Navigation – Plan du site

Sous-traitance et segmentations ouvrières dans la construction navale.

La recomposition d’une «  aristocratie ouvrière  »  ?
Subcontracting and the social structure of the working class in the shipbuilding industry: the recomposition of a “blue collar aristocracy”?
Pauline Seiller

Résumés

Cet article analyse les effets de la coprésence d’ouvriers sous‑traitants et d’ouvriers « maison » sur la configuration du monde ouvrier à partir du cas des chantiers navals de Saint‑Nazaire, où les modes de gestion de la main‑d’œuvre recourent massivement à la sous‑traitance nationale et étrangère. L’analyse des interdépendances entre les différents segments ouvriers en présence (ouvriers « maison », ouvriers sous‑traitants nationaux et ouvriers sous‑traitants étrangers) permet en premier lieu d’étudier des relations de travail complexes, entre coopérations et conflits, façonnées à la fois par le statut d’emploi et l’origine nationale. Elle permet aussi d’appréhender les effets déstabilisants de la sous‑traitance sur les ouvriers « stables » qui détiennent les attributs d’une « aristocratie ouvrière » et un sentiment de supériorité technique, mais aussi « sociale » par rapport aux sous‑traitants.

Subcontracting and the social structure of the working class in the shipbuilding industry: the recomposition of a “blue collar aristocracy”?

This article analyses the current social structure of the working class as it is being transformed by the simultaneous presence of subcontractors and “home” workers by referring to the case of a shipbuilding yard in Saint‑Nazaire, where the management methods rely heavily on national and foreign outsourcing. First, the analysis sheds light on the complex working relationships – both conflictual and integrative – between the “home” workers, subcontracted workers of French origin and foreign subcontracted workers. These relationships are shaped by two main variables: employment status and national origin. Second, the article helps to understand the destabilizing effects of subcontracting on the “stable” workers: the latter still detain the highest status of the working class, relying on their feeling of technical and social superiority over the subcontracted workers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Je remercie Pascal Barbier, Lise Bernard, Muriel Letrait, Jasmina Stevanovic ainsi que les lecteu (...)

1« Éclaté », « fragmenté », « désuni », « disqualifié », «  balkanisé » : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la déstructuration d’un groupe ouvrier aujourd’hui affaibli par l’hétérogénéité des statuts professionnels, les transformations des méthodes de travail, la remise en cause syndicale, les conflits entre générations et les mécanismes de mise en concurrence des salariés (Beaud & Pialoux, 2004)1. Les formes d’organisation du travail et de gestion de la main‑d’œuvre participent à la fragmentation des conditions ouvrières. Parmi elles, la sous‑traitance constitue une dimension centrale de ces processus de segmentation en opposant les ouvriers « intégrés » (du « cœur  ») aux salariés «  de la périphérie  » (Linhart & Maruani, 1982  ; Castel, 1995), souvent «  exclus du statut souvent plus avantageux prévu par la convention collective ou l’accord d’entreprise [de l’entreprise générale]  » (Boltanski & Chiapello, 1999, p. 328). Son usage tient, pour les entreprises, à la recherche d’une flexibilité qui s’accompagne généralement d’une précarisation de l’emploi pour les travailleurs sous‑traitants (voir, entre autres, Gorgeu & Mathieu, 1992 ; Thébaud‑Mony, 2000 ; Jounin, 2008). Les auteurs qui se sont intéressés aux travailleurs de la sous‑traitance ont insisté sur les «  méthodes plus dures de gestion de la main‑d’œuvre  » dans les entreprises sous‑traitantes (Beaud & Pialoux, 2003, p. 127), «  lieux d’innovation organisationnelle et sociale  » (Gorgeu & Mathieu, 1992). Les sous‑traitants occupent souvent des postes de travail jugés inférieurs à ceux qui sont occupés par les salariés «  maison  », des postes exposant à des conditions de travail plus difficiles (Fournier, 2012  ; Thébaud‑Mony, 2000  ; Jounin, 2008). Au total, dans les travaux sur la sous‑traitance industrielle (Thébaud-Mony, 2000  ; Morin, 1997  ; Gorgeu & Mathieu, 2005), la condition ouvrière dans la sous‑traitance s’apparente à ce que Serge Paugam nomme «  l’intégration professionnelle disqualifiante  », car elle cumule des conditions d’emploi instables et peu de satisfactions au travail (Paugam, 2008). Mais la sous-traitance a également des effets sur «  l’intégration professionnelle  » des ouvriers les plus stables, ceux du cœur, la cohabitation de segments ouvriers aux statuts d’emploi différenciés pouvant affecter leur rapport au travail et leur rapport à l’emploi. La présence des temporaires effectuant des tâches très voisines peut ainsi être vécue par les «  permanents  » comme une remise en cause de leur identité sociale et professionnelle (voir entre autres  : Papinot, 2009  ; Beaud & Pialoux, 2004  ; Mashkova, 2008) qui vient exacerber les «  jalousies et concurrences au travail  » (Beaud & Pialoux, 2004, p. 166). Cohabiter avec des ouvriers extérieurs rend tangible le risque de précarisation et peut contribuer au processus de «  déstabilisation des stables  » (Castel, 1995).

  • 2 . Nous proposons, au contraire, de rompre avec l’idée répandue «  d’une sorte de discontinuité radi (...)
  • 3 . Cette différence de réception de l’enquête selon les sous‑groupes ouvriers en présence donnait dé (...)

2Dans le prolongement des travaux sur la multiplication des statuts dans l’industrie, l’objectif de cet article est d’analyser les effets de la coprésence d’ouvriers sous‑traitants et d’ouvriers «  maison  » sur la configuration du monde ouvrier à partir du cas des chantiers navals de Saint‑Nazaire, un cas particulièrement représentatif de la complexité dans les modes de gestion de la main‑d’œuvre ouvrière aujourd’hui (cf. encadré). Aux chantiers navals, cohabitent, dans un même espace de travail, des ouvriers «  maison  » au statut professionnel plutôt favorable et des ouvriers sous‑traitants qui apparaissent moins bien lotis. Les premiers incarnent la permanence d’une aristocratie ouvrière  : ils sont recrutés en CDI, leur salaire moyen est de 1 900 euros nets par mois en 2006 et ils bénéficient de primes variées. Ils exercent de plus des métiers ouvriers traditionnels de la construction navale dont ils tirent une grande fierté (charpentier fer, soudeur, traceur). Les seconds constituent un ensemble hétérogène  : ils sont des ouvriers sous‑traitants français et des ouvriers sous‑traitants étrangers, certains sont recrutés en CDI dans de grands groupes industriels offrant des statuts d’emploi et conditions salariales favorables lorsque d’autres travaillent comme intérimaires. Une partie d’entre eux, les étrangers notamment, sont concernés par le «  sale boulot  » (Hughes, 1996) comme la peinture de la coque métallique ou l’entretien des locaux, travaux très éprouvants et dévalorisés par les ouvriers «  maison  ». À partir d’une enquête ethnographique dans cette entreprise (voir l’encadré), notre objectif est d’étudier les interdépendances entre ces segments ouvriers en rompant avec l’opposition binaire «  stables  » versus «  instables  »2. Une telle démarche présente à nos yeux un double intérêt  : celle, d’une part, de prendre la mesure de relations de travail complexes, façonnées à la fois par le statut d’emploi et l’origine nationale  ; celle, d’autre part, d’appréhender finement les effets déstabilisants de la sous-traitance sur les ouvriers «  stables  ». Pour cela, nous étudierons les segmentations ouvrières qui découlent du développement de la sous‑traitance en interrogeant les processus de hiérarchisation, les relations de travail, les luttes pour le pouvoir symbolique (Hughes, 1996  ; Elias & Scotson, 1997) et la manière dont la généralisation de la sous‑traitance reconfigure le rapport à l’emploi des ouvriers les plus stables bénéficiant d’un certain prestige symbolique et présentant les attributs d’une «  aristocratie ouvrière  ». Quels sont les effets de la sous‑traitance sur les relations entre ouvriers  ?3 Ces relations de travail fragilisent-elles les ouvriers les plus stables  ? Participent-elles à la déstabilisation des franges hautes du monde ouvrier  ? Pour répondre à ces questions, l’article procède en trois temps. En premier lieu, il étudie les formes de coopération dans le travail dans un cadre de multiplicité des statuts et leurs effets de renforcement de la position des ouvriers «  maison  ». Ensuite, il s’intéresse aux conflits entre ouvriers «  maison  » et ouvriers sous‑traitants, ainsi qu’entre ouvriers français et ouvriers étrangers, et à leurs effets de dévalorisation mutuelle. Enfin, il propose d’analyser la manière dont ces relations de travail transforment le rapport à l’emploi des ouvriers «  maison  ».

Encadré : Présentation du terrain d’enquête

  • 4 . Voir l’annexe électronique 1 «  Nombre estimé de personnes sur le site des chantiers navals de 20 (...)
  • 5 . Voir l’annexe électronique 2 « Compte rendu d’observation des audits sociaux avec une responsable (...)

Aux chantiers navals, la gestion de la main-d’œuvre repose sur un recours massif à la sous‑traitance, nationale et étrangère. Jusqu’à 80 % de la production d’un navire (des paquebots de luxe principalement) y est sous‑traitée, dont 20 % environ à des entreprises étrangères. Au total, près de 700 entreprises locales, nationales ou étrangères gravitent sur ce site industriel4. Or ces entreprises sous‑traitantes « emploient 80 % d’ouvriers précaires, en CDD, en intérim, ou en CDIC (Contrat à Durée Indéterminée de Chantier). Ce dernier contrat est une dérogation au droit du travail créée pour le BTP depuis les années 1970, mais il n’est pas légal dans le secteur métallurgique » (Lefebvre, 2005). Le recours à la sous‑traitance n’est pas un phénomène nouveau dans la construction navale, qui a toujours eu recours à une sous‑traitance « de charge » et à une sous‑traitance dite « de spécialité ». Cependant, à partir de 1994, l’entreprise met en place une « sous‑traitance globale » (des lots entiers du navire sont sous‑traités à des entreprises qui sous‑traitent à leur tour à des entreprises de « rang 2 » ou « rang 3 »). La sous‑traitance devient entièrement structurelle au début des années 2000. Cette sous‑traitance massive a d’ailleurs donné lieu à des conflits sociaux importants, en particulier à cause du non‑respect du droit du travail français au sein de certaines entreprises étrangères opérant en France. La généralisation de la sous‑traitance se matérialise rapidement sur le site : numériquement, les sous‑traitants dominent les ouvriers « maison ». Ils étaient 13 099 en janvier 2003 (lorsque la charge de travail était très importante) et se maintiennent autour de 7 000 travailleurs sous‑traitants entre 2004 et 2008, tandis que les effectifs ouvriers internes à l’entreprise donneuse d’ordres sont passés de 2 770 en 1995 (sur un total de 4 456 salariés dans l’entreprise, en incluant les cadres, agents de maîtrise et techniciens) à 1 038 en 2007 (sur 3 622 salariés). L’enquête ethnographique sur laquelle repose cet article a été menée de 2006 à 2011 aux chantiers navals. Les entretiens ethnographiques ont été réalisés avec des ouvriers « maison » (33), des ouvriers sous‑traitants étrangers (8) et des ouvriers sous‑traitants nationaux (5). Les conditions d’enquête ont favorisé la rencontre d’ouvriers « maison », plus enthousiastes envers la démarche d’enquête que les ouvriers sous‑traitants souvent méfiants5 (en partie parce que l’enquête a été lancée à une période où des audits sociaux étaient réalisés par les ressources humaines, afin de vérifier le respect du droit du travail français chez les sous‑traitants5). Cet enthousiasme des ouvriers « maison » tient en partie à un type d’insertion sur le terrain reposant assez largement sur des contacts personnels avec des salariés de l’entreprise donneuse d’ordres (principalement des cadres). En plus de ces entretiens avec les ouvriers, une série d’entretiens a été réalisée avec des cadres, superviseurs et techniciens « maison » et sous‑traitants (10) afin de recueillir une connaissance indiciaire des conditions d’emploi et de travail des ouvriers de la sous‑traitance. Ces entretiens furent complétés par des observations dans la ville de Saint‑Nazaire et aux alentours du site industriel (cafés, maison des syndicats, lors de débrayages, etc.) et par des observations ponctuelles dans l’entreprise à bord des navires en construction. Enfin, une analyse des documents d’entreprise (bilans sociaux, tracts syndicaux, documents à destination des managers), de la presse locale (OuestFrance, Presse Océan) et de la presse spécialisée (Mer et Marine, Le Marin, L’Usine nouvelle) a été réalisée.

