Navigation – Plan du site

Annexe 2 : Compte-rendu d’observation des audits sociaux avec une responsable Ressources Humaines, avril 2006 (extrait du journal de terrain)

Pauline Seiller

Texte intégral

1Les audits sociaux consistent en interviews auprès des ouvriers qui travaillent dans des entreprises sous-traitantes sur le site des chantiers navals. La personne chargée des interviews est une responsable ressources humaines qui a pour mission de vérifier l’application du droit du travail français dans ces entreprises. Pour se faire, elle interroge durant dix minutes environ ces ouvriers à bord des navires en construction, sans les sélectionner auparavant tandis que les entreprises sont quant à elle définies auparavant car « suspectes ». Nous avons donc rencontrés cet après-midi-là trois ouvriers d’une entreprise sous-traitante. Ces ouvriers étaient français. Ce ne sont donc pas les premiers concernés par des dérogations au droit du travail français. En revanche, les Croates recrutés dans cette même entreprise seraient victimes de non-respect du droit du travail français aux dires des ouvriers de l’entreprise. Mais, la barrière de la langue ne permet pas d’effectuer d’entretiens avec ces ouvriers, qui parlent rarement anglais, dans de bonnes conditions. Les ouvriers étrangers rencontrés, méfiants vis-à-vis de l’entreprise donneuse d’ordres, affirment donc tous être payés correctement, obtenir des bulletins de salaire, avoir un contrat de travail, connaître les règles de sécurité, etc. Ils se sont montrés effectivement très méfiants face à la responsable ressources humaines, ma présence en tant que stagiaire ne semblant pas faciliter les rapports.

2Les trois ouvriers sous-traitants français ont mis en avant le fait que les ouvriers « Chantiers » (ouvriers maison) sont « des privilégiés » en insistant, à l’inverse, sur les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs entreprises sous-traitantes en termes de conditions d’emploi et de conditions de travail. Les lignes de segmentations ouvrières (selon le statut d’emploi principalement) sont assez flagrantes lorsque l’on observe le travail ouvrier à bord des navires en construction : les sous-traitants portent des casques de couleur différente de ceux des ouvriers « maison », leurs bleus de travail sont très abîmés ou sales, et rares sont ceux qui portent leurs lunettes de sécurité. En ce qui concerne le port de lunettes, les « cartons jaunes », qui sanctionnent les ouvriers dont les équipements de sécurité sont incomplets, ont été instaurés principalement dans ce sens. Selon la responsable ressources humaines, ces cartons jaunes, ont été créés pour protéger les sous-traitants et inciter les entreprises sous-traitantes à fournir à leurs salariés les équipements adaptés. Mais cette nouvelle méthode est très critiquée par les ouvriers « maison » qui sont également susceptibles de « se prendre » un carton jaune même s’ils semblent moins sanctionnés (« on se sent fliqués »). Les sous-traitants sont, quant à eux, critiques envers les ouvriers « maison » qui bénéficient d’équipements et d’outillage adaptés : « Nous, on n’a pas des beaux bleus comme vous ! » dira une ouvrière intérimaire de la sous-traitance. Cependant, j’ai aussi pu noter des éléments de cohésion du groupe ouvrier puisque même les sous-traitants parlent de « matelots » pour qualifier les ouvriers d’autres entreprises et valorisent aussi le fait de travailler ensemble entre sous-traitants d’entreprises différentes ou avec des ouvriers « Chantiers ».

3Si la responsable ressources humaines a su faire preuve d’écoute avec les ouvriers rencontrés, l’objectif des audits sociaux a eu tendance à écourter les conversations, celles-ci se cantonnant aux questions de respect de droit du travail. Ainsi, alors qu’une femme de 50 ans, calorifugeuse, semblait très à même de nous faire partager son expérience personnelle et professionnelle très difficile - nous expliquant qu’elle gagnait à peine 8,30 euros de l’heure, que la prime panier était très faible et que ses missions d’intérim d’une semaine n’étaient pas toujours renouvelées-, la responsable ressources humaines a écourté la conversation.

4Cette observation lors des audits sociaux m’a également permis de remarquer la position délicate des femmes dans l’industrie de la navale : le fait d’être une femme semble décrédibiliser d’office le savoir de la personne. En effet, la responsable ressources humaines indiquant la sortie du navire à un ouvrier (intérimaire récemment recruté probablement) n’a pas été écoutée et ce dernier n’a pas suivi la direction indiquée. La « barrette » (grand trait blanc tracé au niveau du torse sur le bleu de travail), signe d’une position dominante dans l’entreprise (elle est portée par les cadres, agents de maîtrise et superviseurs) s’avère également stigmatisée négativement au sein du navire, ce qui m’a semblé être moins le cas dans les ateliers. Elle est source de regards, de blagues moqueuses, et de non confiance. Notons que bon nombre de cadres « barrettes » travaillant dans les bureaux sont peu familiers avec l’univers du bord. Leur bleu de travail est d’ailleurs toujours bleu vif quand les « barrettes » du bord ont des bleus beaucoup plus abîmés, le degré de saleté permettant ainsi d’identifier les différents salariés de l’entreprise. J’ai fait l’expérience de porter un bleu à barrette cette journée-là et il semble bien que les gens portaient un regard méfiant, du fait également que la Responsable Ressources Humaines me présentait en tant que stagiaire du service.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Seiller, « Annexe 2 : Compte-rendu d’observation des audits sociaux avec une responsable Ressources Humaines, avril 2006 (extrait du journal de terrain) », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2326

Haut de page

Auteur

Pauline Seiller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page