dans bon nombre de procédures et de protocoles (pour des questions de sécurité et de financement des voyages sur place) 4. Néanmoins, en « jouant le jeu » des règles imposées par l’ONG, l’enquêtrice a gagné en autonomie. Le troisième effet pervers de cette implication alimente en partie l’enquête de terrain : la confusion avec le statut d’humanitaire par la population facilite l’accès au terrain, bien que l’ethnographe devienne alors objet de différentes sollicitations des individus (demandes de dons, de financements, etc.). Enfin, le dernier effet pervers étudié concerne l’impact des publications pour les ONG. Justine Brabant rappelle toute la nécessité de négocier préalablement le statut de ses écrits avec l’ONG, écrits qui peuvent effectivement mettre en danger les membres de l’organisation et/ou conduire l’ethnographe à une démarche de recherche appliquée relativement distante des publications académiques classiques. En somme, seule une véritable réflexivité lors de l’enquête permet de « tenir » dans une position à cheval entre conseiller en humanitaire et chercheur autonome. Le rapport de l’ethnographe à l’ONG d’accueil est également déterminant : le choix initial de l’ONG et le rapport personnel avec l’organisation sont autant d’éléments permettant à l’ethnographe de répondre à ses exigences scientifiques initiales.

  • 5 . Burawoy D. (2000), Global ethnography. Forces, Connections and Imaginations in Postmodern World, (...)

5L’auteur du dernier article, Franck Poupeau, est au départ plutôt distant du monde étudié. C’est involontairement que l’ethnographe va être amené à occuper des positions variées sur le terrain. Enquêtant sur l’accès à l’eau des quartiers périphériques d’El Alto, en Bolivie, le projet initial de l’ethnographe est de mener une monographie située localement – à l’échelle d’un quartier spécifique, le Barrio Solidaridad. Le choix de ce terrain repose plus sur son étrangeté – sorte de « fascination » du chercheur – que sur la familiarité : zone marginale avec une croissance urbaine importante, les conditions de vie des habitants y sont particulièrement défavorables. De plus, le terrain éloigné et à l’écart des transports est difficile d’accès pour l’ethnographe. Face aux habitants du quartier dont les situations familiales et individuelles sont généralement difficiles, l’accès au terrain ne se fait pas sans engagement de la part de l’enquêteur. Pour établir des liens avec les résidents, Franck Poupeau dispense des cours d’anglais, participe au financement d’une installation informatique et est contacté pour des parrainages d’enfants (il s’agit de financer les diplômes d’élèves ainsi que la cérémonie de remise des diplômes). Il est ainsi assimilé à un « bienfaiteur » par son engagement financier et par les contacts dont il dispose en dehors du quartier qui peuvent servir les habitants. Cette position participe à établir des relations de confiance avec les enquêtés et peut permettre de recueillir des informations précises et variées. Mais l’enquête avançant, cette forme d’implication devient intenable pour le chercheur, de plus en plus sollicité. Il préfère alors se retirer du seul quartier Barrio Solidaridad – tout en conservant des relations avec ses principaux informateurs – pour élargir l’enquête à d’autres quartiers et à d’autres dispositifs méthodologiques dont les enquêtes quantitatives. La combinaison des méthodes n’est pas sans intérêt pour l’ethnographe. Sur le terrain, les questionnaires favorisent les contacts et confèrent une certaine légitimité au chercheur ; pour l’analyse, la monographie éclaire les « anomalies statistiques » tandis que le questionnaire permet d’avoir accès à certaines informations que l’observation participante ne permet pas toujours de recueillir : les catégories de perception des informateurs, les dépenses des ménages, etc. Dans le cadre de la diffusion des questionnaires, le chercheur n’en demeure pas moins impliqué. Assimilé tour à tour à un agent de l’État et à un « porte‑parole », l’enquêteur a fait l’expérience d’une « relation d’enquête inscrite dans des relations de pouvoir au niveau local, avec pour enjeu l’espoir de rentrer en contact avec les autorités compétentes » (p. 75). L’enquête de Franck Poupeau montre comment monographie et enquête statistique s’enrichissent réciproquement. Ainsi, les résultats tirés de la passation des questionnaires ont permis de rompre avec les constats ethnographiques initiaux d’une forme d’indifférence des habitants vis‑à‑vis des politiques de l’eau : dans les quartiers périphériques comme Barrio Solidaridad, les familles acceptent des conditions délabrées car le logement est perçu comme temporaire avant de s’agrandir et d’accéder à la propriété. De même, l’analyse statistique n’aurait pu être si fine sans l’observation initiale qui permet d’intégrer le rapport subjectif des individus à leurs propres pratiques. La combinaison des approches ethnographiques et quantitatives permet alors, selon l’auteur, une « ethnographie globale5 » qui articule les niveaux d’analyse et étudie des dynamiques qui dépassent la communauté étudiée. Elle permet aussi d’associer engagement scientifique et engagement personnel (en dépassant le misérabilisme auquel peut donner lieu un tel terrain d’enquête). Enfin, cette combinaison des méthodes est un atout pour l’ethnographe dont le statut est celui d’un étranger doté de certaines ressources. Cette implication est parfois essentielle pour l’enquête mais souvent aussi indépassable.

