Navigation – Plan du site
Apprendre un métier qui ne s’apprend pas. Carrières dans les organisations de jeunesse des partis

Annexe 2 : La conversion de Martin, « militant » et « technocrate »

Lucie Bargel

Texte intégral

1La carrière de Martin est à la fois un exemple de conversion, plutôt radicale, aux activités « de terrain » et un modèle d’ascension basé sur des compétences scolaires spécialisées dans l’activité politique. Le récit qu’il livre de son parcours chez les Jeunes populaires éclaire de manière particulièrement vive l’imagerie sociale qu’il associe aux « militants », et l’évolution des appréciations qu’il porte sur eux au cours de son engagement politique croissant. Il montre en même temps que, bien que converti aux activités de « terrain », il ne devient pas seulement un « militant », mais qu’au contraire cette conversion l’incite à intensifier ses activités de « technocrate ».

  • 1 Toutes les citations qui suivent sont issues d’un entretien réalisé avec Martin le 14 mars 2006.

2Martin est l’aîné d’une famille de cinq garçons vivant dans un département rural de l’Est de la France. Sa mère travaille d’abord comme infirmière ; son père, fils d’ouvriers catholiques, était dans le bâtiment (« on peut presque dire qu’ils étaient pauvres quand j’étais bébé »1). Ils ont ensuite ouvert une confiserie, puis plusieurs, et sont devenus également importateurs et grossistes. Ils sont ainsi désormais à la tête d’une petite entreprise, et dans une situation financière confortable. Leur ascension sociale, qui semble rapide au regard de la biographie que retrace leur fils, s’exprime notamment dans la reconversion de leur capital économique accumulé en capital scolaire pour leurs enfants, qui intègrent des écoles d’ingénieur et de commerce. Même si ses frères ne sont pas intéressés par la politique, Martin lie pour sa part son engagement et sa poursuite d’études supérieures de haut niveau, et précise qu’il s’oppose en cela à ses parents.

« La famille n’est pas très politisée à la base, mes parents ne sont pas portés là-dessus. Enfin, j’ai vu, en 95 [lors de l’élection de Jacques Chirac à la présidence de la République], mon père a sauté de joie, autant qu’un match de foot… mais bref, mes parents sont pas… ils ont fait des études supérieures assez courtes, donc c’est pas… c’est pas la préoccupation dans la famille. »

3Pour sa part, « donc », son intérêt pour la politique se développe dans un cadre scolaire et élitiste. Ce sont d’abord les cours d’économie qui lui sont dispensés en Terminale, dans son lycée catholique de la préfecture voisine, puis, après avoir obtenu un bac mention Très bien, dans une classe préparatoire aux écoles de commerce au sein du lycée des enfants de la bourgeoisie parisienne, également privé et catholique, Stanislas (« Stan’ »), dans le 6ème arrondissement de Paris, qui fournissent un cadre à ses interrogations politiques et à ses positions « libérales ». Il participe aux activités du « debating club » de l’établissement. Il assiste également à son premier meeting, donné par Alain Madelin en 1999 pour commémorer la chute du mur de Berlin, mais n’adhère pas : « je ne voulais pas être dans un groupuscule, parce que prendre sa carte c’est un engagement assez fort, finalement, ça vous marque assez longtemps, et…(rire gêné) Démocratie libérale ils n’étaient pas très nombreux, et j’avais une certaine réticence à m’engager là-dedans. » Ce souci des conventions et de sa bonne réputation s’exprime également par une tenue vestimentaire et une hexis classiques (cheveux courts, lunettes discrètes), ne mobilisant que de discrets signes bourgeois (col de chemise dépassant du col en « V » d’un fin pull…)(Le Wita, 1988).

4C’est finalement après la création de l’UMP, alors qu’il a intégré HEC, qu’il envoie son bulletin d’adhésion aux Jeunes populaires après avoir assisté à une intervention d’Alain Juppé aux « mardis d’HEC ». En raison de sa mobilité étudiante, liée aux stages et aux séjours d’études à l’étranger caractéristiques des grandes écoles, il donne l’adresse de ses parents, et se rend à sa première réunion alors qu’il y retourne pour le week-end.

