Navigation – Plan du site

Sur l’État

A propos de Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992 (Seuil, 2012)
Nadège Vézinat
Référence(s) :

Pierre Bourdieu (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil et Raisons d’agir, 672 p.

Texte intégral

  • 1 . Pierre Bourdieu (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989‑1992, Paris, Seuil et Raisons (...)

1Le cours donné par Pierre Bourdieu au Collège de France1 et ayant pour thématique l’État n’a pas été conçu en vue d’une publication. Il constitue de ce fait un ensemble extrêmement riche et fécond (presque 700 pages), trop prolixe même peut‑être pour faire l’objet d’une recension qui en rende compte fidèlement. L’objectif de cet ouvrage étant de transcrire de l’oral vers l’écrit, il est difficile d’en résumer le contenu. Différents enjeux se dégagent néanmoins des thématiques développées lors de ces leçons données au Collège de France entre 1989 et 1992. Parmi les axes présentés, les réflexions de Pierre Bourdieu permettent de décortiquer l’institutionnalisation réussie de ce qu’est aujourd’hui l’État, de comprendre comment l’État produit de la légitimité et agit de manière forte sur l’ordre social.

La déconstruction sociale de l’État

2Le premier intérêt de cet ouvrage est de présenter une réflexion épistémologique sur l’État et sur la difficulté à penser l’État en tant qu’objet de recherche et construction sociale. Pour ce faire, Bourdieu l’étudie sur le temps long (en allant jusqu’au Moyen Âge et l’État dynastique) et considère que «  faire une histoire génétique […] est le seul antidote à ce [qu’il] appelle l’“amnésie” de la genèse qui est inhérente à toute institutionnalisation réussie, toute institution qui réussit à s’imposer impliquant l’oubli de sa genèse  » (p. 185).

3L’amnésie de la genèse étant considérée par lui comme le signe d’une institutionnalisation réussie, il convient d’en avoir conscience pour comprendre comment ce «  méta‑champ  » peut se construire et apparaître comme une évidence  : «  Le propre d’une socialisation réussie, c’est de faire oublier la socialisation, de donner l’illusion de l’innéité à propos des acquis – ce que j’appelle l’amnésie de la genèse  » (p. 578). L’analyse processuelle, ou une démarche socio‑historique, est alors utile pour se libérer de l’évidence du social et ce d’autant plus que, pour Bourdieu, «  parmi les instruments de production d’évidence, de sentiment d’évidence, l’État est sûrement le plus puissant  » (p. 578).

4Il revient donc à tout chercheur de lutter contre cette imposition d’évidences, contre cette naturalisation qui émane de la puissance publique. Bourdieu le formule ainsi  : «  un des effets du pouvoir symbolique associé à l’institution d’État est précisément la naturalisation, sous forme de doxa, de présupposés plus ou moins arbitraires qui ont été à l’origine même de l’État  » (p. 185). Son travail consiste ainsi à «  écarter tout ce qui tient de la proto‑croyance, qui est plus qu’une croyance  : c’est une croyance qui ne se connaît pas comme telle. La sociologie doit détruire une doxa  » (p. 188). En tant qu’élément qui fonde un certain ordre des choses, l’État s’impose progressivement dans une vision unique, sorte de «  point de vue des points de vue  » (p. 53) qui facilite la rhétorique de l’officiel.

5Dans le cadre de cette déconstruction sociale de l’État qui revient tout au long du livre – tant pour aborder les différents sens du mot État, les différentes faces de l’État que la concentration des espèces de capital en son sein – Bourdieu nous amène à nous demander dans quelle mesure les institutionnalisations abouties ne referment pas le champ des possibles en rendant l’issue du processus inéluctable. Comme le formule Bourdieu, «  il y a une irréversibilité qui est corrélative de l’unilinéarité des processus. L’histoire détruit des possibles  : l’espace des possibles ne cesse à chaque moment de se refermer  » (p. 187). Toutefois ce type d’institutionnalisation n’en produit pas moins des effets importants. Pierre Bourdieu parle ainsi d’une «  fiction sociale qui n’est pas fictive  » (p. 53) pour décrire la réalité que recouvre cette fiction sociale qu’est l’État, et rendre son étude légitime tout en permettant de le considérer en tant – c’est le deuxième point – que résultat de légitimation et source de légitimité.

L’État comme produit de légitimation et source de légitimité

6L’État ne fait cependant pas que réguler les marchés, il les crée également. L’étude du développement dans les années 1970‑1980 du marché de la maison individuelle en constitue un bon exemple dans la mesure où l’État y joue un rôle décisif  : il s’agit d’un marché co‑construit à la fois par des acteurs politiques, administratifs et économiques et pour lequel les élites de l’État ont joué un rôle fondamental. Dans son cours, Pierre Bourdieu présente l’État «  comme producteur de principes de classement  » (p. 262) et de légitimité obtenue par – et pour – les agents de l’État, les élites étatiques notamment. Bourdieu en fait le récit socio‑historique   : «  Ces agents ont construit progressivement cette chose que nous appelons l’État, c’est‑à‑dire un ensemble de ressources spécifiques autorisant leurs détenteurs à dire ce qui est bien pour le monde social dans son ensemble, à énoncer l’officiel et à prononcer des mots qui sont en fait des ordres, parce qu’ils ont derrière eux la force de l’officiel  » (p. 60). La production d’une légitimité de l’État résulterait donc en partie de la violence symbolique dont il bénéficie grâce aux agents de l’État.

