Navigation – Plan du site

Annexe 3 : Extraits d’entretien avec Michel, 58 ans, technicien « maison » et responsable CFDT.

Pauline Seiller

Texte intégral

« La sous-traitance, c’est devenu très important »

1« […] La sous-traitance, c’est devenu très important. Alors qu’avant on avait des entreprises qui étaient installées, qui gardaient le marché de navires en navires, c’étaient des gens qui étaient au forfait quasiment, qui continuaient de bosser aux Chantiers pendant des années, des années et des années… Alors, qu’aujourd’hui, on a développé, un : la sous-traitance sur le site, deux : la mise en concurrence, et, trois : maintenant, on développe la sous-traitance globale où on dit à quelqu’un : « tu vois, cette partie de navire, elle t’est complètement dédiée ». L’entreprise B., qui faisait que de la menuiserie, et bien, aujourd’hui, B. il est responsable de la ventilation, de monter les câbles électriques, de l’isolation, de monter les portes qui vont dans les locaux qu’ils ont sous-traités. Alors, le local, ça reste le bar avec le local public. Mais c’est lui qui est responsable de tout. Donc, il va négocier avec des staffeurs, il va négocier avec des électriciens, c’est lui. On s’est déchargé… Alors, comme dans l’automobile, hein ! L’automobile, avant, tous les joints venaient un par un, le siège venait démonté, et maintenant on emmène, quasiment les quatre sièges sont fixés, et puis, tac, on met dans la voiture. Donc, on a plus ou moins aussi nous développé… Et, c’est de plus en plus, quoi. Dans la logique technologique, on ne peut pas dire que c’est absurde. On peut se dire que la personne qui est responsable de son local, elle sait bien quand est-ce qu’il faut passer le tuyau, elle sait bien quand il faut staffer le plafond. Alors que, quand c’était d’autres qui devaient planifier ces choses-là, quelques fois, on avait des difficultés à…. Sauf que ça re-saucissonne encore les choses. Donc, le staffeur ou l’électricien qui va se retrouver en rang 2 [en sous-traitance de rang 2, c’est-à-dire sous-traitant d’un sous-traitant], avant, il était rang 1 du Chantier pour l’ensemble des locaux, maintenant, il est sous-traitant de rang 2 avec B. pour le local-là, sous-traitant de rang 2 avec T. [autre entreprise sous-traitante] pour le local là-bas et, pour les machines, il est aussi sous-traitant. Donc il est quatre fois sous-traitant de rang 2 ! Donc, lui, on lui fait faire quatre factures, on lui fait faire quatre demandes de prix… C’est pas la même vie pour lui. Ça, ça date depuis deux ans ça… Avant, ça n’existait pas. On sous-traitait les lots, l’électricité, etc. On a sans arrêt des évolutions tout en augmentant aussi de plus en plus le module. C’est-à-dire que, de plus en plus, dans le navire, on vient installer des modules. Sur les aménagements locaux, les buanderies et toutes ces choses-là, ils les avaient modularisés. On avait des modules buanderies, on savait qu’on en avait une au pont 3, une au pont 4, une au pont 5, pop, pop, elles étaient toutes pareilles. On a fait un peu comme des cabines. Les modules, y compris de tuyauteries qu’on met à côté des alternateurs, à côté des ponts, pour traiter les eaux usées, des choses comme ça, on crée des modules. On crée des modules en atelier, on met sur des supports, ça fait des grands ensembles qu’on voit se trimballer à un moment dans le chantier et on se dit : « mais où on va mettre ça ? » Ils vont poser ça dans le bateau le plus possible ce qu’on appelle à ciel ouvert. On vient le poser et après on met les panneaux qu’on met à côté. Alors, sur ça, on a du gain, parce qu’avant fallait passer tuyau par tuyau quasiment, les emmener à bord, donc il fallait refixer des supports, alors que, là, tout le module est amené, quasiment tout le local est traité.

2Et le module est fait en sous-traitance ?

3Oui, beaucoup en sous-traitance. Mais surtout je dirai en extérieur de contraintes bord [l’univers du bord spécifique à la construction navale est effectivement très contraignant]. Le plus possible, ils essaient d’éviter. Les cabines aujourd’hui elles arrivent… demain elles auront même un plancher, alors qu’aujourd’hui elles n’avaient pas de plancher, et, dedans, il y a déjà le lit attaché au mur, tout y est, et de plus en plus tout va y être encore plus. Et après ils branchent l’électricité, ils branchent les tuyauteries, et la cabine, pff terminée ! On a accéléré les choses là-dessus. La modularisation, et puis le fait de dire maintenant les locaux globalement sont sous-traités d’une autre façon, ça change la donne quand même.

4On va tendre à avoir tous les locaux sous-traités comme ça, en sous-traitance globale ?

