Navigation – Plan du site

Les enfants de Don Quichotte

À propos de Patrick Bruneteaux (dir.), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale (Presses universitaires de Vincennes, 2013)
Marie Loison‑Leruste
Référence(s) :

Patrick Bruneteaux (dir.) (2013), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale, Presses Universitaires de Vincennes, « Culture et Société », 222 p.

Texte intégral

  • 1 . Patrick Bruneteaux (dir.) (2013), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobil (...)

1Comme tous les ans, alors que l’hiver et le froid se font sentir, la « question SDF » (Damon, 2002) revient sur le devant de la scène médiatique. Dans ce contexte, Patrick Bruneteaux, Aurélien Caillaux, Lucas Graeff et Olivier Louail nous proposent dans cet ouvrage, organisé en neuf chapitres, de revenir sur les événements qui ont marqué la fin de l’année 2006 et le début de l’année 2007 : la mobilisation des Enfants de Don Quichotte et leur installation sur les berges du canal Saint‑Martin, dans le Xe arrondissement de Paris1.

2Dans l’introduction, Patrick Bruneteaux insiste sur le caractère à la fois atypique et improbable de cette mobilisation. Atypique tout d’abord car l’auteur souligne que même si les protestations populaires contre les injustices sont nombreuses dans l’histoire, les dominés ont une faible appétence sociale à l’action collective. En France, les SDF n’avaient encore jamais fait l’objet d’une lutte politique en leur nom. Improbable ensuite, car cette mobilisation eut un succès retentissant par son ampleur et son succès, malgré son manque total de ressources de tous ordres. En quelques jours, les leaders de ce mouvement sont passés de l’anonymat à l’hyper médiatisation ; ils ont fédéré la plupart des grandes organisations caritatives en charge de la gestion de l’exclusion en France ; ils ont fait pression sur le gouvernement de l’époque et ont obtenu des avancées législatives importantes pour ce secteur [Droit au logement opposable (DALO) et Plan d’action renforcé en direction des personnes sans‑abri (PARSA)]. L’ouvrage cherche donc à rendre compte des raisons du succès du mouvement des Enfants de Don Quichotte en insistant tout d’abord sur les différents acteurs qui ont joué un rôle déterminant : l’engagement des leaders bien sûr, ou de ceux que les auteurs appellent les « entrepreneurs de cause » – la famille Legrand et notamment le fils aîné, Augustin – la bienveillance des médias, de l’opinion publique et des riverains du canal et enfin le ralliement plus ou moins contraint des acteurs institutionnels et associatifs. Mais tout l’intérêt de l’ouvrage réside aussi dans la façon dont les auteurs analysent, à partir de leur présence sur le terrain, la façon dont la mobilisation a été mise en scène, dans une dramaturgie à la fois façonnée par le contexte géographique et politique (veille de Noël, en plein hiver, juste avant les échéances électorales) et par les leaders eux‑mêmes.

3Le premier chapitre replace la mobilisation des Enfants de Don Quichotte dans le champ de recherches et d’analyses des mobilisations en faveur des « sous‑prolétaires » en soulignant que « le mouvement des Enfants a eu cette vertu salutaire de rappeler que les groupes sociaux les plus dominés peuvent se fédérer et exister indépendamment des prises en charge publiques sectorielles, même s’ils obéissent aussi à la même loi de la construction sociale déléguée par les membres extérieurs au groupe » (p. 21). Pourtant, Patrick Bruneteaux souligne que de nombreuses contraintes pèsent sur « les mobilisations de parias du monde social » (p. 23), qui sont liées à trois handicaps majeurs : les stigmates dont sont porteurs les groupes sans ressource, la dispersion géographique et l’opposition de leur environnement. Les fractions sous‑prolétaires sont en effet démunies du capital physique et symbolique nécessaire à la prise de parole dans l’espace social. Plus encore, les personnes sans domicile se trouvent enfermées dans des logiques de survie individuelle (trouver un toit, manger, supporter le quotidien) qui vont à l’encontre de tout engagement supposant une « distance à la nécessité » (Bourdieu, 1984). Leur mobilisation est donc permise grâce à la présence d’entrepreneurs moraux qui permettent de structurer le mouvement en imposant des cadres organisationnels. L’action collective est également facilitée par la proximité physique. C’est parce que les Enfants de Don Quichotte se sont installés visiblement dans l’espace public, qu’ils ont offert des biens de première nécessité (des tentes), et qu’ils se sont engagés à faire avancer la cause des SDF par des promesses de relogement, que la mobilisation a été possible. Enfin, les mobilisations des plus pauvres ont le plus souvent été freinées ou réprimées. Face à ces trois forces d’inertie, le succès de la mobilisation des Enfants de Don Quichotte est surprenant selon Bruneteaux. Dépourvus de toute ressource (financière, logistique, politique et militante), inconnus jusqu’alors, les membres de la famille Legrand (les trois frères, la mère et la sœur) descendent dans la rue et dirigent cette organisation communautaire, négocient avec les institutions et font voter la loi sur le droit au logement opposable quelques semaines après le début de leur mouvement. Pour Bruneteaux, c’est moins le groupe protestataire que la performance de « la “représentation” (au double sens du leader et de sa dramaturgie) dans un contexte opportun (…) qui explique le succès déconcertant d’un mouvement (…) qui est unique dans le corpus disponible des mouvements sociaux de SDF dans l’espace occidental » (p. 35).

