Navigation – Plan du site

Le capital au XXIe siècle

À propos de Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle (Seuil, 2013)
Christian Baudelot et Roger Establet
Référence(s) :

Thomas Piketty (2013), Le Capital au XXIe siècle, Paris, Editions du Seuil, coll. « Les Livres du monde », 916 p.

Texte intégral

Un livre capital

1Rares sont les époques où la vie économique et sociale du monde a connu des bouleversements d’aussi grande ampleur que ceux que nous vivons depuis le milieu des années 1970. Aucun pays de la planète n’échappe à cette lame de fond dont les retentissements se font sentir dans la vie quotidienne de tous les citoyens de la planète. Mondialisation, crises économiques et financières à répétition, chômage de masse dans les pays développés, taux de croissance vertigineux des pays émergents, émigration‑immigration à vaste échelle, envolée des prix de l’immobilier, dictature de la finance à tous les étages, impuissance de la politique, nouvelles technologies des communications, individualisation des comportements, difficultés pour les jeunes et les adultes d’aujourd’hui de se projeter dans l’avenir… De nouvelles formes d’inégalités apparaissent en matière de logement et d’accès à la propriété, entre classes d’âge, les jeunes étant ceux dont les difficultés sont les plus grandes. Chacun sent bien que le monde d’aujourd’hui ne ressemble plus à celui d’hier. Et que tout va très vite. Nous avons beau ne plus nous satisfaire de l’invocation rituelle de la crise comme d’un mauvais moment à passer en attendant le retour de la croissance et savoir d’expérience que la crise est l’état normal du fonctionnement de l’économie capitaliste, nous manquons tous d’une intelligence claire de la logique de tous ces bouleversements qui nous affectent.

2Les sciences sociales sont silencieuses. Trop tôt pour les historiens : ils manquent de recul. Trop global pour les sociologues. Ces derniers ont délaissé pour de bonnes raisons la sociologie théorique générale pour des enquêtes et des analyses empiriques de terrain mais du coup, ils peinent à accéder à une vue d’ensemble bien que des analyses très pertinentes du changement aient été menées dans de nombreux secteurs, logement, structure de classes, immigration, jeunes et vieux, précarité, intégration, montée des inégalités, etc… Pour une fois, c’est de l’économie que nous vient la lumière sous la forme d’un grand livre à la hauteur de tous ces bouleversements, pas seulement par sa taille (près de 1 000 pages), mais surtout par la puissance explicative de l’analyse, qui donne un sens à l’époque que nous vivons, de même qu’à beaucoup de mutations et de changements observés par les sociologues. Livre d’économie certes, mais d’une économie qui revient aux fondamentaux de la discipline telle qu’elle s’est élaborée aux xviiie et xixe siècles. Une économie politique au sens premier du terme, c’est‑à‑dire une économie qui ne se borne pas à traiter des dimensions monétaires des phénomènes mais qui élargit son objet aux dimensions politiques, démographiques, sociales, militaires de ces mêmes phénomènes considérés dans une perspective historique de moyen et de long terme.

3Le livre est clair et bien charpenté. Assez clair en tous cas pour pouvoir être résumé fidèlement en peu de mots à différents niveaux :

  • en une formule de trois signes : r>g, ou r est le rendement du capital et g le taux de croissance.

  • en une phrase : avec une croissance faible et des rendements du capital supérieurs au taux de croissance, le capital accumulé dans le passé tend à tout dominer.

  • en deux phrases : l’évolution de la répartition des richesses et de la structure des inégalités depuis le 18e siècle montre que ce sont les guerres qui ont fait table rase du passé et transformé la structure des inégalités. Mais certaines inégalités patrimoniales que l’on croyait révolues semblent en passe de retrouver leurs sommets historiques.

  • en trois phrases…, etc… etc…

4Le texte est si limpide que le lecteur oublie volontiers que le premier mérite de ce livre repose sur une masse extraordinaire de données de long, moyen et court termes. Son auteur a l’élégance de dissimuler la sueur, les heures et les années de travail que lui ont coûté, à lui et ses nombreux correspondants aux quatre coins du monde, le recueil de ces données et surtout la construction de séries temporelles homogènes à travers le temps et l’espace. Le chercheur est aussi un grand pédagogue : il conduit son lecteur par la main tout au long de ces 916 pages, avec une grande patience, sans craindre parfois de se répéter pour être bien sûr que le message est compris. Les concepts utilisés sont toujours définis de façon simple, il y a des résumés en fin de chapitre et des introductions qui font le bilan des acquis. Les qualifications requises pour bien profiter du livre sont simples : un intérêt pour comprendre ce qui nous arrive et ce qui nous attend et la maîtrise des quatre opérations. Le lecteur bénéficie aussi d’un accès direct à toutes les données statistiques exposées dans le livre et aux principes de leur construction sous la forme de tableaux XL téléchargeables sur le site de l’auteur.