« A ce moment-là, en Alsace, je suis arrivé, moi qui venais de Paris, d’HEC machin, je faisais du droit aussi, à Paris 2, en parallèle, je suis arrivé avec des grands arguments juridiques (…). Et en fait, je me suis senti un peu, euh, parisien. Par rapport aux autres. Qui étaient, euh, c’est l’Alsace ! C’est des militants… qui ont pas forcément un bac plus quarante mille, et là je me suis senti un peu mal à l’aise, (…) j’étais un peu en décalage. »

5Refroidi par ce « décalage » social et culturel, il cherche alors à se rapprocher, dans son engagement, du milieu qu’il côtoie en tant qu’étudiant d’une grande école de commerce et s’inscrit à Jouy-en-Josas, où est implantée HEC, l’année suivante. Et en effet, dans ce cadre, « le contact est facile ». Ses activités sont avant tout tournées vers le développement d’une sociabilité festive entre étudiants : partager des soirées au restaurant, aux Universités d’été…

« J’ai rencontré des gens qui faisaient des études supérieures qui correspondaient un peu plus aux miennes. (…). On a fait quelques restaurants, c’était un bon groupe, on s’entendait bien. On était un petit groupe d’une dizaine de personnes. Finalement c’est assez facile de connaître les gens, au bout de deux fois, on peut dire qu’on connaît bien les gens. J’ai fait les universités d’été à Avoriaz, avec eux, donc là je suis parti trois jours, c’était assez sympa, je me suis bien amusé. »

6Alors qu’il a l’intention de poursuivre son engagement selon ces modalités, les impératifs de mobilité de ses études le contraignent à modifier à nouveau son lieu d’activité politique. La consultation électorale par référendum sur l’adoption du Traité constitutionnel européen de 2005, qui provoque une mobilisation particulièrement ajustée à ses dispositions scolaires, ainsi qu’une courte période d’inactivité, le poussent à contacter à nouveau les Jeunes populaires de son département d’origine. « Je suis rentré chez mes parents le 14 mai, et après, du 14 au 29 mai, j’étais en France, je n’avais rien à faire, parce que j’étais entre deux trucs. Du coup, je me suis proposé, j’ai appelé le responsable départemental pour lui dire que j’étais disponible pour faire quelques actions militantes pour le référendum qui se préparait. » Il s’engage alors activement dans la campagne électorale, participe à l’organisation des réunions publiques, aux soirées de collage (« c’est quelque chose de finalement très drôle »), et intègre ainsi le groupe de jeunes militants picards. « Les deux-trois semaines de campagne, là, j’étais pratiquement tous les soirs avec les gens de [la ville]. »

7Cette courte période d’activité électorale intense provoque chez Martin une réévaluation générale de ses modalités d’engagement. Il l’exprime tout particulièrement au sujet de sa première expérience de distribution de tracts, sur laquelle il revient à plusieurs reprises au cours de l’entretien, et qui constitue, à ses yeux, le réel acte fondateur de son « militantisme ».

« Je n’avais jamais osé tracter chez mes parents, parce que mes parents étant commerçants dans cette ville-là, ils connaissent les gens, je connaissais les gens, je n’avais pas envie…(…) J’ai mis un certain temps, enfin j’ai dû évoluer, pour prendre mon courage à deux mains, et sortir ; alors j’y allais avec des lunettes de soleil à l’époque, mais le temps s’y prêtait aussi… J’ai commencé à sortir des réunions entre nous, pour aller dans la rue, et c’était très dur, parce que [la ville], c’est très ouvrier comme milieu, et on se faisait parfois insulter quand on tractait pour l’Europe, y’en a qui disaient à leur femme : “ne touche pas à ça, c’est de la merde !” Il faut… il y a quand même un pas à faire pour aller tracter. (…) En fait je crois que le déclic c’est plus le jour où j’ai commencé à tracter que le jour où j’ai pris ma carte. Le jour où j’ai commencé à tracter, j’ai dû assumer mes positions vraiment, et depuis c’est… c’est une des choses qui me prend le plus de temps en dehors des études. (…) Là, je m’assume très bien maintenant. Ce changement, c’est de passer des réunions où on est entre nous à dehors, ça a été vraiment difficile, et je l’ai fait parce que… parce que j’étais avec les autres, j’étais un peu pris dans cette campagne, où j’ai commencé par mettre les chaises dans les réunions publiques, fait des choses, et puis derrière, le lendemain, “tu viens, on va tracter”… euh… ouais… bon, ben, d’accord. »