Ouvriers «  maison  » et ouvriers sous‑traitants  : une nécessaire coopération technique et matérielle

  • 6 . Pierre Fournier montre que, dans l’industrie nucléaire, la coopération est obligatoire dans le tr (...)

3La description des relations de travail entre ouvriers sous‑traitants et ouvriers «  maison  » dans l’industrie dévoile souvent des tensions et des conflits. Aux chantiers navals, ces relations se traduisent d’abord par des formes de coopération technique et matérielle. Contrairement aux usines automobiles par exemple, où les sous-traitants disposent de leurs propres ateliers et sont peu en contact avec les ouvriers de l’entreprise générale (Gorgeu & Mathieu, 2005), les ouvriers des chantiers navals sont «  tous dans le même bateau  » pour reprendre une expression fréquemment entendue lors de l’enquête. Non seulement la coopération technique est possible à bord des navires, mais elle est obligatoire. Elle implique alors une «  nécessaire cohésion du groupe  » (Fournier, 2012, p. 117)6. Ces relations de travail issues de la sous‑traitance impliquent des formes de coopération inédites pour les ouvriers, en particulier du fait de la sous‑traitance étrangère. Dans l’ensemble cependant, cette coopération tourne à l’avantage des ouvriers «  maison  ».

Une coopération technique par-delà les problèmes de langue

4«  Tous dans le même bateau  », une «  grande famille  », ces formules utilisées par les ouvriers «  maison  » et les ouvriers sous‑traitants semblent atténuer des différences de statuts et d’entreprises. L’image de la famille tend à souligner la «  bonne ambiance  » à bord des navires qui se nourrit de la valorisation du travail effectué. Cette «  norme culturelle du comportement  » au sein du monde ouvrier est fondée sur «  le goût du travail bien fait selon les critères du groupe  » (Brochier, 2006, p. 530). Si certains rapportent au départ le peu de «  cohésion  » entre les ouvriers «  maison  » et les sous‑traitants, ils rendent aussi compte de «  l’obligation d’entraide  » au nom de cette norme partagée du travail «  bien fait  » déjà mise en évidence par Christophe Brochier lors de l’étude des relations ouvrières au sein d’une usine (2011, p. 23). Cette coopération technique et matérielle à bord des navires s’objective aussi dans le fait que les ouvriers d’équipes et d’entreprises différentes communiquent directement, sans nécessairement passer par leur supérieur hiérarchique  :

On est toujours l’un à côté des autres, s’il y a besoin d’un coup de main, un conseil ou autre. On est toujours en relation les uns avec les autres. Même au niveau des autres départements, je sais pas, on a des fils qui passent… on va voir, même sans passer par la maîtrise, de bouche à oreille entre compagnons, « tiens, t’as un appareil à poser là  ?  », «  oui  », «  bon bah impeccable, on va pouvoir les débrouiller  ». On attend qu’ils [les chefs] soient partis quand même  ! (Frédéric, 43 ans, charpentier fer «  maison  »).

  • 7 . Le nombre d’ouvriers étrangers travaillant aux chantiers navals a considérablement augmenté en 20 (...)

5Cette coopération entre ouvriers «  maison  » et sous‑traitants est facilitée lorsqu’il s’agit de sous‑traitants établis de longue date sur le site industriel. Mais elle est plus complexe avec les sous‑traitants étrangers, arrivés plus récemment aux chantiers navals7. Afin de se coordonner en dépit des différences de langues, les ouvriers ont développé différentes techniques. Ils dessinent par exemple sur les cloisons ou la tôle des «  petits dessins  », «  croquis  » ou «  crobards  » afin de se comprendre. Les gestes, les mimes, les paroles «  avec les mains  » et les dessins sont devenus des pratiques courantes aux chantiers navals car elles permettent aux ouvriers de nationalités différentes de collaborer, comme l’expliquent ces deux ouvriers (un sous‑traitant étranger et un «  maison  »)  :

‑ Du coup, à bord, tout le monde parle sa langue  ?

On parle pas  ! [rires] Avec les Italiens un peu. Eux ils parlent vite.

‑ Vous parlez en français  ?

Oui. Français, Allemagne, hongrois, croate, italien… et on écrit.

‑ On écrit  ?

Sur la cloison.

‑ Pour parler du travail, vous écrivez  ?

Pas besoin.

‑ Avec les mains  ?

Oui (Brojan, 29 ans, moniteur, sous‑traitant, Croate).

‑ Mais quand vous avez besoin d’un truc, vous arrivez à communiquer  ?

Oui. Bah nous directement on n’a pas directement affaire à eux. Mais bon des fois on a un pont qui… ça peut arriver, ils sont au‑dessus, nous on travaille en‑dessous et, quand on a besoin, bah on va les voir, pour parler on fait des traits sur la cloison ou… Y’a des chefs qui parlent plus ou moins anglais alors on va les voir. Mais bon y’a la barrière de la langue, on n’ira pas discuter avec les gars (Frédéric, 43 ans, électricien «  maison  »).

6Si la langue reste un obstacle à la coopération entre sous‑traitants étrangers et ouvriers nationaux, l’usage de l’anglais semble la faciliter. Pour cette raison, certaines entreprises étrangères ont recruté des traducteurs. Dans d’autres entreprises sous‑traitants, certains ouvriers étrangers accèdent à un statut de «  moniteur  » pour gérer, dans les situations concrètes de travail, les interactions entre nationaux et étrangers. Parce qu’ils parlent français ou anglais et peuvent donc communiquer avec les travailleurs nationaux, ces ouvriers étrangers accèdent à des positions de «  petits  » chefs au sein de leurs équipes. La trajectoire de Brojan, un ouvrier sous‑traitant croate, illustre ce type de mobilité professionnelle  : sur le site depuis 2001, il a appris à parler français en travaillant aux chantiers navals et est devenu moniteur en 2009 :

‑ Tu aimes ton boulot  ?

Oui. Maintenant oui.

‑ Avant non  ?

Maintenant je suis….. [Il cherche ses mots. Il finit par me faire des dessins sur un petit bout de papier pour m’expliquer sa position]

‑ D’accord. Donc tu fais le lien entre Alpha [entreprise sous‑traitante de rang 1] et tes collègues  ?

Oui. […] Et j’aime bien faire ça. Ils me cherchent s’il y a quelque chose et je dois expliquer à eux.

‑ S’il y a des problèmes de travail ou des problèmes de logement ou…

Non.

‑ Juste pour le travail  ?

Oui, oui.

‑ Mais tu fais le même travail qu’eux sinon  ?

Non, je fais rien. Je suis conducteur. Je cherche les gaines, le matériel. Et après je peux parler à eux [il me désigne le groupe d’ouvriers sur le dessin] et je peux parler avec lui [il me désigne le chef de l’entreprise sous‑traitante de rang 1 dont ils dépendent].

‑ T’es un peu chef  ?

Oui. Avant je suis comme eux. Je travaillais, travaillais.

‑ Et depuis quand tu fais ça  ?

Octobre.

‑ Et ça tu aimes  ?

Oui (Brojan, 29 ans, moniteur, sous‑traitant, Croate).

7Malgré sa maîtrise imparfaite du français, Brojan dispose de «  petites  » responsabilités en gérant l’interface entre travailleurs français et croates. La coopération entre ouvriers étrangers et ouvriers nationaux passe aussi par la volonté des ouvriers nationaux d’apprendre quelques mots‑clés dans différentes langues  :

Si ce n’est que, là, je suis super fier de moi parce que si ça continue on va apprendre le polonais facilement, le russe aussi, le tchèque, bientôt le finlandais (Thomas, 40 ans, serrurier «  maison  »).

8Si le ton de Thomas est ironique, il m’expliquera pourtant plus tard qu’il a réellement appris quelques mots de ces différentes langues depuis qu’il travaille avec des ouvriers étrangers. C’est également le cas de Thierry, un ouvrier sous‑traitant :

Moi j’ai eu un Polonais sur le premier bateau, on a fait les cabines à deux, il a appris avec moi…

‑ Comment tu fais pour communiquer  ?

Bah un peu anglais, un peu français.

‑ Ils comprennent un peu  ?

Ouais  ! Et j’ai appris le polonais, enfin des mots quoi. Il m’a appris à dire « je ne parle pas polonais » [rires] et des mots quoi  !

‑ Ah ouais  ? C’est marrant.

[Il bredouille quelques mots de polonais et rit] C’était un bon gars, adorable, un gros Polack et tout  ! (Thierry, 36 ans, poseur de moquettes, sous‑traitant).

  • 8 . L’appellation «  un bon gars  » fait écho à ce qu’a montré Philippe Bataille à propos du racisme (...)

9En décrivant ses interactions avec cet ouvrier polonais, « un bon gars8 » qu’il qualifie de « gros Polak », Thierry laisse entendre que certaines interpellations se font à partir de qualificatifs liés à l’appartenance nationale, comme dans le secteur du bâtiment étudié par Nicolas Jounin où la nomination des ouvriers en fonction de l’origine ethnique est courante, parce qu’elle est «  pratique  » (2004, p. 113).

10La coopération technique nécessaire, voire obligatoire, dans le secteur de la construction navale prend donc des formes multiples  : conseils, coordination directe entre ouvriers ou entraide. Cependant, l’inégalité de statut s’exprime aussi dans cette coopération entre travailleurs  :

‑ Et avec les étrangers comment vous communiquez pour le boulot ?

L’anglais pour ceux qui y arrivent ! Aussi bien pour eux que pour nous ! [rires]. Et les signes, les dessins, voilà. Les dessins, les signes. Et puis des fois ils disent «  oui on a compris  » et puis ils ont rien compris, et nous pareil  ! [rires] Et puis on s’en aperçoit quand le bloc est réglé [quand un local a été achevé] ! Mais en général ça se passe bien. Là, les Roumains, ils avaient un interprète. Les Polonais, ils essaient d’avoir un interprète aussi avec eux. Y a que les Lituaniens ou une autre… je sais plus, un autre pays, ils n’ont pas d’interprète donc c’est pas toujours évident. Mais en général, on exprime par terre les cotes qu’on veut et ils comprennent. Et puis, bon, ils sont plus intéressés que nous, ils s’y mettent vite. Nous on ne cherche pas à les comprendre, eux ils sont... Ils s’y mettent vite (Michaël, 33 ans, traceur «  maison  »).

11«  Nous on ne cherche pas à les comprendre  »  : Michaël rappelle ici les différences de statuts entre ouvriers, les sous‑traitants étrangers étant contraints de rechercher plus activement des stratégies pour communiquer.

Le vol d’outils  : une entrave à la coopération matérielle  ?

