Navigation – Plan du site

Femmes responsables syndicales en Angleterre et identification féministe

Neutraliser leur genre pour mieux représenter leur classe ?
Women trade union leaders in England and feminist identification: neutralizing their gender for better representation of their class?
Sophie Pochic

Résumés

Depuis la fin des années 1970, la majorité des syndicats anglais, sous la pression de mouvements féministes, ont mis en œuvre des politiques d’égalité interne afin de combler le « déficit démocratique » que constitue la faible représentation des femmes, puis des minorités ethniques et sexuelles, dans les appareils syndicaux. Dans des syndicats anglais moins distants des associations féministes qu’en France, les syndicalistes actuelles se désignent‑elles plus facilement comme des « féministes » ou appartenant au sujet politique « femmes » ? Dans des syndicats anglais entrés dans « l’ère de la diversité » dans les années 1990, mais toujours en liens étroits avec le Labour Party, ces syndicalistes vivent‑elles parfois des « conflits de cause », entre égalité femmes‑hommes, anti‑racisme, lutte contre l’homophobie et orientation ouvriériste ? Des récits de carrière de responsables combinées à des observations en 2008 permettent de montrer les variations du rapport à l’identification comme « féministe » des femmes syndicalistes anglaises, notamment suivant leurs générations d’engagement, leur parcours social et professionnel, et leur passage par un mandat spécialisé sur les femmes ou l’égalité. Le soutien affiché aux politiques de discrimination positive, dont elles ont parfois bénéficié, se combine avec une réticence à se présenter comme la représentante d’une seule catégorie, femmes ou d’autres minorités, notamment pour éviter d’être perçue comme priorisant la « cause des femmes » sur d’autres formes de luttes et d’injustices.

Women trade union leaders in England and feminist identification: neutralizing their gender for better representation of their class?

Since the late 1970s, the majority of British trade unions have, under pressure from feminist groups, implemented internal equality policies to address the “democratic deficit,” that is, the under‑representation of women as well as ethnic and sexual minorities in the union hierarchy. If British trade unions entered an “era of diversity” in the 1990s, they still have strong relations with the Labour Party: what are their relations to gender, race, sexuality and class issues now? Do women union leaders still easily identify themselves as “feminists”? Career narratives with union officers combined with fieldwork in women‑only trainings and conferences in 2008 reveal variations in their identification as “feminists” depending on generation, social and professional background as well as union activity, whether specialized or not in gender equality. We will argue that the strong support these women display for affirmative action policies is combined with a reluctance to stand as the spokesperson of one single category – women or another minority – to avoid being perceived as prioritizing the “cause of women” over other forms of struggles and injustices.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les pionnières de l’égalité : entre conscience féministe et conscience de classe
Le travail endogène des féministes de la seconde vague pour transformer les syndicats
La carrière syndicale des femmes « porte‑parole » des travailleurs
Les carrières syndicales des « promues » par le syndicat : les techniciennes
La génération de la diversité : s’imposer comme une syndicaliste « avant tout »
Promotion syndicale et appartenances minoritaires : quelle dialectique ?
Le diplôme comme levier : les expertes de la cause syndicale
La défense ambivalente d’espaces séparés…pour les (autres) membres
Conclusion
Annexe : Description des syndicalistes interviewés

Aperçu du début du texte

Les syndicats ont longtemps été décrits par les chercheuses féministes comme étant des organisations reproductrices des rapports sociaux de sexe et marqués par la domination masculine. Les intérêts des travailleuses y étaient mal représentés et défendus, les femmes y accédaient peu aux espaces de pouvoir, d’expression et de négociation, et ces organisations entretenaient des relations complexes avec le mouvement féministe (voir deux revues de littérature sur ce sujet : Dunezat, 2006 ; Pochic & Guillaume, 2013). Pourtant, depuis les années 1970, souvent sous impulsion européenne, ces organisations démocratiques ont essayé de pallier leur manque de représentativité de l’ensemble du salariat, mais aussi de lutter contre la désyndicalisation, par des politiques d’égalité interne et parfois des stratégies ciblées de syndicalisation en direction des femmes, particulièrement dans les pays anglo‑saxons (Ledwith & Hansen, 2012 ; Healy & Kirton, 2013).

En France, si la rencontre entre syndical...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Pochic, « Femmes responsables syndicales en Angleterre et identification féministe », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 05 janvier 2015, consulté le 21 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2302

Haut de page

Auteur

Sophie Pochic

sophie.pochic@ens.fr
Chargée de recherche CNRS – Centre Maurice Halbwachs (CMH) – 48 Bd Jourdan – 75014 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page