5Si on prend les locaux machines, je ne sais même pas si on en fait un en entier par des gens Chantiers [« maison »]. Donc, aujourd’hui, dans le chaînage que l’on a dans notre production, ce que l’on ne sous-traite pas encore, c’est les ateliers d’usinage où on découpe les pièces. Ensuite, les ateliers qu’on appelle « pré-pré » [avant le prémontage et le bord], on a gardé chez nous la « pré-pré » robotisée, la « pré-pré » manuelle, c’est devenu une autre, c’est loué à une autre société, l’atelier avec ses compagnons. Donc ce n’est plus Chantiers. Ensuite, on a des ateliers de préfabrication, donc il y en a trois on va dire : le grand atelier « panneaux-plans » où, là, on a les deux lignes, où là c’est 100 % Chantiers, l’atelier 180 tonnes où on fait les arrières des navires ou l’avant parce que ce sont des morceaux gros et tout ça, donc 100 % Chantiers… euh non faux ! Il y a un quart qu’on loue à une société de temps en temps.

6Dans l’atelier ?

7Dans l’atelier oui. Et l’atelier 120 tonnes, un des plus vieux ateliers, qu’on appelait « balai rose » dans le temps aux Chantiers, c’est M. [entreprise sous-traitante] donc c’est sous-traité 100 %. Et M., qui ne veut pas tout prendre tout le temps, je ne sais pas où ils en sont rendus dans les négociations, mais, à un moment donné, il y avait N. [autre entreprise sous-traitante] qui allait peut-être s’implanter sur un quart de son atelier.

Et ça c’est déjà hors du bord !

8Oui c’est avant d’arriver au pré-montage hein. Et donc si je prends le pré-montage, sur les 900 mètres de long, s’il reste 10 % Chantiers, 20 % aux bonnes périodes, et puis au montage 10 %.

9Et, par exemple au pré-montage, c’est institué que cette zone-là est Chantiers et l’autre aux sous-traitants ?

10Alors, on a pensé que ça allait être comme ça à un moment. Mais non il y a quand même un peu de mélange. Parce que, ça dépend des contraintes particulières… Alors ils commencent… s’ils ont sous-traité un bloc, tout le bloc, l’assemblage du bloc va être sous-traité par une entreprise et, nous, on fait que de la supervision. Par contre, s’il y a une intervention sur un panneau, sur deux panneaux d’abord, qui doivent être faites par le Chantier et des entreprises extérieures, il y a un peu de synchro à faire. On ne peut pas dire que c’est… qu’il y a des zonages faits pour… c’est-à-dire que c’est le bloc qui est sous-traité en général, en assemblage et y compris après à l’assemblage au fond de la cale, on deale toute la partie arrière. Cet assemblage va être sous-traité à telle entreprise. Donc, à la limite, la sous-traitance dans la forme A ou dans la forme B [espaces de travail aux chantiers navals], ça peut être à un moment donné 90 % de sous-traitants et tous nos gars Chantiers ils vont être de l’autre bout. Ils sont très peu nombreux…

Ils sont combien à peu près ?

11J’aurai pu te dire ça parce que j’avais les chiffres au bureau ! On a… C’est simple on a 500 ici, 150 là, à vu de nez ici 55, et il en reste 300 maximum pré-montage et montage [il me désigne les espaces de travail sur un plan des chantiers navals]. Il y a 1200 compagnons en tout, 1150. Il y a des superviseurs, des agents de maîtrise, des ATAM [administratifs, techniciens, agents de maîtrise] qui interviennent mais ils ne sont pas considérés comme ouvriers.

Et en population ouvrière globale ?

12Moi je multiplierai ça par quatre à peu près. Parce que, chez nos sous-traitants, le taux d’encadrement doit être beaucoup moins que chez nous. C’est-à-dire que nous on a 500 cadres, à peu près. 1100 ATAM à la louche, 1100 ouvriers. Chez un sous-traitant où ils sont 200, à M. là, il y a 10 ATAM et cadres ou 20. Point final. Entre le patron, les gens du bureau et la maîtrise, et puis il y a 180 ouvriers.

13C’est lié au fait qu’Aker [nom de l’entreprise donneuse d’ordres au moment de l’entretien] ait l’étude ?

14C’est lié à un la supervision, on a les études, on a le projet, on a la supervision, on a la gestion du site. Donc, effectivement, ça fait beaucoup, y compris pour les cadres. Mais, toutes les tâches, on va dire, qu’on sous-traite effectivement, derrière, on se retrouve avec du 20 % / 80 % au niveau des populations. Après, sur le site, on a environ 5000 personnes qui bossent sur le site en plus de nous, il y a 9000 badges actifs, et, à la louche, je dirais 400-500 au niveau des dirigeants et t’en aurais 4000 là. C’est vrai que c’est phénoménal cette nouvelle organisation ! Alors, après il y en a qui ont la nostalgie « quel bon temps quand on était 10 000 et qu’on sortait tous en même temps et que cette population était globale et complète, appartenait à la même famille, connaissait tous le même directeur ». Bon, c’était une autre époque !

15En termes de cohésion justement ça change énormément ?