Critique de l’économie politique

5Renouant avec l’économie politique des pionniers, Thomas Piketty inscrit Le Capital au xxie dans la lignée des Malthus, Young, Ricardo, Marx, Kuznets. Se recommander de cette lignée n’implique pas qu’il souscrive à tout ce qu’ont dit les anciens. Ils en prennent tous pour leur grade mais toujours moins que leurs successeurs, Cobb Douglas, Gini, Pareto, Modigliani et bien d’autres. Sans avoir jamais adhéré aux illusions révolutionnaires des sociétés communistes ni aux formes de marxisme qui leur étaient associées, T. Piketty apprécie pourtant Marx en connaisseur : le principe d’accumulation et de concentration infinies des richesses qu’il analyse au cours du xxe et des dix premières années du xxie siècle est bien le même que celui que Marx avait mis au jour au xixe. « Voici une démarche dont les économistes d’aujourd’hui feraient bien de s’inspirer. » Dont acte !

Histoire, géographie et partage des richesses

6L’accès à la vue d’ensemble est alors rendu possible par la conjonction de trois approches. La première fait de l’histoire la mère de toutes les batailles et un principe majeur d’explication des phénomènes économiques et sociaux. Les évolutions de long terme d’un régime d’inégalités en apprennent toujours beaucoup sur le présent de nos inégalités. La grande majorité des séries étudiées portent sur les cent dernières années (1910‑2010) où des séries homogènes très détaillées et de grande qualité ont été établies sur l’évolution des inégalités des revenus du capital et du travail. Mais d’autres vont des années 1700 à aujourd’hui couvrant ainsi trois siècles de croissance démographique, de production et d’accumulation du capital sur quatre continents. D’autres plus spectaculaires encore, et bien évidemment plus risquées, reconstituent l’évolution du rendement du capital et des taux de croissance de la production mondiale depuis l’Antiquité jusqu’en 2100. Les variations des échelles temporelles et de la focale sont en soi très instructives. Elles incitent le lecteur à méditer ces graphiques pour son propre compte.

7La seconde approche fait de la géographie sous la forme de comparaisons internationales un outil efficace de la compréhension de la marche du monde à l’ère de la globalisation et… avant. La France, l’Angleterre, l’Allemagne et les États‑Unis sont les quatre pays entre lesquels des comparaisons rigoureuses peuvent être conduites sur longue période grâce à la construction d’une base de données d’une qualité exceptionnelle. Mais de‑ci, de‑là des aperçus très éclairants sont donnés sur le Canada, le Japon, les pays scandinaves, et même la Chine.

8La troisième approche, la majeure, consiste à placer le partage de la richesse au centre de ce cadre conceptuel. C’était la question centrale des penseurs des xviiie et xixe siècles. Le partage du gâteau entre les différentes fractions de la population et le partage du gâteau entre ses différentes composantes, revenus du capital et revenus du travail. Les premiers s’héritent et les seconds se gagnent.

9Ainsi défini, l’objet de l’économie devient une réalité quotidienne, « charnelle », qui nous concerne tous en tant que citoyens, producteurs et consommateurs. Cet accès à l’objet est encore facilité par l’auteur grâce aux références incessantes au Père Goriot, aux romans de Jane Austen, à ceux d’Ohran Pamuk et même aux Aristochats. L’argent est un personnage universel de la littérature et bien souvent les romanciers fournissent des données très précises sur la valeur et le coût des biens, le montant des héritages, le minimum nécessaire pour mener grand, moyen et petit train. Ces informations sont précieuses pour l’économiste qui peut les confronter aux constats de ses statistiques historiques. L’ombre de Vautrin qui plane dans de nombreux chapitres de l’ouvrage rappelle que des questions qui se posaient dans les sociétés française et anglaise du xixe siècle sur la façon de financer son mode de vie n’ont rien perdu de leur actualité. L’objet véritable de l’économie est bel et bien la réalité de notre vie quotidienne au même titre d’ailleurs que celui des autres sciences sociales dont l’économie fait, pour l’auteur, partie à part entière.

