Navigation – Plan du site

Le magistère intellectuel islamophobe d’Oriana Fallaci

Origines et modalités du succès italien de la « Trilogie sur l’Islam et sur l’Occident » (2001-2006)
Oriana Fallaci’s Islamophobic intellectual magisterium. Origins and modalities of the success achieved by the “Trilogy on Islam and the West” in Italy (2001-2006)
Bruno Cousin et Tommaso Vitale

Résumés

Durant les cinq dernières années de sa vie, la journaliste‑écrivain Oriana Fallaci (1929‑2006) a publié trois pamphlets fortement islamophobes, et néanmoins largement acclamés en Italie. Ils se sont vendus à des millions d’exemplaires, et ont eu un rôle majeur dans la structuration d’un débat national sur les relations interculturelles et la prétendue non‑intégrabilité des musulmans. Comment ce succès populaire a‑t‑il été possible ? Comment les prises de position antimusulmanes de Fallaci ont‑elles acquis une telle légitimité et une telle influence ? Nous répondons ici à ces questions en plusieurs étapes successives. L’introduction inscrit tout d’abord notre propos à l’intersection de la sociologie de l’islamophobie et de la sociologie des intellectuels (et du journalisme). La première partie (1) présente ensuite brièvement La Trilogie, en expliquant pourquoi – même en Italie – l’étude de sa réception a été négligée par les sciences sociales. Tout en les replaçant dans leur contexte économique et politique, les modalités du succès de Fallaci sont alors analysées en abordant notamment (2) les stratégies de l’auteure en termes de construction charismatique progressive et de posture totalisante des différentes positions intellectuelles, à l’origine de sa légitimité publique ; (3) la façon dont la multipositionnalité durable de Fallaci entre différents espaces (journalistique, littéraire, etc.), fondée sur un système de garanties mutuelles entre ceux‑ci, et le soutien des médias de masse, a largement déterminé l’accueil favorable qu’ont reçu ses ouvrages ; et enfin (4) comment l’attachement affectif qu’elle suscite chez une grande partie de ses lecteurs contribue au processus de (re)configuration de leurs sentiments antimusulmans.

Oriana Fallaci’s Islamophobic intellectual magisterium. Origins and modalities of the success achieved by the “Trilogy on Islam and the West” in Italy (2001-2006)

In the last five years of her life, the journalist and writer Oriana Fallaci (1929‑2006) published three strongly Islamophobic pamphlets, which were widely acclaimed in Italy. They sold millions of copies and played a major role in structuring a national debate on intercultural relations and the supposedly impossible integration of Muslims. How was this popular success achieved? How did Fallaci’s anti‑Muslim positions gain such legitimacy and influence? We answer these questions in several successive stages. The introduction situates our analysis at the intersection between the sociology of Islamophobia and the sociology of intellectuals (and journalism). The first section (1) then presents a brief overview of The Trilogy and explains why, even in Italy, the study of its reception has been neglected by the social sciences. While detailing their economic and political contexts, the modalities of Fallaci’s success are next analyzed by considering (2) the author’s strategies in establishing her public legitimacy through a progressive construction of charisma and on a posture totalizing all the different forms of intellectuals’ engagement; (3) the manner in which Fallaci’s enduring multipositionality in diffe­rent spaces (journalistic, literary, etc.) is based on a system of cross guarantees and the support of mass media, and largely determined the positive reception her books received; and finally (4) how the affective attachment she aroused in many of her readers has contributed to the (re)configuration of their anti‑Muslim attitudes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’Italie et le succès de La Trilogie
De l’engagement sur le terrain à la posture intellectuelle totalisante
Multipositionnalité de Fallaci et hétéronomie des champs
L’islamophobie comme émotion en partage
Conclusion

Aperçu du début du texte

Oriana a été la journaliste italienne la plus connue au monde et la plus appréciée. Connue et appréciée y compris par ceux qui ne partageaient pas ses idées. (…) Elle a aussi laissé un très grand message pour qui exerce la même profession qu’elle, un double message : le premier est de ne s’arrêter devant aucune vérité, d’être convaincu que ce travail doit se faire avec passion, avec une très grande détermination ; mais aussi – et c’est le second message – avec une très grande attention au détail, en soignant l’écriture, et en vérifiant méticuleusement chaque détail de l’article ou du livre qu’on écrit.
Ferruccio de Bortoli, directeur du Corriere della Sera, témoignage sur www.oriana‑fallaci.com (2008)

Oriana, pour moi, représente une référence incontournable dans notre dénonciation commune de l’extrémisme et du terrorisme islamique, et de la lâcheté de l’Occident qui a permis que son territoire et ses esprits soient lourdement infiltrés par cet extrémisme islamique. Oriana a été cette...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Cousin et Tommaso Vitale, « Le magistère intellectuel islamophobe d’Oriana Fallaci », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2195

Haut de page

Auteurs

Bruno Cousin

bruno.cousin@univ‑lille1.fr
Maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille 1 - Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (UMR 8019) – Bâtiment SH2 – Cité scientifique – 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex

Tommaso Vitale

tommaso.vitale@sciencespo.fr
Associate professor de sociologie à Sciences Po - Centre d’études européennes (UMR 8239) – 27 rue Saint‑Guillaume – 75337 Paris Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page