16Forcément. Forcément il y a ça. Et puis il y a les organisations du travail qui ne sont plus les mêmes. Si je prends le parcours d’un gars qui bossait à l’usinage il y a 9-10 ans, il avait un vestiaire qui était ici [il me montre sur le plan], centralisé, donc il prenait son embauche le matin – alors ceux qui faisaient les quarts je ne sais pas comment ça se passait, ce serait intéressant d’ailleurs mais ils étaient très peu à faire les quarts. Maintenant, on a mis les gens en 2/8 [horaires de travail en deux fois huit], avant il embauchait à 7h30, il avait un petit bus qui l’emmenait jusqu’à son atelier, le midi, il retournait, il allait manger au restaurant central qui était ici, on allait boire un café à Penhoët [le quartier de Saint-Nazaire où sont situés les Chantiers], on reprenait le bus, on repartait à son usinage, à 16h30 ou à 17h, on reprenait le bus, on retournait se changer à son vestiaire et on partait. Aujourd’hui, il a un parking qui est là [il me montre sur le plan un parking juste à côté de son atelier], il a un vestiaire qui est ici [idem], il a un restaurant qui est là [idem]. Il arrive vers la « base-vie » [lieu dédié aux locaux des entreprises sous-traitantes] qui est de l’autre côté des chantiers. Il se gare, il rentre, il va se changer, il va dans son atelier, il a commencé à 6h ; à 11h30 il va manger à côté, il retourne à son atelier… Toute la vie qui est là, tout ce qui s’est passé en dehors, il sait pas. Normal ! On ne lui demande pas d’aller voir si ça va bien à la Forme A ou si ça va bien au pré-montage ! Alors, ponctuellement, il a des copains… mais ponctuellement, c’est très rare. Il y a des gens à l’usinage qui peuvent, alors, ils ont déjà visité le chantier, mais, pendant des années, ils peuvent ne pas voir ce qui s’est passé sur la forme ou… Bon, ils ont été voir le bateau quand même, quand il est à Penhoët en bagnole, il se fait emmerder parce qu’il y a des formes qui sont fermées [en cas de débrayage], donc il voit des choses. Mais, en dehors de ça, il peut ne rien voir. On a des vies… Alors les gens de quart, j’en connais certains qui faisaient des métiers de paludiers quand ils étaient aux Chantiers, ça se fait de moins en moins, c’était des gens qui étaient hors-chantier, ils avaient leur propre bus, ils se changeaient dans des vestiaires particuliers, leur bus les emmenait à l’atelier et les ramenait. Et puis ils mangeaient dans des réfectoires décentralisés. Donc, à l’atelier 180 tonnes, ils avaient des petits réfectoires, on leur emmenait des plats chauds. Ils les commandaient la veille ou l’avant-veille. Mais c’était une population qu’on ne voyait jamais, ils étaient à part les gens de quart. Aujourd’hui les gens de quart c’est du 3/8 plus des gens en « vendredi, samedi, dimanche » aux panneaux plans [un atelier]. C’est du 3/8 et du 2/8 au 180 tonnes [un autre atelier]. A M. [atelier 120 tonnes loué à une entreprise sous-traitante, M.] c’est du 2/8. Ici, c’est du 1/8, enfin c’est du 7h45- 15h45, mais il y a peut-être des sociétés aussi qui bossent 7h-18h. Tout ce qui est robotisé, c’est du 3/8, voire du 2/8 quelques fois. Et au « pré-pré » manuel [un atelier], je pense qu’ils font du 2/8 d’après ce que j’ai pu voir… Et, l’usinage, c’est du 2/8 et ils ont du 3/8 à un moment donné et du VSD [vendredi, samedi, dimanche]. On voit bien que les horaires… Et le 3/8 ici ce n’est pas aux mêmes heures que le 3/8 de là. Parce qu’eux ils ont demandé quand ils ont repris du 3/8, on leur a demandé : « vous préférez faire 6h-14h ou 5h30-13h30 ? », et une majorité a préféré 5h30, alors que chez eux, c’est du 3/8 qui est à 6h.

« On voit bien qu’il y a des gens qui ont bien leurs bleus, qui ont tous leurs équipements, et puis d’autres, on vient encore en jean travailler, on vient avec des équipements qui sont pas terribles quoi. »

17Donc les gens ne se croisent pas forcément…

18Les gens… Et je dirais qu’à côté du panneaux-plans il y a deux restaurants, deux vestiaires, à côté du 180 tonnes il y a un restaurant, deux vestiaires et, à côté de chaque atelier, on a mis aussi bien des restaurants que des vestiaires. Et puis, les parkings, il y en a là, là, il y en a de l’autre côté. Si t’as pu voir le plan du site, t’as pu voir qu’il y avait quand même quelques parkings, même s’ils saturent de temps en temps. Là, pareil, on a un bateau qui est là en cours de montage, plus un autre dans le bassin, ceux qui sont à l’atelier 180 tonnes ils ne peuvent plus se garer au bord de Loire, donc ils rouspètent parce qu’ils sont pas bien. Ceux qui arrivent en quart du matin il n’y a pas de problèmes mais ceux qui arrivent en quart de l’après-midi peuvent jamais se garer, donc il faut qu’ils se garent au parking central. Mais comme tous les ETDA [employés, techniciens, dessinateurs, agents de maîtrise], les cadres sont garés sur le parking central, ils ont plus de place non plus quand ils arrivent en milieu d’après-midi, donc ils gueulent aussi ! C’est les aléas de leurs horaires on va dire.