Une morale républicaine

10« Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » L’article premier de la Déclaration des droits de l’homme figure en exergue du livre ; elle anime de son esprit républicain l’ensemble de la démonstration jusqu’à fonder en morale la distinction conceptuelle qui sert d’armature théorique à l’ensemble de l’ouvrage : les revenus du capital d’un côté, les revenus du travail de l’autre. De ces deux sources de richesses, laquelle est la plus abondante ? Laquelle est la plus rémunératrice ? Hériter ou travailler ? Vieille question s’il en fut, puisque c’est celle‑là même que Vautrin résout à sa façon en conseillant à Rastignac d’épouser Victorine, une riche héritière. Il est exceptionnel qu’un économiste fasse état de ses convictions personnelles dans une publication scientifique. La certitude de toujours tenir un discours objectif et universel, grâce en particulier à la mathématisation de leurs démonstrations, les en détourne. Partageant bien évidemment avec ses collègues ce même souci d’objectivité, T. Piketty s’en distingue toutefois en faisant état, dès l’introduction, du contexte social et politique de sa formation intellectuelle. Il avait 18 ans en 1989, l’année du bicentenaire de la révolution française et de la chute du mur de Berlin. Il partage, de la première à la dernière page de l’ouvrage, l’idéologie méritocratique des révolutionnaires de 1789.

11La force du livre, celle qui soutient l’intérêt du lecteur tout au long du voyage, tient aux enjeux politiques et moraux qui sous‑tendent l’analyse économique et statistique. À quel type de société, à quelle morale nous conduisent les métamorphoses de la relation entre capital et travail depuis le xviiie siècle ? La révolution française, les révolutions bourgeoises, industrielles et politiques, qui l’ont suivie au cours des deux siècles suivants ont toujours cherché à mettre à bas un ancien régime fondé sur les privilèges de la naissance et de l’héritage et à promouvoir un nouvel ordre social où le mérite individuel et le travail devenaient les sources légitimes de la richesse et des statuts sociaux. Ce nouveau régime était loin d’assurer l’égalité mais, si fortes qu’elles soient, ces inégalités pouvaient se justifier par des principes républicains : la quantité et la qualité du travail fourni, l’utilité des compétences, comme l’indiquait d’ailleurs à sa manière l’article 6 de la même déclaration des Droits de l’homme : « Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. » T. Piketty a clairement choisi son camp et ne s’en cache jamais : il est du côté de la capacité, de la vertu et du talent et contre l’héritage. Ces convictions profondes organisent le raisonnement et l’exposition des faits. Objectif, l’économiste est aussi un citoyen engagé.

L’économique et le social vont de pair

12Dès lors que l’objet du livre consiste à étudier le partage des richesses et ses transformations au fil des siècles, l’économie déborde naturellement de ses frontières académiques. S’agissant du partage des richesses, la question des inégalités et des classes sociales s’impose immédiatement. Elles sont organiquement liées à l’objet. Qui s’accapare la plus grosse part du gâteau, qui n’en récolte que les miettes ? Qui est privé de dessert ? Quels sont les volumes respectifs des parts attribuées aux uns et aux autres ? Combien sont‑ils ? Qui sont‑ils ? On en revient alors aux définitions fondamentales des classes sociales dans les deux dimensions que Marx avait distinguées : la propriété du capital et les revenus du travail. Des sociologues pourront regretter l’extrême simplification de cette approche des classes sociales qui consiste à découper une société en fractions statistiques sans se préoccuper des professions ou des modes de vie. Des investigations supplémentaires sont évidemment nécessaires, mais, brute de décoffrage, cette répartition de la population en gros blocs de fractiles, offre déjà un tableau saisissant des rapports de classe dans notre société, surtout si on en décrit les transformations dans la durée, à court, moyen et long termes. Car l’immense avantage de cette mesure est de pouvoir assurer des comparaisons significatives dans l’espace et dans le temps entre des sociétés très différentes. La « beauté des déciles et… des centiles », comme l’écrit l’auteur, tient à la capacité de cet indicateur de prendre en compte à la fois la part que prélève une fraction de la population du gâteau national et le nombre de personnes incluses dans cette fraction, cette même mesure résistant aux voyages dans l’espace et dans le temps. Les comparaisons sont alors possibles sur de bonnes bases.

13Dans toutes les sociétés, même les plus égalitaires, le décile supérieur (les 10 % les plus riches) constitue toujours un monde en soi. Très hétérogène, il regroupe des individus dont le revenu est à peine deux à trois fois supérieur au revenu moyen et d’autres, dont les revenus sont plusieurs dizaines de fois supérieurs. D’où l’intérêt de raisonner pour cette fraction supérieure de la population en centiles. Quelques ordres de grandeur : dans les pays les plus égalitaires, comme les pays scandinaves des années 1970‑1980, les 10 % les plus riches détenaient 25 % de tous les revenus, dont 20 % des revenus du travail et 50 % des revenus du capital. Autrement dit, dans les sociétés les plus égalitaires, les 10 % les plus riches s’attribuent déjà une part du gâteau deux fois supérieure à celle de leur poids statistique. Et c’est pire ailleurs ! Dans l’ensemble des pays européens en 2010, zone d’inégalité moyenne, les 10 % les plus riches s’accaparent 35 % de la totalité des revenus dont 25 % des revenus du travail et… 60 % des revenus du capital. Aux États‑Unis, à la même époque, champion toutes catégories du partage inégal, c’étaient 50 % des revenus totaux qui revenaient aux 10 % les plus riches, dont 35 % des revenus du travail et 70 % des revenus du capital.

