Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le passage de Fabien au sein de la fédération de Paris du MJS, que j’ai pu suivre du début à la fin, puisqu’il a déménagé quelques mois après son adhésion, permet d’illustrer la combinaison d’activités proposées aux nouveaux entrants, ainsi que des modalités « heureuses » (Lagroye & Siméant, 2003) d’intégration dans l’organisation, tout en montrant comment ces modalités renvoient tout à la fois aux dispositions et attentes de l’entrant, au dispositif d’apprentissage informel, et aux facteurs sélectifs tacites et actifs (le « repérage »).

  • 1 De ce point de vue, la « beauté » est bien une ressource politique (pour un homme), comme l’a montr (...)

2Fabien a 23 ans, il a fait des études de mathématiques dans une Université parisienne. Il obtient ensuite un DESS d’informatique en septembre 2002, et il est depuis au chômage. Il est grand, mince, brun avec la peau mate et les yeux bleus, et reconnu comme très séduisant par de nombreux membres, hommes et femmes, du MJS Paris, ce qui a accéléré la circulation de l’information à son sujet et fait qu’il est rapidement connu du plus grand nombre1. Son père est cadre supérieur dans une banque, avec de longues missions à l’étranger, Fabien a donc fréquenté les lycées français. Sa mère, sans profession, est fille de diplomate. Son père a, pour sa part, connu une trajectoire sociale plus accidentée, connaissant un déclassement après le divorce de ses propres parents ; sa mère a ainsi dû occuper des emplois peu qualifiés et mal rémunérés (ménages, etc.) pour subvenir aux besoins de ses six enfants. Bien que leurs familles soient de droite, ses deux parents se situent à gauche.

  • 2 Toutes les citations qui suivent sont extraites de l’entretien mené avec Fabien le 30 juin 2003.

« Etre de gauche c’est surtout penser à rééquilibrer, à avoir plus d’égalité, tout ça. Et c’est vrai qu’on ressent ça très tôt, je veux dire, on ne devient pas de gauche, enfin je suis quand même d’une famille qui m’a éduqué dans ces valeurs aussi. (…) Mon père m’a tout de suite appris que payer des impôts c’était pas nous prendre de l’argent, que l’Etat ne nous prenait pas de l’argent, il m’a expliqué tout de suite, directement, que c’était pour investir dans des infrastructures publiques, genre des hôpitaux, des routes, en fait c’est investir autrement, c’est pas investir de soi-même, c’est investir collectivement dans une infrastructure que tout le monde pourra utiliser. (…) Faut pas croire que les français qui sont à l’étranger sont, ont un pouvoir d’achat énorme, enfin c’est sûr on gagne bien notre vie, mais ce n’est pas parce qu’on est riche qu’on est à droite. » 2

3Il assiste à sa première réunion d’un groupe local du MJS le 12 mai 2003. Le 30 juin, date de l’entretien que je mène avec lui, avant de nous rendre à un « pique-nique militant » organisé par un autre groupe du MJS, il a participé à quatre autres réunions, mais aussi à une distribution de tracts, une soirée de collage et une « action coup de poing », selon le terme indigène. Il a annoncé une semaine auparavant qu’il entamait un master en province à la rentrée de septembre 2003, et quittait par conséquent le MJS Paris. Cette annonce a déplu aux responsables locaux et fédéraux qui semblaient l’avoir « repéré », et ce d’autant plus que Quentin, le responsable de groupe, vient de trouver son premier emploi et souhaite, par conséquent, cesser d’occuper ce poste.

  • 3 Notes d’observation, 24 juin 2003.

Lors d’une discussion entre Quentin et Nathalie, à laquelle j’assiste au cours d’un « pot » de fin de réunion, les deux responsables du groupe envisagent leur remplacement. Tous deux tombent d’accord pour dire qu’il y a suffisamment de nouveaux adhérents susceptibles de prendre la relève. « Fabien, il est bien, ça fait chier qu’il parte » regrette Quentin « mais on le garde, il va revenir, et puis il va faire des choses là-bas. »3

  • 4 En référence au slogan des supporters du PSG (« Paris est magique »).
  • 5 Notes d’observation, 11 juin 2003.

Quelques jours auparavant, Hélène, déléguée de la fédération de Paris au Comité de coordination régional d’Ile-de-France et membre d’un autre groupe, explique à Fabien qui lui demande ce qu’est la liste de diffusion par mail « paris magique »4, qu’elle vient de mentionner, qu’il s’agit de la liste qui rassemble les responsables parisiens du MJS, en ajoutant « si tu continues à venir aux réunions, si tu montres que t’es motivé, tu pourras être sur paris magique dans pas trop longtemps ».5

4Fabien avait d’ailleurs déjà été informé des possibilités qui s’offraient à lui de prendre des responsabilités.