4Le second chapitre, rédigé également par Patrick Bruneteaux, revient sur les filiations du mouvement des Enfants de Don Quichotte. Il s’inscrit dans la configuration générale des nouveaux mouvements sociaux de « sans », à l’œuvre depuis les années 1990, dans « une période où l’action collective se situe au carrefour des droits de l’homme (droit au logement) et de la solidarité (aller à la rencontre du pauvre, effectuer des aides d’urgence), des revendications universalistes (loi DALO, aboutissement de la charte rédigée au terme d’une dizaine de jours) et du lien social citoyen (dormir dans une tente, venir converser avec “le sans‑abri” dans la journée), des luttes politiques et des actions sociales (prendre en charge les “campeurs” du canal jusqu’à leur “insertion”) » (pp. 39‑40). Les Enfants de Don Quichotte n’inventent rien : ils s’inscrivent dans une lutte de reconnaissance médiatique et politique initiée au début de l’année 2006 par Médecins du Monde, qui distribue des tentes aux personnes sans‑abri dans les rues de Paris. Leur grande originalité consistera à regrouper de façon esthétique les tentes en un même lieu (même couleur, alignement) et à faire participer les citoyens en les interpellant sur le registre de l’indignation citoyenne. Augustin Legrand, en « simple » citoyen crie au scandale, et « se mouille » au sens figuré, en allant passer plusieurs nuits dehors avec les SDF, comme au sens propre puisqu’il plonge à plusieurs reprises dans le canal Saint‑Martin, scellant ainsi un « pacte émotionnel entre le citoyen scandalisé et les sans‑abri en train de mourir » (p. 48). Son « acte terroriste », retournant la violence contre lui‑même, fait de lui un héros sacrificiel et dramatique, portant la voix des sans voix. Au tout début du mouvement, la dramaturgie audiovisuelle savamment orchestrée et les discours humanistes du leader portant sur la mort dans la rue font peu réagir les associations qui ne prennent pas au sérieux les Enfants de Don Quichotte, considérés comme des amateurs. Mais avec le succès médiatique, elles rejoignent le mouvement. Plus encore, les militants du canal vont, avec la Charte signée le 26 décembre 2006, porter les revendications les plus avancées des associations gestionnaires, puisant dans le stock des propositions qu’elles ont rédigées depuis longtemps grâce à leur travail d’expertise.