  • 6 . Weber F. (2009), Manuel de l’ethnographe, Paris, Puf.
  • 7 . Voir à ce sujet Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l (...)

6Les apports de ce dossier sont doubles. Premièrement, cette réflexion sur les formes d’implications ethnographiques nous rappelle que la neutralité demeure une « illusion » pour une large partie des enquêtes de terrain en sciences sociales. L’engagement personnel du chercheur est même une condition de l’enquête ethnographique, « enquête directe dans des milieux d’interconnaissance, là où l’enquêteur peut nouer des relations personnelles avec les enquêtés eux‑mêmes pris dans des relations personnelles entre eux »6. Deuxièmement, les articles de ce dossier montrent que l’implication du chercheur peut avoir des vertus heuristiques7. Si elle donne lieu parfois à un manque de distance vis‑à‑vis de l’objet ou à un manque d’autonomie dans la recherche, l’implication de l’ethnographe donne accès à des informations précieuses que seule l’insertion prolongée et engagée peut permettre. En revanche, comme en témoignent les articles de ce dossier, ce type d’engagement sur le terrain implique une réflexivité constante de la part du chercheur quant à sa position sur le terrain et sa familiarité avec celui‑ci. En somme, l’ethnographie ne peut faire l’économie de l’auto‑analyse des chercheurs. La portée de ce dossier sur les « implications ethnographiques » est donc plus générale : il constitue un outil précieux pour tous les chercheurs enquêteurs et ce, quels que soient la configuration de leur enquête et leur degré d’implication.

Haut de page

Bibliographie

Anderson N. (1993), Le Hobo, sociologie du sans‑abri, Paris, Nathan.

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l’entretien ethnographique” », Politix, n° 35, pp. 22‑257.

Burawoy D. (2000), Global ethnography. Forces, Connections and Imaginations in Postmodern World, Berkeley, University of California Press.

Hoggart R. (1970), La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

Renahy N. (2006), Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Schwartz O. (1993), « L’empirisme irréductible. La fin de l’empirisme ? », Postface de Anderson N., Le Hobo, Sociologie du sans‑abri, Paris, Nathan.

Schwartz O. (2009), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf.

Weber F. (2009), Manuel de l’ethnographe, Paris, Puf.

Haut de page

Notes

1 . Question que pose Olivier Schwartz (2009 [1990]) dans Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf.

2 . En témoignent les enquêtes de Richard Hoggart (1970) ou de Nels Anderson (1993) mais aussi de sociologues dont la proximité avec le terrain est plus relative comme Nicolas Renahy (2006) qui « revient » dans le village où il a grandi après l’avoir quitté pour faire des études supérieures – étudier les jeunes des mondes populaires ruraux.

3 . Schwartz O. (1993), « L’empirisme irréductible. La fin de l’empirisme ? », Postface de Anderson N., Le Hobo, sociologie du sans‑abri, Paris, Nathan.

4 . L’auteure rappelle à juste titre qu’il en est de même dans beaucoup d’enquêtes reposant sur des financements comme lors de thèses CIFRE en entreprise par exemple.

5 . Burawoy D. (2000), Global ethnography. Forces, Connections and Imaginations in Postmodern World, Berkeley, University of California Press.

6 . Weber F. (2009), Manuel de l’ethnographe, Paris, Puf.

7 . Voir à ce sujet Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l’entretien ethnographique” », Politix, n° 35, pp. 22‑257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Seiller, « Implications ethnographiques », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2347

Haut de page

Auteur

Pauline Seiller

pauline.seiller@unicaen.fr
Maîtresse de conférences en sociologie – Université de Caen – CERReV - 9 bis Chemin du beau site – 14000 Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page