12La question du vol d’outils, centrale dans le discours des ouvriers «  maison  », illustre la complexité des relations de travail entre des ouvriers aux statuts d’emploi différents. Les segments ouvriers s’accusent réciproquement de voler des outils  : les sous‑traitants pour arriver à travailler – du fait de l’insuffisance de l’outillage fourni par les entreprises –  ; les ouvriers «  maison  » pour les utiliser dans la sphère privée. Selon ces derniers, le vol du matériel représente une difficulté supplémentaire dans leur travail comme le montre André, serrurier à bord des navires  :

[…] S’il y en a un qui a besoin d’un marteau, des fois on prête, des fois on prête pas. Parce que ça dépend où il doit aller. C’est tout. Parce que le matériel, des fois ça revient et des fois ça revient pas. Donc tu te méfies. Par contre les vols, c’est embêtant.

‑ Vous vous êtes fait voler des outils  ?

Moi j’ai été arrêté [en arrêt maladie] et, en l’espace d’un mois, j’ai eu trois fois mon coffre de fracturé. Ça vole dur. C’est pour ça que je te dis que des fois maintenant on a des locaux [une cabine dédiée pour déposer le matériel]. On n’en a pas toujours parce que des fois quand c’est fini la peinture [de la cabine] ils [les chefs] veulent pas qu’on l’abîme et tout. Mais si t’en as pas, ton coffre, il traîne un peu dans la coursive… Comme on n’a pas les mêmes horaires, on pourra jamais accuser qui c’est. T’auras beau en voir un passer tous les jours, il touchera pas à ton coffre, et un qui va passer une seule fois, s’il a besoin de quelque chose, il va prendre. Un coffre, c’est quoi, c’est une caisse en bois et un cadenas. Mais à bord t’as un lapidaire, t’as un marteau. Le vol, c’est pénible. Moi, ce que je comprends pas, c’est qu’on a du matériel type Chantiers [spécifique au donneur d’ordres] et on voit beaucoup de boîtes étrangères avec le matériel comme ça. Alors, où ils les ont  ? Pourquoi ils font pas un contrôle à bord, comme les lunettes [le port des lunettes est obligatoire], avec ton numéro de badge, ton nom et tout et la liste du matériel qu’on doit avoir  ? C’est du matériel qui coûte très cher. Mais je suis sûr que s’ils fonctionnaient comme ça, on en retrouverait des postes à souder. Nous, après, on est obligé des faire des déclarations de perte. Mais après, la personne qui est en haut [la hiérarchie], elle va commencer à dire ça fait trois‑quatre fois qu’il se fait voler. Et après, t’as toujours un doute qui se met. Tu vois ce que je veux dire  ? Et pourtant, le mec, il a pas de bol. Après, ils voulaient faire en sorte qu’on se prête le matériel de gars à gars, mais nous on n’est pas d’accord, parce que quand tu prêtes le matériel à quelqu’un, lui il peut le reprêter à quelqu’un et après tu sais plus. Donc le matériel, c’est pas au top (André, 45 ans, serrurier «  maison  »).

  • 9 . Les équipements d’une partie des ouvriers sous‑traitants sont en effet moins complets que ceux de (...)

13D’après André, le vol de ses outils est effectué par des ouvriers d’entreprises extérieures et, plus précisément, «  des boîtes étrangères  ». L’accusation de vol désigne donc principalement les ouvriers étrangers. André souligne aussi les conséquences de ces vols sur les carrières des ouvriers »  maison  »  : selon lui, en se faisant voler à plusieurs reprises, ils courent le risque d’être stigmatisés par leur hiérarchie en étant soupçonnés de les avoir volés eux‑mêmes. Par conséquent, André fait partie des ouvriers qui ne souhaitent plus prêter leurs outils aux ouvriers des entreprises sous‑traitantes (et donc s’inscrire dans un cadre de coopération matérielle). Cette attitude vis‑à‑vis des vols est partagée par plusieurs ouvriers «  maison  ». Ils accusent les sous‑traitants dans leur ensemble d’être à l’origine du vol de matériel partant du constat que les ouvriers de la sous‑traitance disposent de mauvais équipements9 :

‑ Dans l’atelier il y a des sous‑traitants  ?

Oui, mais ça se passe mal parce que, quand ils sont là, il y a du matériel qui disparaît. J’ai travaillé en sous‑traitance, je comprends ça. On nous demande de faire un travail mais on n’a rien pour le faire. Moi ça ne me gêne pas. Si j’ai pas de quoi travailler, tant pis, je me débrouillerai, on ira moins vite (Akim, 30 ans, charpentier fer «  maison  »).

14Akim semble «  faire avec  » le vol d’outils qu’il perçoit comme une compensation des inégalités de traitement dont sont victimes les sous‑traitants. En revanche, comme André, il affirme que ce sont bien les sous‑traitants qui sont à l’origine du vol de matériel. Aucun des deux ne suggère que les ouvriers «  maison  » puissent voler des outils à leur entreprise car «  le vol en interne, surtout dans sa dimension de chapardage, est imputé en priorité aux travailleurs les moins qualifiés et les moins bien rétribués, pour lesquels le moindre revenu complémentaire peut faire la différence  » (Bonnet, 2008, p. 342). C’est ce qui explique que les ouvriers sous‑traitants étrangers soient plus fortement soupçonnés car leur situation professionnelle est plus précaire que celle de certains ouvriers sous‑traitants français. Ils voleraient afin d’effectuer leur travail dans des conditions plus proches de celles des autres ouvriers. Pourtant, plusieurs discussions avec des ouvriers sous‑traitants étrangers ont montré que ces derniers s’estiment eux‑mêmes volés et qu’à leur sens, les vols sont plutôt du fait des ouvriers français. De la même manière, les ouvriers sous‑traitants étrangers ont la conviction que ce sont les ouvriers nationaux qui volent le matériel  :

Non mais tu crois vraiment que l’ouvrier étranger il va prendre du matériel et le prendre dans l’avion pour faire des trucs chez lui  ? C’est évident que c’est les Français qui volent  ! Et puis, attends, si nous on se fait piquer, on risque beaucoup plus hein  ! (Gaspare, 34 ans, ouvrier aménagement, sous‑traitant, Italien).

15La remarque de cet ouvrier italien sur le vol d’outils montre que le contexte industriel et les conditions d’emploi souvent précaires des ouvriers étrangers de la sous‑traitance ne favorisent pas le détournement de temps de travail ou d’outils à des fins personnelles – la perruque (Anteby, 2003) –, alors que les ouvriers «  maison » sont perçus comme plus familiers de cette pratique. Ainsi, chaque groupe a la certitude que les vols d’outils sont effectués par les autres segments ouvriers. Ce soupçon réciproque ne semble cependant pas entacher le fort pouvoir symbolique des ouvriers «  maison  » à bord des navires.

Une subordination informelle des sous‑traitants aux ouvriers «  maison  »

  • 10 . Il s’agit en effet d’un groupe «  installé de longue date  » (Elias & Scotson, 1997) par rapport (...)

16Au‑delà de la question du vol, le constat précédemment formulé d’une coopération technique et d’une relative coopération matérielle entre les ouvriers «  maison  » et les ouvriers sous‑traitants demande à être nuancé du fait du fort pouvoir symbolique des premiers dans le travail. En effet, même s’ils coopèrent, les ouvriers ne peuvent pas tous faire valoir la même position  : à bord, les ouvriers «  maison  » bénéficient d’un certain prestige par rapport aux ouvriers de la sous‑traitance et surtout par rapport aux ouvriers étrangers. Lorsque Christophe Brochier pose la question «  Sur quoi se fonde le rang  ?  » dans une usine, il explique que ce sont l’ancienneté et l’expérience qui permettent à certains ouvriers de bénéficier d’une place spécifique par rapport aux autres ouvriers (2011, p. 15). Aux chantiers navals, ce sont les ouvriers «  maison  » qui disposent du rang le plus favorable. Leur appartenance à l’entreprise donneuse d’ordres semble leur conférer une position particulière vis‑à‑vis des ouvriers extérieurs. Ces travailleurs sont, de plus, fortement attachés à leur entreprise et à la production qui y est effectuée. Ils mettent en valeur une sorte de «  cordon sentimental  » à l’entreprise Chantiers proche de celui des ouvrier‑e‑s de Moulinex (Roupnel‑Fuentes, 2011, p. 104). Ce sentiment d’appartenance à l’entreprise est redoublé par l’ancienneté de ces ouvriers sur le site. Même si, individuellement, ils ne sont pas toujours les plus anciens sur le site industriel, ce groupe est plus «  établi  »10 que les segments d’ouvriers sous‑traitants nationaux ou étrangers. L’ancrage du groupe des ouvriers «  maison  » permet donc d’expliquer en partie leur pouvoir symbolique sur les autres ouvriers  :

‑ Ça se passe bien avec les sous‑traitants  ?

Ça se passe bien parce qu’ils tiennent à garder leur place. Et moi, Chantier [ouvrier «  maison  »], je suis prioritaire. Je m’octroie des… Même aujourd’hui, je me suis octroyé des gestes, une position que je n’aurais normalement pas dû prendre. […] J’ai été voir directement le sous‑traitant. Je crois que c’était un Polonais. Avec les mains, je lui ai demandé si c’était son lot [zone du navire où intervient le sous‑traitant], il m’a dit oui. Je lui ai demandé de mettre ça propre.

‑ Et il l’a fait  ?

Oui, ils ne veulent surtout pas faire mal. Ils veulent pas faire de bruit tout en préservant leur travail (Thomas, 40 ans, serrurier «  maison  »).

17Thomas met en lumière le pouvoir symbolique des ouvriers «  maison  » sur le site, pouvoir qui repose avant tout sur la position moins favorable des ouvriers sous‑traitants et, en particulier, des ouvriers étrangers, qui souhaitent voir leurs missions renouvelées. La scène qu’il relate montre qu’il est intervenu directement auprès d’un ouvrier sous‑traitant polonais pour lui demander de nettoyer le local sur lequel il intervenait – alors que les ouvriers de l’entreprise donneuse d’ordres n’ont, officiellement, aucun pouvoir sur les ouvriers extérieurs. Si ce pouvoir symbolique apparaît limité à destination des ouvriers sous‑traitants nationaux, vis‑à‑vis des ouvriers étrangers Thomas explique clairement qu’il «  s’octroie des gestes  ». Les ouvriers les plus stables semblent alors se comporter à l’égard de certains travailleurs extérieurs comme leur employeur (Mashkova, 2008). À tel point que les ouvriers étrangers ne savent plus clairement quel est le statut des ouvriers «  maison  »  :

Le gars du Chantier me donne des ordres sur certaines choses. Il me dit «  regarde, tu vas faire ça  ». Il me dit ce que c’est la priorité par exemple. On a des tableaux à bord avec les priorités. […] Y’a aussi des gars de l’étude qu’on connaît parce qu’ils viennent à bord pour des petits trucs. C’est clair que quand ça fait longtemps qu’on se connaît, y’a plus de concurrence. Par contre, le premier impact c’est pas toujours le mieux. Mais ils peuvent nous aider. Moi j’ai vraiment un bon contact (Alberto, 49 ans, ouvrier logistique, sous‑traitant, Italien).

  • 11 . Ce mécanisme est similaire à celui mis en évidence par Pierre Fournier dans l’industrie nucléaire (...)