«  - Tu commences à calculer un peu, qui est où, qui fait quoi ?

- Maintenant, tu vois, je connais les noms des principaux responsables de groupe parisiens, y’a certains noms maintenant je sais un peu ce qu’ils font. Mais c’était dur au début, parce que c’est vraiment… faut s’y retrouver quand même, c’est un système complexe. Mais moi tu sais que l’année prochaine je ne suis pas à Paris… dommage apparemment, il y avait des postes à pourvoir, au niveau de la fédé [nom du groupe] parce que Quentin veut se désengager, petit à petit, parce qu’il a beaucoup de travail en ce moment, et il m’avait dis, tiens, tu veux pas prendre plus de responsabilités ?

- Ah ah (admiratif) !

  • 6 Entretien avec Fabien, 30 juin 2003.

- Ouais… Apparemment, ils me disent, ils croient, enfin ils croient, je suis motivé, mais euh, étant donné que je viens à presque toutes les réunions, voilà, je suis présent… et j’ai du temps de libre aussi… »6

5C’est ainsi son assiduité aux activités proposées, liée à son absence temporaire de contraintes scolaires ou professionnelles, qui fait preuve de sa « motivation ». C’est aussi sa participation active aux réunions. Même s’il n’y prend d’abord pas la parole, il se propose, dès sa première réunion, pour en écrire un compte-rendu (« Je veux pas dire, mais moi le compte rendu je l’avais fait en trois parties et tout… »), ce qui lui vaut une invitation à sa deuxième réunion, celle d’une commission de la fédération de Paris sur le même thème, à laquelle il ne prend néanmoins guère plus la parole – il commence à le faire lors des deux réunions suivantes.

6C’est également, et inséparablement dans ce cas puisque « l’action coup de poing » a lieu en journée, sa participation aux modalités les plus intenses des activités « de terrain » qui fait preuve de sa motivation. En effet, comme on l’a dit, ces activités dans leur ensemble sont considérées comme « naturelles » et, de ce fait, peu distinctives au MJS. Participer à une diffusion de tracts (une « diff’ »), à un collage ou à une manifestation n’est ainsi qu’un indicateur supplémentaire de la disponibilité et de la motivation d’un de ses membres. En revanche, parmi ces activités « de terrain », deux sont particulièrement distinctives et considérées comme des signes d’engagement fort. La première, la conduite de camionnette, est sans doute spécifique à la fédération de Paris. En effet, les détenteurs d’un permis de conduire (de plus de 21 ans) y sont rares et particulièrement recherchés, autant pour les collages de nuit que pour les manifestations importantes lors desquelles le MJS loue une camionnette de manière à bénéficier de sa propre sonorisation. Cette pénurie de conducteurs potentiels autorise même certaines jeunes femmes à conduire les camionnettes lors des collages de nuit – le collage est cependant annulé s’il n’y a pas au moins un homme parmi les passagers, « pour des raisons de sécurité ». Fabien cumule aussi ces qualités d’âge et d’ancienneté de permis, et s’est porté volontaire pour conduire le camion, transformé en « char », du MJS lors de la Gay pride. Il sera finalement remplacé par un autre volontaire, membre du BN – il s’agit ainsi d’une tâche non seulement distinctive, mais aussi hiérarchique.

7La seconde activité distinctive de terrain est la participation aux « actions coup de poing », et celle à laquelle a participé Fabien est la première du genre, et, de ce fait, particulièrement valorisée – des photos font par exemple la couverture du Temps des conquêtes, le bihebdomadaire national du MJS (cf. ci-dessus).

Il s’agit d’une action commune à plusieurs organisations de jeunesse ou sections « jeunes » de syndicats (l’UNEF, la CGT jeune, FO jeune, les jeunes Verts, les JCR…) qui ont envoyé, en journée, entre vingt et trente personnes. Pour le MJS, elle regroupe des membres des instances nationales et de la fédération de Paris. Elle consiste à investir le magasin Virgin des Champs-Élysées, d’abord discrètement, par groupes de deux, à distribuer des tracts sous forme de bulletins de vote contre la réforme des retraites, et à faire signer une pétition sur le même thème. Pendant ce temps, d’autres installent une urne à l’entrée du magasin afin de recueillir ces votes, renomment l’avenue « avenue de la retraite solidaire » au moyen d’autocollants, et attirent l’attention des passants. Au signal donné par une corne de brume, chacun des binômes doit lancer des tracts dans les airs, provoquer de l’agitation dans le magasin et « partir avant d’être attrapé par les vigiles ». En fait, les vendeurs et vigiles du Virgin étant pour une grande part membres d’un des syndicats investis dans « l’action » – raison du choix de ce magasin – chacun a le temps de sortir tranquillement, les participants se prennent même en photo devant le magasin.

