Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Il semble que ces listes de noms ne sont pas toujours exhaustives (par exemple pour le FNJ où figur (...)
  • 2 Jeunes républicains indépendants (1966-73), Génération sociale et libérale (1974-77), Autrement et (...)
  • 3 Il s’agit de la publication des textes adoptés, des discours prononcés et des instances élues lors (...)

1Nous disposons de données concernant la composition des organes de direction du Mouvement des jeunes socialistes grâce au dépouillement de ses archives. Celles-ci comprennent les noms et prénoms des membres de ses instances nationales – dont les appellations et la composition varient – depuis 1975. Les équipes de direction nationale du MJS (Equipe ou Bureau national) sont ici considérées depuis cette date jusqu’au début des années Quatre-vingt-dix : étant donné le temps long des carrières politiques, il aurait été peu instructif de s’intéresser à des anciens dirigeants sortis de ces organisations de jeunesse il y a moins de dix ans. On a ainsi étudié les membres de ces équipes nationales selon des coupes à intervalles réguliers, en 1975, 82, 85, 90 et 93. Ensuite, la thèse de Florence Moncourtois (1997) fournit la composition des instances nationales de plusieurs organisations de jeunesse de partis politique au début des années Quatre-vingt-dix : RPR-jeunes en 1993, Ecolo-J entre 1988 et 1996, Front national jeunes (FNJ) entre 1983 et 1995, Jeunes radicaux entre 1992 et 1996 et « centristes » du Mouvement des jeunes pour la démocratie française (MJDF) puis de l’UDF-jeunes de 1989 à 19961. Ce travail donne également des listes nominatives des instances de direction de ces jeunes « centristes » ou « giscardiens », sous leurs diverses appellations2, depuis 1966. En revanche, la composition du Bureau national du Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF) n’y apparaît pas. En l’absence de toute étude sur cet objet, nous avons mobilisé les documents produits à l’occasion de leurs Congrès de 1980 à 1990 qui permettent d’identifier les membres de leurs instances dirigeantes3. A partir de l’ensemble de ces données, soit 383 noms, nous pouvons d’ores et déjà produire une première estimation d’ensemble des proportions d’anciens dirigeants d’organisations de jeunesse de partis qui se sont professionnalisés.

  • 4 Il s’agit principalement (pour 15 d’entre elles) d’anciens membres des « jeunes giscardiens », souv (...)

2Leur comparaison avec le Who’s Who en France permet un premier constat : les organisations de jeunesse considérées n’ont pas été des lieux d’entrée en politique d’acteurs de premier plan. 23 personnes parmi leurs 383 anciens dirigeants – soit 6 % – sont recensées comme « homme politique » (ou « femme politique » pour 2 d’entre eux) dans le Who’s Who. 27 y figurent sous d’autres catégories4. Ainsi, au total, 50 personnes parmi les 383 de l’échantillon – soit 15 % – sont, à la fin de l’année 2007, membres de « l’élite » politique, administrative et économique française, ce qui est faible si on les rapporte aux 76,2 % d’anciens dirigeants d’organisations de jeunesse qui en font partie en Italie (Recchi 1997). S’il est certes révélateur, ce constat pose un certain nombre de problèmes méthodologiques. D’abord, le Who’s who ne prétend pas à l’exhaustivité, et n’y figurent que les personnes qui ont d’abord été contactées, puis ont accepté d’y figurer (Collovald 1988). Ensuite, ce registre ne définit comme « homme politique » que les députés des assemblées nationales et européennes, les sénateurs et les maires de grandes villes. Les détenteurs d’un mandat local – conseiller général, conseiller régional, maire, adjoint – comme d’une charge administrative – directeur de cabinet d’un maire, d’un ministre, etc. – en sont absents.

  • 5 Sont néanmoins exclus les acteurs communaux ou cantonaux entrés à la suite des élections de 2008, l (...)

3C’est pourquoi on doit mobiliser une seconde base de données, Profession politique. Celle-ci adopte en effet une définition plus large du « monde de la politique et du pouvoir », qui, d’ailleurs, inclut les élus non-professionnels (maires de petites communes, conseillers municipaux… pour lesquels la politique ne fournit pas toujours l’essentiel des revenus). La base, censée comprendre plus de 160 000 noms, recense les acteurs des communes et des structures intercommunales (y compris les directeurs de services municipaux ou de sociétés d’économie mixte)5, les membres des Conseils généraux et régionaux, des administrations départementales et régionales, des préfectures, du parlement (élus et administrateurs), des chambres consulaires, des cabinets de la présidence de la République, des ministères et des grands corps d’Etat, les dirigeants des partis politiques, d’associations d’élus et de syndicats, les membres d’institutions judiciaires, les personnels d’ambassades, et les membres, élus ou administrateurs, des institutions européennes. En revanche, elle exclut les assistants parlementaires, et les fonctions de direction locale des partis politiques, se limitant à mentionner ce type de poste lorsque leur détenteur a par la suite accédé à d’autres fonctions recensées.