8Ce « passage au dehors », tel qu’il s’exprime dans la distribution de tracts, renvoie, plus largement, à un déplacement de son engagement dans l’espace public à tous les sens du terme. L’apprentissage des effets de l’engagement que connaît Martin au cours de cette période électorale correspond à un processus plus large d’investissement dans cette forme « militante » d’activisme. Ainsi, c’est également sa distance sociale aux militants locaux et populaires qui est réévaluée par Martin, celui-ci se plaçant désormais du côté des « actions de terrain » (« finalement, c’est drôle ») plutôt que de « savoir tout sur tout », et mettant à distance le milieu des « grandes écoles ». On peut en effet supposer que Martin n’expérimente pas seulement un décalage social par rapport aux militants de sa ville, mais bien également dans les institutions universitaires qu’il fréquente (Stanislas, Paris 2, HEC), dans la mesure où il ne bénéficie pas, par son milieu social d’origine, d’une familiarité avec ces lieux d’études d’enfants issus de milieux davantage pourvoyeurs en capital culturel que le sien. La position qu’il occupe désormais au sein de l’équipe picarde paraît alors particulièrement bien ajustée à sa position sociale transitoire. Sa distance sociale et culturelle aux « militants » n’est en effet pas abolie, mais elle est au contraire un « plus » : il reste celui qui apporte « la petite touche qui fait élégant » aux réunions. En revanche, elle devient désormais synonyme de compréhension mutuelle, malgré des niveaux d’études très éloignés. L’épisode du militantisme commun durant la période électorale a ainsi permis à des relations de sociabilité de s’établir entre « le parisien » et « les alsaciens ».

« - Par rapport à tes premières impressions, en arrivant là-bas, d’être un peu décalé, aujourd’hui tu dirais que c’est toi qui a évolué, ou c’est les gens là-bas qui ont changé ?

- C’est plutôt moi qui ai évolué. En fait, je me suis dit au bout d’un moment, c’est pénible ces gens – parce que du coup je côtoie beaucoup de gens qui sont dans les grandes écoles – c’est pénible ces gens qui ont un avis sur tout, mais qui ne sont pas foutus de sortir la nuit pour aller coller une affiche, ou d’aller distribuer un tract en se faisant insulter, alors que c’est ça aussi, euh, le militantisme. C’est très bien d’avoir un avis sur le monde et la France, mais dans un parti, notre rôle ce n’est pas seulement de réfléchir, c’est aussi de diffuser ensuite les idées et les projets qui sont, ben décidés par le gouvernement (…). Donc je me suis dit, au moins, ces gens-là… Déjà, bon, ils ne sont pas tous bêtes, hein… mais c’est vrai qu’ils ont un accent alsacien, il y a même des ouvriers, c’est même assez sympa finalement, c’est que je côtoie des gens que je ne côtoie pas ailleurs, il y a des ouvriers agricoles, il y a beaucoup d’agriculteurs, l’ancien responsable départemental il était serveur dans un restaurant, enfin il y a vraiment de tout (…) et finalement ça, ça me plaisait bien, ça me coupait un peu du milieu grande école, qui m’énerve un peu, finalement, quelque part. Et deuxièmement, eux ont compris que, bon j’étais parisien, mais je savais aussi me retrousser les manches. Il y en a qui m’a dit “je crois que tu as dix ans d’études de plus que moi, mais au moins, on peut te parler, et t’es un mec cool”. Ça m’a fait plaisir, parce que justement, par rapport à cette première impression où j’étais le parisien, et un peu rejeté parce que complètement en décalage, finalement, moi et eux on a réussi à se comprendre. Maintenant aux réunions, quand il faut expliquer, qu’il faut sortir les dernières statistiques sur le CPE, et expliquer des points un peu techniques, voilà, un peu techno, j’interviens dans les réunions, je leur sors deux trois arguments macro-économiques, et donc c’est assez sympa. Ils ne prennent pas ça pour quelque chose de pédant, ils attendent un petit peu la petite touche qui fait élégant. (…) Donc eux ont appris à écouter mon discours sans prendre ça pour celui qui veut forcément se la jouer supérieur, ils ont compris que ce n’était pas vraiment ça, et moi j’ai su apprécier aussi la vraie action militante. Finalement j’en suis revenu des grands discours. »