18Les ouvriers «  maison  » n’ont aucun droit particulier sur les étrangers du site  ; ils exercent pourtant dans les faits une certaine domination sur les travailleurs étrangers. Cet ascendant pris par les ouvriers «  maison  » sur les étrangers peut, en partie, être perçu comme une réaffirmation de l’existence d’un groupe ouvrier relativement fort et stable par rapport aux ouvriers étrangers. Ces petits pouvoirs participent en effet à faire d’eux une fraction haute du monde des ouvriers de la construction navale en «  fabriquant  » l’ouvrier sous‑traitant, et surtout l’étranger, comme un subalterne11. Comme dans la relation installés‑exclus étudiée par Norbert Elias et John L. Scotson, il existe une lutte pour le pouvoir entre ces deux fractions. Or, «  dans cette lutte pour le pouvoir, le dénigrement social par les puissants a généralement pour effet d’inculquer au groupe moins puissant une image dévalorisée, et ainsi de l’affaiblir et le désarmer  » (Elias & Scotson, 1997, p. 36). Dans l’exercice même du travail, on aperçoit les tensions entre segments ouvriers et la manière dont les ouvriers «  maison  » veillent à conserver une position d’«  aristocratie ouvrière  ».

Conflits et dévalorisations réciproques entre ouvriers sous‑ traitants et ouvriers «  maison  »

  • 12 . Ces formes de dévalorisation s’observent dans d’autres lieux du monde du travail. Par exemple, Br (...)

19La sous‑traitance aux chantiers navals donne lieu à des conflits qui contribuent à dévaloriser les ouvriers «  maison  ». Si ces derniers conservent certains privilèges dans le travail et exercent une domination sur les ouvriers de la sous‑traitance, en particulier sur les ouvriers étrangers, l’observation du regard croisé qui s’opère entre sous‑traitants et «  maison  » montre que ces derniers sont aussi stigmatisés par les ouvriers de la sous‑traitance comme on l’a vu avec le vol d’outils. S’exerce alors une dévalorisation réciproque entre les segments ouvriers en présence, autour de l’usage du temps de travail et de la dépense physique des travailleurs12. Ce «  mépris croisé  » (Beaud & Pialoux, 2004) est rendu possible par les dynamiques de mise en concurrence dans le travail entre les différents segments ouvriers en présence.

La mise en concurrence des segments ouvriers dans le travail  : des sous‑traitants «  flexibles  », «  rapides  » et «  dociles  »

20Dans le travail, ouvriers « maison  » et ouvriers sous‑traitants sont mis en concurrence à partir de critères d’engagement temporel et physique. Le rapport au temps dans le travail est ainsi à l’origine de conflits entre ouvriers. En effet, le temps des ouvriers «  maison » diffère de celui des sous‑traitants nationaux, qui se différencie lui‑même du temps des ouvriers sous‑traitants étrangers. L’entreprise utilise d’ailleurs ce ressort pour mettre en concurrence les ouvriers. Premièrement, les ouvriers ne sont pas tenus à la même flexibilité dans les horaires de travail  ; les jours travaillés et le temps passé au travail ne sont pas les mêmes pour les ouvriers sous‑traitants et pour les ouvriers «  maison  », ni pour les ouvriers nationaux et les ouvriers étrangers. Tandis que les ouvriers nationaux travaillent trente‑cinq heures par semaine, les ouvriers étrangers peuvent allonger leurs horaires de travail. Cette flexibilité horaire est d’ailleurs un des arguments permettant à l’entreprise donneuse d’ordres de justifier le recours à la main‑d’œuvre étrangère. La flexibilité des ouvriers «  extérieurs », et particulièrement des ouvriers étrangers, est valorisée. Les ouvriers étrangers travaillent les week‑ends et tard le soir, parfois jusqu’à 22 heures ou 23 heures. Cet allongement des horaires de travail des ouvriers étrangers est régulièrement pointé du doigt par les ouvriers nationaux, que ce soit pour dénoncer l’ « exploitation » des étrangers par l’entreprise ou pour critiquer les ouvriers étrangers eux‑mêmes qui, parce qu’ils sont plus flexibles, apparaissent comme des concurrents imbattables. On aperçoit dès lors l’ambivalence des relations interethniques aux chantiers navals car les critiques à l’égard des ouvriers étrangers résonnent aussi comme des critiques à l’égard de l’organisation. Deuxièmement, la mise en concurrence des ouvriers s’objective dans le temps au travail, c’est‑à‑dire dans l’usage que les ouvriers font du temps dans le travail (Lallement, 2003). C’est principalement par ce ressort que l’entreprise donneuse d’ordres met en concurrence les ouvriers «  maison  » et les sous‑traitants. La direction de l’entreprise estime en effet que les ouvriers sous‑traitants travaillent plus vite que les ouvriers «  maison  ». Cette représentation des sous‑traitants, qui seraient plus rapides et plus efficaces, est là encore particulièrement forte lorsqu’il s’agit des ouvriers étrangers. Ces derniers sont, de plus, reconnus pour leurs qualités morales : les entreprises leur attribuent une plus grande obéissance, une disponibilité certaine et une capacité à «  ne pas se plaindre », à «  travailler dur » (Jounin, 2008). Cette résistance dans le travail fait d’eux une main‑d’œuvre « docile », idéale pour l’entreprise. Comme l’exprime Christophe, cadre dans une entreprise sous‑traitante qui recrute des ouvriers polonais par des missions d’intérim, les ouvriers étrangers sont rapides, disciplinés et ne prennent pas de pauses :

Et puis, il y a une discipline qui est incomparable. Moi j’étais même impressionné. La première fois qu’ils sont venus... Déjà, c’est vrai qu’on a tendance à faire des pauses café ou des trucs comme ça. Eux, ils commencent à 7h 30, à 7h 30, ils sont au travail. Ils finissent à 11h 30, à 11h 30, ils rangent leurs affaires. Ils s’arrêtent pas à 11h ! Et l’après‑midi, c’est pareil. [...] Et ils s’arrêtent pas, ils travaillent tout le temps. Ils font pas de pauses… Ils vont aux toilettes comme tout le monde, mais ils font pas de pauses. Moi, j’arrive d’un gros groupe français. Bah, les gars, ils perdent environ deux heures par jour. Arriver en retard, partir en avance, faire deux pauses café dans la matinée, deux pauses café l’après‑midi… […] C’est incomparable. […] Chez eux, ça se fait pas. C’est vraiment impressionnant. Je les ai contrôlés plusieurs fois le matin en arrivant, j’ai jamais rien eu à dire. Et puis… même le travail, ils lésinent pas. Si les conditions sont pas bonnes, ils rechignent pas. C’est à faire ? Ils font. S’il y a une erreur qui est faite, ils réparent tout de suite. Ils disent pas « c’est la faute du petit copain » ou « c’est pas moi  ». C’est pas du tout les mêmes mentalités que nous. Donc ils s’y retrouvent en production, la boîte. […] C’est vraiment interne aux pays de l’Est. J’ai travaillé avec des Italiens, c’est pas du tout comme ça. C’est très dur de travailler avec eux. Ils nous promènent sans arrêt. Alors que eux [les Polonais], s’ils disent que la modif. est faite, vous allez contrôler, elle est faite (Christophe, 32 ans, cadre sous‑traitant).

  • 13 . On retrouve ici ce qu’a mis en évidence Sébastien Chauvin à propos de «  l’honnêteté travailleuse (...)

21Aux yeux des entreprises qui recrutent des ouvriers d’Europe de l’Est, il existerait des qualités « naturellement polonaises » – comme la «  docilité  » – tandis que, à l’inverse, les ouvriers italiens seraient «  naturellement » peu fiables13. On observe donc aux chantiers navals une naturalisation des qualités des ouvriers selon la nationalité, mise en évidence dans d’autres lieux du monde du travail (Pitti, 2005  ; Jounin, 2008  ; Chauvin, 2010). Cette discipline associée aux ouvriers d’Europe de l’Est est en réalité largement dépendante des pressions qu’ils subissent pour voir leurs contrats renouvelés (Lefebvre, 2005).

22En justifiant le recours massif à la sous‑traitance par la flexibilité, la rapidité d’exécution et la « discipline » des ouvriers extérieurs, l’entreprise façonne une certaine hiérarchie ouvrière qui remet en cause le sentiment d’appartenance à une aristocratie ouvrière pour les ouvriers «  maison  »   : au sommet de cette hiérarchie, les ouvriers sous‑traitants étrangers par leur usage du temps de travail (eux‑mêmes hiérarchisés selon des spécificités nationales), au centre, les ouvriers sous‑traitants français et, en bas, les ouvriers «  maison  » dont l’engagement dans le travail est mis en doute. Cette hiérarchie n’est pas sans incidences sur les relations de travail entre les ouvriers statutaires et les sous‑traitants. Une telle hiérarchie rappelle également que les ouvriers sous‑traitants ne forment pas un groupe homogène et permet de distinguer la situation des sous‑traitants étrangers de celle des nationaux. Elle souligne enfin la diversité des situations au sein‑même du groupe des ouvriers étrangers, à travers une distinction entre la figure de l’ouvrier polonais et celle de l’ouvrier italien.

«  Un massacre  !  »  : le déni de reconnaissance du travail des sous‑traitants par les ouvriers «  maison  »

23Cette forme de renversement de la hiérarchie ouvrière, intériorisée par les travailleurs eux‑mêmes, implique des réactions de la part des ouvriers «  maison  ». Ils critiquent en effet la vitesse d’exécution des sous‑traitants. Ces critiques sont d’autant plus vives lorsqu’il s’agit des ouvriers étrangers.

  • 14 . Comme l’a montré Séverin Muller dans l’industrie agroalimentaire (Muller, 2008).

24Le contrôle du rythme de travail par les ouvriers eux‑mêmes est l’un des aspects essentiels régissant les relations entre les sous‑groupes ouvriers. Aux chantiers navals, ce sont les ouvriers «  établis  » qui posent les règles de ce contrôle14. En conséquence, les sous‑traitants sont évalués par les ouvriers «  maison  » au vu de leur investissement dans le travail, en termes de rythme de travail et d’engagement physique. Or une vitesse d’exécution des tâches trop rapide peut être stigmatisée par les ouvriers car il existe un «  contrôle du temps et du degré d’effort vis‑à‑vis des consignes hiérarchiques  » (Brochier, 2006, p. 535). Cependant, la plupart des ouvriers de la sous‑traitance ne peut se plier aux règles du groupe. Bien qu’une frange des ouvriers sous‑traitants bénéficie d’un emploi stable, une partie d’entre eux est contrainte de s’engager fortement dans le travail afin d’obtenir le renouvellement de leur mission d’intérim ou de leur CDD. Dans ce cas, la sous‑traitance peut donner lieu à des relations entre «  permanents  » et «  temporaires  », similaires à celles décrites par Stéphane Beaud et Michel Pialoux (Beaud & Pialoux, 1993) ou par Christian Papinot selon qui «  la crainte de non‑reconduction de mission génère un surinvestissement au travail qui crée les conditions d’une intensification productive généralisée et engendre de fait la mise en concurrence avec les permanents et l’hostilité de ceux‑ci  » (Papinot, 2009, p. 496). Cette hostilité est relatée par Vladi, un ouvrier russe, à qui les ouvriers français reprochent de travailler trop vite  :

Les gars, ils me disent  : « Attends, t’es pas au Goulag ici  ! » J’ai dit  : « Je m’en fous, je veux travailler plus »   ; «  Mais attends, t’es pas au Goulag, tu veux bosser, c’est pas mieux payé quand tu bosses » , ils m’ont dit. […] Des fois, les gars, ils voient pas qu’ils sont bien payés. Moi, j’aime travailler. Pour moi, le temps passe plus vite quand on travaille (Vladi, 50 ans, tuyauteur‑machines, sous‑traitant, Russe).