14En France, au cours des années 2010‑2011, la part des 10 % les plus riches atteint 62 % du patrimoine total et celle des 50 % les plus pauvres n’est que de 4 %... Les mêmes calculs opérés sur les 1 % les plus riches, aux mêmes époques et dans les mêmes pays sont encore plus spectaculaires ; ils montrent que dans les pays les plus égalitaires, ce 1 % détient 7 % de la richesse totale dont 5 % des revenus du travail et 20 % des revenus du capital ; ces valeurs s’élevant respectivement à 10, 7 et 25 % pour les pays européens et à 20, 12 et 35 % aux États‑Unis d’aujourd’hui. Mais 1 %, dira‑t‑on, c’est une minorité insignifiante au sein d’une population. Attention ! Dans un pays comme la France de près de 65 millions d’habitants, soit environ 50 millions d’adultes, le centile supérieur regroupe tout de même 500 000 personnes. Et plus de deux millions et demi de personnes majeures aux États‑Unis dont la population compte environ 320 millions d’habitants. Ce n’est pas rien. Assez en tout cas pour disposer des moyens de structurer fortement le paysage social et l’ordre politique et économique des sociétés considérées. « Classes dominantes », « nouvelle bourgeoisie », « capitalistes d’aujourd’hui », « élite économique » ? Peu importe la façon dont on les nomme. Ils sont là, ils sont forts et beaucoup plus nombreux que les fameuses « 200 familles » de l’entre‑deux guerres.

15Une fois ces parts du gâteau confisquées par le sommet de la hiérarchie, que reste‑il aux autres 90 % de la société ? T. Piketty distingue alors sur des bases statistiques deux grands ensembles : les 40 % suivants et les 50 % qui restent, ceux du bas de la hiérarchie. Les 40 % du milieu détiennent dans les pays où l’inégalité est la plus faible 45 % de la totalité des revenus, cette proportion étant la même pour les revenus du travail et de 40 % pour les revenus du capital. Ces valeurs s’élèvent respectivement dans les pays européens de 2010 à 40, 45 et 35 % et aux États‑Unis à 30, 40 et 25 %. Quant à la moitié du bas, les 50 % les plus pauvres, leurs parts de revenus du travail oscillent entre 35 et 25 % selon les pays. Et la part qui leur revient des revenus du capital oscille, elle, entre 25 et 5 %... et souvent moins (4 % en France !).

16On pourra discuter à l’infini la pertinence sociologique d’un tel découpage de la société en quatre classes statistiques : les 1 % les plus riches, les 9 % suivants, les 40 % du milieu et les 50 % les plus pauvres. Pourquoi ne pas prendre les premiers 2 %, les 20 % suivants, etc… On pourra remettre en question les appellations proposées par T. Piketty pour les nommer : classes « dominante », « aisées », « moyennes » et « populaires ». L’auteur est le premier à souligner le caractère arbitraire et provisoire d’un tel découpage et des appellations qu’il propose d’ailleurs toujours entre guillemets. Quelles que soient les limites d’un tel exercice, ces proportions ont l’immense mérite d’esquisser une première approche de la structure de classes des sociétés modernes sur la base de leurs effectifs et donc de leur poids statistique dans l’ensemble de la société, des parts de la richesse globale qu’ils possèdent et des parts respectives dans cette richesse qui reviennent au travail et à l’héritage. Elles permettent ainsi de se faire une idée des rapports de force et de comparer sous cet angle de la structure de classes les sociétés entre elles, dans l’espace et dans le temps. T. Piketty n’inscrit pas ce découpage dans le marbre puisqu’il donne les moyens à tous les citoyens‑lecteurs et à tous les chercheurs de le discuter, de le modifier et de l’enrichir en fonction de leurs propres orientations scientifiques. Un tel tableau constitue même une incitation stimulante pour les sociologues à continuer le travail et à l’enrichir à partir de leurs propres données. Car la leçon est forte. Si démocratiques qu’elles soient dans leurs structures politiques, toutes les sociétés d’aujourd’hui se caractérisent par un partage inégal des richesses. Et partout, le partage des revenus du capital est plus, et souvent beaucoup plus, inégalitaire que le partage des revenus du travail. Quant aux sociétés égalitaires, elles n’existent pas et n’ont sans doute jamais existé.