9A partir de ce moment, Martin reste engagé dans ce département, il effectue les déplacements depuis Paris pour se rendre aux réunions, prend en charge, à distance, le site internet, et est impliqué dans les différentes actions du groupe, ou tout au moins dans leur conception. Le décalage social initialement ressenti, qui avait entraîné son inscription dans un univers culturel plus proche, à Jouy-en-Josas, est désormais réinterprété en sentiment d’appartenance locale.

« Je me suis rendu compte quand j’étais à Jouy que je ne me sentais pas jovasien, je ne connaissais pas le maire de Jouy, je ne connaissais pas les rues de Jouy, et c’est pareil pour Paris, j’aime bien Paris mais je ne me sens pas parisien, militer dans le 15ème, où j’habite, ça ne me dit rien, je ne sais même pas qui est maire du 15ème à vrai dire. Tandis que [ma ville], c’est mon lycée, j’ai toujours vécu là bas, et ça me disait beaucoup plus de militer sur [ma ville], même si ce n’est pas une ville facile. »

10Ce réalignement des cadres, qui s’exprime en termes d’implantation locale, est inséparablement social, Martin revenant, d’une certaine façon, à ses origines familiales, tout en préservant la valorisation du capital culturel temporel qu’il a acquis, et même en la renforçant.

11Son engagement croissant dans le « militantisme de terrain » correspond en effet également à une reformulation des ses ambitions professionnelles. Alors qu’il a obtenu son diplôme d’HEC et intégré un cabinet d’audit, il décide de reprendre ses études – soutenu financièrement par ses parents – et intègre Sciences Po en 4ème année, afin de suivre deux années en section « affaires publiques » et de préparer ainsi le concours de l’ENA. Sa « passion » pour la politique et son ambition d’en faire une activité professionnelle prennent alors le pas sur ses prétentions à une réussite économique plus importante, comme sur ses convictions libérales qui le conduisent à condamner le régime de la fonction publique.

« J’étais parti pour faire de l’audit, donc dans des entreprises, et puis je me suis dit bon, je peux devenir un auditeur riche, parce que ça paye bien, mais est-ce que… C’est un sacrifice financier, parce que jamais je ne rentabiliserai l’ENA, je gagnerai moins à la sortie de l’ENA que si j’avais continué en finances, c’est évident, mais je pense que je me lèverai avec plus de plaisir le matin pour aller au boulot… C’est une vraie passion… »

12Cette nouvelle orientation professionnelle est consubstantielle à son engagement politique. Il adopte ainsi une lecture politique de l’oral d’admission à Sciences Po (« je savais qu’il fallait que je ne cite pas trop d’auteurs libéraux, que je me la joue keynésien »), comme du contenu des enseignements et des modalités d’évaluation.

