Navigation – Plan du site

Great American City

À propos de Robert J. Sampson, Great American City. Chicago and the Enduring Neighborhood Effect (University of Chicago Press, 2012)
Max Pacalet
Référence(s) :

Sampson R. J. (2012), «Great american city. Chicago and the enduring neighborhood effect», Chicago, Londres, University of Chicago Press, 552 p.

Texte intégral

Chicago à nouveau laboratoire de l’écologie humaine

  • 1 . Sampson R. J. (2012), « Great american city. Chicago and the enduring neighborhood effect », Chic (...)
  • 2 . Ibid., p. 6.

1L’écologie humaine vient de faire un retour remarqué avec la publication de l’ouvrage Great American City, plus d’un demi‑siècle après avoir été évincée des productions sociologiques américaines. L’auteur, Robert Sampson1, s’emploie à mettre en évidence l’existence de ce qu’il appelle les effets de quartier (neighborhood effects) en s’inspirant des méthodes de l’École de Chicago. Il entend réfuter les théories pronostiquant la fin des lieux (placelessness) et cherche à démontrer « que les différences entre quartiers ne sont pas seulement visibles partout mais qu’elles ont également des propriétés durables – avec des mécanismes de reproduction sociaux et culturels – et des effets couvrant une grande variété de phénomènes sociaux2 »

2Rejetant dos à dos approche déterministe et individualisme méthodologique, Sampson s’attache à prendre en compte les comportements individuels comme les dynamiques collectives et les effets structurels, ainsi qu’à considérer à la fois les processus top‑down et bottom‑up. Dans cette optique, il se propose de recourir à une nouvelle méthode, l’écométrie, afin d’appréhender les phénomènes collectifs qui, ne pouvant être réduits à des sommes de traits individuels, requièrent ainsi leurs propres méthodes de mesure. L’originalité de Great American City tient également au refus d’étudier le quartier à travers le prisme des seuls ghettos noirs, une approche souvent retenue qui ne permet pas de saisir l’objet considéré dans sa globalité. Sampson relève par ailleurs que les afro‑américains défavorisés ne sont plus seulement présents dans les centres‑villes et occupent désormais certaines zones des banlieues résidentielles, ce qui rend l’approche par le ghetto également inopérante pour l’étude de la pauvreté et des inégalités. En conséquence, l’auteur aborde le quartier d’une manière plus large, en le considérant non seulement dans sa dimension locale, mais également comme une composante de plus grands ensembles, notamment la ville.

3Pour mener à bien son projet, l’auteur mobilise d’impressionnants moyens statistiques en s’appuyant sur un programme de recherche lancé dans les années 1990 : le Projet sur le développement humain dans les quartiers de Chicago (Project on Human Development in Chicago Neighborhoods ‑ PHDCN3). Il dispose ainsi d’une ambitieuse étude longitudinale ayant suivi sept cohortes d’enfants, adolescents et jeunes adultes dans environ 3 800 familles entre 1994 et 2002, ainsi que d’une base de données reposant sur 8 782 entretiens passés en 1995. D’autres dispositifs sont également employés : l’observation des rues de Chicago (the Systematic Social Observation4), une enquête auprès de 2 800 « leaders communautaires » (the Key Informant Study), une expérience basée sur la dissémination de lettres affranchies et libellées afin d’étudier les taux de retour (the Lost Letter Experiment), ainsi qu’une étude couvrant les événements publics ayant eu lieu à Chicago durant les trois dernières décennies (the Chicago Collective Civic Participation Project). Il a par ailleurs été fait usage de données publiques ou provenant d’autres programmes de recherche.

« Le contexte compte » : permanence et conséquences des effets de quartier

  • 5 . United States, Department of Labor, Office of Policy Planning and Research & Moynihan D. P. (1965 (...)