5Le chapitre trois tente d’opérer une « étiologie diachronique de la mobilisation » en proposant d’analyser la singularité de la mobilisation en trois paliers temporels successifs. Le premier est celui de l’offre que proposent les leaders. Très vite associé à la figure de l’Abbé Pierre, tant physiquement qu’idéologiquement, Augustin Legrand bénéficie d’un transfert de légitimité qui en fait une figure héroïque de sauveur des miséreux. Il devient l’intermédiaire entre les SDF et les médias. Au tout début du mouvement, il est entouré de ses amis proches, de sa famille et de quelques SDF qu’il a rencontrés dans la rue au cours de son travail de mobilisation préalable et qui deviendront les piliers de son « service d’ordre », aussi appelé sa « garde rapprochée ». C’est en définissant leur action militante avec des personnes sans domicile que les Enfants de Don Quichotte créent un lien inédit entre des militants et des sans‑abri et se démarquent ainsi des actions engagées jusqu’alors par d’autres associations ou organisations humanitaires et caritatives. Le second palier est celui de l’installation réussie sur le canal Saint‑Martin. Deux tentatives préalables à la Bastille puis à la Concorde avaient échoué avec l’intervention des forces de police. L’objectif était alors pour les militants de réaliser une opération coup‑de‑poing et de négocier avec les forces de l’ordre l’installation des tentes pendant quelques minutes, le temps pour les médias de montrer une image forte de sans‑domicile et de biens‑logés solidaires. La troisième tentative, organisée clandestinement, a surtout été couronnée de succès en raison du site même du canal Saint‑Martin : l’installation inopinée sur ce site à risque, couplée au contexte d’une échéance électorale (l’élection du président de la République en 2007), a exercé une pression sur le corps policier qui s’est vu contraint de laisser les Enfants de Don Quichotte occuper illégalement l’espace public. « L’étude de cette action collective enseigne ainsi comment un mouvement improbable peut prendre ancrage dans l’arène publique : par le jeu combiné d’une mobilisation d’entrepreneurs imaginatifs relayant les savoir‑faire des minorités actives ou des ONG, et exploitant une structure d’opportunité politico‑policière, le site du canal a pu devenir réalité » (p. 69). Le troisième palier, enfin, est celui de la médiatisation d’une forme inédite d’occupation collective de l’espace public et l’apparition d’un village solidaire. Alors qu’il n’avait pas vocation à durer, le campement a rencontré un élan de sympathie de la part des médias, des riverains et de l’opinion publique, crédibilisant la lutte et la protégeant en même temps de l’intervention policière répressive. C’est cet effet d’ensemble que souligne Bruneteaux : la logique démocratique du citoyen indigné présent dans la rue, l’aspect esthétique, « carte postale », du campement avec son alignement de tentes rouges, le cadre bucolique du canal, la proximité sociale et politique des habitants de ce quartier gentrifié avec le caractère populaire de la mobilisation, et la participation des SDF ont donné l’image positive d’un village alternatif et solidaire, ouvert aux échanges et à la générosité et non celle d’un squat de marginaux dangereux et inquiétants. Le succès de cette mobilisation massive, festive et solidaire est donc la résultante de points d’ancrage essentiellement involontaires mais très efficaces.

6Viennent ensuite deux contributions de Lucas Graeff. Dans le chapitre quatre, il rend compte de la façon dont les corps souffrants des SDF ont été soigneusement contrôlés, disciplinés pour pouvoir être exposés aux médias sous une forme légitime. La mise en scène des corps a été orchestrée pour que ces derniers s’effacent et ne nuisent pas à la mobilisation. « Le “clochard” doit attirer la sympathie, au pire la pitié. Mais il ne doit pas susciter la peur, le dégoût, la méfiance » (p. 88). Pendant les deux premières semaines de la mobilisation, le contrôle de l’image renvoyée par ces corps n’était pas nécessaire : les premiers SDF présents sur le canal avaient intériorisé et appliqué les consignes d’Augustin, valorisant l’esprit d’ouverture et la convivialité avec les riverains et les médias. Mais au fil du temps, les relations avec les médias se sont détériorées pour deux raisons : d’une part les campeurs interviewés par les journalistes avaient du mal à se reconnaître dans les reportages télévisuels et dans les récits de la presse et d’autre part, ils craignaient d’être reconnus par leurs proches. Ces tensions ont éveillé la sensibilité sécuritaire des leaders : « des mots d’ordre ont circulé, des recommandations ont été proférées en direction des relais, membres du service d’ordre, bénévoles, SDF “corrects” » (p. 91). La gestion de l’image du mouvement a alors été définie par trois « principes de lutte » : la réduction de la consommation d’alcool, la prohibition des violences physiques et la propreté du campement. La mise en place de cette nouvelle stratégie, dans les coulisses de l’action, a donné le jour au groupe de sécurité responsable de l’organisation du campement : « peu connu des médias, le groupe était chargé de réguler les rapports entre les campeurs et aussi leurs relations avec l’entourage » (p. 92). Conscients de l’importance politique pour le mouvement de l’exposition médiatique du corps du pauvre, les Enfants de Don Quichotte ont donc cherché à la maîtriser. Réitérant les clivages séculaires entre « bon » et « mauvais » pauvre (Geremek, 1986), cette stratégie a réactivé une logique ségrégative entre les SDF et les clochards : ces derniers, qui n’arrivaient pas à polisser leur comportement, à rester propres et sobres et qui ne disposaient pas de récits de vie adaptés et légitimés par les médias se sont vus évincés du campement pour ne pas le mettre en danger. En remaniant, par le travail politique de présentation de soi, la culture de rue des SDF, le mouvement des Enfants de Don Quichotte n’a pas pu éviter le paradoxe qui s’inscrit dans cette normalisation : le discours universaliste de défense des SDF comme citoyens de la République a fini par réactiver et renforcer la distinction classique entre la victime souffrante mais méritante et le clochard stigmatisé.