25La référence au Goulag montre comment les stéréotypes ethniques et culturels sont repris par les ouvriers «  maison  » pour stigmatiser le travail des ouvriers étrangers (Jounin, 2004). Ces critiques concernant la vitesse d’exécution des ouvriers étrangers glissent également vers des remarques concernant la qualité du travail effectué par des propos tels que «  si le travail est mal fait….  ». En effet, du point de vue des ouvriers «  maison  », le travail serait certes effectué dans des délais très courts mais il serait de mauvaise qualité  :

Ces boîtes‑là, elles prennent des intérimaires mais elles prennent des Polonais. Il y a des Polonais aussi qui travaillent aux Chantiers de l’Atlantique [ancien nom de l’entreprise donneuse d’ordres]. À bord, mais pas dans l’atelier. Mais je peux vous assurer madame que le boulot, ou bien des Italiens qui sont là, on est obligé de repasser derrière et de tout refaire. Tout refaire  ! C’est un massacre  ! Je veux pas dire… Mais une grande partie de ce qu’ils ont fait, de ce qu’ils font, c’est à refaire. Bah oui  ! C’est bête quand même. On a quand même une qualité par rapport à eux… On n’a pas le même savoir‑faire. Par rapport à eux, c’est déjà plus sophistiqué… Surtout à bord, des fois, les Italiens et les Polonais, ce qu’ils font… Enfin, la plupart, je dis pas tous, non. Mais… c’est à refaire.

ça fait râler les autres je suppose  ?

  • 15 . Salif est «  en régie  », c’est‑à‑dire qu’il fait partie des rares intérimaires directement recru (...)

Bah voilà. Parce que ça nous fait du temps de perdu. Et là on passe son temps. Si nous, on nous dit que c’est telle heure tel jour il faut que ça soit fait, et si nous, on repasse derrière, on perd du temps et puis l’entreprise elle perd de l’argent. Donc on perd du temps, on perd de l’argent (Salif, 58 ans, soudeur, intérimaire «  en régie15  »).

26Les propos de Salif montrent que, aux yeux des ouvriers «  maison  », la vitesse d’exécution des ouvriers sous‑traitants sacrifie la qualité du travail, travail qui leur procure une grande fierté, autant par les savoir‑faire techniques nécessaires que par les produits finis construits aux chantiers navals (des paquebots de luxe principalement). La flexibilité de la sous‑traitance, et surtout de la sous‑traitance étrangère, semble entrer en contradiction avec l’attachement des ouvriers maison à leur entreprise et à la production qui y est effectuée.

27Le rapport au temps des ouvriers sous‑traitants, et plus encore des étrangers, se pose donc en contradiction avec celui des ouvriers du donneur d’ordres à plusieurs égards. D’abord, la vitesse d’exécution dans le travail de ces segments d’ouvriers s’oppose au contrôle du rythme de travail effectué par les ouvriers «  maison  ». Ensuite, la rapidité des sous‑traitants semble ternir l’image que les ouvriers «  maison  » se font de leur propre production. Pour ces raisons, les ouvriers sous‑traitants sont largement dévalorisés par les ouvriers «  maison  » dans le travail. Cette dévalorisation, d’autant plus vive à destination des ouvriers étrangers, donne dès lors des indices des formes de xénophobie aux chantiers navals.

«  Des feignants  !  »  : les ouvriers «  maison  » mis en accusation

28Le mécanisme de dévalorisation à l’œuvre entre ouvriers «  maison  » et ouvriers extérieurs est réciproque  : les ouvriers sous‑traitants dénigrent eux aussi les ouvriers «  maison  ». Cette dévalorisation prend des formes multiples. Elle concerne à son tour le rythme de travail des ouvriers «  maison  » car ils sont accusés de travailler trop lentement. Elle concerne également les tolérances du donneur d’ordres envers eux à propos des règles de sécurité. Elle touche enfin au rapport à l’emploi des ouvriers «  maison  »  : la représentation qu’ont les ouvriers étrangers du chômage en France contribue à associer les ouvriers français à des «  fainéants  ».

29Nous avons vu que les ouvriers «  maison  » dévalorisent le travail des ouvriers extérieurs en parlant de «  travail mal fait… ». Cette accusation est réciproque  : les mêmes remarques se retrouvent dans le discours des ouvriers de la sous‑traitance, français et étrangers. Les ouvriers sous‑traitants dévalorisent le travail des ouvriers «  maison  » à travers la question du temps dans le travail, car ils estiment que leur rythme de travail est insuffisant. Par exemple, Jean, ouvrier en CDI dans une entreprise sous‑traitante, se moque des salariés «  maison  »  :

[…] Parce qu’ils ont un rendement qui est pas forcément… obligatoire quoi. Ils ont pas beaucoup d’aléas. Sans dire… Les gars, ils bossent mais bon… s’ils sont deux heures à rien foutre dans la journée, c’est pas grave. Nous, s’ils sont deux heures à rien foutre dans la boîte, c’est pas bien. Eux, c’est pas grave parce que, bon… tout le monde fait ça, alors [rires] ! Ça reste dans leur politique. À partir du moment où leur travail est fait  ! Eux, ils ont une tâche dans la journée, et puis, ils la font, et après ils sont tranquilles. Nous, on va faire notre tâche, et après, il y en aura d’autres, etc.

‑ Ils ont une réputation d’être un peu «  glandeurs  », non  ?

Ah bah il y en a beaucoup oui  ! Et puis, il y a pas que des clichés. Moi, je peux te dire, y en a beaucoup qui … Il y en a qui font leur boulot bien, hein  ! Ils vont peut‑être moins vite, ils travaillent toute la journée. T’en as peut‑être d’autres qui travaillent plus vite et, après, bah ça leur donne le temps de… de se promener. Tant mieux pour eux, hein  ! […] C’est leur politique quoi, c’est tout. C’est doucement le matin et pas trop vite l’après‑midi  ! [rires] (Jean, 37 ans, tuyauteur‑soudeur, sous‑traitant).

30«  Doucement le matin et pas trop vite l’après‑midi  ! »  : l’image qu’utilise cet ouvrier sous‑traitant pour décrire le travail des ouvriers «  maison  » montre bien comment ces derniers sont raillés par les ouvriers extérieurs au vu de leur investissement, jugé insuffisant, dans le travail. Ce rythme de travail serait permis par l’organisation interne dans l’entreprise générale. De ce fait, l’appartenance à l’entreprise donneuse d’ordres est perçue comme un privilège par les sous‑traitants, privilège qui permettrait aux ouvriers «  maison  » de s’engager moins fortement dans le travail. «  Des feignants  », «  en balade  », «  en promenade  », «  des tire‑au‑flanc  »  : tels sont les termes utilisés pour qualifier les ouvriers «  maison  » qui sont également assimilés à des «  fonctionnaires  ». Ces remarques sont d’autant plus stigmatisantes aux yeux des ouvriers «  maison  » que ce sont ces mêmes termes qu’ils utilisent eux‑mêmes lorsqu’ils critiquent leurs propres chefs, soupçonnés d’être «  les mains dans les poches  ». En résumé, ils sont accusés de fainéantise par les autres segments ouvriers alors qu’il s’agit d’une attitude stigmatisée au sein du monde ouvrier (Schwartz, 1990  ; Weber, 1989). Cette accusation est redoublée par la question des pauses dans le travail. Les ouvriers étrangers se montrent très critiques envers les ouvriers «  maison  » à ce sujet  :

Ils savent qu’ils ont trente‑cinq heures à faire. Et, toutes les dix minutes, ils font une pause  : «  Bonjour par‑ci, bonjour par‑là, un café, tiens on va fumer une clope  ? » Et la journée se termine comme ça (Marcello, 36 ans, moniteur aménagement, sous‑traitant, Italien).

31D’après tous les ouvriers sous‑traitants étrangers rencontrés, les ouvriers «  maison  » prennent des pauses trop longues, trop régulières, et leur cadence est insuffisante. Les pauses fonctionnent ici comme un révélateur des souplesses temporelles qui leur sont attribuées tandis que les ouvriers sous‑traitants en CDD ou en intérim sont contraints d’accepter des pauses souvent plus courtes et plus rares afin d’obtenir de nouvelles missions (Jounin, 2008  ; Chauvin, 2010). Et, pour ces travailleurs, «  les pauses clandestines [elles] sont à haut risque  » (Pruvost, 2011, p. 175). L’hétérogénéité des statuts vient donc aussi différencier le rapport au hors‑travail dans le travail (Pruvost, 2011). En conséquence, même s’ils la nuancent, les ouvriers «  maison  » n’hésitent pas à se référer à cette dévalorisation, en reprenant la représentation de la hiérarchie ouvrière présentée plus haut  :

‑ Et comment sont les rapports entre vous  ? Le fait de pas être dans la même boîte, est‑ce que ça crée des jalousies  ?

Non. Des fois ça chambre un peu.

‑ Genre  ?

Genre… Du style… l’autre jour on en parlait avec un gars, et il dit  : »  Moi je suis rentré aux Chantiers pour que ce soit les gars d’autres boîtes qui fassent mon boulot  !  » [rires] Et puis le gars de la boîte il dit  : «  Nous on est rentrés dans cette boîte pour que ce soient les étrangers qui fassent notre boulot  ! On est encore moins cons que vous  !  » Non, en général ça se passe bien.

‑ C’est plutôt de la vanne…

Oui. On est tous pour faire la même chose. C’est vrai qu’un moment, à une époque il y avait la réputation «  les gars Chantiers ils font rien, c’est les autres qui font tout  ». Ça a peut‑être été vrai mais, depuis que je suis embauché, y’a eu des remaniements de faits, y’a eu… Y’avait certainement de l’abus aux Chantiers mais tu vois beaucoup moins de gens à rien faire, à… (Michaël, 33 ans, traceur «  maison  »).

32Par les conditions d’emploi et de travail associées à chacun de ces segments ouvriers, les ouvriers «  maison  » semblent avoir plus de latitude pour gérer leur rythme de travail. Par conséquent, les sous‑traitants expriment, à destination des ouvriers embauchés, «  un mélange de jalousie et d’aversion  » (Jounin, 2008).

33Le processus de dévalorisation du travail des ouvriers «  maison  » par les sous‑traitants s’exprime aussi au sujet de la sécurité au travail. Les ouvriers «  maison  » sont critiqués car ils sont moins sanctionnés sur les questions de sécurité au travail. En effet, en cas d’absence des équipements de sécurité, tous les ouvriers du site industriel peuvent être sanctionnés par la hiérarchie d’un «  carton jaune  », sorte d’avertissement qui a des incidences sur les carrières des ouvriers (en termes de promotion ou d’avancement) et sur les profits des entreprises sous‑traitantes (qui doivent payer une amende quand un ouvrier est sanctionné). Or il existe des tolérances pour les ouvriers «  maison  », moins sanctionnés par les cartons jaunes que les autres segments de travailleurs. Étant salariés de l’entreprise donneuse d’ordres, ils forment, aux yeux du personnel d’encadrement, un groupe ouvrier constitué de «  leurs gars  » et sont relativement épargnés dans l’application des cartons jaunes :

  • 16 . La «  barrette  » est le nom donné au personnel de l’encadrement de l’entreprise donneuse d’ordre (...)

Y’a des superviseurs, tout ça, qui viennent chaque jour. Ah oui, ils surveillent, ouh la la  ! Y’a des barrettes partout16  ! Plein de barrettes  !

‑ Ils surveillent parce que vous êtes de l’extérieur [c’est‑à‑dire sous‑traitant]  ?