17Cette façon de représenter les inégalités économiques dans un pays est beaucoup plus adéquate à la réalité mesurée, le partage des richesses, que les indicateurs synthétiques couramment usités, les coefficients de Gini ou de Theil, en particulier. Variant de 0 (situation d’égalité parfaite) à 1 (situation d’inégalité absolue où une fraction infinitésimale de la population s’accapare la totalité de la richesse), le coefficient de Gini est instructif en soi et a rendu de grands services, mais il donne une vision abstraite et aseptisée de la structure des inégalités. L’usage des fractiles permet un point de vue « plus concret et plus charnel » de l’inégalité sociale. Les coefficients synthétiques ont tendance à naturaliser les régimes d’inégalités ; l’usage des fractiles rappelle leur dimension conflictuelle, car dans ce domaine c’est bien le bonheur des uns qui fait le malheur des autres, et réciproquement. Ce que prennent les uns ne va pas aux autres. Ce mode de calcul renoue d’ailleurs avec une vieille tradition, celle des tables sociales, social tables, en vogue au xviiie et au xixe au Royaume‑Uni et en France. La technique du décile ou du centile était bien évidemment inconnue mais ces tables indiquaient les nombres de nobles, de bourgeois, d’artisans, de cultivateurs et les montants estimés de leurs revenus. Déjà était établi le lien entre les sommes possédées, l’origine de la somme et les caractéristiques sociales de leurs détenteurs. D’autant que rien n’empêche, pour accéder à une vision encore plus « charnelle » du partage de ces richesses, de convertir ces parts de gâteau exprimées en pourcentages en monnaies sonnantes et trébuchantes, voire en biens accumulés : un compte d’épargne de tant d’euros, une maison ou un appartement valant tant, etc... « Il est important de bien comprendre à quoi correspondent ces chiffres. » L’indicateur relatif est aussitôt associé à un revenu réel en euros d’aujourd’hui. Ainsi, une part de 2 % du revenu national pour 0,1 % de la population signifie que chacun au sein de ce groupe dispose en moyenne d’un revenu vingt fois plus élevé que la moyenne du pays en question, soit 600 000 euros si le revenu moyen est de 30 000 euros. Une part de 10 % signifie que chacun dispose de 100 fois la moyenne, soit 3 millions d’euros, etc… Les indicateurs retenus ne sont jamais abstraits. On s’aperçoit aussi que la structure des biens constituant les patrimoines varie fortement lorsqu’on va du bas au haut de la hiérarchie. Il se résume à rien pour les plus pauvres, à la possession d’un appartement ou d’une maison pour les personnes du milieu ; la part des valeurs immobilières décroît à mesure qu’on s’élève vers les fractiles les plus hauts situés au profit des actifs financiers.

Hier et aujourd’hui

18Telle est la situation d’aujourd’hui. Qu’en était‑il hier ? Les inégalités du partage des richesses ont‑elles diminué ou augmenté dans le temps ? C’est à cette question historique et fondamentale que s’efforce de répondre T. Piketty ; il en a fait l’objet central de son livre. Et la réponse est nécessairement complexe. L’histoire des inégalités n’est pas un long fleuve tranquille ! Résumons‑la. Un fait nouveau va dans le sens d’une réduction des inégalités initiales, l’émergence d’une « classe moyenne patrimoniale », innovation majeure du xxe siècle. À la Belle Époque, dans les années 1900‑1910, la concentration du capital était beaucoup plus intense qu’aujourd’hui. Dans tous les pays d’Europe, les 10 % les plus riches détenaient la quasi‑totalité du patrimoine national, autour de 90 % et souvent davantage. À eux seuls, les 1 % les plus riches détenaient plus de 50 % du total des patrimoines. Cette part dépassait même les 60 % au Royaume‑Uni. À cette époque, les 40 % du milieu détenaient, selon les pays, entre 5 et 10 % du patrimoine national. Et les 50 % les plus pauvres en possédaient comme aujourd’hui moins de 5 %. Les 40 % du milieu étaient quasiment aussi pauvres que les 50 % d’en bas. La classe moyenne n’existait pas sous le rapport du patrimoine.

19Il en va autrement aujourd’hui. Certes ceux d’en bas sont toujours aussi dépourvus. Certes, on peut dire que la classe moyenne n’a hérité que des miettes : guère plus d’un tiers du patrimoine en Europe, à peine un quart aux États‑Unis ; ce groupe central rassemble une population quatre fois plus nombreuse que le décile supérieur mais la masse des patrimoines qu’il détient est entre deux à trois fois plus faible. C’est exact. Mais le fait que des dizaines de millions de personnes – 40 % de la population – possèdent aujourd’hui entre un quart et un tiers du patrimoine national constitue néanmoins une transformation substantielle à l’échelle de l’histoire, qui modifie le paysage social et la structure politique de nos sociétés. D’autant que l’accroissement du patrimoine de ces catégories moyennes s’est opéré au détriment des plus hauts patrimoines. La part du centile supérieur a été divisée par plus de deux, tombant en Europe de plus de 50 % au début du xxe à 20 ou 25 % aujourd’hui. Cette émergence d’une classe moyenne patrimoniale est d’autant plus significative que d’après les données recueillies sur le long terme par les historiens et les économistes, il semble bien que le niveau extrême de concentration des patrimoines qu’on observe à la Belle Époque était déjà celui du xixe dans son ensemble et sans doute aussi celui des sociétés d’Ancien Régime, en France et en Angleterre. La démocratisation de la propriété n’est pas un vain mot ; elle existe, mais elle s’est opérée en haut et par le haut  sur un segment très limité de la société ; la moitié de la population n’en pas été affectée. Voilà un résultat qui incite à réfléchir.