8Venue pour observer cette action, j’ai été désignée pour servir de binôme à Fabien. Cette position d’observation privilégiée m’a permis de remarquer qu’il était visiblement mal à l’aise à l’idée d’aborder des clients du magasin et qu’il ne l’a en réalité jamais fait seul, se bornant à m’accompagner parfois. C’est certainement pour cette raison – et à cause du fait que j’ai dû par conséquent mener l’« action » quasiment seule – qu’il aborde son manque d’aisance face aux activités « de terrain » lors de l’entretien, qui a lieu quelques jours plus tard.

«  - Et t’as fait beaucoup de collage ou de diffs ?

- J’ai dû faire une diff’ de tracts… un collage, j’ai eu la chance d’en faire un, enfin une soirée, et puis la diffusion au Virgin aussi. Je n’ai pas fait grand chose, au niveau terrain, je ne suis pas… Disons que je n’étais pas très actif, tu as vu au Virgin, parce que c’est vrai que c’est… pas difficile, mais, te mettre à, enfin je sais pas, ce n’était pas spontané et naturel chez moi, il a fallu que… que je regarde, j’observe, et voilà. Ca viendra petit à petit, je ne vais pas me forcer. (…)

- Et le collage c’est peut-être plus facile, alors, non ?

- Ah ouais, ouais, c’est fun le collage ! »

  • 7 Ma propre participation à cette « action » fonctionne ainsi également comme un accélérateur de mon (...)

9En fait, cette « action » est l’objet d’une telle valorisation – notamment parce que sa mise en place est voulue par le futur président du MJS et fait partie de son programme d’action en vue du prochain Congrès – que la simple présence est remarquée comme le signe d’un investissement intense dans l’organisation7. Ce sont ainsi des modalités spécifiques d’actions « de terrain », qui sortent de la « routine institutionnelle », qui contribuent à ce que Fabien soit identifié comme particulièrement « motivé », alors même qu’il ne se ressent pas encore comme pleinement investi dans ces activités de terrain (« ça viendra petit à petit »). Réciproquement, le déroulement particulier de cette « action coup de poing » peut expliquer les difficultés qu’expérimente Fabien : plus qu’une simple distribution de tracts, ce mode d’action demande un usage très spécifique de son corps, et exige, à la manière des « zaps » d’Act Up décrits par Victoire Patouillard, une « rupture des codes gestuels socialement requis dans une interaction » (1998, p. 19) particulièrement vive en ce qui concerne, non seulement le fait d’aborder les clients du magasin, mais surtout le « mouvement de débordement » censé clore l’action – lancer des tracts en l’air, crier, etc.

10Il semble bien en effet que c’est cet usage de son corps qui pose problème à Fabien, issu d’un milieu social qui valorise la « bonne tenue » publique (1988), tandis que d’autres expériences de terrain, qui ne lui sont pas davantage familières mais qui se déroulent dans l’entre-soi du groupe, lui apparaissent davantage comme ludiques (« le collage, c’est fun »).

11Cette prévention par rapport à l’exposition publique que demande la distribution de tracts est d’ailleurs, selon ses propos, une des raisons pour lesquelles il préfère désormais le MJS aux Jeunes communistes (qu’il avait initialement contacté tous deux au même moment) – là encore, de tels propos sont extrêmement rares en entretien au MJS et sont à lier à notre expérience commune au Virgin.

« Moi je suis très, pas casanier mais, au niveau politique, je ne me sentais pas la force d’aller distribuer des tracts, sachant que tu peux avoir un bon retour et tu peux avoir, tu ne sais jamais sur qui tu tombes, sur le facho de service, sur le mec de droite qui veut te chercher des noises… et puis finalement je me dis à plusieurs on est plus forts, voilà. Il suffit d’être convaincant, si tu crois à ce que tu dis, déjà…

- Et ça, c’est plus facile de tracter pour le MJS que pour le PS ?