7Pour déjouer l’intrication qui existe entre l’État et ses agents, entre public et privé, officiel et officieux, la construction d’une entité étatique non réductible à ses incarnations a été nécessaire. Cette dissociation, ce non recouvrement complet de l’État avec ses agents, serait d’ailleurs ce qui distingue selon Bourdieu l’État bureaucratique de l’État dynastique. En développant des questionnements sur le chevauchement qui existe entre l’État et son représentant, le fonctionnaire et sa fonction, Bourdieu se démarque fortement de la vision wébérienne de l’État. «  Max Weber insiste sur le fait que la logique bureaucratique s’impose idéalement, à la limite […] lorsque le fonctionnaire est complètement dissocié de la fonction, lorsque la personne n’apporte plus rien à la fonction et n’emprunte plus rien à la fonction [pour Bourdieu…] les agents sont précisément mêlés avec leur fonction  : ils sont investis dans leur fonction et leur fonction les investit  » (p. 519).

  • 2 . Luc Rouban (2010), «  L’univers axiologique des fonctionnaires  », Revue française d’administrati (...)
  • 3 . Pierre Birnbaum (1977), Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seu (...)
  • 4 . William Genieys & Patrick Hassenteufel (2001), «  Entre les politiques publiques et la politique  (...)

8Alors que certaines recherches2 montrent bien comment l’État produit ses agents (par une socialisation forte, une logique de valeurs fondée sur les notions de service public ou d’intérêt général par exemple), Bourdieu renverse la perspective en considérant que l’État est en partie produit par ses agents  : «  l’État comme ensemble d’agents sociaux, unifiés, soumis à une même souveraineté, est le produit de l’ensemble des agents mandatés pour exercer la souveraineté et non l’inverse  » (p. 68). Le lien existant entre l’État et ses représentants serait par conséquent bien plus intriqué et complexe qu’il n’y paraît. C’est ce qui contribue à façonner «  les sommets de l’État3  » aussi bien que «  l’émergence d’une élite du welfare 4  » et rend cet ouvrage très intéressant à lire pour ceux qui se penchent sur les politiques publiques et la science politique.

9Bourdieu explique ainsi cet entremêlement  : «  Un certain nombre d’agents qui ont fait l’État, et se sont faits eux‑mêmes comme agents d’État en faisant l’État, ont dû faire l’État pour se faire détenteurs d’un pouvoir d’État  » (p. 69). Pourtant tous les agents au sein de l’État ne disposent pas du même pouvoir et on peut regretter que l’hétérogénéité propre à ce champ ne soit pas davantage rendue visible dans cet ouvrage.

10Rendre son pouvoir plus fort et légitime afin d’asseoir davantage encore sa position, grâce à un cumul des différents capitaux et une concentration du pouvoir pour une partie des agents de l’État, des élites étatiques en fait, est présenté par Bourdieu comme une manière d’établir un certain ordre social. Les conditions d’exercice de l’autorité de l’État participent de ce fait également à des mécanismes de reproduction et d’intégration sociale.

L’État et l’ordre social  : reproduction et intégration sociale

  • 5 . Pour lire un développement plus conséquent sur ce point, voir Rémi Lenoir (2012), «  L’État selon (...)

11En produisant (et reproduisant) une forme d’intégration sociale, l’État permet à l’ordre symbolique d’exister et de se maintenir. Il autorise de ce fait la production et reproduction d’un ordre social établi5. La domination de l’État est cependant spécifique dans la mesure où elle passe davantage par le consensus que par la coercition, et Bourdieu – en reprenant Weber – parle ainsi de «  domestiquer les dominés  » en évoquant le cas de la philanthropie par exemple (p. 565). La dimension symbolique du pouvoir étatique en ferait un instrument de construction de l’officiel et du public, dimensions elles‑mêmes sources de domination légitime et d’ordre social.

12La question de départ de Bourdieu revient à se demander  : «  Quelle est donc cette réalité que ceux qui parlent ex officio, c’est‑à‑dire officiellement, font exister par le fait de parler, ou doivent faire exister pour que leur parole soit officielle  ?  » (p. 79). Autrement dit, comment l’État réussit‑il à acquérir une légitimité, cette dernière étant le meilleur moyen d’asseoir une domination légale, et donc difficilement contestable  ? Il répond à cette question en s’intéressant à plusieurs processus croisés (différenciation des autres univers sociaux, monopolisation du pouvoir, concentration de tous les capitaux, principe de transmutation…) et en montrant qu’ils ne sont ni linéaires, ni incontournables.