20Dans le sens d’un progrès ambigu de la méritocratie, une autre transformation importante : à la Belle Époque, le centile supérieur est massivement dominé par des rentiers, c’est‑à‑dire par des personnes détenant un patrimoine assez conséquent pour vivre des rentes produites annuellement par ce capital. Il est aujourd’hui composé très majoritairement de salariés à hauts et très hauts salaires, c’est‑à‑dire de personnes qui vivent du revenu de leur « travail ». Ou plutôt des deux ! On peut aujourd’hui être un super cadre avec des salaires mirobolants et un « moyen‑rentier » percevant de substantiels revenus de son patrimoine, en grande partie hérité.

21Une autre façon de mesurer l’évolution des régimes d’inégalité dans la répartition des richesses consiste à retracer l’évolution dans un pays donné du rapport capital/revenu, c’est‑à‑dire le rapport entre le stock total de capital et le flux annuel de revenu et de production. La valeur totale du capital, c’est‑à‑dire des patrimoines privés (immobiliers, financiers et professionnels, nets de dette) est exprimée, dans l’indicateur construit par T. Piketty, en années de revenu national. Il s’agit d’un indicateur bien adapté à l’objet de l’étude puisqu’il mesure à sa manière, l’évolution de la méritocratie ! Plus la part de la valeur totale des patrimoines privés est forte (plus elle correspond à un nombre élevé d’années de revenu national), et moins les revenus du travail contribuent à la richesse globale d’un pays. Or, mesurée à cette aune, l’évolution observée est contradictoire. Elle prend la forme d’une courbe en U. À la fin du xixe siècle et au début du xxe, les grands pays d’Europe bénéficient d’une grande prospérité patrimoniale. La valeur des patrimoines privés s’établit ces années‑là autour de six ou sept années de revenu national. Des débuts de la première guerre mondiale jusqu’à la fin de la seconde, chute spectaculaire : en 1950, le rapport capital/revenu est tombé à tout juste deux ou trois années de revenu national. Et puis, dans tous les pays, de 1950 à aujourd’hui, le rapport capital/travail repart à la hausse. Au cours des années 2000‑2010, il se situe autour de cinq ou six années de revenu national au Royaume‑Uni comme en France, un peu moins en Allemagne (quatre années) qui partait de plus bas mais la tendance à la hausse y est aussi très nette. Une exception notable, les États‑Unis, dont le profil d’évolution du rapport capital/travail est plus linéaire au cours de la période et n’atteint jamais les sommets enregistrés en Europe : la part du capital y est toujours inférieure à cinq années de revenu national.

22Comment expliquer le profil de cette courbe en U observée dans les pays européens, à la fois dans sa descente et sa remontée ? La chute : les destructions physiques du capital dues aux bombardements et plus généralement aux effets dévastateurs des deux guerres ? Sans doute, mais pas seulement. Les destructions physiques cumulées des deux guerres sont évaluées autour d’une année de revenu national en France, soit entre un cinquième et un quart de la baisse totale. Plus que les destructions physiques du capital (usines, immeubles, équipements), ce sont les chocs budgétaires et politiques entraînés par les guerres qui expliquent la chute « vertigineuse » du rapport capital/travail : l’effondrement des portefeuilles étrangers, la faiblesse de l’épargne et la baisse du prix des actifs dans le contexte politique de propriété mixte et régulée de l’après‑guerre. Pour l’économiste, les causes de cette diminution « spectaculaire » de la part des patrimoines dans la richesse nationale ne relèvent pas des lois de l’économie mais de l’histoire, dans ses dimensions militaire, politique, budgétaire et sociale. Oui, les hommes peuvent faire l’histoire en sachant qu’ils la font. Et pas seulement la guerre. Et de citer les mesures prises par les différents gouvernements sur le blocage des loyers, les nationalisations de l’après‑guerre, les nouvelles politiques de régulation financière et de taxation des bénéfices et des dividendes, la hausse du salaire minimum. En somme, les lois de l’économie ne sont pas des fatalités : la guerre et la politique peuvent en avoir raison ! C’est l’un des grands messages du livre, avec ses deux faces : la plus sombre, c’est évidemment la guerre ; l’histoire montre malheureusement qu’elle est toujours possible et que c’est de très loin le moyen le plus efficace pour réduire les inégalités ! La plus optimiste et la plus difficile à réaliser, c’est la politique. D’où les préconisations finales en fin de volume pour stopper la spirale d’un retour à l’Ancien Régime et à une société de rentiers : l’utopie utile d’un impôt mondial sur le capital !