« Ce qui me plaît beaucoup c’est qu’il y a du contenu politique derrière tous les cours, (…) c’est lourd d’enjeux, et c’est d’ailleurs bien rémunéré quand on arrive à prendre un peu de recul et à montrer les enjeux qu’il y a derrière les questions, et je pense que militer par ailleurs ça aide à montrer les enjeux, parce qu’on sait où ça coince dans les débats contradictoires. Par contre, j’ai des difficultés pour les notes de synthèse, où il faut avoir une position assez neutre, j’ai tendance à rédiger des tracts, donc c’est pas bon ! »

13Celui qui était trop lettré pour pouvoir débattre avec les « militants » de sa ville expose désormais ses difficultés à respecter des normes scolaires, et non politiques, d’écriture – ce qui renvoie, une fois encore, au fait qu’il n’est pas issu d’un milieu social favorisant l’excellence scolaire. C’est pourquoi il ne s’investit pas dans les activités des Jeunes populaires de l’IEP, continuant de privilégier son militantisme local. « Je n’ai pas trop le temps de m’impliquer à Sciences Po en plus de [mon département] (…). Et puis là ça m’embête aussi de tracter à Sciences Po. Bon, tout le monde sait à Sciences Po que je suis à l’UMP mais… ça me, enfin bon… finalement maintenant ça me dérange plus de tracter sur mon lieu d’études que chez moi, ce n’est pas mon domaine, Sciences Po… » L’évolution de son rapport à l’espace public révèle l’ampleur des réévaluations de son engagement mais aussi de sa « place », tant géographique que sociale : alors qu’il préférait au départ s’engager à HEC plutôt que dans sa ville d’origine, il estime désormais que « Sciences Po, ce n’est pas [s]on domaine ».

14Cette « conversion » – renonciation à une notion de « réussite » principalement basée sur le capital économique, éloignement de l’univers du commerce… – créé par ailleurs une distance à l’univers de référence parental. Ses parents l’avaient d’ailleurs dissuadé de faire Sciences Po après son bac.

« En prépa je détestais les maths, j’avais failli passer à Sciences Po, parce que j’avais la mention [« Très bien » au bac] pour le demander sur dossier. A ce moment là, ma mère m’avait regardé avec des grands yeux, elle m’avait dit “Sciences Po, mais ça conduit à aucun métier ce truc-là” (…). Ils avaient du mal à comprendre, par rapport au commerce qu’ils connaissaient bien, école de commerce, ça va, ça leur disait quelque chose, mais Sciences Po… et en fait, c’est tombé à l’eau, j’ai raté la date limite, et puis finalement je me suis un peu relevé en maths, donc ça allait mieux. »

15S’il met en avant le fait que désormais ses parents le soutiennent et comprennent sa réorientation vers un métier de « passion » (« j’aurais été artiste, ça leur aurait peut-être fait peur, Sciences Po, bon, ça ne leur fait pas trop peur »), il insiste également sur la continuité entre la trajectoire sociale de ses parents et son engagement politique.

« Dans les choses qui formatent un petit peu, [mes parents] étaient donc indépendants, donc clairement, ils nous ont expliqué la responsabilité… La notion de travail, nous on l’a eue parce que, ils se sont lancés, et c’est les pires en fait, ceux qui réussissent par eux-mêmes, après – ils ne le sont pas d’ailleurs – mais après ils ont la légitimité pour être intolérants avec des gens qui se plaignent tout le temps et attendent beaucoup de l’Etat. Parce que, eux, vraiment, n’ont pas hérité leur succès, aujourd’hui ils ont une situation financière confortable. Et ça c’est terrible, ça vous condamne à être de droite (…). Moi je pense que ça m’a quand même beaucoup marqué, ça, que mes parents se soient faits eux-mêmes. »

16Fidèle en politique, sa distance avec l’univers parental s’exprime notamment par son éloignement vis-à-vis des valeurs religieuses. Ses grands-parents paternels sont en effet ouvriers et catholiques ; comme lui, son père a toujours fréquenté des établissements scolaires catholiques et même le petit séminaire, et un de ses oncles est prêtre. Entre sa fidélité affective à une famille représentant la « bonne vieille droite » catholique, et ouvrière, et son libéralisme lettré et élitiste, il dit ressentir une « schizophrénie » qui tient au moins autant à sa filiation ouvrière qu’à son héritage catholique : en effet, l’identité de « patron catholique » n’a rien de « décalé » dans des institutions comme le lycée Stanislas.

