Navigation – Plan du site

Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés

From rural studies to the analysis of localized social spaces
Gilles Laferté

Résumés

La société urbaine semble avoir envahie tous les espaces réduisant à néant l’objet de la sociologie rurale et de l’ethnologie de la France. Ces disciplines se sont constituées sur une coupure urbain/rurale franche, réservant à l’urbain le vocabulaire canonique de la sociologie comme l’analyse des classes sociales. Une conceptualisation ad‑hoc (société paysanne, communauté, collectivité villageoise, interconnaissance villageoise, notable) empruntée à l’anthropologie a fondé les études rurales. L’évolution radicale des mondes ruraux contemporains a balayé cette conceptualisation. Mais les mondes ruraux contemporains sont‑ils aujourd’hui les stricts équivalents des mondes urbains ? Nous défendons ici l’idée que la morphologie sociale des mondes ruraux contemporains ne correspond ni à une « France moyenne en réduit », ni à des « particularités locales ». De manière récurrente, on observe dans les mondes ruraux contemporains une surreprésentation des classes populaires, notamment ouvrières, et une sous‑représentation des franges culturelles des mondes supérieurs. De même, des phénomènes de double ou multi‑résidences participent d’une appartenance à divers degrés à l’espace social observé. Nous proposons ici de reconstruire une sociologie des mondes ruraux, comprise comme une sociologie de la localisation des groupes sociaux à l’échelle macro‑sociale et une sociologie des espaces sociaux localisés, produits de la localisation différenciée des groupes sociaux sur le territoire.

From rural studies to the analysis of localized social spaces

Urban society seems to have penetrated every corner of France, reducing the object of rural sociology and ethnology to nothing. These disciplines are built on a sharp rural/urban split, reserving the canonical vocabulary of sociology, such as the analysis of social class, for urban settings. Rural studies were founded on an ad hoc conceptualization borrowed from anthropology (peasant society, community, village collectivity, village interconnaissance or everyone knowing each other, notables). The radical development of contemporary rural worlds has swept this conception away. But are today’s contemporary rural worlds the exact equivalents of urban worlds? In this paper we defend the idea that the social morphology of contemporary rural worlds corresponds neither to a “reduced average France” nor to “local specificities.” In contemporary rural worlds, we repeatedly observe an overrepresentation of the working classes, especially laborers, and an under‑representation of the cultural fringes of the higher classes. Likewise, the phenomenon of secondary or multiple residences contributes to differential degrees of belonging to observed social spaces. We propose constructing a new sociology of rural worlds, understood as a sociology situating social groups at the macrosocial scale and a sociology of localized social space, products of the differentiated placement of social groups over space.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Sociétés paysannes, notables, communautés rurales et interconnaissance comme fondements de la conception classique de la ruralité
Critiques sociologiques et historiennes de la construction anthropologique de la ruralité : vers une classe agricole ?
La fin des paysans, ou la construction d’un groupe socioprofessionnel
Marcel Jollivet ou la lutte des classes interne aux mondes agricoles
La classe objet : les paysans, fraction dominée des classes populaires
Déconstructions historiennes des représentations anthropologiques de la ruralité
Sociologie des mondes agricoles versus sociologie des groupes sociaux
De quelles classes sociales parle‑t‑on ?
Des espaces sociaux localisés des mondes ruraux à ethnographier
Dénationaliser et désétatiser l’analyse des classes sociales

Aperçu du début du texte

Si certains auteurs s’interrogent sur « l’éternel retour du retour des classes sociales » (Chauvel, 2001 ; Lebaron, 2012) alors que d’autres s’inquiètent du « crépuscule des catégories socioprofessionnelles » (Pierru & Spire, 2008), en ce qui concerne les mondes ruraux, il faudrait plutôt parler de l’aube des classes sociales après le déclin des études rurales. Le vocabulaire des classes sociales est relativement neuf dans ce champ d’analyse tant il a été inexistant jusqu’aux années 1960 puis secondaire et principalement cantonné au groupe agricole, pourtant depuis longtemps minoritaire dans les mondes ruraux. Notre intention ici est bien de proposer une re‑construction de l’objet des mondes ruraux avec les concepts et problématiques standards de la sociologie, c’est‑à‑dire dissoudre la sociologie rurale et l’ethnologie de la France dans une sociologie sinon des classes, a minima, de la stratification sociale, et bien au‑delà du groupe agricole. Dans cette perspective, il s’agit d’o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Laferté, « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2311

Haut de page

Auteur

Gilles Laferté

laferte@dijon.inra.fr
Directeur de Recherches INRA, CESAER, UMR INRA-Agrosup, Chercheur associé au CMH - CESAER 26, bd Docteur Petitjean, BP 87999, 21079 Dijon Cedex France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page