7Le chapitre cinq revient sur le processus d’élaboration de la nouvelle figure politique que représente Augustin Legrand. Issu du peuple, présentant l’image lisse et respectable d’un père de famille et d’un citoyen ordinaire, mais avec un capital social et un physique (il est décrit par sa taille et son allure et est tour à tour comparé à Jésus ou à l’Abbé Pierre) qui font de lui une personnalité correspondant au type même de ce que recherchent les médias, Augustin Legrand va en effet, par la mobilisation, devenir le héros de la contestation. Plus encore, par sa connaissance de la mise en scène et son goût prononcé pour des discours médiatiquement efficaces, il va incarner à lui seul le mouvement des Enfants de Don Quichotte et devenir son leader charismatique. « Posture d’humilité christique, voyage initiatique auprès des pauvres, dont certains deviendront ses apôtres, appels dramatisés contre l’injustice qui accable les faibles, ressemblance physique avec le plus populaire des Français, les ingrédients sont en place pour fabriquer le personnage charismatique qui aura le succès que l’on sait » (p. 109). Au début du mouvement, son prestige fait l’unanimité et il s’impose comme le chef du campement. « Son action et sa présence sur les lieux de la mobilisation sont aussi efficaces que son discours » (p. 114). Mais les critiques augmentent quand le leader part en Afrique durant un mois pour le tournage d’un film. Le mouvement s’éteint car c’est autour du héros solitaire que l’attention médiatique s’était concentrée : les journalistes disparaissent du campement, les campeurs perdent leurs repères et leur prise en charge par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) marque le début de la fragmentation de la mobilisation. « Si d’un côté la mobilisation s’est forgée une image médiatique à travers le héros combatif, de l’autre, le désinvestissement pour la cause collective a contribué à mettre dans l’ombre les petits combattants et à minimiser leur contribution à la réussite du mouvement » (p. 120).