  • 2 Surnom des membres de la Communauté de Saint-Jean, vêtus d’une tunique grise.

« Je vais à la messe pratiquement tous les dimanches, quand je rentre ; à Paris je n’y vais pas… Pour moi c’est un conflit, le libéralisme et le catholicisme, je vois ça comme un dilemme… Je suis un peu schizophrène. On a eu des moines à Stan’ la première année, c’était des “petit gris”2, ils sont assez proches des mouvements patronaux, ils reçoivent des patrons qui viennent parler, ils ont des groupes de réflexions comme ça. Le prieur était fils d’énarque, son père avait été PDG de la SNCF, et tous les petits gris avaient fait des écoles de commerce et d’ingénieur, ils étaient assez proches de nos préoccupations. On essayait de parler de comment est-ce qu’on peut être dirigeant et catholique, comment est-ce qu’on peut être un patron catholique… Il n’y avait pas de réponse évidente, en fait. Moi je vois mes parents, qui vivent leur situation de patrons en bons catholiques, ils sont un peu paternalistes. Ils ont eu une vendeuse qui déprimait, ils ne l’ont pas licenciée, parce que fallait pas aggraver le cas, des choses comme ça… Pour moi qui ai fait, avec les écoles de commerce, on apprend à bien séparer les choses et à agir rationnellement en tant que gestionnaire… Oui c’est un peu schizophrène… Il y a une espèce de séparation, il y a ce qui est rationnel, et puis, après, dans ma vie privée, voilà… Je pense que j’agirai, en tant que financier, je veux du rendement interne, point. Pour moi, il n’y a pas grand chose d’autre de valable dans une entreprise que le rendement interne, après c’est de la flûte… Et d’un autre côté, mes parents nous ont appris à être généreux : une fois à Noël, on s’était fait offrir le parrainage d’un petit libanais, des trucs comme ça, enfin hyper catholique, hein, comme démarche… Ouais, c’est assez bizarre mais c’est comme ça, quoi. (il rit) »

17La conciliation qui lui paraît impossible entre une position de « dirigeant » (et le libéralisme intégral qu’il adopte) et son catholicisme hérité exprime ainsi les tensions inhérentes à sa trajectoire d’ascension sociale relative.

18En juin 2007, Martin entre au cabinet du député et président du comité départemental de l’UMP de sa ville, devenu Ministre ; il y est chargé des « études et prospectives ». Ce dernier était en effet très impliqué dans les activités des Jeunes populaires, dont par exemple il validait les tracts. De plus, la position particulière qu’occupait Martin au sein des Jeunes populaires locaux, à la fois « militant de terrain » et maîtrisant les codes spécialisés de l’activité politique, qu’il s’agisse de compétences techniques ou oratoires, l’avait conduit à « se faire remarquer » dès sa première réunion avec le député.

« Première fois que je suis revenu sur [ma ville], il venait d’être nommé Secrétaire d’Etat, et pendant la réunion, (…) on a commencé à discuter, ça s’est même presque un peu échauffé parce que j’étais pris dans l’élan du débat, y’a des relents du “debating club” de Stan’ qui revenaient (…). Bref, pour un retour sur [la ville], euh, j’ai un ami qui voulait me présenter, je lui ai dit “ce n’est plus la peine, je crois que là maintenant il se rappelle”. »

19Son « militantisme » local et ses compétences « techno » se rejoignent ainsi, le premier lui permettant de se dispenser – au moins temporairement – du passage par l’ENA pour intégrer un cabinet ministériel.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations qui suivent sont issues d’un entretien réalisé avec Martin le 14 mars 2006.

2 Surnom des membres de la Communauté de Saint-Jean, vêtus d’une tunique grise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bargel, « Annexe 2 : La conversion de Martin, « militant » et « technocrate » », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2173

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page