19Leur vie quotidienne au travail est modifiée par la cantine ou ces choses-là…

20On va dire que ça, ça a été ce chantier-là, de cette organisation-là, il en a déjà été question en 92. Après les gros conflits de 89, il y a eu des commissions de concertations qui avaient été mises en place et il y a des gens qui avaient travaillé à dire qu’il y a plein de temps de perdu dans ce chantier-là, il est mal organisé, il fonctionne pas bien, qu’est-ce qu’on peut faire ? Et tout le monde avait dit, il faut faire des vestiaires et des restaurants à côté de chaque atelier. Ils n’avaient pas dessiné la route à l’extérieur. C’est la seule chose qu’ils n’avaient pas dessiné. Mais les plans existent. Et quand, en 98, la restructuration des chantiers, profitant de la réduction du temps de travail, donc ça permettait de dire aux gens : « vous allez travailler moins longtemps sur le site ». Monsieur B. [président directeur général de l’entreprise à cette époque] s’en était pas caché à l’époque, il avait dit : « moi je veux bien réduire le temps de présence, mais pas le temps de travail, donc faites en sorte que ça ne réduise pas le temps de travail ». Cette réorganisation-là a fait qu’effectivement, la personne qui vient maintenant, elle vient faire 35h, elle bosse 32h quasiment parce qu’on retire les pauses. Alors qu’avant elle venait 38h30, et les temps des bus étaient payés et les temps des vestiaires étaient payés…

21Donc, ce que vous dites, c’est qu’eux ne sont en contact qu’avec leurs voisins ?

22Eventuellement bien sûr. Après, les gens qui se croisent le plus, au niveau des sous-traitants et plus en co-activité, c’est ceux qui sont au pré-montage et à bord, où, là, on voit bien que la multitude des bleus qui existent, ça se repère facilement. On voit bien qu’il y a des gens qui ont bien leurs bleus, qui ont tous leurs équipements, et puis d’autres, on vient encore en jean travailler, on vient avec des équipements qui sont pas terribles quoi. Mais tous les mois ou tous les deux mois ça peut changer. […] Quand on dit qu’on a une population de 4000 personnes, c’est une population roulante. Si c’est ceux qui assemblent le navire, si c’est un navire qui n’avance pas parce qu’il n’est pas fini en usinage ou en fabrication, il y a peut-être des sociétés qui vont dire : « nous ces quarante-là vont travailler sur un autre chantier » et, par contre, ça va être des staffeurs qui seront là ou des électriciens qui seront à tirer des câbles. Alors, on avait, à un moment donné, pensé que, pour que des gens qui viennent travailler sur le site ne soient pas trimballés comme ça, pourquoi ne pas créer de la polyvalence sur certaines métiers ? Pour dire que ce gars-là est aussi bien tireur de tuyaux que tireur de câbles ou poseur de chemins de câbles. Mais on a très peu développé ça. Alors il y a peut-être des gens qui se vendent par l’intérim, qui peuvent dire « moi j’ai un an d’expérience de monteur de chemin de câbles, j’ai un an de tireur de câbles et j’ai fait un an de tuyautage », ça peut exister. […] Si on veut… Il y a peut-être des gens qui aiment bien passer six mois aux chantiers et qui aiment bien aller vivre ailleurs après…

« On a créé le provisoire sur notre site, ça c’est sûr »

Du coup, les gars qui sont justement de passage, ils sont peut-être pas dans une culture d’entreprise autour du Chantier ?

23Ils sont là que pour travailler. Ils s’attachent au travail ou à la finition qu’on leur a demandée de faire. Et après ça les regarde plus. Ils sont là que pour ça. On a crée le provisoire sur notre site, ça c’est sûr. Le gars qui peut dire « j’ai commencé l’atelier il y a trente ans et trente ans après j’en ressors », il ne doit plus y en avoir beaucoup. Tous ceux-là, ils sont partis. Parce qu’en plus, on a eu quand même un nombre de départs depuis cinq ans maintenant. En 2003, ça a commencé, c’est quand même plus de 800, 900 compagnons. Parce que tous les compagnons qui attendaient d’avoir cinquante et quelques années pour dire : « je peux prétendre à la cessation d’activité amiante », s’il y en a 2 % qui sont restés alors qu’ils avaient le droit de partir, c’est tout. Tous sont partis dès qu’ils le pouvaient. Ils avaient entre vingt-cinq et trente ans d’exposition, on divise par trois, ça fait qu’ils pouvaient partir vers l’âge de 50 ans… C’est, je sais plus, 800 départs qu’on a du avoir en trois, quatre ans. Parce que la population ouvrière elle est descendue de 1500 à 1100.

24Et elle est jeune la population ouvrière ?

25Oui ça rajeunit beaucoup. On est passé de presque 50 ans en 2000-2001. On est passé à 40 maintenant. Là, il y a les tableaux de bord sociaux qui peuvent t’aider […] Compagnons [ouvriers], c’est la moyenne d’âge la plus faible, tu vois, c’est 39,6 et c’est la population cadre qui est la plus vieille. […]

Vous, quelle est votre population à la CFDT ?

