Navigation – Plan du site

Visibilité, transparence et commérage : de quelques conditions de possibilité de l’islamophobie… et de la citoyenneté

Visibility, transparency and gossip: about some conditions enabling Islamophobia… and citizenship
Valérie Amiraux

Résumés

À partir des lois prohibitionnistes françaises de mars 2004 et d’octobre 2010 concernant l’interdiction du port de certains vêtements à caractère religieux, cet article revient sur deux aspects de la mise en place et la stabilisation d’une matrice islamophobique de lecture des faits et gestes de certains membres des communautés musulmanes en France. Le premier concerne la non intelligibilité du fait religieux comme phénomène social, le second la double injonction à la visibilité et à la transparence faites aux musulmanes voilées. Ces deux thématiques permettent ensuite d’esquisser une réflexion sur les termes de la participation politique et les conditions de l’engagement citoyen. Qu’est-ce qu’un « bon » citoyen lorsque la personne est pieuse ? Aux côtés des travaux sur l’islamophobie, ce texte souhaite engager une conversation théorique sur les termes de la participation politique et les conditions de l’engagement citoyen des musulmans vivant en France en 2014.

Visibility, transparency and gossip: about some conditions enabling Islamophobia… and citizenship

Starting with French laws of March 2004 and October 2010 which prohibit the wearing of certain garbs charac­terized as religious, this paper revisits two features of the implementation and stabilization of an islamophobic reading grid for the actions of some members of Muslim communities in France. The first one has to do with the non‑intelligibility of religion (as a social phenomenon); the second is an injunction for veiled Muslim women to be both visible and transparent. These two features serve as a basis for a preliminary analysis of the terms of political participation and the conditions for citizen involvement. What does it mean to be at once a “good” citizen and a pious person? Along other research on Islamophobia, this paper is meant to prompt a theoretical conversation on such terms and conditions regarding Muslims living in France in 2014.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Dans le sillage des lois prohibitionnistes : du signe au geste
La non intelligibilité du geste et du sentiment religieux en contexte laïc
Paniques morales et conséquences sociales : visibilité, célébrité et commérage
Les circuits du commérage
L’injonction à la visibilité et à la transparence : finalités et objectifs du contrôle des subjectivités citoyennes
Conclusion : jusqu’où ?

Aperçu du début du texte

« What I want to say is what you say to an intimate friend when you are discouraged about how it all is. »
C. Wright Mills cité par L. Back, « Writing in and Against Time », in J. Solomos & M. Boulder, Researching Race and Racism, London, Routledge, 2004, p. 203.

« I think sociology can play a role in opening up the false comforts achieved in absolute moral categories. »
Les Back, « Writing in and Against Time », in J. Solomos & M. Boulder, Researching Race and Racism, London, Routledge, 2004, p. 209.

Introduction

En France, l’interdiction légale des vêtements représentant visiblement l’affiliation à l’islam s’est imposée depuis près de vingt ans comme l’incontournable outil d’encadrement des comportements des musulmanes dans l’espace public. D’abord compartimentée (Loi n° 2004‑228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics), cette interdiction s’est ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Amiraux, « Visibilité, transparence et commérage : de quelques conditions de possibilité de l’islamophobie… et de la citoyenneté », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2205

Haut de page

Auteur

Valérie Amiraux

Valerie.amiraux@umontreal.ca
Professeure de sociologie, Université de Montréal. Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux - Département de sociologie – Pavillon Lionel‑Groulx – C. P. 6128, succursale Centre‑ville – Montréal QC H3C 3J7 – CANADA

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page