- Euh, ou que pour les JC, pour les Jeunes communistes, surtout. C’est vrai que c’est aussi la solution peut-être de facilité, parce que bon c’est moins mal vu, entre guillemets, d’être socialiste que d’être communiste. Je ne me sentais pas la force de relever des idées, tu sais, des petites mémés “oh comment on peut être communiste, avec ce qu’ils ont fait en Russie” alors que c’est pas le communisme (…). Mais bon après si en militant tu n’as que ça en face de toi, bon c’est… Même si pour moi un militant communiste c’est très beau à voir, tu sens le feu, tu sens la passion, la… la persévérance, y croire, ils ont des convictions et moi je trouve que c’est admirable les gens comme ça, malgré tout ce qui a pu arriver (…), qui arrivent à croire et qui n’ont pas dévié de ce que dit Marx…

- Et les JC ils ne t’ont jamais contacté finalement ?

- Non, ils ne m’ont jamais contacté, non, même pas. C’est bizarre, hein ? Ça m’a déçu, ça, aussi. Mais non, mais bon, c’est bien… »

12Fabien n’est ainsi pas devenu en un mois et demi un militant entièrement dévoué à son organisation et intensément investi dans les activités « de terrain ». Son engagement partiel dans ce rôle de « militant » se ressent également dans ses réticences face à l’entretien, auquel il met fin rapidement, et dont il dévalorise l’intérêt (« ça va te servir à quoi cet entretien, je crois que c’était nul ce que je t’ai dit, en plus j’avais pas préparé… »). Pourtant, si l’on compare son intégration au groupe avec celle de Carole, c’est bien sa disponibilité pour participer à une combinaison d’activités, y compris aux activités « de terrain » extra-ordinaires, qui fait preuve, aux yeux des autres membres du groupe, de sa « motivation » particulièrement intense. Carole a en effet assisté à sa première réunion quelques semaines avant Fabien, elle a depuis, de même, participé à toutes les réunions suivantes du groupe, et y est de plus intervenue. Elle s’est également portée volontaire pour effectuer une mise sous pli organisée par une Secrétaire fédérale.

  • 8 Parler « des MJS » est le signe d’un manque de familiarité avec l’organisation, l’usage indigène (e (...)
  • 9 Entretien avec Carole, 15 avril 2003.

« J’étais allée faire de la mise sous pli, à Solferino, et donc, ça c’était un moyen aussi de rentrer, voir comment c’était, quoi, voir aussi le bureau des MJS8 (…). C’était Hélène, qui avait demandé du monde [pour la mise sous pli], je sais pas quel est, en fait je ne cerne pas trop le rôle de chacun. Je trouve encore ça un peu vaseux, c’est sûrement bien organisé mais… C’est ça, tu rentres dans un truc, et tu vas comprendre peut-être au fur et à mesure. J’ai pas fait de collage parce que j’avais commencé à bosser, sinon je l’aurais fait. »9

13En revanche, elle n’a pas fait partie d’actions « de terrain », notamment parce qu’elle est salariée et ainsi moins disponible. Comme Fabien, elle fait partie des « nouveaux motivés » identifiés par Nathalie et Quentin ; cependant Fabien, qui cumule des ressources genrées et sociales, et une disponibilité qui n’y est pas étrangère, tient le premier rang dans cette catégorie.

Haut de page

Bibliographie

Lagroye J. & Siméant J. (2003) « Gouvernement des humains et légitimation des institutions », In Etre gouverné, Paris, Presses de Sciences Po.

Matonti F. (1998) Hérault de Séchelles ou les infortunes de la beauté, Paris, La Dispute.

Patouillard V. (1998) « Une colère politique. L’usage du corps dans une situation exceptionnelle : le zap d’Act up-Paris », Sociétés contemporaines, n° 31, pp 15-36.

Haut de page

Notes

1 De ce point de vue, la « beauté » est bien une ressource politique (pour un homme), comme l’a montré F. Matonti (1998).

2 Toutes les citations qui suivent sont extraites de l’entretien mené avec Fabien le 30 juin 2003.

3 Notes d’observation, 24 juin 2003.

4 En référence au slogan des supporters du PSG (« Paris est magique »).

5 Notes d’observation, 11 juin 2003.

6 Entretien avec Fabien, 30 juin 2003.

7 Ma propre participation à cette « action » fonctionne ainsi également comme un accélérateur de mon intégration sur le terrain.

8 Parler « des MJS » est le signe d’un manque de familiarité avec l’organisation, l’usage indigène (et grammaticalement correct) consistant à conjuguer le sigle au singulier : « le MJS ».

9 Entretien avec Carole, 15 avril 2003.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bargel, « Annexe 3 : Fabien, une intégration « heureuse » au MJS », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2174

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page