8Le chapitre six, rédigé par Aurélien Caillaux, a pour but de décrire comment la tente, par son caractère à la fois politique et symbolique, est au cœur de la mobilisation. Le campement est animé par deux dynamiques de relations sociales qui s’expriment à des échelles différentes : en présentant une vitrine revendicatrice qui expose la misère aux yeux de tous et perturbe l’usage habituel de l’espace, il est un espace d’interpellation politique éphémère. Mais il est aussi un lieu vécu par les SDF, un espace social de construction de relations sociales particulières dont le fonctionnement interne se différencie des règles de l’extérieur. Les tentes rouges installées sur le canal ont une très forte charge symbolique : elles cristallisent les enjeux et positions des acteurs de l’événement, et contribuent à la visibilité du mouvement et à son succès. Destinées aux activités de loisirs, associées aux vacances, les tentes sont des biens de consommation qui sont ici détournés de leur usage habituel. Leur présence dans l’espace public urbain interpelle et met mal à l’aise car en utilisant le sentiment d’identification au campeur et en entretenant la confusion entre bien‑logés et non‑logés, elles deviennent un objet de revendication politique et humaniste. Leur installation tout le long du canal Saint‑Martin, dans une symétrie parfaite qui donne une dimension esthétique au mouvement, crée une uniformité rassurante qui sous‑tend l’idée d’une unité et d’une solidarité de la mobilisation. Elles permettent à la fois de créer un espace d’intimité et un espace collectif, un lieu de vie. En investissant l’outil de survie que constitue la tente, les SDF proclament leur existence, leur participation active au mouvement et leur droit à occuper l’espace. La dimension politique de l’installation rend légitime l’appropriation personnelle et permet d’affirmer sa présence dans l’espace de la ville (ce qui n’est pas le cas des SDF ordinairement, habitués à devoir replier leurs affaires le matin et condamnés à la mobilité). Alors que les trois premières semaines sont un succès, l’annonce de la levée du camp par Augustin début janvier 2007 est vécue comme une trahison : « Il est difficile pour les occupants de le [le campement] considérer comme un simple instrument politique d’expression, destiné à être abandonné une fois des avancées générales obtenues. » Le conflit d’espaces et de rapport à l’espace apparaît au grand jour : de l’extérieur, les tentes rouges sont un outil d’expression éphémère avec une vision politique générale de la situation des sans‑abri ; de l’intérieur, le campement est un lieu collectif, autogéré, créateur de lien social, existant pour lui‑même et en lui‑même.

9Dans le chapitre sept, Patrick Bruneteaux rend compte de la réunion du 11 janvier 2007 à laquelle il a pu participer en tant qu’observateur. Tournant majeur de l’action collective, elle réunissait les Enfants de Don Quichotte et les différents acteurs institutionnels (associations, pouvoirs publics) et avait pour but d’organiser la fin de la lutte en faveur des SDF. Estimant qu’ils ont gagné leur lutte en faisant voter la loi DALO et le PARSA, « usés » par la gestion du campement, les leaders du mouvement social décident de déléguer à la FNARS l’organisation du démantèlement du campement. Ce faisant, ils s’en remettent à des acteurs étatiques pour clore leur lutte sociale, fait rarissime selon Bruneteaux. « La sortie de crise proposée va s’aligner sur un cadre réactivé, celui du “travail” d’insertion. Les leaders des Enfants, pour une part professionnels du social et, de ce fait, largement ouverts aux organisations en charge des “exclus”, ont ainsi pu effectuer des transactions avec leurs “partenaires” en vue de se défausser d’une population qui n’avait plus de raison d’être sur le canal » (p. 146). Mais cette « passation symbolique » révèle de nombreuses discordances. Car certains SDF, coproducteurs de l’action collective menée sur le campement, refusent de devenir des assistés, pris individuellement dans le travail d’accompagnement que propose la FNARS. Bruneteaux analyse cette réunion comme une scène au cours de laquelle s’affrontent deux « régimes de pratiques sociales autour des dominés » : « je voyais se dérouler sous mes yeux l’éternelle lutte sociale entre la revendication directe, de la part des pauvres (ou de leurs représentants les plus proches), de ce à quoi ils aspirent, et la revendication des puissants consistant à mieux savoir ce qui convient aux pauvres en les faisant entrer dans leurs catégories générales » (p. 149). Alors que la mobilisation avait permis aux SDF de prendre la parole, d’être écoutés et de produire de la cohésion autour de leurs revendications et de leurs attentes, la FNARS, mandatée par le gouvernement, réinscrit les SDF dans la « prise en charge classique » du travail social, en mobilisant les catégories de l’action publique qui fractionnent les publics en fonction de leurs ressources et de leurs statuts.