Ils s’occupent aussi du Chantier mais ils sont plus exigeants avec les sous‑traitants qu’avec les gars qui travaillent aux Chantiers. Ça, c’est sûr, oui. C’est comme ça. […] Des fois, le gars du Chantier… entre ça et ça, il a des limites un petit peu moins ou un petit peu plus. Un gars du Chantier peut aller un peu à droite, un peu à gauche, ça va. Quand t’es sous‑traitant, non, non  ! Ça va pas aller… C’est comme ça  ! (Vladi, 50 ans, tuyauteur machines, sous‑traitant, Russe).

  • 17 . Cette attitude s’observe aussi sur les chantiers du bâtiment (Jounin, 2008).

34Ces différences de traitement relevées par les sous‑traitants renforcent les processus de segmentation du monde ouvrier aux chantiers navals. Elles viennent également renforcer le pouvoir symbolique des ouvriers «  maison  » qui, sur la question de la sécurité au travail, adoptent une position proche de la direction de l’entreprise : ils ont tendance à stigmatiser les comportements dangereux des sous‑traitants et n’hésitent pas à critiquer vivement «  ceux qui font les zouaves  » pour reprendre l’expression d’un ouvrier. En critiquant ainsi l’irresponsabilité des sous‑traitants17, ils mettent en valeur leur propre rapport au travail. La question de la sécurité au travail et les tolérances vis‑à‑vis des «  cartons jaunes  » mettent en exergue les «  privilèges  » des ouvriers «  maison  » qui forment ainsi une strate protégée parmi les ouvriers de la construction navale.

35Ces critiques à destination des ouvriers «  maison  » – concernant le temps au travail et les tolérances sur la sécurité – sont émises par l’ensemble des ouvriers de la sous‑traitance, qu’ils soient nationaux ou étrangers. En revanche, les ouvriers étrangers formulent une critique particulière à l’égard des ouvriers nationaux (sous‑traitants et «  maison  ») à travers leur représentation du chômage en France. Cette représentation négative du rapport à l’emploi des ouvriers nationaux redouble le processus de dévalorisation des ouvriers «  maison  ». En effet, les ouvriers étrangers stigmatisent vivement les chômeurs français qui, selon eux, choisiraient leur condition :

En France, t’es chômeur parce que t’as vraiment envie de l’être. Parce qu’ici y’a du boulot. Y’a du boulot dans le bâtiment. Ici, sur les navires, y’a du boulot (Gaspare, 34 ans, ouvrier aménagement intérimaire, sous‑traitant, Italien).

36Ce type de discours sur le chômage en France est récurrent dans les entretiens avec des ouvriers étrangers. Le regard que les ouvriers étrangers posent sur le chômage en France dépend de leur propre rapport à l’emploi et au travail  : les ouvriers étrangers aux chantiers navals cumulent des contrats courts et sont soumis à des rythmes de travail intenses tandis que les ouvriers nationaux ont des conditions plus favorables. Dans quelle mesure cette représentation du chômage en France déstabilise‑t‑elle les ouvriers «  maison  » ? En leur associant chômage et fainéantise, les ouvriers étrangers dégradent la représentation que se font les ouvriers de leur emploi et de leur travail. Ces derniers sont en effet associés à des «  tire‑au‑flanc  », ainsi qu’à des «  privilégiés  » dans l’entreprise. Cette double représentation négative participe au sentiment de disqualification de ces ouvriers stables.

La «  menace  » de la sous‑traitance et la tentation xénophobe

37Les relations de travail entre les ouvriers «  maison  » et les ouvriers sous‑traitants n’ont pas seulement des effets sur le rapport au travail des ouvriers, elles influent également sur leur rapport à l’emploi, participant au processus de «  déstabilisation des stables  » (Castel, 1995). Ce sentiment s’exprime chez les ouvriers «  maison  » par leur crainte de voir le «  noyau stable  » disparaître sous le poids de la sous‑traitance et par le ressentiment qu’ils expriment à l’égard des ouvriers étrangers.

«  C’est la sous‑traitance qui fait la loi à bord du bateau  !  »

38Le recours massif à la sous‑traitance dans la construction navale transforme le rapport à l’emploi des ouvriers «  maison  » qui s’estiment «  menacés  » par la présence des ouvriers extérieurs  :

Là, vous avez plus la loi. C’est la sous‑traitance qui fait la loi à bord du bateau. Ça fait bizarre d’ailleurs. Avoir connu le Chantier avec énormément de gens, le Chantier avait toujours travaillé avec des sous‑traitants, il y a toujours eu des sous‑traitants mais pas dans des proportions comme c’est rendu actuellement, c’est fou (Sébastien, 45 ans, soudeur «  maison  »).

39La sous‑traitance est critiquée à cause de l’ampleur qu’elle a prise sur le site  ; elle est perçue par les ouvriers de l’entreprise donneuse d’ordres comme un «  cancer  » (Pernot, 2008), qui remet en cause leur emploi ou, tout du moins, qui le déstabilise. Les ouvriers «  maison  » disposent d’un statut d’emploi favorable, marqué par la stabilité et la pérennité, mais ils estiment que les ouvriers sous‑traitants empiètent sur leurs activités et que le recours à la sous‑traitance va conduire progressivement à la disparition du «  noyau stable  » aux chantiers navals. Ce sentiment d’incertitude du lendemain, partagé par une partie des ouvriers, est directement lié à la présence des ouvriers sous‑traitants sur leur site. Ils estiment que ce sont les transformations des modes de gestion de la main‑d’œuvre, et donc le recours massif à la sous‑traitance, qui contribuent au «  grignotage de leur statut  » (Linhart & Maruani, 1982). Ils suggèrent leur peur d’être exclus du statut favorable et «  privilégié  » lié à leur appartenance à l’entreprise donneuse d’ordres  :

Lorsque je vois le Chantier être comme il est actuellement… C’est sous‑traité énormément, excessivement je dirais même. Il y a pourtant du savoir‑faire dans le bassin nazairien.

‑ Vous trouvez que c’est trop sous‑traité  ?

Complètement. […] Moi, quand j’ai commencé, on faisait un navire par an. C’est pas un grand navire mais il y avait pas mal de monde à travailler aux Chantiers. Je n’ai pas les chiffres ni rien. Je suis pas PDG, ni quoi que ce soit  ! Maintenant, il y a des années où on a sorti entre quatre et cinq navires par an.

‑ C’est pour ça qu’ils sous‑traitent beaucoup  ?

Il y a de la sous‑traitance à outrance. Mais le fait de sous‑traiter, en revenant un peu à nos qualifications, on les perd. Pourquoi  ? Parce que du jour au lendemain, pas mal de personnes changent de poste. Dans le travail mais sans forcément profiter du bénéfice du changement de poste. C’est‑à‑dire changer d’échelon ou de catégorie (Thomas, 40 ans, serrurier «  maison  »).

40Cette forme d’incertitude caractérise plus spécifiquement les ouvriers «  maison  » aux trajectoires professionnelles morcelées. Thomas s’est inséré tardivement dans l’emploi stable après avoir fait l’expérience de plusieurs échecs pour intégrer l’entreprise générale. Il exprime ici le sentiment de déstabilisation des ouvriers «  maison  » et souligne aussi les transformations du travail que la sous‑traitance implique. Selon lui, la polyvalence exigée des ouvriers vis‑à‑vis des postes de travail a des effets pervers sur les qualifications ouvrières. Jean‑Marie Pernot a d’ailleurs montré que le sentiment de déqualification est vif pour une partie des ouvriers de l’entreprise, mutés à d’autres postes parce que certains secteurs sont entièrement sous‑traités. Il cite un ouvrier syndiqué CGT qui exprime sa «  nostalgie du métier  »  : « On a tous été mutés dans un autre secteur du chantier, on a dû changer de métier, il y a pas mal d’amertume. Même avec des conditions de travail difficiles, les salariés sont fiers, ils ont une certaine fierté de leur métier » (Pernot, 2008).

  • 18 . Ce sentiment pourrait être comparé à ce que vivent les reclus étudiés par Erving Goffman  : peur (...)

41Les ouvriers «  maison  » aux chantiers navals paraissent donc inquiets du développement de la sous‑traitance parce que les activités sous‑traitées empiètent sur celles des salariés du donneur d’ordres mais aussi car la sous‑traitance implique polyvalence et diversification du travail ouvrier. La sous‑traitance est ainsi perçue comme minant leurs «  privilèges  » en empiétant sur leurs activités18.

De la contestation du management au racisme comme expressions de résistance de la part des ouvriers «  maison  »  ?

42Cette expression d’incertitude de la part des ouvriers «  maison  » est encore plus vive lorsqu’il s’agit de la sous‑traitance étrangère. Les ouvriers estiment qu’il existe une contradiction entre le recours à la main‑d’œuvre étrangère et la lutte contre le chômage en France. Le sentiment que les étrangers «  volent  » des emplois aux ouvriers nationaux est fort chez une partie des ouvriers  :

Là‑dessus, quelque part, c’est peut‑être malheureux de penser comme ça, mais justement, quand on a des enfants, quand on voit le taux de chômage qu’on a en France qui est élevé, et on fait venir de la main‑d’œuvre étrangère… Quelque part, on n’arrive pas forcément à comprendre non plus comment ça se fait. On sait bien pourquoi  : c’est pour le moindre coût [rires]  ! Mais là, je trouve pas ça normal qu’actuellement on puisse faire des trucs pareils. Quand, en France, le taux de chômage il est à 10  %, j’estime que c’est pas normal de faire venir des étrangers. Malgré qu’ils ont le droit de casser la croûte, c’est pas le truc, mais il faudrait un taux de chômage presque nul pour qu’on puisse faire pareil avec tout le monde. Parce que… Dans les chômeurs, il y en a peut‑être qui ne veulent pas travailler, mais je pense pas tout le monde quand même. Tout le monde a besoin de travailler et là‑dessus, je ne suis pas d’accord du tout.

‑ C’est également l’avis de certains collègues  ?

Oh oui, oui  ! Je ne suis pas le seul à penser comme ça (Roger, 50 ans, électricien «  maison  »).

«  C’est clair que les salariés de la région aujourd’hui trouvent ça parfaitement scandaleux. Non pas qu’ils en veuillent aux salariés étrangers  : ils subissent les choses comme nous. Mais ils trouvent ça scandaleux d’aller chercher des salariés dans des pays lointains, qui sont payés trois francs-six sous, et qui ont des conditions de travail qui sont abominables. Alors qu’à la porte, y’a des centaines de milliers de Français qui sont au chômage et que, si l’entreprise faisait l’effort, certes financier, parce que ce serait un effort financier de le faire, on le reconnaît parfaitement, mais on le dit à la direction  : «  Faites l’effort financier pour former des gens qui sont aujourd’hui chômeurs sur la place de Saint-Nazaire.  » Bien sûr, ils sont pas tous soudeurs, électriciens ou je sais pas quoi  ! Mais faites l’effort de les former et derrière on pourrait les embaucher et ils seront tout aussi efficaces. Alors, évidemment, c’est un effort financier (Jean-Michel, 45 ans, dessinateur «  maison  », élu FO).

  • 19 . Par exemple, lors d’entretiens, des ouvriers Chantiers ont décrit les inscriptions dans les toile (...)