Tableau 1 : Proportions d’anciens dirigeants des organisations de jeunesse des partis français présents dans les annuaires des acteurs politiques fin 2007.

  • 6 MJS 75 ; MJS 82 ; MJS 85 ; MJS 90 ; MJS 93 ; Jeunes RPR 93 ; JRI 66-73 ; GSL 74-77 ; Autrement-MDG (...)

Ensemble des membres des BN6

Who’s who sous la mention « homme politique »

Who’s who

Profession politique

383

23

50

115

100 %

6 %

13 %

30 %

4Le seul dénombrement de la présence des anciens dirigeants dans les deux annuaires confirme que ceux-ci sont largement plus présents dans un annuaire incluant des postes de professionnels de la politique moins visibles que ne le sont les députés, soit les élus locaux et les professionnels non élus. En effet, 30 % des anciens détenteurs de mandats de direction d’une organisation de jeunesse figurent dans l’annuaire Profession politique.

  • 7 Elles étaient membre de la direction du MJS dans la première moitié des années 80 ; il s’agit d’Oli (...)

5Comme l’ensemble des organisations étudiées, depuis le milieu des années Soixante-dix, la direction du MJS n’a pas été le lieu d’entrée en politique des leaders les plus centraux. Seules 3 personnes parmi les 86 qui ont été membre de son Bureau national entre 1975 et 1990 figurent dans le Who’s Who sous la mention « homme politique ». Toutes trois étaient membres de l’équipe nationale du MJS de 1985 : Manuel Valls (déjà présent en 82), député-maire d’Evry (Essonne), David Habib, député-maire de Mourenx (Pyrénées Atlantiques), et Jean-Claude Pérez, député et adjoint au maire de Carcassonne (Aude). Sept autres personnes y figurent sous d’autres catégories que celle d’« homme politique »7. Ainsi, au total, 13 personnes parmi les 86 de l’échantillon sont, à la fin de l’année 2007, membres de « l’élite » politique, administrative et économique française.

Haut de page

Bibliographie

Collovald A. (1988) « Identité(s) stratégique(s) », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 73, n° 1.

Moncourtois F. (1997) Les jeunes dirigeants politiques français. Le cas des responsables nationaux des mouvements de jeunesse politiques, Thèse de science politique, Université de Paris 1.

Recchi E. (1997) Giovani politici, Firenze, CEDAM.

Haut de page

Notes

1 Il semble que ces listes de noms ne sont pas toujours exhaustives (par exemple pour le FNJ où figurent seulement 11 noms pour 12 années) et il est de ce fait probable qu’elles sur-représentent les responsables les plus centraux et/ou ceux qui se sont ensuite professionnalisés.

2 Jeunes républicains indépendants (1966-73), Génération sociale et libérale (1974-77), Autrement et Mouvement des jeunes giscardiens (1977-1989), Mouvement des jeunes républicains (1989-95).

3 Il s’agit de la publication des textes adoptés, des discours prononcés et des instances élues lors des Congrès nationaux du MJCF. Ils sont signés de son Secrétaire général en titre, et publiés par les presses du parti. Les exemplaires conservés à la BNF concernent les années 1980, 1982, 1984 et 1990 – il manque donc à cette série le Congrès de 1987. Cf. Zarka P. (1980) Vive la révolution, Paris, MJCF ; Zarka P. (1982) A nous de jouer, Paris: Avant-garde ; Perreux J. (1984) Nous passons aux actes, Bagnolet: Avant-garde ; Perreux J. (1990) L’avenir est à nous, Paris: Avant-garde.

4 Il s’agit principalement (pour 15 d’entre elles) d’anciens membres des « jeunes giscardiens », souvent devenus dirigeants d’entreprises privées.

5 Sont néanmoins exclus les acteurs communaux ou cantonaux entrés à la suite des élections de 2008, la base de données n’ayant pas encore été entièrement actualisée à l’heure où nous terminons ce travail.

6 MJS 75 ; MJS 82 ; MJS 85 ; MJS 90 ; MJS 93 ; Jeunes RPR 93 ; JRI 66-73 ; GSL 74-77 ; Autrement-MDG 77-89 ; MJDF-UDFjeunes 89-96 ; MJR 89-95 ; EcoloJ 88-96 ; FNJ 83-95 ; JR 92-96 ; MJCF 80 ; MJCF 82 ; MJCF 84 ; MJCF 90.

7 Elles étaient membre de la direction du MJS dans la première moitié des années 80 ; il s’agit d’Olivier Lafaye (directeur de Thomson), de Didier Lallement (préfet), de Jean-Michel Richard (ingénieur des ponts et chaussées, Réseau Ferré de France), de Rémy Schwartz (membre du Conseil d’Etat), d’Alain Bauer (« criminologue », président d’AB Associates, entreprise de sécurité), de Stéphane Fouks (président d’Euro RCSG) et de Florence Ribard (administratrice de l’Assemblée Nationale).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bargel, « Annexe 1 : Titre », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2172

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page