10Les deux derniers chapitres, rédigés par Olivier Louail, permettent de mieux comprendre les enjeux et intérêts des acteurs politiques et institutionnels à la fin de la mobilisation. L’opération de sortie des tentes qui se déroule du 9 janvier au 5 février 2007 a fait l’objet d’un travail collectif de liquidation négocié entre les pouvoirs publics, les associations caritatives et les Enfants de Don Quichotte. Le campement représente en effet un dilemme politique : la configuration spatiale des lieux, l’aura médiatique et politique du mouvement, le large soutien de l’opinion publique et le contexte politique de l’époque (mouvement contre le CPE début 2006 et élection présidentielle en 2007) incitent le gouvernement à accéder aux revendications des Enfants de Don Quichotte. Mais une action concertée est nécessaire. La FNARS fournit alors à l’État une solution à ce dilemme : en échange de la promesse par le ministre du financement d’une conférence de consensus sur la thématique des SDF, elle accepte de coordonner la levée des campements au niveau national (Loison‑Leruste, 2008). C’est un moyen pour elle de se repositionner comme chef de file des associations du secteur. Malgré la résistance de nombreux campeurs, qui ne souhaitent pas abandonner la lutte, bénévoles, cadres associatifs et travailleurs sociaux se mobilisent pour mettre en œuvre un processus de dépolitisation du mouvement. Le campement qui était un outil d’interpellation politique, devient la cible d’intervention professionnelle. La population SDF, très précaire, est la « clientèle » traditionnelle des cadres ou des travailleurs sociaux publics ou associatifs qui gèrent les services d’aide sociale. La priorité pour ces derniers est donc d’effectuer des diagnostics des situations sociales individuelles des campeurs et de leur proposer des solutions « adaptées » de « suivi social ». De son côté, la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales), en tant qu’administration chargée de mettre en œuvre la politique de l’État, gère le financement de cette opération et le respect des procédures d’orientation vers le droit commun. En construisant un rapport de force avec l’État par une méthode d’interpellation directe, les Enfants de Don Quichotte ont toujours souhaité appuyer la stratégie et les revendications associatives, malgré les critiques qu’ils ont pu formuler à leur encontre. Ils acceptent donc de mettre fin au campement pour s’inscrire dans une démarche de dialogue social. Dernier acteur, la préfecture de police est intervenue quant à elle en sa qualité de police administrative chargée du maintien de l’ordre. Le campement pose problème du fait du caractère collectif (source potentielle de trouble à la tranquillité publique) et politique du rassemblement (occupation illégale d’un lieu public). Plus encore, le froid, l’état de santé des SDF et la dangerosité du canal sont source de risques sanitaires et humanitaires. Le dernier chapitre revient en détail sur le rôle prépondérant de la préfecture qui exerce un leadership technique : habituée à la gestion de situations de crise, elle propose des ressources logistiques importantes et des méthodes d’organisation dont ne disposent pas les associations. Tirant parti de « l’impréparation du réseau associatif » et du contexte d’urgence, elle impose, grâce aux outils d’intervention nécessaires à la résorption du campement, sa temporalité de l’urgence aux autres partenaires, rendant prioritaire son objectif principal de dépolitisation du campement (et d’éloignement des SDF du canal Saint‑Martin) au détriment de ceux des autres partenaires : l’amélioration de la situation des campeurs. Le bilan de l’opération de sortie des tentes apparaît mitigé selon Olivier Louail. Début mars 2007, il reste encore de nombreuses tentes sur les bords du canal. Mais l’épisode politique est clos et le campement, lieu d’expression des revendications collectives, est disqualifié. Le dispositif de sortie de crise « a donc abouti à l’atomisation des pratiques de résistance des contestataires et au découragement de toute tentative de prolonger collectivement la mobilisation » (p. 200).

11Pour conclure, nous insisterons sur trois limites de cet ouvrage. Du point de vue méthodologique, on notera avec regret l’absence de toute présentation méthodologique précise. Si l’on sait que certains auteurs ont été présents sur le canal Saint‑Martin pendant la mobilisation, on aurait aimé savoir combien d’entretiens ont été réalisés, dans quelles conditions, sous quel statut (observation participante ou non, incognito, à découvert) pendant quelle période précise et avec qui. Ainsi, les informations sur les personnes interrogées et sur les documents mis à disposition des chercheurs sont un peu lacunaires et ne permettent pas de rendre compte du travail de terrain qui semble pourtant avoir été riche et important. Autre détail à mentionner, certains acteurs rencontrés sont cités nommément tandis que d’autres ne sont qualifiés que par leur statut (« haut fonctionnaire de la DDASS », « haut représentant de la FNARS »). Ce manque d’homogénéité des citations d’entretiens rend là aussi un peu confuse l’articulation des différentes contributions ainsi que la volonté affichée des auteurs de dévoiler les mécanismes des coulisses de cette mobilisation, voire de dénoncer les logiques de « prise en charge » des personnes sans domicile (par exemple dans la note p. 49).