43Ces deux salariés expriment leur incompréhension vis‑à‑vis du recours à la main‑d’œuvre étrangère alors que l’emploi apparait incertain et qu’ils sentent peser la menace du chômage. Ils tentent cependant de nuancer leurs discours en rappelant qu’ils ne blâment pas directement les ouvriers étrangers mais bien les entreprises qui utilisent cette main‑d’œuvre étrangère. Le discours de ces travailleurs «  maison  » sur le recours à la sous‑traitance étrangère met en exergue toute la complexité des interdépendances entre des ouvriers aux statuts différents, contraints de participer à la même production, dans un même espace de travail. Alors qu’il s’agissait d’un groupe solidement ancré, bénéficiant d’une position favorable au sein du monde ouvrier et de toute une gamme de privilèges, le rapport au travail des ouvriers «  maison  » est reconfiguré par ces «  nouvelles  » relations de travail. Les craintes et la méfiance des ouvriers «  maison  » à l’égard de la sous‑traitance étrangère nous invitent à poser la question du rôle éventuel du processus de mise en concurrence entre les diverses catégories d’ouvriers sur le racisme et la xénophobie au travail. Des formes de racisme se sont effectivement développées aux chantiers navals. La mise en avant du «  chômage sur la place de Saint‑Nazaire  » pour critiquer la présence des étrangers en témoigne. Si certains ouvriers ont parfois évoqué le racisme aux chantiers navals sous la forme de remarques sur certaines insultes racistes rédigées dans les toilettes19, nous n’avons pas observé directement ces pratiques et l’on sait que «  dans les entretiens, l’appréhension des relations interethniques en chantier n’est pas plus aisée : entre celui‑ci qui pose qu’il n’y a guère que quelques interpellations ethnicisantes, «  qui ne sont pas méchantes  », et celui‑là qui soutient que le racisme gouverne les chantiers, il ne peut être question de saisir un juste milieu, mais seulement de restituer la situation qui peut faire dire l’un et l’autre  » (Jounin, 2004, p. 112). En revanche, on peut constater que le racisme ou les sentiments xénophobes d’une frange des ouvriers «  maison  » renvoie à la manière dont ils tentent de défendre leur position – leur emploi, leur travail. Ainsi, cette hostilité est dépendante de »  la peur qui les tenaille d’être précipités dans une déchéance sociale insupportable pour ceux qui, il y a vingt ans, pensaient «  monter » (Beaud & Pialoux, 2004, p. 408). En effet, comme l’ont montré Stéphane Beaud & Michel Pialoux, «  ce que vivent les ouvriers et employés d’aujourd’hui, c’est d’abord et avant tout la confrontation au jour le jour à des formes accrues de concurrence qui se sont massivement développées  » (2009, p. 96). Cette mise en concurrence, sur laquelle l’entreprise s’appuie tout particulièrement pour gagner en productivité, exacerbe certaines tensions racistes. Pour une partie des ouvriers «  maison  », le rejet de la présence des ouvriers étrangers, incarnés par l’image de «  l’ouvrier polonais  », prend des formes vives. Mais, dans l’ensemble, le discours des ouvriers tend plutôt à dénoncer l’organisation de la production aux chantiers navals. Ce sont ces politiques de gestion de la main‑d’œuvre qui suscitent une sorte de rejet des ouvriers étrangers. Le discours d’Akim est, à cet égard, très éclairant  :

[…] Mais cette tension‑là entre étrangers et… n’est pas du tout comme dans l’ancien temps, les étrangers dehors et tout ça. Ce qui est mal vécu c’est qu’ils fassent dix heures, onze heures par jour, et qu’ils soient pas chers payés.

‑ Donc c’est plus de la solidarité ?

C’est pas méchant contre eux, c’est méchant contre l’administration. Le fonctionnement de l’entreprise, c’est politique. Quand vous voyez, par exemple, qu’ils sont à peine payés pour le même travail… Que les sous‑traitants viennent travailler, c’est pas le problème, mais on va dire, ce sera payé à bols de riz. Donc c’est ça qui cause la tension. Ce qui est dommage parce que dans le bassin nazairien, le racisme est très peu fréquenté, très faible. Et ce genre de trucs risque de… (Akim, 30 ans, charpentier fer «  maison  »).

  • 20 . Lors des dernières élections municipales (mars 2014), le Front National a progressé à Saint‑Nazai (...)

44Akim rappelle que le vote Front National demeure assez faible parmi les ouvriers nazairiens. S’il progresse aussi à Saint‑Nazaire20, le vote en faveur du Front National reste en‑dessous des moyennes nationales et, chez les ouvriers, il semble que le vote Front de Gauche progresse tout autant. En s’alarmant à propos des tensions xénophobes qu’il observe, ce jeune ouvrier exprime toute l’ambigüité des ouvriers «  maison  » vis‑à‑vis du recours à la main‑d’œuvre étrangère  : d’une part, les ouvriers étrangers sont soupçonnés de «  voler  » les emplois des ouvriers nationaux, mais, d’autre part, les salariés «  maison  » accusent l’entreprise d’«  exploiter  » les ouvriers étrangers, dont les conditions de travail sont réputées mauvaises  :

Les Polonais, on les voit porter des tuyaux sur le dos  ! On est plus en 1900  ! Et on voit ça arriver (Pierre, 40 ans, électricien «  maison  »).

  • 21 . Voir l’annexe électronique 3, « Extraits d’entretien avec Michel, 58 ans, technicien “maison” et (...)

45D’une certaine manière, les ouvriers «  maison  » expriment aussi de formes de soutien envers les ouvriers étrangers «  payés à bols de riz  » pour reprendre l’expression d’un ouvrier, même s’ils sont peu investis dans les mobilisations et débrayages menés pour améliorer les conditions d’emploi et de travail des étrangers. L’ambigüité des ouvriers «  maison  » concernant la présence des ouvriers étrangers sur le site montre que le racisme prend des formes différentes de celles mises au jour par Nicolas Jounin parmi les ouvriers du bâtiment (Jounin, 2004  ; 2008) : plus «  contenue  » et diffuse, l’expression de racisme ne s’observe pas concrètement dans les interpellations et conversations entre ouvriers ou dans une ethnicisation radicale des rapports sociaux. Il n’empêche que les formes de xénophobie observées ne cessent d’inquiéter les syndicalistes qui tentent d’apaiser les relations entre ouvriers21 :

Mais en fait, le problème, et c’est pour ça qu’on sait jamais trop sur quel pied danser, c’est que, plus on parle des Indiens, des Polonais, plus on parle d’eux… plus on en fait un «  problème », tu vois  ? Et le réflexe xénophobe est rapide. Les gars, quand ils apprennent les chiffres, le nombre d’étrangers sur le site… ils pensent qu’ils ont des amis, de la famille au chômage… et on tombe tout de suite dans la xénophobie  ! C’est hyper compliqué pour nous du coup… (Michel, 58 ans, technicien «  maison  », responsable CFDT).

46Comme l’a montré Maryse Tripier, le racisme ouvrier « semble peu idéologique et est fortement marqué par le sentiment de la concurrence des échelles de légitimité  » (Tripier, 2004, p. 186). Aux chantiers navals, les expressions de racisme ne s’observent pas tant dans une idéologie ou un vote Front National que dans le sentiment de mise en concurrence des différents segments ouvriers et dans les formes de dévalorisation réciproque qui en découlent. Il peut alors être analysé comme un effet du sentiment de précarisation des ouvriers statutaires dans cette entreprise (Ouali, 2009). De ce fait, l’attitude des ouvriers »  maison  » à l’égard des ouvriers sous‑traitants, et surtout des sous‑traitants étrangers, peut être comparée au «  ressentiment  » des employées de la CPAM étudiées par Sacha Leduc pour lesquelles «  le ressentiment collectif observé est l’expression d’un sentiment partagé d’injustice qu’éprouve un groupe social par la dégradation progressive de son statut, et qui se sent dépossédé par un autre groupe social de ses bénéfices antérieurs  » (Leduc, 2008, p. 113). Les ouvriers sous‑traitants, et plus particulièrement les étrangers, ne partagent pas le statut et les conditions d’emploi des ouvriers «  maison  » et ils ne tirent pas non plus de leur position des bénéfices que n’auraient pas les ouvriers «  maison  ». Pourtant, pour ces derniers, les sous‑traitants dégradent leur situation  : ils les dépossèdent d’un certain savoir‑faire, de qualifications particulières et du prestige d’appartenir à une entreprise qui bénéficie d’une image et d’une production valorisées. Leur sentiment de dépossession est renforcé par la dévalorisation et disqualification des ouvriers «  maison  » par les travailleurs extérieurs.

Conclusion

47L’analyse proposée ici des effets de la sous‑traitance sur la configuration du monde ouvrier contemporain, à partir du cas d’un chantier naval, montre le caractère structurant des inégalités de conditions d’emploi. En effet, les transformations des modes de gestion de main‑d’œuvre dans l’industrie produisent des interdépendances complexes et ambivalentes entre les segments ouvriers. Ainsi, bien qu’une coopération technique et matérielle apparaisse entre ces différents segments ouvriers, leurs relations prennent principalement la forme d’une dévalorisation réciproque. Puisque les ouvriers «  maison  » s’estiment «  menacés  » par la présence des ouvriers sous‑traitants, ils les stigmatisent pour se réaffirmer comme «  établis  » aux chantiers navals de Saint‑Nazaire. En effet, «  à tort ou à raison, et comme bien d’autres groupes semblables, ils se croyaient exposés à une attaque sur trois fronts  : contre leur monopole du pouvoir, contre leur charisme collectif et contre leurs normes collectives  » (Elias & Scotson, 1997, p. 86). Dans le discours des ouvriers, on perçoit ce sentiment de «  menace  » qui pèserait sur leurs qualifications, sur leurs emplois, sur le prestige de leur travail issu d’un savoir‑faire que les sous‑traitants n’auraient pas. En dévalorisant les ouvriers extérieurs, et tout particulièrement les ouvriers étrangers, les ouvriers «  maison  » souhaitent donc résister aux évolutions des modes de gestion de main‑d’œuvre et c’est ce qui vient alimenter une forme de xénophobie ouvrière. Cependant, l’analyse de ces relations ouvrières montre aussi, et cela en constitue un trait saillant, que les ouvriers extérieurs, souvent perçus comme une main‑d’œuvre invisible et précaire, ne sont pas sans ressources pour faire face à cette dévalorisation  : ils ont également une représentation négative des ouvriers «  maison  » qui alimente en retour le sentiment de disqualification de ces derniers. S’exerce ainsi une forme de mépris croisé que l’on observe en d’autres lieux du monde du travail. Deux remarques peuvent découler de ces constats. En premier lieu, la réciprocité des mécanismes de dévalorisation entre les segments ouvriers nous invite, comme le fait E.C. Hughes, à ne pas penser «  que chacun des groupes mène une existence assez autonome pour être étudié sans références aux autres groupes qui l’entourent  » (Hughes, 1996, p. 205). Ce sont les interdépendances entre les groupes en présence qui permettent, au contraire, d’appréhender la configuration du monde ouvrier. Ensuite, l’analyse des relations de travail entre les ouvriers «  maison  » et les ouvriers de la sous‑traitance rappelle qu’étudier le monde ouvrier aujourd’hui, ce n’est pas seulement regarder du côté de l’emploi. La «  déstabilisation des stables  » s’éprouve aussi à partir du rapport au travail des ouvriers, dont les relations de travail sont partie prenante. Ainsi, si les ouvriers «  maison  » expriment des craintes par rapport à la sous‑traitance, en particulier étrangère, ils en retirent aussi un sentiment aigu de supériorité technique, mais aussi «  sociale  », puisqu’ils détiennent les attributs d’une aristocratie ouvrière par rapport aux autres franges d’ouvriers avec lesquels ils cohabitent.

Haut de page

Bibliographie

Anteby M. (2003), «  La “perruque” en usine  : approche d’une pratique marginale, illégale et fuyante  », Sociologie du travail, vol. 45, pp. 453‑471.