26Elle est plus chez les cadres et les techniciens effectivement que chez les compagnons. On a des compagnons, on a présenté quand même des candidats, des listes, qui représentaient un peu tout le personnel mais qui n’est pas aussi présente sur le terrain parce qu’on est moins nombreux, donc, forcément, on n’est moins nombreux sur le terrain. Et je pense que… on a développé depuis quelques années, on a… y compris re-développer une volonté de dire que si je suis ouvrier, je ne peux pas m’entendre avec un agent de maîtrise ou un cadre. Ceux qui le font, il faut qu’ils le fassent sans montrer aux autres, sinon ils se font descendre, ce qu’on peut trouver quand même un peu dommageable, parce qu’il y a pas mal de compagnons je pense qui ont chez leurs enfants et des gens qui sont agents de maîtrise et des gens dans leurs enfants qui sont cadres, et c’est pas une tare quoi. On peut donc être tous salariés d’une entreprise et pouvoir quand même échanger un petit peu de choses. Mais, le compagnon aujourd’hui, et je pense que ça, ça pèse quand on parle du développement des carrières professionnelles, on voit des compagnons aujourd’hui qui n’ont plus aucun espoir de carrière professionnelle dans une entreprise comme la nôtre. Parce qu’un chef d’atelier, ça arrive, c’est cadre, un chef d’atelier adjoint c’est un cadre, un contremaître c’est un cadre, un responsable méthode c’est un cadre. Et donc, c’est aujourd’hui beaucoup d’agents de maîtrise qui arrivent par le cursus technicien, bac + 2 etc. et le compagnon se dit « moi jamais je ne serai dans cette profession-là ». Alors qu’il y a dix ans, il pouvait espérer. Il voyait le contremaître adjoint, qui était Alfred, qui était l’ancien compagnon soudeur de machin. Donc, lui, Alfred il était monté il avait eu de la promotion. Et aujourd’hui cette promotion-là, elle est tuée, elle est morte ! [il s’énerve un peu] Et ça, là-dessus, nos entreprises, et nous organisations syndicales, on a des responsabilités. C’est aussi la société qui veut ça. On a un certain nombre de jeunes qui sont formés à des responsabilités, à un encadrement etc. donc… Mais on voit bien que cet encadrement qui arrive aujourd’hui n’a aucune culture vis-à-vis des compagnons, ne connaît rien du monde syndical et donc c’est « embêtez-moi pas et moi je vous laisse tranquille », et le fossé se creuse. Beaucoup de compagnons disent, et j’ai du le lire aussi dans ta chose [il fait référence à mon mémoire de Master 2], les compagnons disent que les agents de maîtrise ne connaissent rien au boulot, et c’est même pas la peine d’aller leur demander, ils ne sauront pas solutionner. Mais dans leur rôle aujourd’hui, on leur demande pas de travailler sur la technique, on leur demande de faire avancer un travail. Et du management d’équipe. On leur dit pas d’être ultra professionnel soudeur, l’agent de maîtrise il se dit « mon panneau a bien avancé, mon équipe de soudeurs elle a fait le travail qui était machin, je relate ceci, s’il y a un problème donné parce qu’il manque ceci ou il manque cela, c’est à moi de m’en occuper, je gère pas la technicité de la chose ». Et on n’a pas non plus donné à l’ouvrier ce que faisait un manager, ce qui aujourd’hui était le rôle d’un manager. On voit bien qu’il y a des chefs d’atelier qui se font non reconnaître à cause de ça. Donc c’est la situation conflictuelle. S’ils nous demandent quelque chose c’est forcément conflictuel. Et je pense que c’est fortement dommageable parce qu’on crée deux mondes. Et, dans nos ateliers, je trouve que c’est vachement ancré. Alors peut-être parce que certains ont toujours un langage de culture ouvrière et, donc, de toute façon, il y a que l’ouvrier qui peut se défendre vis-à-vis des autres professions, alors que, bon, j’aurai tendance à dire qu’on est un peu tous dans la même galère, que la boutique elle s’en sortira si tout le monde ne va pas trop mal, du cadre, du technicien à l’ouvrier. Et on voit bien que l’ouvrier il apporte certaines choses à des moments donnés, que le technicien peut apporter d’autres contributions et que le cadre aussi. On est encore dans cette situation vachement conflictuelle. Moi, je le ressens comme ça au travers des ateliers qu’on a Chantiers. Peut-être moins chez nos sous-traitants qui ont des contacts vachement plus directs avec leur propre encadrement.

« Il y a des choses bien qui se passent, c’est pas que de la situation conflictuelle quand même ! [entre sous-traitants et donneur d’ordres] »

27Et, justement, quels contacts ils ont avec la supervision Chantiers ?

28Ils sont en relation clients-fournisseurs là. Donc, le superviseur il vient, le superviseur peut pas commander directement les salariés de l’entreprise mais il se charge bien de dire « il reste tout ça à faire, ça représente tant d’heures et si vous mettez que deux personnes vous n’aurez jamais fini à l’heure ». Donc on marque à la culotte, surtout les sous-traitants. Les sous-traitants qui fonctionnent en autonome, on n’a pas besoin de leur demander des comptes tous les matins, mais des sous-traitants qui se sont mis dans le rouge, qu’on voit qu’ils ont pris du retard, on les marque à la culotte et puis toutes les semaines, pff rapport ! Et le superviseur, lui, si son sous-traitant n’avance pas, il se fait engueuler. Le superviseur il est pris aussi entre le chef de bord ou le responsable, le RTB [responsable travaux bord], et le fournisseur. Parce que si lui ne fait pas avancer, bah alors tu sers à quoi ?

29Superviseur c’est un poste particulier aussi.