23Quant à la période 1950‑2010, qui se caractérise par une remontée de la part du capital dans la richesse nationale, comment l’expliquer ? L’augmentation de la valeur du capital privé est due à trois facteurs : un ralentissement de la croissance, une privatisation de la richesse publique et un rattrapage de long terme des actifs immobiliers et financiers. C’est ici qu’intervient le principe général d’explication élaboré par l’auteur (qui deviendra bientôt la loi de Piketty) et qu’il exprime par une formule très simple : r>g. « r » représente le rendement du capital et « g » le taux de croissance. Lorsque le taux de croissance est faible, ce qui est le cas le plus général dans l’histoire de l’humanité, et depuis les chocs pétroliers dans les sociétés occidentales, le rendement du capital, « r », est toujours supérieur au taux de croissance. Avec une croissance faible et des rendements du capital supérieurs au taux de croissance, le capital accumulé dans le passé domine tout. Cette formule censée s’appliquer à l’histoire de la vie économique de l’humanité n’est pas sortie toute armée de la tête d’un économiste, mais de l’observation objective des faits. Cette analyse fournit un cadre d’intelligibilité générale qui permet d’analyser et de comprendre la dynamique d’ensemble de nos régimes d’inégalités. Tout en suscitant aussi des interrogations comme toutes les lois à prétention universelle. Les contre‑exemples ne manquent pas, comme celui des États‑Unis. Champion toutes catégories des inégalités dans le partage des richesses, ce pays est aussi celui où le ratio patrimoine/travail est le plus faible. Mais peu importe. L’essentiel n’est pas là ; il est dans la description des faits. La tendance à l’augmentation de la part des patrimoines et du capital accumulé dans la richesse globale des pays européens est un fait. Et ce fait est en soi inquiétant. Même si la tendance est tempérée par l’émergence d’une classe moyenne patrimoniale et une part plus importante des revenus du travail parmi le un pour cent et les dix pour cent les plus riches. Le pronostic final reste sombre. Selon l’auteur et selon toute vraisemblance, l’héritage va jouer au xxie siècle un rôle considérable, comparable à celui qu’il a joué dans le passé. Une diminution de la croissance, démographique et économique, un rendement du capital élevé, toutes les conditions sont réunies pour que l’héritage retrouve au xxie siècle une importance voisine de celle qui était la sienne au xixe.

Demain ?

24Par rapport aux problématiques socio‑politiques des années 1970, ce livre marque une nette rupture. L’économique n’est plus une instance dominante imposant ses normes impératives dans tous les domaines. À prendre avec sérieux la voie braudélienne de la longue durée, on n’en repère que mieux les incidences des décisions politiques sur l’évolution économique : il s’agit aussi bien des guerres que des politiques fiscales. L’évolution ultérieure n’est nullement dessinée à l’avance à la manière d’un destin. Les données rassemblées par T. Piketty permettent sans doute de prévoir une aggravation possible des inégalités dans les décennies à venir. Mais une imposition du capital, à l’échelle internationale, voire simplement européenne, pourrait aisément en venir à bout. Du coup, les citoyens, mais aussi les sciences sociales sont interpellées : où sont dans l’univers actuel, les forces sociales capables de mener à bien ce new deal ? Les libéraux de notre jeunesse n’avaient pas à s’en soucier, puisque le marché et la croissance devaient faire le bonheur de tous. Il en allait de même des marxistes qui tenaient dans la classe ouvrière la solution clés en main de la crise inévitable du capitalisme. Le livre nous convainc qu’une information régulière des citoyens sur l’état des inégalités serait très nécessaire. Après tout, dans certains pays, comme l’Inde, la communication sur l’évolution du PIB par habitant fait partie de la discussion politique ordinaire. On pense aussi à la place que ces données capitales doivent avoir dans la formation des jeunes.

25Parmi les forces susceptibles de lutter contre le développement des inégalités, on peut sans doute compter tous ceux qui mettent en doute la croissance (du revenu comme du capital), en faisant observer que la comptabilité du capital fait bon marché des ressources naturelles gratuites et rares que la production détruit parfois de façon irréversible. T. Piketty y fait allusion à une ou deux reprises mais sans insister. Dommage : il serait temps de réconcilier économie et écologie. Et il est peu d’économistes aussi capables que T. Piketty pour nous éclairer sur le statut économique et comptable des ressources naturelles rares, tout comme de la valeur ajoutée qui provient une année donnée de la destruction de ce qui a été construit l’année précédente.