Bataille P. (1997), Le Racisme au travail, Paris, La Découverte.

Beaud S. & Pialoux M. (1993), «  Permanents et temporaires  », in Bourdieu P. (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, pp. 493‑512.

Beaud S. & Pialoux M. (2003), Violences urbaines, violence sociale, Paris, Fayard.

Beaud S. & Pialoux M. (2004 [1999]), Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard.

Beaud S. & Pialoux M. (2009), « Racisme ouvrier ou mépris de classe ? Retour sur une enquête de terrain  », in Fassin E. & Fassin D. (dir.), De la question sociale à la question raciale, Paris, La Découverte, Poche, pp. 72‑98.

Boltanski L. & Chiapello E. (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bonnet F. (2008), «  Un crime sans déviance  : le vol en interne comme activité routinière  », Revue française de sociologie, vol. 49, n° 2, pp. 331‑350.

Brochier C. (2006), « Le contrôle du travail par les ouvriers : analyses à partir d’observations participantes », Sociologie du travail, vol. 48, n° 4, pp. 525‑544.

Brochier C. (2011), «  Le monde social d’une petite usine. Relations individuelles et groupales  », Revue française de sociologie, vol. 52, n° 1, pp. 3‑36.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard.

Chauvin S. (2010), Les Agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Paris, Seuil, «  Liber  ».

Collovald A. & Schwartz O. (2006), «  Haut, bas, fragile  : sociologie du populaire  », Vacarme, n° 37.

Elias N. & Scotson J. L. (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Fournier P. (2012), Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d’un site à risques, Paris, Armand Colin.

Goffman E. (1968), Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les Editions de Minuit.

Gorgeu A. & Mathieu R. (1992), Le Processus de recrutement dans le cadre d’organisation en juste‑à‑temps  : l’exemple des nouveaux établissements d’équipements automobiles implantés à proximité des usines de montage des constructeurs, Document de travail CEE, Rapport pour le Commissariat Général au Plan, subvention n° 34.

Gorgeu A & Mathieu R. (2005), «  L’obsession du flux‑tendu  : les usines d’équipement automobile des parcs industriels fournisseurs  » in Linhart D. & Moutet A. (dir.), Le Travail nous est compté, Paris, La Découverte, pp. 171‑195.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jounin N. (2004), «  L’ethnicisation en chantiers. Reconstruction des statuts par l’ethnique en milieu de travail  », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 3, pp. 103‑126.

Jounin N. (2008), Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

Lallement M. (2003), Temps, travail et modes de vie, Paris, Puf, «  Sciences sociales et sociétés  ».

Leduc S. (2008), « Les ressorts du ressentiment. L’appel au contrôle des usagers, entre illégitimité d’un droit social et évolutions du travail », in Linhart D. (dir.), Pourquoi travaillons‑nous ?, Toulouse, Érès, «  Clinique du travail  ».

Lefebvre B. (2005), La Circulation de main‑d’œuvre en Europe, LESTAMPS, site sociologie‑cultures.

Linhart D. & Maruani M. (1982), « Précarisation et déstabilisation des emplois ouvriers. Quelques hypothèses », Travail et emploi, n° 11, pp. 27‑36.

Mahouche B. (2010), « Les modalités d’engagement dans le travail des réparateurs de lignes téléphoniques statutaires et hors statut », in Cartier M., Retière J‑N. & Siblot Y. (dir.), Le Salariat à statut. Genèses et cultures, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, «  Histoire du travail  », pp. 273‑285.

Mashkova E. (2008), «  Travail stable, travail précaire  : confrontation productrice de risques. L’hypothèse mise à l’épreuve dans le secteur du bâtiment  », Revue française des affaires sociales, vol. 2, n° 2‑3, pp. 391‑398.

Morin M‑L. (1997), «  Sous‑traitance et égalité de traitement  », in Appay B. & Thébaud‑Mony A. (dir.), Précarisation sociale, travail et santé, Paris, INSERM, pp. 97‑110.

Muller S. (2008), À l’abattoir. Travail et relations professionnelles face au risque sanitaire, Paris, Éditions MSH.

Ouali N. (2009), «  Le racisme au travail à Bruxelles et à Londres  : un effet de la précarisation  ». Les Mondes du travail, n° 7, pp. 87‑101.

Papinot C. (2009), «  Jeunes intérimaires et ouvriers permanents en France  : quelle solidarité au travail  ?  », Relations industrielles, vol. 64, n° 3, pp. 489‑506.

Paugam S. (2008), «  La condition ouvrière. De l’intégration laborieuse à l’intégration disqualifiante  », Cités, vol. 3, n° 35, pp. 13‑32.

Pernot J‑M. (2008), « Syndicats et sous‑traitance aux chantiers de l’Atlantique  », in Dufour C. (dir.), Flexibilité et action collective. Salariés précaires et représentation syndicale, DARES, Document d’études n° 144, pp. 25‑46.

Pitti L. (2005), «  Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la main‑d’œuvre  », Histoire et mesure, numéro XX, 3/4, pp. 69‑101.

Pruvost G. (2011), «  Le hors‑travail au travail dans la police et l’intérim  », Communications, vol. 2, n° 89, pp. 159‑192.

Roupnel‑Fuentes M. (2011), Les Chômeurs de Moulinex, Paris, Puf, «  Le Lien social  ».

Schwartz O. (2009 [1990]), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf, «  Quadrige ».

Thébaud‑Mony A. (2000), L’industrie nucléaire. Sous‑traitance et servitude, Paris, EDK, INSERM.

Tripier M. (2004), « Immigration et dynamiques ouvrières » in Bouffartigue P. (dir.), Le Retour des classes sociales, Paris, La Dispute, pp. 175‑187.

Weber F. (2001 [1989]), Le Travail à‑côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 . Je remercie Pascal Barbier, Lise Bernard, Muriel Letrait, Jasmina Stevanovic ainsi que les lecteurs de la revue Sociologie pour les remarques et suggestions qu’ils ont adressées à des versions antérieures de cet article.

2 . Nous proposons, au contraire, de rompre avec l’idée répandue «  d’une sorte de discontinuité radicale entre fractions vulnérables et fractions stables  » au sein des classes populaires (Collovald & Schwartz, 2006).

3 . Cette différence de réception de l’enquête selon les sous‑groupes ouvriers en présence donnait déjà des pistes de réflexion concernant l’hétérogénéité des statuts sur ce site industriel.

4 . Voir l’annexe électronique 1 «  Nombre estimé de personnes sur le site des chantiers navals de 2002 à 2007, selon le statut et la nationalité  », sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/2325.

5 . Voir l’annexe électronique 2 « Compte rendu d’observation des audits sociaux avec une responsable Ressources Humaines, avril 2006 (extrait du journal de terrain)  », sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/2326.

6 . Pierre Fournier montre que, dans l’industrie nucléaire, la coopération est obligatoire dans le travail et permet de stabiliser une frange d’ouvriers sous‑traitants qui intègrent les équipes de «  permanents  ». (2012, p. 117).

7 . Le nombre d’ouvriers étrangers travaillant aux chantiers navals a considérablement augmenté en 2001, lors de la construction du Queen Mary 2.

8 . L’appellation «  un bon gars  » fait écho à ce qu’a montré Philippe Bataille à propos du racisme au travail  : un ouvrier issu de l’immigration maghrébine qui travaille bien aux yeux des ouvriers «  nationaux  » est qualifié de «  bon arabe  » par ces derniers (Bataille, 1997).

9 . Les équipements d’une partie des ouvriers sous‑traitants sont en effet moins complets que ceux des ouvriers «  maison  »  : certains sous‑traitants sont en jean et sans chaussures de sécurité. Il est également connu que bon nombre de sous‑traitants ne disposent pas toujours des outils nécessaires ou des équipements de sécurité obligatoires (lunettes, bouchons d’oreilles, etc.).

10 . Il s’agit en effet d’un groupe «  installé de longue date  » (Elias & Scotson, 1997) par rapport aux sous‑traitants, arrivés essentiellement dans les années 1990. En effet, seule une petite partie de la sous‑traitance est ancienne et établie aux chantiers navals de Saint‑Nazaire.

11 . Ce mécanisme est similaire à celui mis en évidence par Pierre Fournier dans l’industrie nucléaire où «  la “fabrication” de l’ouvrier subalterne à partir du sous‑traitant fait de l’ouvrier statutaire du nucléaire un “technicien”, au sens d’abord de supérieur hiérarchique, en même temps qu’elle sert de motif à l’intense mobilisation productive du collectif de travail  » (Fournier, 2012, p. 77).

12 . Ces formes de dévalorisation s’observent dans d’autres lieux du monde du travail. Par exemple, Bruno Mahouche a montré que les réparateurs de lignes téléphoniques s’accusent réciproquement d’être «  des fonctionnaires  » ou d’effectuer un travail bâclé (Mahouche, 2010).

13 . On retrouve ici ce qu’a mis en évidence Sébastien Chauvin à propos de «  l’honnêteté travailleuse  » des Mexicains (Chauvin, 2010, pp. 127-128).

14 . Comme l’a montré Séverin Muller dans l’industrie agroalimentaire (Muller, 2008).

15 . Salif est «  en régie  », c’est‑à‑dire qu’il fait partie des rares intérimaires directement recrutés par l’entreprise donneuse d’ordres qui, en règle générale, sous‑traite par là la prise en charge de la flexibilité de son effectif. Salif s’est vu proposer l’embauche «  en fixe  » à plusieurs reprises mais l’a refusé afin de conserver les avantages financiers de son statut d’intérimaire (primes de précarité, paiement des congés) – malgré les périodes de sous‑charge de travail. Intérimaire fidélisé, travaillant toujours au sein des mêmes équipes dans le même atelier, Salif se considère – et est considéré par ses collègues – comme un ouvrier «  maison  ».

16 . La «  barrette  » est le nom donné au personnel de l’encadrement de l’entreprise donneuse d’ordres, en référence au grand trait blanc tracé à hauteur du torse sur le bleu des agents de maîtrise, superviseurs et cadres. Ce sont eux qui sont chargés de sanctionner la mise en danger de soi et d’autrui en cas d’absence du port des équipements de sécurité par l’action des cartons jaunes.

17 . Cette attitude s’observe aussi sur les chantiers du bâtiment (Jounin, 2008).

18 . Ce sentiment pourrait être comparé à ce que vivent les reclus étudiés par Erving Goffman  : peur d’être «  rétrogradés  » et d’entrer dans la position des «  non‑privilégiés  » (1968, p. 98).

19 . Par exemple, lors d’entretiens, des ouvriers Chantiers ont décrit les inscriptions dans les toilettes «  Votez Le Pen  !  », «  Les arabes sont des gros morts  » ou le dessin d’une croix gammée sur la porte du local d’un sous‑traitant polonais.

20 . Lors des dernières élections municipales (mars 2014), le Front National a progressé à Saint‑Nazaire et dans les communes voisines.

21 . Voir l’annexe électronique 3, « Extraits d’entretien avec Michel, 58 ans, technicien “maison” et responsable CFDT », sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/2327.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Seiller, « Sous-traitance et segmentations ouvrières dans la construction navale. », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2285

Haut de page

Auteur

Pauline Seiller

pauline.seiller@unicaen.fr
Maîtresse de conférences en sociologie – Centre d’Étude et de Recherche sur les Risques et Vulnérabilités (CERReV) - Université de Caen – Esplanade de la paix CS 14032 – 14032 Caen cedex 5

Articles du même auteur

  • A propos de Wilfried Lignier (dir.), « Implications ethnographiques », un dossier de la revue Genèses (n° 90, 2013)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2014
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page