4L’enjeu principal de l’ouvrage est de démontrer l’existence des effets de quartiers, ce que Sampson s’emploie à faire en mettant en évidence leurs impacts sur les communautés. La pauvreté et les inégalités constituent le point de départ du raisonnement. Il est montré que malgré les profonds changements ayant modifié Chicago au cours des dernières décennies, ses quartiers ont gardé le même statut socio‑économique. Les inégalités sociales apparaissent être enracinées dans des contextes locaux, ce en dépit des mouvements de population, l’exemple type étant celui de la pauvreté persistante des quartiers afro‑américains. Ce constat comporte de nombreuses similitudes avec celui effectué par Daniel P. Moynihan dans les années 1960, notamment dans l’idée qu’il existe des cercles vicieux de la pauvreté que seules des interventions structurelles sont à même de rompre5. Mais là où le rapport Moynihan cible les défaillances de la famille noire et « l’enchevêtrement de pathologies » (tangle of pathology) qu’elles produisent, Sampson pointe les « pièges à pauvreté » (poverty traps) générés par les effets de quartiers. Ces pièges s’expliquent non seulement par les conséquences directes que fait peser un environnement dégradé sur ses occupants mais également par les perceptions engendrées, par les effets du stigmate créé. Les réputations négatives pèsent sur les quartiers qui en sont l’objet en renforçant la mésestime de leurs habitants et en jouant un effet dissuasif sur de potentiels nouveaux arrivants plus aisés. Sampson ne se contente pas de souligner l’impact des mécanismes socio‑psychologiques, il montre également que la perception du désordre qu’ont les résidents diffère de la situation objective du quartier. Mieux, il affirme même que l’appréhension de la délinquance qu’ont les habitants prédit bien mieux l’évolution des crimes et délits que le désordre pouvant être véritablement observé sur les lieux. Ce constat l’amène à rejeter la théorie de la vitre brisée (broken windows theory) selon laquelle la dégradation de l’environnement physique (déchets, graffitis, destructions…) stimulerait les actes de délinquance. L’auteur note par ailleurs que c’est la composition ethnique du quartier qui a l’impact le plus significatif sur la perception du désordre, ce dernier étant ressenti de manière proportionnelle à la présence afro‑américaine au sein du voisinage. Ainsi, la cohabitation avec des populations noires, ou immigrées, pèse plus sur les perceptions collectives que le désordre observé. Outre l’enracinement spatial de la pauvreté et des inégalités, Sampson passe en revue toute une série de dynamiques persistantes, comme incrustées dans les tissus sociaux‑spatiaux et les cadres cognitifs qui leur sont associés. Parmi elles, le civisme, la densité des associations et de leurs activités, ainsi que l’altruisme. Ces éléments s’inscrivent invariablement dans des configurations géographiques inchangées durant les dernières décennies. Ainsi, les quartiers de Chicago qui jouissent aujourd’hui d’une intense activité associative connaissaient déjà cette situation dans les années 1960.

  • 6 . « Everything is related to everything else, but near things are more related than distant things(...)

5La persistance de dynamiques sociales internes n’est pas le seul élément influant sur les territoires urbains. Il est également question de l’impact que les quartiers ont les uns sur les autres, non seulement de par leur proximité, mais aussi à travers les flux générés par la mobilité résidentielle. Partant de la première loi de la géographie proposée par Waldo Tobler6, Sampson entreprend de dépasser l’échelle du seul quartier pour replacer celui‑ci dans son environnement. Chaque espace est influencé par les zones alentours et les influence également en retour. Être entouré par des communautés calmes et affluentes ne produit évidemment pas le même effet que la proximité avec des zones frappées par la misère et la violence. L’auteur montre qu’à Chicago, les communautés noires, même lorsqu’elles sont aisées, sont systématiquement entourées de quartiers dont l’efficacité collective est basse. Inversement, les parties de la ville majoritairement occupées par des blancs bénéficient quasi systématiquement de quartiers voisins bien dotés en efficacité collective.

  • 7 . Le programme MTO est une étude scientifique sponsorisée par le Département américain du logement (...)