26Dans son chapitre de conclusion, T. Piketty nous convainc aisément qu’il n’y a aucune exigence de « plus d’État »  ou de « moins d’État » : il s’agit, si l’on veut combattre les injustices, de moderniser l’État social qui s’est constitué dans le dernier siècle. On peut et on doit contrôler les dépenses publiques de santé et les dépenses d’éducation. Dans un travail antérieur, T. Piketty a montré que les ressources éducatives dans le primaire étaient affectées, en France, au rebours de l’efficacité et de la justice. On dispose, aujourd’hui, de bien des mesures nécessaires pour opérer un tel contrôle. Dans la perspective de l’auteur, la voie fiscale de l’impôt progressif sur le capital est privilégiée. Et l’on sent bien tout ce qu’une telle perspective implique, en France en tout cas, de réformes de l’État ordinaire : l’efficacité de l’impôt dépend de la transparence des sources. Or la France occupe un rang élevé dans l’échelle de la corruption, et les Français n’ont plus confiance dans la justice. Montesquieu voyait dans la vertu « le principe » de la République. En dépit de la professionnalisation de la politique, avec son cortège inévitable d’affaires, la société française est‑elle capable de retrouver la force éthique nécessaire à inscrire l’efficacité économique dans le cadre des principes de 1789 ? Voilà encore une question essentielle que ce livre pose aux sociologues et aux citoyens.

27Ce livre ouvre également de nouveaux chantiers aux sociologues. Les blocs de fractiles (1, 9, 40, 50) donnent une image saisissante de la structure de classes de nos sociétés mais laissent les sociologues sur leur faim. Qu’il s’agisse des détenteurs de patrimoine ou des bénéficiaires des revenus du travail, l’unité de base de la comptabilité est, dans les graphiques et les tableaux, toujours l’individu. Or, dans la vie sociale, Maurice Halbwachs l’a bien montré, ce sont des entités collectives – couples, familles, ménages… – qui constituent les unités de base des différentes classes sociales. Et les femmes étant de plus en plus nombreuses à exercer une profession, la vieille convention de la catégorie sociale du chef de ménage pour indiquer la position de classe ne tient plus la route. Si l’homogamie sociale domine entre les conjoints, elle est loin d’être générale. Nombreux sont les cas, notamment au sein des classes moyennes, où des écarts de statut social, de revenus et de patrimoines entre les conjoints ne sont pas négligeables ; d’autres, au contraire, où ils s’additionnent. De nombreuses familles sont dans les faits constituées de conjoints dont l’un relève de la classe moyenne patrimoniale, et l’autre, soit des 10 % les mieux pourvus, soit des 50 % les plus démunis. Si l’on prenait le ménage ou la famille comme unité de compte, la distribution entre les déciles ne serait pas la même tout en donnant une image plus exacte de la configuration de classe d’une société. Ce sont les individus qui héritent, mais l’héritage enrichit la famille dans son ensemble, et creuse ainsi d’autres formes d’inégalités. Les frontières réelles entre les classes sont alors moins nettes, plus sinueuses, plus brouillées. D’autant qu’en matière d’inégalités et de classes sociales, le partage des richesses matérielles ne fait pas tout. D’autres dimensions doivent nécessairement être prises en compte, notamment celles induites par une autre forme de capital, le capital culturel. Les travaux de Bourdieu et Passeron ont bien mis en évidence l’autonomie relative de ce dernier. L’étage du social génère à son niveau de nombreuses inégalités qui s’articulent sous des modalités très variées aux grosses divisions observées dans le partage des richesses. Tilly enfonce le même clou avec ses Hoarding Opportunitys. Loin de nous l’idée de reprocher à un économiste de n’être pas assez sociologue. Ce travail d’élucidation, il revient aux sociologues de l’accomplir sur des bases nouvelles, solides et particulièrement stimulantes, les fondements économiques de la structure de classes des sociétés contemporaines telles que Thomas Piketty les a mises au jour. Au boulot, cher‑e‑s collègues !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Baudelot et Roger Establet, « Le capital au XXIe siècle », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2255

Haut de page

Auteurs

Christian Baudelot

Christian.Baudelot@ens.fr
Sociologue - Centre Maurice Halbwachs (CMH ENS) – 48, bd Jourdan – 75014 Paris

Articles du même auteur

Roger Establet

roger.establet@laposte.net
Professeur honoraire, sociologie – LAMES‑MMSH Université de Provence - 5 rue du château de l’horloge 13094 Aix‑en‑Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page