30C’est plein de contraintes de dire « voilà le bateau est planifié comme ça, voilà les tâches qu’il faut, moi je suis superviseur tuyauterie, je vais m’occuper de tes lots tant, tant, tant, avec tel sous-traitant, tel sous-traitant, il faut qu’il me rende des comptes ». Alors, il y en a qui sont dans la relation, il manque du matériel, je vais t’aider à débloquer ton matériel. Il y a des choses bien qui se passent, c’est pas que de la situation conflictuelle quand même. C’est tendu quand même. Surtout quand ils sont dans le rouge. Les superviseurs, il y en a de plus en plus, pourquoi ? Parce qu’on sous-traite de plus en plus. Alors à un moment donné on s’est dit, il va en avoir de supprimé parce qu’avant on sous-traitait l’électricité, la tuyauterie, ceci, cela mais comme maintenant on sous-traite de façon globale, on va quand même enlever le superviseur. Dans les bateaux à venir, on enlève un peu de superviseur puisque le superviseur maintenant, il est chargé de dire « entreprise B., votre local vous en êtes où ? » Mais, malgré tout, si c’est l’électricien qui merde parce qu’il a pas passé ses câbles en même temps, si le superviseur il connaît bien le boulot de montage, il va peut-être aider B., en disant « ton électricien il te fout dedans-là » Donc je ne sais pas… Il faudrait questionner des superviseurs. Parce qu’on en a mis plein de nouveaux et est-ce que les anciens s’y retrouvent par rapport à ce qu’ils faisaient hier ? Je ne sais pas. Parce que, depuis deux ou trois navires, on a vraiment développé la sous-traitance globale, avant c’était encore partiel. Je confirme qu’effectivement la situation du monde ouvrier et ses relations avec la maîtrise sont toutes autres. Même si on leur fait une réunion hebdomadaire, on se met autour de la table et on discute le bout de gras, c’est de la relation qui peut… qui peut être franche directe avec des AM [agents de maîtrise] qui ont un peu d’expérience mais… comme il y a eu beaucoup de turn-over chez les AM, plus encore que chez les compagnons… il n’y a pas d’antériorité. Le chef, on ne sait pas d’où il vient, on ne connaît pas son cursus, et puis, il le dit pas à la limite, et le compagnon il se dit bon…mais malgré tout, il faut pas que je sois trop mal avec mon chef parce que, ma promotion, si je me mets mal avec mon chef, ma promotion elle est tarie quand même. […]

« La direction n’est pas sans nous parler tous les matins de flexibilité : “laissez-nous faire le travail, avancer, arrêtez de nous mettre des blocages, et ne renvoyez pas l’inspection du travail tous les quatre matins dans les entreprises qui viennent sur le site” »

31Et vous, en tant que syndicat, qu’est-ce que vous avez comme mission envers les sous-traitants du coup, cette autre population ouvrière du chantier ?

32Il faut que ces sous-traitants là ils aient le maximum d’informations quand ils arrivent sur le site. Bon, on a obtenu certaines choses, le livret d’accueil qui permet de… bon après faut les lire ou les garder et je ne suis pas sûr que tout le monde les garde mais, bon, il y a quand même un certain nombre d’informations, plus encore documentés parce que je crois qu’ils en reçoivent d’autres copies, là, c’est résumé de chez résumé. Mais, dessus, il y a quand même un certain nombre de choses qui sont dires sur les modalités pratiques. Comment ça marche la restauration, le transport, le plan du site. Rares sont les livrets où on a même le numéro de l’inspection du travail et des organisations syndicales, dans certaines entreprises ce serait interdit ça.

33Il a été créé par qui le livret d’accueil ?

34C’est la direction, en lien avec… à la demande des organisations syndicales, nous on était porteurs de ça. Quand on se rencontre à la direction sociale du site, on était demandeurs de ça dans les différentes langues. Et ils viennent maintenant de sortir des vidéos pour la sécurité que les gens regardent au bureau d’accueil [BAPE = Bureau d’accueil du personnel extérieur].

35Que les gens voient quand ils arrivent ?

36Oui. Notre site est quand même un site hyper dangereux pour celui qui connaît pas les navires. Donc ils ont des petites vidéos. J’ai pas vu les films qu’ils ont faits mais, dans l’idée, je trouve ça très bien. Donc, donner des informations aux gens, savoir s’il existe des adresses, et puis on rentre en contact avec ceux qui viennent nous voir ou avec ceux avec qui on a des présences syndicales dans les boutiques. Mais, sinon, comme je disais qu’on a plein de gens de passage, ce n’est pas obligatoirement des gens qui souhaitent établir des contacts avec un tas de monde. On voit bien que les contacts ça s’établit surtout quand il y a des problèmes, quand il n’y a pas les heures de payées ou les salaires… Là, ça commence à poser problème. Mais si les gens se satisfont de leur mission sur le site… On a toujours le questionnement sur le contrôle du temps de travail sur les gens présents sur le site. En France la seule obligatoire c’est d’inscrire sur un papier les heures travaillées. L’entreprise rédige ce papier et le montre à l’Inspection du travail.

37C’est la loi ça ?