6Les mobilités résidentielles sont considérées, à travers les diverses études produites à l’occasion du programme Mooving To Opportunity (MTO)7. Selon de nombreux travaux, le déménagement d’un quartier défavorisé à un autre moins désavantagé ne donne pas de résultats probants chez les populations s’étant déplacées, ce qui aurait tendance à invalider la thèse de l’effet de quartier. Sampson juge ces analyses contestables sur plusieurs points, et notamment en l’absence de distinction claire entre les conséquences d’un changement d’environnement résidentiel et les effets du changement de quartier en lui‑même (or celui‑ci pèse sur les familles, et tout particulièrement sur les enfants). Il note par ailleurs qu’une grande partie des familles ayant bénéficié du programme se sont en réalité installées dans des quartiers qui, même moins pauvres, n’en étaient pas moins largement stigmatisés et défavorisés. Outre les résultats du programme MTO, Sampson étudie également la mobilité résidentielle à travers les données du PHDCN, ce qui l’amène à relever la prédominance des facteurs socio‑économiques et de l’ethnicité dans les dynamiques de stratification résidentielle. Il apparaît que les blancs et les latinos font preuve d’une très grande sensibilité vis‑à‑vis de la composition sociale de leur quartier. Ces derniers ont tendance à fuir les lieux investis d’une manière prononcée par les afro‑américains (une version élargie du fameux white‑flight) qui sont quant à eux plus sensibles à la perception collective du désordre. Contrairement au modèle traditionnel de l’École de Chicago, les familles noires en ascension sociale ne choisissent pas de s’établir dans les banlieues des classes moyennes ou supérieures blanches. Elles s’installent la plupart du temps dans des quartiers noirs aisés pour éviter de s’exposer à des comportements racistes. Ces tendances contribuent à l’intense ségrégation des tissus urbains de Chicago.

  • 8 . Tiebout C. M. (1956), « A pure theory of local expenditures », Journal of Political Economy, vol. (...)
  • 9 . Chiffres du United States Census Bureau :

7Sampson constate aussi que les individus qui déménagent répugnent à trop s’éloigner de leur quartier d’origine et tentent de ne pas s’établir trop loin afin de préserver leurs réseaux et leurs routines sociales. Les revenus, les considérations ethniques et celles d’ordre géographique s’additionnent et dessinent des flux de mobilité bien distincts qui relient les quartiers dans des ensembles cloisonnés. Bien loin des modèles individualistes comme ceux élaborés par Tiebout8, Sampson décrit des choix individuels largement influencés par les effets de quartier et des processus structurels relevant d’une plus haute échelle. Le travail effectué sur les flux de population fait cependant ressortir l’absence de données pour les banlieues de Chicago et amène à s’interroger sur les limites d’une étude ignorant près des trois quarts de la population d’une métropole (environ 2,7 millions d’habitants pour la seule ville de Chicago contre près de 9,5 pour l’ensemble de l’agglomération9).

Contre la théorie du capital social de Putnam, le concept d’efficacité collective 

  • 10 . Putnam définit le capital social comme « les réseaux sociaux et les normes de réciprocité et de c (...)
  • 11 . Putnam R. D. (2000), Bowling Alone: the Collapse and Revival of American Community, New York, Sim (...)

8Parallèlement à l’effet de quartier, l’efficacité collective (collective efficacy) est le second concept au cœur de Great American City. Sampson la définit comme la combinaison d’une confiance mutuelle et d’attentes communes de contrôle social. Les communautés qui en sont dotées sont ainsi bien moins exposées à la délinquance. L’emploi de cette notion s’inscrit dans un rejet de la théorie du capital social telle qu’elle a été formulée par Robert Putnam10 et selon laquelle la confiance, les normes de réciprocité et les réseaux d’engagement civique favorisent la coopération volontaire et donc la performance institutionnelle de la société. Sampson reproche tout d’abord à ce qu’il appelle caustiquement « idéologie de la lamentation communautaire » de ne tout simplement pas correspondre à la réalité. La diminution de l’engagement civique décrite par Putnam ne se retrouve par exemple pas à Chicago. En étudiant la participation civique non pas à l’échelle des individus mais à celle des quartiers, l’auteur montre qu’après avoir décru au cours des années 1970 et 1980, elle a augmenté durant les dernières décennies. Il constate également que les aires communautaires dont les populations sont les plus diverses sont aussi celles qui accueillent le plus d’associations. Ces observations contredisent clairement la thèse du déclin des communautés telle qu’elle est élaborée dans Bowling alone et nuancent l’idée que la diversité ethnique nuirait à l’engagement civique (the hunkering down hypothesis)11.