13Le principe de transmutation semble particulièrement intéressant dans la mesure où il renvoie à la manière dont Bourdieu considère que «  l’accumulation n’est pas simplement une addition  : il se passe des changements liés, par exemple, au fait que la même instance cumule différentes espèces de capital qui normalement ne sont pas cumulées par les mêmes catégories de gens  » (p. 295). Le but de Bourdieu au fil de son cours sur l’État semble donc être d’analyser l’apparition de l’État moderne, c’est‑à‑dire le processus de transmutation du privé en public (p. 482), avec ses transitions longues, des avancées et des reculs, en montrant comment l’interdépendance fine des groupes sociaux participe à la constitution de cet ordre social établi. Sur ce point et concernant son approche très documentée, autant ses références nombreuses aux travaux historiques semblent lui servir à valider l’idée de transmutation, autant l’absence de références à d’autres travaux de sociologie française peut être remarquée et interrogée.

Conclusion

  • 6 . Patrick Le Galès (2014), «  Que devient l’État  ?  », Cahiers français, n° 379, pp. 2‑8  ; Desmon (...)

14Au final, la difficulté à recenser ce livre tient à la fois à sa densité et au caractère oral de ce texte. Le fil directeur est parfois difficile à suivre du fait des digressions, des interventions de la salle, des interruptions entre deux leçons. L’apport de Pierre Bourdieu dans cet ouvrage me paraît cependant double. Premièrement, il rappelle l’importance d’une démarche socio‑historique qui déconstruit et dénaturalise les processus et dynamiques étudiés en permettant de comprendre comment le champ des possibles en est venu à se fermer, c’est‑à‑dire comment les autres options ou orientations ont progressivement été écartées ou abandonnées. Deuxièmement, il décrypte très finement les liens qu’il a pu constater entre l’État et ses agents, entre le pouvoir de ce dernier et celui que les agents en retirent. Contrairement à des recherches portant sur l’État sous l’angle de l’action publique6, pour Bourdieu il est moins question de l’élargissement des fonctions de l’État que de «  domination et intégration  » (p. 351), les deux faces de l’État. Cette concentration des capitaux dans les mêmes mains («  un pouvoir sur les pouvoirs  » pour Bourdieu) définit l’ordre social et produit de l’intégration sociale. Elle est à la fois le résultat de la légitimation des agents (des élites étatiques) et source de légitimité pour eux. Ces processus croisés n’ayant rien d’unilatéral, ils conduisent Bourdieu à s’interroger sur les illusions de la «  pensée d’État  » ainsi que sur le désespoir concernant l’État et son retrait.

Haut de page

Notes

1 . Pierre Bourdieu (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989‑1992, Paris, Seuil et Raisons d’agir, 672 p.

2 . Luc Rouban (2010), «  L’univers axiologique des fonctionnaires  », Revue française d’administration publique, n° 132, pp. 771‑788  ; Isabelle Bertaux‑Wiame & Sacha Leduc (2007), «  Enquête sociologique sur les valeurs des agents de la Préfecture du Nord  », in Danièle Linhart (dir.), Les Différents Visages de la modernisation du service public, Paris, La Documentation française  ; Luc Rouban (2004 [1995]), La Fonction Publique, Paris, La Découverte  ; François Bloch‑Lainé (1976), Profession  : fonctionnaire, Paris, Seuil.

3 . Pierre Birnbaum (1977), Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil.

4 . William Genieys & Patrick Hassenteufel (2001), «  Entre les politiques publiques et la politique  : l’émergence d’une élite du Welfare  », Revue française des affaires sociales, n° 4, pp. 41‑50.

5 . Pour lire un développement plus conséquent sur ce point, voir Rémi Lenoir (2012), «  L’État selon Pierre Bourdieu  », Sociétés contemporaines, n° 87, vol. 3, p. 138.

6 . Patrick Le Galès (2014), «  Que devient l’État  ?  », Cahiers français, n° 379, pp. 2‑8  ; Desmond King & Patrick Le Galès (2011), «  Sociologie de l’État en recomposition  », Revue française de sociologie, n° 52, pp. 453‑480  ; Philippe Bezès (2003), «  Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République  : la construction du “souci de soi de l’État”  », Revue française d’administration publique, n° 102, pp. 307‑325  ; Françoise Dreyfus (2000), L’invention de la bureaucratie. Servir l’État en France, en Grande‑Bretagne et aux États‑Unis (XVIIIe siècle‑ XXe siècle), Paris, La Découverte  ; Bertrand Badie & Pierre Birnbaum (1983), Sociologie de l’État, Paris, Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vézinat, « Sur l’État », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2345

Haut de page

Auteur

Nadège Vézinat

nadege.vezinat@univ-reims.fr
Sociologue – Maîtresse de conférences - Université de Reims Champagne Ardenne – Regards (EA 3262) – CMH (UMR 8097) – 57 bis rue Pierre Taittinger – 51 096 REIMS Cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page