38C’est dans la loi. Si le salarié… L’inspecteur du travail vient « montrez-moi votre relevé de temps » point. Bon… C’est pas obligatoire de badger [pointer]. Mais on peut badger. On a vu des Polonais qui badgeaient, mais c’était le chef qui prenait les badges à 9h le matin, qui allait badger la pause d’une heure le midi et les mecs pouvaient s’arrêter une demi-heure ça ne gênait personne alors qu’entre les deux badges il leur faisait faire une pause de deux heures quand même ! On voit bien que même un système électronique c’est pas infaillible. Mais on arrive sur un vrai dilemme, comment on mesure et comment on fait en sorte de pouvoir contrôler le temps de travail des gens ? Mais on sait aussi, on l’a demandé à la dernière IRSS, que des gens qui sont sur le site, qui sont en déplacement, Allemands, Polonais, Roumains, et Français qui viennent de Cherbourg ou d’ailleurs, ils ne viennent pas pour faire 32 heures ou 35 heures sur le site, ils viennent pour faire de la monnaie. Donc si pendant deux semaines, même dix semaines, ils peuvent faire cinquante heures, ça ne les dérange pas. Sauf que sur le site la loi française s’applique et c’est quarante-deux heures en moyenne sur douze semaines. Et ça ne les intéresse pas. Donc il y en a certainement certains, à mon avis… il y en a qui sont venus nous voir, ceux de Cherbourg, ils étaient deux gars de Cherbourg, et ils avaient un retard de paiement. Ils nous ont montré leurs bulletins de salaires des mois d’avant, ils avaient un compteur à 35 heures + primes forfaitaires. Et c’était sur 55 heures qu’ils étaient. Mais ça les dérangeait pas du tout. Donc, comment on peut demain mieux encadrer ça et faire en sorte que tout le monde s’y retrouve ? La direction n’est pas sans nous parler tous les matins de flexibilité : « laissez-nous faire le travail, avancer, arrêtez de nous mettre des blocages, et ne renvoyez pas l’inspection du travail tous les quatre matins dans les entreprises qui viennent sur le site ». On a plein d’entreprises qui viennent d’autres pays qui disent « comment ça se fait qu’en France on se fait contrôler trois fois quand on arrive ? » On peut pas dire que c’est pas normal d’être contrôlé, on réclame, nous, des gendarmes sur le bord de la route, si ça peut éviter des morts, tant mieux, donc on n’est pas contre. Mais on sait aussi que dans un site comme le nôtre c’est peut-être complètement illusoire de dire « faut travailler que trente-cinq heures par semaine ou quarante-deux heures, quel que soit votre statut, quelle que soit votre situation ». Parce que, nous, on ferme bien les yeux quand nos salariés vont à l’étranger monter des centrales ou des moteurs, là ils peuvent faire toutes les heures qu’ils veulent, on leur donne une prime forfaitaire nous aussi, y compris Aker. On a, y compris, des gens qui vont sur les navires en service essai ou en service après-vente, il n’est pas question que le gars il fasse ses trente-cinq heures et qu’il descende du navire : « vous me dépotez ». Même quand il est au port, il n’a pas le droit de s’en aller. Donc, on leur donne une garantie, une prime de mécanicien forfaitaire de garantie, alors qu’ils sont payés à l’heure normalement. Et c’est deux fois et demi leur salaire. Alors, on ne les entend pas grogner. Donc on voit bien des situations où on peut, parce qu’il y a eu des situations de négociées, sous-traiter. Nous, on serait un peu demandeurs de ça. Et, qu’au moins, on se cache pas derrière la main en se disant : « je vais badger pour toi, dis surtout pas le nombre d’heures que tu fais, dis pas que tu travailles le samedi ». On voit bien on a mis des VSD [vendredi, samedi, dimanche] en place, et ça fait dix mois que le VSD il roule ! Et qu’on a des gens que ça a pu intéresser le VSD, ils travaillent vendredi, samedi, dimanche et ils sont payés comme s’ils faisaient un 3/8, avec les primes de nuit etc. alors qu’ils ne travaillent que de jour. C’est des gens que ça peut arranger. Je ne dis pas que c’est la panacée et qu’il faut travailler en VSD toute sa vie, mais, là encore, on aurait peut-être pu même dire que pour le VSD, il faut faire un peu de tournante, c’est-à-dire que si au bout de six mois vous avez envie de changer, si vous trouvez un remplaçant, ça doit marcher. On l’a pas fait. Là, il y a des gens, ça fait onze mois et ils en ont un peu marre. Parce que ne pas avoir de samedi et de dimanche, ça coupe quand même. […]

Est-ce que tout ça mis bout à bout il y a quand même des amitiés qui se créent, une ambiance propre aux chantiers navals, une cohésion, entre salariés ?