  • 12 . Portes A. & Vickstrom E. (2011), « Diversity, social capital, and cohesion », Annual Review of So (...)

9Mieux, les critiques formulées par Sampson semblent recouper celles qu’avaient adressées Alejandro Portes et Erik Vickstrom12. Nonobstant les reproches qui ciblent la méthodologie de Putnam, il convient de souligner les similitudes de leur analyse avec celle présentée dans Great American City. Portes et Vickstrom reprennent les résultats de Putnam sur le stock de capital social de chaque État américain et constatent que ceux qui en sont le moins pourvus sont situés au Sud et correspondent aux anciens États esclavagistes. Parallèlement, ceux en étant le mieux dotés se trouvent au Nord et recoupent les zones où se sont établis les migrants scandinaves, ces derniers ayant importé des communautés soudées et auto‑suffisantes (en raison des conditions climatique très dures), dotées d’une forte dimension égalitaire, et organisées autour d’une importante participation aux activités collectives. Bien qu’elle ne soit en aucun cas présentée comme telle, l’explication de Portes et Vickstrom comporte bien des similitudes avec l’approche socio‑écologique défendue par Sampson.

  • 13 . Granovetter M.S. (1973), « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n(...)
  • 14 . Paugam S. (2013), Le Lien social, 3e éd. mise à jour, Paris, Puf.

10Sur un plan plus conceptuel, Sampson s’appuie sur les observations de Mark Granovetter13 pour rappeler que les liens sociaux denses ne sont pas intrinsèquement positifs et qu’ils sont même dépourvus de certains avantages que l’on trouve dans les liens faibles. Il insiste sur l’idée que le contrôle social ne se confond pas avec les liens interpersonnels denses supposés être à la base du capital social. Selon lui, nul besoin de connaître ses voisins tant qu’il existe une confiance mutuelle et des attentes partagées. De même que le lien social suppose l’existence d’un cadre normatif partagé14, l’efficacité collective repose sur des références communes.

  • 15 . Bernard P. (1999) « La cohésion sociale : critique dialectique d’un quasi‑concept », Lien social (...)
  • 16 . Chan J., To H.‑P. & Chan E. (2006), « Reconsidering social cohesion: developing a definition and (...)
  • 17 . Sampson, p. 153.

11Robert Sampson définit l’efficacité collective en parlant alternativement de « cohésion sociale combinée à des attentes partagées de contrôle social » ou bien de « confiance mutuelle et d’attentes communes de contrôle social ». Le recours à la notion de cohésion sociale doit cependant être considéré avec prudence étant donné son large usage, notamment sur la scène politique, et les amples variations de sa charge sémantique. Le sens attribué à ce « quasi‑concept » est largement tributaire de la nature des acteurs qui l’emploient (politiques, scientifiques, etc.), de leur positionnement dans le champ politique, ainsi que de leur pays (le contexte national)15. Les notions de confiance et de cohésion sociale semblent interchangeables dans l’usage que Sampson en fait, alors que dans les débats traditionnels, la première serait plutôt une composante de la seconde. Une approche très restrictive de la cohésion sociale, proposée afin d’éviter l’écueil d’une confusion entre ses causes, son contenu et ses conséquences la présente comme « un état de fait concernant à la fois les interactions verticales et horizontales entre les membres d’une société, celles‑ci étant caractérisées par un ensemble d’attitudes et de normes incluant la confiance, un sentiment d’appartenance et la volonté de participer et d’aider, ainsi que leurs manifestations comportementales16. » Si l’on s’appuie sur cette définition, il est frappant de constater le nombre de points communs partagés avec le concept d’efficacité collective. Outre la notion de confiance, on retrouve dans les deux cas la volonté de participer (avec les attentes réciproques de contrôle social). Quant au sentiment d’appartenance, Sampson parle de « normes partagées, d’un sens du nous17»D’une certaine manière, l’efficacité collective décrite dans Great American City est peut-être la traduction locale d’une des dimensions horizontales de la cohésion sociale.

