Navigation – Plan du site

Précarité du contrat de travail et risque de perte d’emploi en Europe

Precarity of the labour contract and the risk of job loss in Europe
François Ghesquière

Résumés

En France, la notion de précarité est communément utilisée, tant dans la littérature sociologique que dans les débats politiques autour de la question sociale. Cette notion, qui englobe généralement (avec le temps partiel) le risque de perte d’emploi et les contrats à durée limitée, s’exporte mal dans les autres pays. L’explication généralement avancée est que la stabilité de l’emploi n’y est pas toujours considérée comme une nécessité en raison des États‑providence construits suivant une logique moins centrée sur le statut conféré par l’emploi stable. Cet article enrichit ce constat par une comparaison internationale systématique et quantitative. Ainsi, les pays d’Europe occidentale sont comparés selon le degré d’association entre la stabilité du contrat de travail – à durée indéterminée ou limitée – et risques – subjectifs et objectifs – de perte d’emploi. Pour ce faire, les données issues des enquêtes Statistics on Income and Living Conditions et European Working Conditions Survey de la fin des années 2000 sont mobilisées. Il en ressort que les contrastes entre pays sont similaires à ceux mis en évidence par les études de cas, mais que l’explication par les types d’État‑providence ne peut être généralisée pour comprendre la situation de la plupart des pays. Ces variations semblent mieux s’expliquer par l’importance du rôle l’État dans les relations professionnelles, en particulier par les restrictions qu’il impose à l’usage des contrats à durée déterminée.

Precarity of the labour contract and the risk of job loss in Europe

In France, the notion of “précarité” is commonly used in both sociological literature and political debate. This notion, which, along with part‑time employment; often covers the risk of job loss and fixed‑term contracts, is hardly exported to other countries. The explanation generally put forth is that employment stability is not considered a necessity everywhere, with welfare states having been built on logics more or less focused on the status conferred by stable employment. This article contributes to this conclusion – which has come mainly from case studies – by a systematic and quantitative international comparison. The countries of Western Europe are compared according to the degree of association between fixed‑term contracts and (subjective and objective) risk of job loss. For this purpose, data from Statistics on Income and Living Conditions and the European Working Conditions Survey from the late 2000s are used. The analysis show that the contrasts between countries are similar to those highlighted by case studies, but that explaining them by welfare state typologies is problematic, as this does not provide an explanation for understanding the situation of the majority of countries. It seems that these differences can be better explained by an international comparison of the importance of the role of the state in professional relations, especially of the restrictions it may impose on the use of fixed‑term contracts.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Quels liens possibles entre précarité du contrat et risque de perte d’emploi ?
Une approche sociologique centrée sur les catégories utilisées par les acteurs
Comparaison du lien entre la stabilité du contrat et le risque subjectif de perte d’emploi
Les rapports de chances comme mesure d’association intrinsèque
Comparaison du lien entre la stabilité du contrat et le risque objectif de perte d’emploi
Quelques pistes d’interprétation
Conclusions

Aperçu du début du texte

Introduction

Étymologiquement, le terme de précarité provient du « latin juridique precarius, qui désignait ce qui était « obtenu par prière » » (Eckert, 2010, p. 2). Cette idée de « prière » renvoie à « une prérogative “qui ne s’exerce que grâce à une concession, à une permission toujours révocable par celui qui l’a accordée” » (Eckert, 2010, p. 2). La notion actuelle de précarité est principalement caractérisée par les idées d’instabilité et de dépendance ou de rapport social inégal – toutes les deux découlant de la révocabilité. Serge Paugam (2000) a approfondi cette notion en en distinguant deux formes : la précarisation du rapport au travail et la précarisation du rapport à l’emploi. Le rapport au travail fait référence à l’activité productive des travailleurs. La précarité du travail correspond donc à une dégradation des conditions de travail. En reprenant trois types de satisfactions au travail (homo œconomicus ou le salaire, homo sociologicus ou les relations de travail et ho...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Ghesquière, « Précarité du contrat de travail et risque de perte d’emploi en Europe  », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2246

Haut de page

Auteur

François Ghesquière

fghesqui@ulb.ac.be
Aspirant FNRS – Centre de recherche METICES – Institut de Sociologie – Université libre de Bruxelles (ULB) - Avenue Jeanne 44 – CP 124 – 1050 Bruxelles – Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page