39On a eu un tel renouvellement qu’il a fallu que les gens se réapproprient les relations et les connaissances. Donc, il y a quand même des choses qui se passent, il y a des gens qui font des teufs ensemble, il y a des petits groupes qui vont faire du karting ensemble, qui se prennent un petit apéro à Penhoët parce qu’il y a l’anniversaire ou la naissance de quelqu’un. Il se crée des choses quand même. On ne va pas dire que tous les gens sont seuls, individuels. Non, dans certains bureaux, on s’invite, les gens se côtoient. Il y a des gens qui, arrivés sur le site ne connaissaient personne et se sont créé des relations, qui étaient professionnelles au départ et qui sont devenues extraprofessionnelles après. Donc, c’est leurs collègues. Alors, ils ont pu changer de service après, mais ils continuent de se côtoyer, etc. Il y a moins de lieux communs qu’il y avait par le passé mais on ne peut pas dire que les gens ne se côtoient pas Mais on ne se côtoie pas de la même façon aujourd’hui, même dans notre société, qu’on se côtoyait il y a vingt ans ou trente ans. Il y a des jeunes qui sont venus, et d’ailleurs le CE [comité d’entreprise] a répondu à ça en grande partie, des jeunes qui voulaient faire du paint-ball, du karting, des soirées bowling. Ils prennent la liste du groupe, trac, oui vous aurez une aide du CE, ça s’organise quoi. […] On a des gens qui viennent de partout. Les enfants d’enfants qui sont « mon père et mon grand-père ont travaillé aux chantiers », ça devient beaucoup plus rare. Mais c’est normal aussi.

« On avait aussi des différences aussi comme ça avant, on a quand même toujours été considéré un peu nantis aux Chantiers, encore un peu plus maintenant »

40Finalement est-ce que la protection que donne une grande entreprise comme Aker, qui reste une grande entreprise, ce n’est pas ce qui creuse les différences ? Y a les protégés, les non-protégés, les intérimaires, les gars d’Aker…

41Il y a un vrai débat effectivement là-dessus dans le sens où on essaye dans les entreprises d’avoir des négociations sur les contrats de prévoyance santé, etc. Et, qu’effectivement, à-côté, il y a des petites entreprises qui n’ont rien. Mais, maintenant, sur notre site, on a aussi de très grandes entreprises qui viennent, qui ont des meilleurs contrats que les nôtres. Quand c’est… je prends OTIS l’ascenseur etc., ils n’ont rien à nous envier. Au contraire, ils ont des meilleurs contrats que les nôtres ! On est effectivement… On a une cartographie qui est très hétérogène et quand on regarde les statuts des salariés, la cartographie elle n’est pas simple. Souvent le salarié, y compris intérimaire chez nous, quand là, ils ont proposé aux intérimaires de les embaucher, il y a plus de 40 % qui a dit : « moi ça ne m’intéresse pas parce que mon salaire va baisser ». Est-ce que ces gens-là ont fait le calcul avec l’assurance santé, la prévoyance décès, le CE, le treizième mois etc. ? Je ne sais pas s’ils l’ont fait. Mais là, à l’instant T, si lui, il a 1500 euros + 10 % de précarité, le Chantier lui proposait que 1400. Parce que, sur le niveau de salaire qu’il avait, pfou ça allait diminuer, et il s’est dit « non merci ». La carte réelle, on ne l’a pas vraiment. Mais, en France, on ne l’a pas. […] Et quand je rajoute intéressement et participation ! Il y a des boîtes sur notre site qui eux en participation ouah ! Et puis d’autres qui n’auront jamais rien, parce qu’ils sont dans des petites boites où il n’y a pas d’intéressement, pas de participation… De toute façon c’est… La réalité de la boîte, le patron peut leur présenter son bilan économique, lui il gagne peut-être 3000 euros mais la boite, elle gagne que dalle ! Donc, le compagnon, il sait bien qu’il ne va pas avoir deux cent euros d’augmentation ni d’intéressement ni de participation. Il ne va même pas les réclamer puisque son patron lui a mis sur la table la feuille de bilan. Donc on est vraiment effectivement dans des mondes… On avait aussi des différences aussi comme ça avant, on a quand même toujours été considéré un peu nantis aux Chantiers, encore un peu plus maintenant. […]

« Et le réflexe xénophobe est rapide… »

Il y aussi des boîtes [sous-traitantes] où il n’y a pas de délégués…

42Alors les représentations syndicales du personnel, on sait que le patronat français, sa culture c’est « moins on en a mieux on se porte ». Y compris les patrons qu’on pense à la limite de bonne foi qui disent « un syndicat chez moi c’est la mort de mon entreprise ». Bon…

43Et, vous, en tant qu’organisation syndicale, quel rôle vous jouez vis-à-vis des sous-traitants étrangers ? Comment ça se passe avec les autres ouvriers ?

44Bien sûr, on dénonce leurs conditions de travail. Soyons lucide, et pourtant, à la CFDT, on veut pas tomber dans l’éternelle accusation de l’employeur. Mais c’est une main-d’œuvre malléable, flexible. Alors les ouvriers peuvent se retrouver dans des situations particulièrement difficiles, intolérables même, quand on connaît le droit du travail français. Alors, bien sûr que non, on ne cautionne pas, loin de là ! Mais, en fait, le problème, et c’est pour ça qu’on sait jamais trop sur quel pied danser, c’est que, plus on parle des Indiens, des Polonais, plus on parle d’eux… plus on en fait un « problème », tu vois ? Et le réflexe xénophobe est rapide. Les gars, quand ils apprennent les chiffres, le nombre d’étrangers sur le site… ils pensent qu’ils ont des amis, de la famille, au chômage. Et on tombe tout de suite dans la xénophobie ! C’est hyper compliqué pour nous du coup. […]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Seiller, « Annexe 3 : Extraits d’entretien avec Michel, 58 ans, technicien « maison » et responsable CFDT. », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2327

Haut de page

Auteur

Pauline Seiller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page