Un outil au service de l’administration et de la société civile

12Dans un champ universitaire américain tourné vers l’individu, l’approche de Sampson constitue une rupture en réintroduisant le contexte comme dimension majeure de l’analyse en sociologie. Au‑delà de l’ambition scientifique d’une démarche qui mobilise plusieurs approches sociologiques, différentes disciplines et divers domaines empiriques, Great American City se veut un outil au service de l’administration et de la société civile pour asseoir les politiques de la ville sur un socle sociologique plus robuste. Si Sampson ne recommande pas d’actions spécifiques, son analyse plaide pour des politiques ciblant l’environnement des populations défavorisées plutôt que la dispersion de ces dernières. Désapprouvant les politiques de gentrification, il soutient des interventions à l’échelle locale mais pensées dans un cadre holiste afin de ne pas perdre de vue les dynamiques opérant à l’échelle de l’agglomération. Un discours qui ne perd en rien son intérêt lorsqu’on l’examine à l’aune des politiques menées en France, et notamment du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) largement basé sur la démolition des quartiers dit « sensibles », la dispersion de leurs population et des reconstructions axées sur la gentrification.

Haut de page

Notes

1 . Sampson R. J. (2012), « Great american city. Chicago and the enduring neighborhood effect », Chicago‑Londres, The University of Chicago Press, 552 p.

2 . Ibid., p. 6.

3 . Voir le site du programme : http://www.icpsr.umich.edu/icpsrweb/PHDCN/ (dernière consultation le 17/02/2014).

4 . En réalité un dispositif vidéo et deux observateurs installés à bord d’un véhicule et dont les images et les notes ont ensuite servi à constituer une base de données à travers un codage construit autour de 198 variables allant de la nature des bâtiments, aux comportements des individus observés, en passant par les signes de désordre.

5 . United States, Department of Labor, Office of Policy Planning and Research & Moynihan D. P. (1965), The Negro family: the Case for National Action, Washington, Superintendent of Documents, U.S. Government Printing Office.

6 . « Everything is related to everything else, but near things are more related than distant things» (in Tobler W. R. (1970), « A computer movie simulating urban growth in the Detroit Region », Economic Geography, vol. 46, pp. 234‑240).

7 . Le programme MTO est une étude scientifique sponsorisée par le Département américain du logement et du développement urbain (HUD). Il a consisté à suivre 4 600 ménages défavorisés dont une partie a eu la possibilité d’emménager dans des quartiers moins touchés par la pauvreté. Pour plus d’informations : http://www.nber.org/mtopublic/

8 . Tiebout C. M. (1956), « A pure theory of local expenditures », Journal of Political Economy, vol. 64, n° 5, pp. 416‑424.

9 . Chiffres du United States Census Bureau :

10 . Putnam définit le capital social comme « les réseaux sociaux et les normes de réciprocité et de confiance qui y sont associées », Putnam R. D. (2007), « E pluribus unum: diversity and community in the twenty‑first century. The 2006 Johan Skytte Prize Lecture », Scandinavian Political Studies, vol. 30, n° 2, pp. 137‑174. Voir aussi Thiébault J.‑L. (2003), « Les travaux de Robert D. Putnam sur la confiance, le capital social, l’engagement civique et la politique comparée », Revue internationale de politique comparée, vol. 10, n° 3, pp. 341‑355.

11 . Putnam R. D. (2000), Bowling Alone: the Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster ; Putnam R. D. (2007), op. cit.

12 . Portes A. & Vickstrom E. (2011), « Diversity, social capital, and cohesion », Annual Review of Sociology, vol. 37, n° 1, pp.  461‑479.

13 . Granovetter M.S. (1973), « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, pp. 1360-1380.

14 . Paugam S. (2013), Le Lien social, 3e éd. mise à jour, Paris, Puf.

15 . Bernard P. (1999) « La cohésion sociale : critique dialectique d’un quasi‑concept », Lien social et Politiques, n° 41, pp. 47‑ 59.

16 . Chan J., To H.‑P. & Chan E. (2006), « Reconsidering social cohesion: developing a definition and analytical framework for empirical research », Social Indicators Research, vol. 75, n° 2, pp. 273‑302.

17 . Sampson, p. 153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Pacalet, « Great American City », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2258

Haut de page

Auteur

Max Pacalet

max.pacalet@laposte.net
Étudiant en M2 de sociologie à l’EHESS - 129 boulevard Raspail – 75 006 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page