12On pourra également regretter que les auteurs n’aient pas interrogé les catégories indigènes utilisées pour qualifier les personnes se trouvant sur le canal. Les termes SDF, sans‑abri, campeurs, dominés, sous‑prolétaires sont tour à tour utilisés sans que soient interrogés les enjeux politiques et symboliques de leurs emplois par les acteurs et les chercheurs eux‑mêmes. Il aurait peut‑être été intéressant que les auteurs prennent une certaine distance avec ces catégories, en utilisant par exemple pour leurs analyses le terme « personne sans domicile », à la manière de l’INSEE (Marpsat, 2008).

13On pourra regretter enfin que n’apparaissent dans l’ouvrage que quelques données chiffrées sur la population SDF présente sur le canal alors même que l’un des auteurs précise qu’il a pu avoir accès à un rapport statistique interne de la FNARS concernant les 263 dossiers remplis par les travailleurs sociaux pendant l’opération de sortie du canal. Ce document interne, précieux pour le chercheur, aurait pu permettre de mieux décrire les personnes sans domicile engagées dans le mouvement de mobilisation des Enfants de Don Quichotte. Or il est seulement fait mention des « conditions plus précaires » (p. 165) dans lesquelles se trouvent les campeurs par rapport à l’ensemble de la population sans domicile dont les caractéristiques ont été analysées par les enquêtes de l’INSEE en 2001 puis en 2012 (Yaouancq et al., 2013). Mais les auteurs ne s’interrogent pas sur les différences évidentes entre les définitions ayant présidé à la définition de la base de sondage de l’INSEE, basée sur les impératifs d’une enquête quantitative de grande ampleur, et les trajectoires et caractéristiques des personnes se trouvant sur le campement du canal Saint Martin. D’autant plus que les auteurs précisent bien, dans leurs différentes contributions, que les SDF les plus engagés dans le mouvement, présents dès le début de la mobilisation, sont ceux à qui il a été proposé en premier des solutions de relogement et d’hébergement, à la fois pour dissoudre le collectif mais aussi parce que ces personnes étaient « les plus réinsérables ». Il aurait donc été pertinent, non seulement d’utiliser ce matériau empirique de façon plus poussée, mais aussi de mieux mettre en exergue la très probable hétérogénéité des personnes sans domicile présentes sur le campement.

14Ces critiques, d’ordre essentiellement méthodologique, n’enlèvent toutefois rien à la pertinence et à la rigueur des analyses conceptuelles des enjeux et des limites de cette mobilisation, proposées par les auteurs à partir de leur travail ethnographique de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Damon J. (2002), La Question SDF, critique d’une action publique, Paris, Puf.

Bourdieu P. (1984), Homo academicus, Paris, Minuit.

Geremek B. (1987), La Potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard.

Loison‑Leruste M. (2008), « Building Consensus? The French Experience of a “Consensus Conference” on Homelessness », European Journal of Homelessness, Vol. 2, pp.139‑156.

Marpsat M. (2008), « L’enquête de l’Insee sur les sans‑domicile : quelques éléments historiques », Courrier des statistiques, n° 123, pp. 53‑64.

Yaouancq F., Lebrère A., Marpsat M., Régnier V., Legleye S. & Quaglia M. (2013), « L’hébergement des sans-domicile en 2012. Des modes d’hébergement différents selon les situations familiales », INSEE Première, n° 1455.

Haut de page

Notes

1 . Patrick Bruneteaux (dir.) (2013), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale, Presses Universitaires de Vincennes, « Culture et Société », 222 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Loison‑Leruste, « Les enfants de Don Quichotte », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 mai 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2221

Haut de page

Auteur

Marie Loison‑Leruste

marieloisonleruste@gmail.com
Maîtresse de conférence en sociologie à l’Université Paris 13‑Sorbonne Paris Cité - UFR Droit, Sciences Politiques et Sociales – 99 avenue J.‑B. Clément – 93 430 Villetaneuse – France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page